C’est Sandro Magister  qui l’annonce sur son blog : le pape a reçu le 6 mai dernier un nouveau courrier à propos des Dubia concernant Amoris Laetitia. Il est signé par le cardinal Caffara au nom des trois autres, Walter Brandmüller, Raymond L. Burke et Joachim Meisner. Le journaliste affirme que cette lettre n’a pas eu de réponse comme la précédente. Et que l’audience demandée n’a pas été accordée.

Dans leurs dubia les cardinaux posaient 5 questions claires au pape qui demandaient une réponse par oui ou non. A ce jour le Vatican n’a répondu à aucune d’entre elles. Sur son blog, la journaliste Jeanne Smits les résume très bien :

« 1. Les personnes vivant dans un état d’adultère habituel peuvent-elles recevoir la sainte communion ? 

2. Existe-t-il des normes morales absolues qu’il faut respecter « sans exception » ? 

3. Est-il encore possible d’affirmer qu’une personne qui vit habituellement en contradiction avec un commandement de la loi de Dieu, comme par exemple celui qui interdit l’adultère (cf. Mt 19, 3-9), se trouve dans une situation objective de péché grave habituel ? 

4. Un acte intrinsèquement mauvais peut-il devenir  un acte « subjectivement bon » en raison des « circonstances » ou des « intentions » ? 

5.  Peut-on agir de manière contraire aux « normes morales absolues » connues «  qui interdisent des actes intrinsèquement mauvais » en se fondant sur la « conscience » ? »

En attendant des réponses qui ne viennent pas aux question légitimes de ces quatre cardinaux, les interprétations d’Amoris laetitia les plus libérales et laxistes possibles continuent à se multiplier dans les diocèses pour le plus grand malheur des âmes !

Ci-dessous la traduction de la lettre des quatre cardinaux :

« Très Saint-Père,
C’est avec une certaine appréhension que je m’adresse à votre sainteté, pendant cette période du temps pascal. Je le fais au nom des très éminents cardinaux, Walter Bandmüller, Raymond L. Burke, Joachim Meisner, et en mon nom propre.

Nous voulons tout d’abord renouveler notre dévouement absolu et notre amour inconditionnel pour la Chaire de Pierre et pour votre auguste personne, en laquelle nous reconnaissons le successeur de Pierre et le vicaire de Jésus : le « Doux Christ en terre », comme aimait dire sainte Catherine. Nous ne partageons en rien la position de ceux qui considèrent le siège de Pierre vacant, ni celle des personnes qui veulent attribuer aussi à d’autres la responsabilité indivisible du « munus » pétrinien. Nous sommes mus seulement par la conscience de la grave responsabilité que détermine le « munus » des cardinaux : être des conseillers du successeur de Pierre en son ministère souverain. Et du sacrement de l’épiscopat, qui nous a « établis évêques, pour gouverner l’église de Dieu, qu’Il a acquise par son sang ».

Le 19 septembre 2016, nous avons remis à Votre Sainteté et à la Congrégation pour la Doctrine de la foi cinq dubia, vous demandant de résoudre des incertitudes et de clarifier certains points de l’exhortation apostolique post-synodale, Amoris laetitia.

N’ayant reçu aucune réponse de Votre Sainteté, nous avons pris la décision de vous demander, respectueusement et humblement, de nous accorder une audience, ensemble si Votre Sainteté le désirait ainsi. Nous joignons, comme c’est l’usage, une feuille d’audience dans laquelle nous exposons les deux points dont nous voudrions nous entretenir avec vous.

Très Saint-Père,

Amoris laetitia a été publiée il y a un an désormais. Pendant ce laps de temps, ont été publiquement données des interprétations de certains passages objectivement ambigus de l’Exhortation post-synodale, qui ne sont pas divergents par rapport au magistère permanent de l’Église mais qui lui sont contraires. Malgré le fait que le Préfet de la Doctrine de la foi ait déclaré de manière répétée que la doctrine de l’Église n’a pas changé, de nombreuses déclarations sont parues, de la part d’évêques, de cardinaux et même de conférences épiscopales, approuvant ce que le magistère de l’Église n’a jamais approuvé. Il ne s’agit pas seulement de l’accès à la Sainte Eucharistie pour ceux qui vivent objectivement et publiquement dans un état de péché grave, et qui ont l’intention d’y demeurer, mais aussi d’une conception de la conscience morale qui est contraire à la tradition de l’Église. Et donc il advient –  combien il est douloureux de le constater ! –  que ce qui est péché en Pologne est bien en Allemagne, que ce qui est interdit dans l’archidiocèse de Philadelphie est licite à Malte. Et ainsi de suite. Il nous vient à l’epsrit l’amère constatation de B. Pascal : «Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà; justice sur la rive gauche du fleuve, injustice sur la rive droite. »

De nombreux laïcs compétents, profondément attachés à l’Église et indéfectiblement loyaux envers le Siège Apostolique, se sont tournés vers leurs pasteurs et vers Votre Sainteté afin d’être confirmés dans la sainte doctrine par rapport aux trois sacrements de mariage, de  confession et d’Eucharistie. Ces jours-ci, à Rome, six laïcs, provenant de chaque continent, ont organisé un séminaire d’études qui fut plutôt fréquenté intitulé significativement : « Clarifier. »
Face à cette grave situation, qui provoque des divisions au sein de nombreuses communautés chrétiennes, nous ressentons le poids de notre responsabilité, et notre conscience nous oblige à demander humblement et respectueusement une audience.

