gpa-pma-MPICe mardi 11 octobre 2016, le Conseil de l’Europe s’est prononcé « sur le projet de recommandation et de rapport ‘droits de l’enfant liés à la maternité de substitution’ adoptés en Commission des questions sociales» le 21 septembre. L’organisation intergouvernementale, qui regroupe 47 États membres dont les 28 États membres de l’Union Européenne, a rejeté une proposition de résolution visant à réglementer la GPA par 88 voix contre 77.

Cette proposition émane du député-de la députée belge Petra De Sutter, transexuel, devenu « femme », il y a une dizaine d’années. Membre des Verts flamands, militante pro-GPA et transgenre, gynécologue, il/elle est professeur à l’université de la ville et à la tête du centre de médecine reproductive à l’Hôpital de Gand dont la spécialité est devenue cette Gestation pour Autrui. De Sutter a été nommé également rapporteur du projet de Résolution sur la gestation pour le compte d’autrui par le Conseil de l’Europe. Son but n’est pas l’encadrement de la pratique mais la légalisation pure et simple ainsi que sa libéralisation dans toute l’Europe. Il est étonnant et scandaleux que l’Europe ait confié la rédaction de cette résolution à une militante pro-GPA qui, de plus, gagne sa vie en pratiquant, à la faveur du flou dans la législation belge, des Gestation pour autrui.

Le 21 septembre dernier, la commission des affaires sociales du Conseil de l’Europe avait cependant déjà rejeté sa proposition dans laquelle le docteur De Sutter, sous couvert d’altruisme, préconisait une ouverture de la législation pour les GPA non-lucratives, afin de légaliser la situation des enfants nés par ce biais tout en condamnant la GPA commerciale. Véritable arnaque sentimentale, ainsi que l’a expliqué Maître Jean Paillot « il y a dans ce rapport un refus affiché de la GPA à but lucratif. En creux, il y a donc l’idée que la GPA serait légitime dans un certain nombre de cas. Mais la distinction n’est pas justifiée. Dans les deux cas, le contrat concerne un enfant et dans les deux cas il y a toujours une promesse d’abandon ». Tous sont d’accord : « Si l’on veut protéger l’intérêt supérieur de l’enfant il y a une manière simple pour cela : ne pas le faire naître sur la base d’un contrat ». Sous couvert d’encadrer la GPA, cette résolution valide le principe même de cette pratique.

La victoire du NON est une défaite sérieuse pour les militants pro-GPA.

C’est une victoire contre le trafic d’êtres humains, contre cette nouvelle forme d’esclavage qui instrumentalise le corps des femmes, particulièrement quand celles-ci sont dans des situations précaires et contre la marchandisation de l’enfant.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. MA Guillermont says:

    FOR …MI…DA…BLE .
    BONNE NOUVELLE
    Merci Francesca de Villasmundo
    Maman Marie veille tout particulièrement sur les enfants en ce mois du Rosaire !

  2. De toute façon cette décision n’a aucune valeur de contrainte. Elle restera légale au Royaume Uni et interdite en France. D’ailleurs les pays qui l’interdisent reconnaissent pour la plupart les enfants nés à l’étranger.
    Il semblerait qu’elle soit autorisée dans la Russie de Mr Poutine d’ailleurs.
    http://www.courrierinternational.com/article/2010/04/29/12-500-euros-le-bebe

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com