L’armée russe commence à réduire ses effectifs en Syrie. Le groupe naval dirigé par le porte-avions Amiral Kuznetsov quittera bientôt la zone de conflit, tandis que les forces loyales au président Bachar el-Assad et les alliés iraniens continuent à réduire impitoyablement les forces d’Al Qaida en Syrie.

Les avions du transporteur Kouznetsov ont frappé 1 252 cibles djihadistes au cours d’une mission de deux mois. Le navire de guerre est arrivé au large de la Syrie en novembre 2016, alors que la Russie renforçait sa puissance de feu sur terre et en Méditerranée pour soutenir les forces du régime syrien à Alep.
La chute des rebelles a apporté au président syrien Bachar el-Assad sa plus grande victoire en presque six ans de combats. Des milliers de civils et de combattants de l’opposition ont quitté l’enclave détenue par les rebelles en décembre, après des mois de siège.

Moscou avait déjà annoncé un retrait partiel des forces russes en mars 2016, mais avait finalement maintenu sa présence alors que les combats augmentaient. Le dernier déploiement annoncé par Poutine a coïncidé avec la déclaration d’un cessez-le-feu entre le gouvernement et les forces rebelles qui a entraîné une forte baisse des combats.

Une exception majeure a été la zone rebelle de Wadi Barada, près de Damas, où le régime a intensifié les frappes aériennes. Le groupe chiite Hezbollah a déclaré qu’un cessez-le-feu avait été conclu pour « un certain nombre d’heures » dans la région pour permettre des réparations à la station de pompage, mais cela a été rapidement nié par un haut responsable rebelle. Mounir Sayal, chef de l’aile politique du groupe rebelle Ahrar Al-Sham, a déclaré que l’information donnée par le Hezbollah était un mensonge et que le gouvernement syrien avait rejeté toutes les demandes de pause dans les combats.

La Turquie, qui a négocié le cessez-le-feu avec la Russie, a averti que la poursuite des combats autour de Wadi Barada compromettait les négociations de paix qui devraient avoir lieu le 23 janvier prochain à Atana, la capitale du Kazakhstan.

Les avions du gouvernement ont bombardé vendredi sur Wadi Barada, alors que les affrontements reprenaient dans la zone entre les forces pro-gouvernementales et les combattants rebelles, dirigés par l’ancien groupe d’Al Qaïda affilié aujourd’hui au Front Fateh Al-Sham Front. L’Observatoire syrien des droits de l’homme, le service de surveillance de la guerre, a déclaré qu’Abou Al Hassan Taftanaz, un des principaux membres du Front, a également été tué vendredi, avec son fils, un juriste islamique, par un drone dans la province d’Idlib . Trente-cinq membres du groupe militant ont été tués depuis dimanche dans les raids aériens sur Idlib.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

4 commentaires

  1. Walker Fiamma Corsa says:

    Si Poutine réduit les troupes les ricains vont en profiter. Du moins tant qu’ il y a Obama.

    • Mad-Max says:

      Heureusement Walker , vous suivez toujours …
      J’avais décroché sur primo – déclic !
      Avant le clac , avant le crash , avant le black out final !
      Bravo la Syrie , bravo la Russie !

  2. luciferg says:

    Des gens ont encore la tête sur les épaules ; heureusement pour nous, la Syrie et les russes contiennent ces dingues islamisés. Et notre fada 1er, qui voulait se faire Bachar ,avec tous les risques collatéraux, chez nous, s’il avait réussi. Ouf ! Obama s’est dégonflé et fada a suivi !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com