Il y a des collisions cocasses dans les déclarations des uns et des autres. Prenons par exemple l’Allemagne ou l’usurpatrice Merkel, ancienne agent de la Stasi et pas plus chrétienne qu’allemande, a suscité ces dernières heures deux déclarations qui ont été répercutées dans les médias.

L’une vient du petit tyran gauchiste Jean-Luc Mélenchon, spécialiste de la fake-news ou plutôt de « la vérité vraie du Parti » : « Les migrants syriens sont des gens formés, des médecins, des ingénieurs et le reste ! Ils se sont mis au boulot aussitôt ». A part s’il considère les agressions et les viols comme se mettre au boulot, la vérité est ailleurs comme on dit au FBI… Notons d’ailleurs que l’ami du tiers-monde est totalement d’accord pour dépouiller un pays de ses élites.

Non seulement les délires du Méchancon sont faux, mais c’est même l’inverse, car l’Allemagne, contrairement à la France, s’informant du niveau de qualification des personnes qu’elle accueille, il est facile de vérifier. La statistique est imparfaite (seuls trois quarts des demandeurs d’asile décrivent leurs compétences, et on ne vérifie pas la réalité de ce qu’ils disent), mais éclairante si on en croit Europe 1 :

« Sur les 1,3 million de demandeurs d’asile enregistrés en Allemagne depuis 2015, seuls 17% déclarent avoir fréquenté un établissement d’enseignement supérieur (donc moins d’un sur cinq), et la majorité, en réalité, n’a pas dépassé le collège. Les médecins, les ingénieurs, sont très minoritaires, moins de 2% du total. Les migrants syriens, souvent plus diplômés, c’est vrai, ne trouvent pas davantage de travail : selon les derniers chiffres des autorités allemandes, 69.300 Syriens occupent un vrai travail en Allemagne (soumis à cotisations), donc un syrien sur 7. 85% d’entre eux, pour vivre, dépendent de l’aide sociale. Et c’est la réalité que découvrent les Allemands : l’intégration est particulièrement difficile pour les réfugiés, en dépit des programmes de formation, des aides mises en place. Seuls 150.000 réfugiés originaires des huit principaux pays producteurs d’asile ont trouvé un emploi stable depuis 2015. Cela ne veut pas dire que les réfugiés ne travaillent pas : 20% environ travaillent en intérim, dans la restauration, le nettoyage. Mais ce sont de petits jobs, sous-payés, sans avenir. Jean-Luc Mélenchon a raison de souligner qu’un nombre croissant d’entreprises allemandes en profitent, mais ils sont loin de répondre à la pénurie de main d’œuvre. 1,6 million d’emplois ne trouvent pas preneurs aujourd’hui outre-Rhin, mais les réfugiés n’y correspondent pas. Il y a la barrière de la langue, des qualifications bien sûr, mais cela va plus loin. Par exemple, 1,5% des réfugiés en Allemagne, ont une formation médicale. Mais pour travailler outre-Rhin, il faut repasser des diplômes, c’est très long. Un mécanicien qui travaillait dans l’automobile en Irak, par exemple, ne connaît rien, à la mécatronique, or c’est de cela dont l’industrie allemande a besoin. Même dans la construction, les niveaux d’exigence, les pratiques, sont sans comparaison. Résultat les réfugiés doivent tout reprendre à zéro (cours de langue, puis de mathématique, puis de physique, etc…), avant même d’accéder à la formation. Si l’Allemagne manque d’apprentis, seuls 13 000 réfugiés ont achevé un parcours en alternance ces deux dernières années, et il n’y a cette année que 28.000 inscrits. C’est peu, et cela montre à quel point le défi est énorme, pour l’Allemagne, qui prévoit de consacrer 13 milliards d’euros à des cours de langues et des formations pour les migrants d’ici 2022. »

L’autre nous vient du chef d’Etat américain, Donald John Trump. « Le peuple allemand se rebelle contre ses gouvernants alors que l’immigration secoue une coalition déjà fragile, la criminalité augmente en Allemagne. Une grosse erreur a été commise partout en Europe : laisser rentrer des millions de personnes qui ont fortement et violemment changé sa culture. ». Bien entendu, hurlement des bien-pensants accusant le Président américain de mentir. Or, l’hebdomadaire Valeurs Actuelles prouve (comme nous l’avions fait auparavant dans plusieurs de nos articles) que le tenancier de la Maison Blanche a parfaitement respecté la réalité…

La vague migratoire a entraînée 10% de crimes violents en plus, sur les années 2015 et 2016, 90% de cette augmentation étant due aux jeunes hommes clandestins fraîchement accueillis, âgés de 14 à 30 ans selon une étude parue en janvier 2018. En 2016, les étrangers étaient 3,5 fois plus impliqués dans des crimes que les Allemands, les clandestins 7 fois plus. La même année, la proportion d’étrangers parmi les personnes suspectées d’actes criminels était passée de de 28,7% en 2014 à 40,4% en 2016 avant de se tasser à 35% en 2017 (ce qui reste plus important qu’en 2014).  Des chiffres encore plus élevés dans le domaine des crimes violents (5 fois plus élevés chez les étrangers, 15 fois chez les clandestins) ou dans celui des viols en réunion (10 fois plus chez les étrangers, 42 fois chez les clandestins !). On comprend mieux le silence des féminazes : les victimes ne sont pas intéressantes car n’étant pas attribuables aux hommes blancs chrétiens. Même silence chez la secte conciliaire : on ne peut pas faire de campagne contre le clergé, donc victimes sans intérêts… Il est des silences qui hurlent aux crimes.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Trump oublie de dire que les USA, toutous des sionistes, continuent à soutenir et financer les terroristes en Syrie qui ont été le prétexte à la manipulation de l’invasion par de faux réfugiés. Il peut donner des leçons, il ferait mieux d’agir et neutraliser Soros et ses copains.

  2. Paul-Emic says:

    intéressant article mais ne le criez pas sur les toits, les Français ne veulent pas le savoir

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com