Que Votre Sainteté se souvienne de nous dans ses prières, de même que nous l’assurons des nôtres. Et qu’Elle veuille bien nous donner sa bénédiction apostolique.

Carlo Card. Caffarra, Rome, 25 avril 2017
 en la Fête de Saint Marc l’Évangéliste

Feuille d’audience

1. Requête en vue de la clarification des cinq points mis en évidence par les dubia ; raisons de cette requête.

2.  Situation de confusion et de désorientation, spécialement parmi les pasteurs des âmes,  à commencer par les curés de paroisse. » (Traduction de Francesca de Villasmundo)

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

14 commentaires

  1. Getrey says:

    Avez-vous vu la « croix » que portait ce « pape » pour la procession du Saint Sacrement le jour de la Fête du Corps et du Sang du Christ ? Avez-vous lu son « homélie » ? Où est-il encore question de la Présence réelle de Notre Seigneur Jésus-Christ dans la sainte hostie ? Où est-il question du Sacrifice de Jésus, toujours renouvelé, en réalité, à chaque sainte messe ?

    • Etienne says:

      Ce pape (?). Il y a, semble-t-il, 2 solutions.

      Soit par une enquête bien faite, il est démontré qu’il n’a pas été validement élu. C’est la meilleure : elle liquiderait l’héritage, vite fait.

      Soit il est démontré qu’il est hérétique, déchu subito. Mais… Resterait à préciser quand il s’est mis à divaguer.

      Ceci dit, on n’est pas sorti de l’auberge : la propagande bergogliesque, c’est un train marche.
      Que ce soit un pigeon sur le doigt ou le regard penché sur les seins (surdimensionnés) d’une cubaine, c’est toujours à son honneur.

  2. Je tiens à préciser que quand le pape François était cardinal à Buenos aires, il a demandé un examen approfondi d’une hostie qui saignait. Je vous recommande de voir sur internet la vidéo: Conversion du professeur Ricardo Castañon et les miracles eucharistiques, « Conversion del profesor Ricardo Castañon; Milagros Eucaristicos y el Cristo de Cochabamba. » C’est vraiment intéressant et très émouvant de constater qu’il y a bien des miracles eucharistiques prouvés par des grands scientifiques.

    • Crusader says:

      S’il vous plaît ne confondez pas prodige et miracle !
      François sicaire du Christ, et apostat hérétique, utilise les prodiges du malin, effectués lors d’une synaxe…
      Catholiques passez votre chemin !

    • pamino says:

      MCF68 glänzt hier durch seine Abwesenheit. MCF68, où êtes-vous ?

  3. Anastasia says:

    Ce pape est un scandale ! Comment peut on garder le silence devant 5 questions clairement exprimées ! Ne dites t-on pas qu’un silence vaut acceptation ? Si Mgr Lefevre était encore de ce monde, Il trouverait les bonnes formules comme à son habitude pour qualifier ce comportement suspect !

  4. Damien de Failly says:

    Toujours cette obsession du péché….. A lire cette dubia, tout est péché. Or le prêtre ( maintenant bien souvent un fidèle sorti de la foule) distribue la communion sans savoir qui est en face de lui. Ce qui signifie que le péché est affaire de conscience personnelle. L’Eglise a mis en place des règles bien difficiles à contrôlées. Bientôt on ne pourra plus entrer dans une église parce que « tous pécheurs »

    • Bardamu says:

      Reprenez votre catéchisme et révisez les chapitres péché, pécheur… et pécheur public au lieu de dire des âneries.

      • Il y a l’esprit et la lettre. La voie du christ est elle de faire de nous tous des juristes ?

    • pamino says:

      Ce dubium, ces dubia : c’est comme le médium, les média ; medium non datur.

  5. beauvais says:

    «Si le pape ne sauvegarde pas la doctrine», il ne peut imposer de discipline». Monseigneur Bux
    http://www.ncregister.com/blog/edward-pentin/monsignor-bux-we-are-in-a-full-crisis-of-faith

