Président de Civitas, Alain Escada évoque à quel point Jeanne d’Arc, sainte de la patrie et patronne secondaire de la France, est un modèle pour notre temps et pour chacun de nous. Cette intervention est filmée lors de la Journée d’Amitié française organisée par l’association Amitié et Action Française.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Cadoudal says:

    JMLP a tenté de rassembler les Français autour de Jeanne d’ Arc;

    avec la volonté de faire la chasse aux Cauchons licrasseux.

    mais Marine et sa cage aux folles l’ont rejetée;

    elles préfèrent Cohn Bendit , Louise Michel, la laïcité maçonnique .

  2. Soupape says:

    1 – Alain Escada a bien vu le vrai problème.

    En effet, Dieu est la REALITE, et non une croyance !
    C’est effrayant ?
    Oui, c’est effrayant, mais c’est comme ça !

    C’est pourquoi Alain Escada n’a pas de peine à prêcher mieux que la plupart des prêtres,
    mieux que bien des curés, et beaucoup mieux que beaucoup d’évêques.

    2 – Nous savons maintenant que … pour refaire la France,
    nous devons refaire chrétiens les Français,

    et obtenir la conversion, d’abord de leurs cœurs, puis de leurs pensées.

    3 – En effet, les pensées de Dieu ne peuvent être reçues …
    que par les cœurs d’abord convertis (les cœurs purs de la 6ème béatitude !).
    C’est bien pourquoi Dieu a envoyé Jean-Baptiste AVANT Jésus !

    Il va donc falloir former d’abord des équipes de Pénitents pour la France,
    en robes de bure, et manifestants par petits groupes,
    qui inviteront les Français d’abord à convertir leurs cœurs,
    avant de convertir leurs pensées, et de se convertir …

    Chaque chrétien rené contribue à reconstruire la France.

  3. Benoit DELTOMBE says:

    Henri Wallon ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Wallon_(1812-1904) ) :

    a) fonda la République , à une voix de majorité , en prévoyant un septennat , tout simplement parce que le comte de Chambord , dernier prétendant au trône ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_d%27Artois ) refusait d’abdiquer le drapeau blanc pour le drapeau tricolore ; la situation étant bloquée , Wallon s’enquit auprès de son médecin : « Bon ! Il en a pour combien de temps à vivre ? » « À mon avis , pas plus de sept ans ! » « Très bien , je proposerai à titre temporaire un septennat , en attendant sa mort , l’avènement de son successeur , et le retour à la monarchie ! » … et les royalistes de consentir cet aggiornamento ;simplement , en 1883 , année de la mort du comte de Chambord , les français avaient pris goût à la République …

    b) auteur d’un ouvrage exhaustif en trois volumes , dédié au duc de Broglie , intègre la commission constituée par François Arago , aux côtés de Victor Schœlcher , Henri-Joseph Mestro , Adolphe Gatine et Charles Gaumont ( choisis à raison de leur appartenance à la franc-maçonnerie ) , sans préjudice d’Auguste-François Perrinon et Louis Percin ( choisis à raison de leur origine martiniquaise , en clair , de leur couleur de peau ) ; à raison de sa compétence , inversement proportionnelle à celle des autres membres , rédigea le décret d’abolition du 27 avril 1848 , les treize décrets organiques d’application , la loi d’indemnisation du 30 avril 1849 , les décrets des 24 novembre 1849 et 10 octobre 1850 , enfin organisa l’indemnisation des planteurs , sous la forme de parts de capitaux des banques coloniales créées en 1851 ; en résumé , il a aboli l’esclavage ; mais comme il est catholique , il est inhumé au Montparnasse , le Panthéon étant réservé aux francs-maçons ( nul n’est parfait ! )
    Ce qui m’autorisa , le 25 octobre 2013 , à accueillir le Garde des Sceaux en ces termes : « Madame le Ministre , c’est d’autant plus pour moi un honneur de vous accueillir , que c’est mon trisaïeul qui a affranchi le vôtre ! »

    c) ayant publié diverses biographies , sa Jeanne d’Arc , rééditée tout au long du XIXème siècle , plongeait en extase les républicains , comme le symbole de la résistance à l’oppression , jusqu’à mourir pour la patrie ; mais aussi les royalistes , comme étant l’archétype de la « vierge et martyre » , victime de sa foi ; comme il recevait le « tout-Paris » dans sa maison des Petites Dalles ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Petites_Dalles ) , l’évêque d’Orléans ( https://www.youtube.com/watch?v=JoV8JlyxZVE ) lui révéla détenir aux archives épiscopales les minutes du procès de Jeanne d’Arc ; le seul ennui est qu’elles étaient inexploitables , en cursive gothique ; ni une , ni deux , Jules Quicherat ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Quicherat ) , directeur de l’École des Chartes , paléographe et franc-maçon , déchiffra le texte , Dupanloup apportant les arguments théologiques , et Wallon , les arguments historiques ; en 1894 , premier grade , le titre de vénérable ; en 1909 , deuxième grade , la béatification ; entretemps , avec la loi Combes , intervinrent les inventaires ( http://www.cparama.com/forum/cominac-t14879.html ) et la rupture des relations diplomatiques avec le St Siège . Rupture très handicapante pendant la première guerre mondiale ( le franc germinal dévalué ; 1,5 million de MPLF , autant de veuves , d’orphelins et d’invalides ; et rebelote avec la grippe espagnole ; bref , c’était le blues , version XXL … ) ; Georges Clémenceau , président du Conseil de 1917 à 1920 , grand franc-maçon sous l’Éternel , mandate Gabriel Hanotaux , ancien ministre des Affaires étrangères , via Henri-Louis Chapon, évêque de Nice ( qui avait refusé en 1901 de se « faire embrocher » par la légion d’honneur ) , pour reprendre contact avec le Vatican : « D’accord , je vous ai traité de pape boche ! Cependant , mes compatriotes ont le moral dans les chaussettes ; vous ne pourriez pas me canoniser la petite Jeanne ? » ; Benoit XV de répliquer : « Banco ! » … Et c’est ainsi que la plus illustre des filles de France fut canonisée en 1920 par deux francs-maçons … comme quoi la Providence tire des lignes droites par des chemins sinueux !

    d) de toute sa vie , il ne s’est jamais pris au sérieux : entre moult anecdotes ( par exemple , quand , après avoir , en sa qualité de secrétaire perpétuel , présidé une séance de l’Académie , il hélait un fiacre pour patiner sur l’étang gelé du bois de Boulogne ) ; alors que , dans sa propriété des Petites Dalles , où il se baignait chaque jour , il rédigeait l’histoire de la Terreur , s’achevant avec l’exécution de Robespierre , le 28 juillet 1794 ( 10 thermidor an II ) , il aperçut par la fenêtre un nageur imprudent , emporté par le courant vers le large ; ni une , ni deux , il pose son écritoire , se précipite au rivage et se jette à l’eau ; cependant , au moment de porter secours , il s’aperçoit qu’il est lui-même chassé par la marée ; heureusement , entretemps , les pompiers , prévenus par des passants , sortent une chaloupe à rames et repêchent les deux nageurs au moment fatidique ; une fois l’embarcation ramenée à terre , Wallon , réconforté par ses enfants , eut ce mot historique : « Ouf ! J’ai bien cru que je n’arriverai jamais au 10 thermidor ! »

Laisser un commentaire

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com