  6. Aube Nouvelle says:

    « Dubia » – La « solution finale » !
    Depuis le 26.04.2017, bientôt deux mois de silence révélateur et réprobateur et négateur !
    Depuis septembre 2016, bientôt un an !
    Depuis octobre 2015, bientôt deux ans pendant lequel le mal a eu tout le temps de se répandre et de s’enraciner au point qu’il se génère de lui-même comme une maladie auto-immunitaire dégénérative !
    Amoris Laetitia est une stratégie pernicieuse qui transforme toute action ou réaction en résultats de division qui ne peuvent qu’anéantir toujours plus la véritable Sainte Eglise catholique romaine du Seigneur Christ Jésus.
    En justifiant ainsi le mal, on a touché une nouvelle fois à « l’arbre de la connaissance du bien et du mal », on a inversé/renversé la vérité : ce qui arrange est considéré comme bon et véritable, ce qui dérange est considéré comme mal et mensonge.
    Il est donc temps et même urgent pour ceux qui cherchent la vérité d’accepter de la regarder en face.
    Il n’est désormais plus possible de remédier à ce mal par de simples interventions humaines. La solution ne peut donc plus venir que d’en haut et elle sera « finale ». C’est d’ailleurs ce qui est prophétisé de plusieurs façons. Il est très probable que les quatre cardinaux sont bien au courant de ces réalités et n’ont plus d’autres raisons de persister dans leur démarche que dans le soucis de témoigner et d’avertir tous ceux qui ne sont pas encore « frappés d’aveuglement » par la grande apostasie ayant généré une telle dégénérescence. « Heureux le serviteur que le Maître de maison trouvera à son retour en train de veiller ! ».
    C’est apparemment aussi la position que Mgr FELLAY de la FSSPX exprime dans ses propos tenus lors de sa conférence au Congrès de l’Angélus Press aux Etats-Unis (source : DICI N° 283 du 18.10.2013 ) et qui est reproduite dans le message suivant.
    Qui donc pourra dire que personne ne nous avait avertis ?
    Mais qui voudra bien croire ?

  7. Aube Nouvelle says:

    Mgr FELLAY et Sœur Lucie de Fatima.
    Lors du congrès de l’Angelus Press, des 11 et 12 octobre 2013, Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, a donné une conférence, suivie le lendemain dimanche d’un sermon. A cette occasion, il a parlé de la situation de l’Eglise et du pape François. Dans le Catholic Family News, John Vennari a fait un compte-rendu de ces interventions, sous le titre : « Mgr Fellay parle du pape François : ‘Ce que nous avons devant nous, c’est un véritable moderniste !’». Voici la traduction française de son compte-rendu de la conférence du 12 octobre, dont l’enregistrement intégral est disponible en anglais sur le site dici.org/en.
    Mgr Bernard Fellay a averti le 12 octobre : « La situation de l’Eglise est une véritable catastrophe, et le pape actuel fait que son état est 10.000 fois pire. »
    Il a déclaré cela dans une allocution durant le Congrès de l’Angelus Press, qui s’est tenu les 11 et 12 octobre derniers, à Kansas City.
    Mgr Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, a donné une longue conférence le samedi après-midi, consacrée au Troisième Secret de Fatima, et la prédiction qui semble s’y trouver, à la fois d’un châtiment matériel et d’une grande crise dans l’Eglise.
    Notre compte-rendu va reprendre certains des aspects les plus impressionnants de sa conférence du samedi 12.
    Mgr Fellay a cité en détail Sœur Lucie, ceux qui ont lu le Troisième Secret, et ceux qui ont connaissance du secret. Il a fait remarquer que Sœur Lucie avait dit que si nous voulions connaître le contenu du Troisième Secret, il suffisait de lire les chapitres 8 à 13 de l’Apocalypse. (Des détails sur le Troisième Secret figureront dans la livraison de novembre du Catholic Family News).
    La référence de Sœur Lucie aux chapitres 8 à 13 de l’Apocalypse fait particulièrement froid dans le dos, puisque la fin du chapitre 13 parle de la venue de l’Antéchrist.
    Mgr Fellay a rappelé que le pape saint Pie X avait dit au début de son pontificat que le « fils de perdition » pouvait déjà être sur terre. Il a également noté que la prière originale à saint Michel du pape Léon XIII, mentionne que Satan cherche à établir son siège à Rome.
    Le Supérieur général a cité le cardinal Luigi Ciapi, théologien de tous les papes depuis Pie XII jusqu’à Jean-Paul II, qui a dit : « Dans le Troisième Secret nous lisons entre autres choses que la grande apostasie dans l’Eglise commence au sommet. »
    Il s’est également attardé sur le célèbre et spectaculaire entretien du Père Fuentes avec sœur Lucie en 1957, au cours duquel elle a réaffirmé que « les diverses nations disparaîtront de la face de la terre », et que « le diable fera tout ce qui est en son pouvoir pour vaincre les âmes consacrées à Dieu ».
    Etant donné que les ministres de Dieu sont touchés par cette confusion et ce désordre, les fidèles sont livrés à eux-mêmes pour leur propre salut. L’aide qui doit être fournie normalement par des ecclésiastiques n’est pas là. C’est « la plus grande tragédie qu’on puisse imaginer pour l’Eglise ».
    Les temps sont très graves. Nous devons vraiment nous préoccuper de notre salut, « et pour ce faire, nous sommes privés d’un élément très important, qui est le soutien des autorités [de l’Eglise]. Quelle tragédie ! »
    Il a parlé des paroles réconfortantes de sœur Lucie qui disait que Dieu nous a donné deux derniers remèdes : le Saint Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com