L’idéologie du « tout-migratoire » fut à nouveau au cœur du propos bergoglien adressé, hier vendredi 22 septembre, aux responsables des services des différentes conférences épiscopales en charge du dossier des migrations, à l’occasion d’une rencontre organisée par le CCEE, le Conseil des conférences épiscopales européennes. Ouvrir grandes les portes à tous les clandestins est le leitmotiv répété à satiété depuis qu’il est monté sur le trône pétrinien par un pape argentin fossoyeur du bien commun des peuples européens. Le pape François ne démord pas de son projet utopique et naturaliste d’une humanité originelle retrouvée sans plus aucune distinction entre les peuples. Avec lui, « c’est la fin des nations ».

Son regard politique sur la question de l’immigration ne dépasse pas non plus les limites de l’intérêt de l’individu-migrant, auréolé de toutes les vertus, que l’Europe doit accueillir par millions sans tenir compte un tant soit peu de l’intérêt général de la communauté formée par ces propres concitoyens. Le pape argentin revendique que le bien individuel du clandestin soit supérieur au bien commun de la société, somme des individus, et parallèlement que les gouvernants de ces nations envahies se sentent davantage concernés par l’étranger que par la sécurité physique, économique, religieuse de leur propres co-nationaux. Il fait abstraction totalement de la véritable charité politique qui impose aux États de prendre soin en premier des personnes dont ils ont la charge.

Nous ne doutons pas que les tenants mondialistes d’une société multi-culturelle, multi-ethnique, multi-religieuse, d’une société macédoine, antichambre d’un chaos futur avant l’avènement de leur Nouveau Ordre Mondial, doivent bavasser d’importance après un tel laïus pontifical qui stigmatise toute défense identitaire. Car mêlant hypocritement devoir d’évangélisation, charité individuelle envers les miséreux, crainte de la xénophobie, relent noirâtre de la bête immonde, El Papa a condamné comme étant opposé au catholicisme tout «devoir moral de conserver l’identité culturelle et religieuse originelle » !

Les bras m’en tombent : défendre la survie de la religion catholique au sein d’une Europe qui s’islamise à la vitesse d’un super-sonique est donc contraire au catholicisme ! Pour sortir de ce dilemme cornélien, je me rappelle qu’en terme de catholicisme Jorge Maria Bergoglio en a une conception hautement hétérodoxe. Ceci explique donc cela. Son catholicisme est l’avatar d’une religion sentimentalo-humanitariste messianique, avec une saveur prononcée gnostique, retour originel au paradis terrestre, fondée sur des « valeurs » mondialistes et une conception philo-marxiste et soixante-huitarde de la société humaine.

Pareillement il ressort son idée personnelle et franchement immigrophile que l’universalité de la mission de l’Église impose aux Européens l’obligation de se laisser submerger par des étrangers si opposés à eux par les coutumes, les us, les mœurs et la religion.

«L’Église s’est diffusée sur tous les continents grâce à la « migration » de missionnaires qui étaient convaincus de l’universalité du message de salut de Jésus-Christ, destiné aux hommes et aux femmes de toute culture, clame-t-il avec une sérieux aplomb. Dans l’histoire de l’Église, des tentations d’exclusivité et de retranchement culturel n’ont pas manqué, mais l’Esprit Saint nous a toujours aidé à les surmonter, en garantissant une ouverture constante vers l’autre, considérée comme une possibilité concrète de croissance et d’enrichissement. »  

L’ineptie d’un tel propos laisse pantois : comme si le départ chaque siècle vers des contrées lointaines de quelques milliers de missionnaires soucieux d’apporter, au péril de leur vie, la Bonne Nouvelle du Christ à des peuples païens et bien souvent accoutumés à des mœurs barbares était comparable à cet immense mouvement contemporain de populations, poussée allant du Sud vers le Nord, composé de hordes de migrants en majeur partie de sexe masculin et attachés viscéralement, et violemment pour certains, à leur religion musulmane. D’ailleurs le pape lui-même n’envisage par leur conversion. Il demande uniquement aux Européens de «témoigner concrètement de la foi chrétienne dans la charité et dans le profond respect pour les autres expressions religieuses», « ce qui ouvre aussi de nouvelles perspectives pour le dialogue œcuménique et interreligieux » rajoute complaisamment Radio Vatican qui a bien saisi tout le propos interreligieux du pape.

Le message immigrophile du pape François est criminel : il collabore, avec les financiers apatrides tels Georges Soros et autres mondialistes, à la mise à mort des nations européennes et de tout leur fondement chrétien. Si l’on associe la déchristianisation galopante de la société occidentale avec la montée de l’islamisme en Europe, d’ici quelques décennies les chrétiens seront réduits à vivre dans des ghettos, nouveaux dhimmis sur leur propre territoire. Et la charia qui s’impose comme loi dans de bien trop nombreux quartiers des villes européennes deviendra la loi pour tous. Mais cette réalité probable, si le cours des choses n’est pas inversé rapidement, le pape argentin ne veut la voir : ce serait devoir admettre l’échec de l’œcuménisme, des rencontres inter-religieuses, de la bien-pensance humanitariste et conciliaire, « tout le monde est beau, tout le monde il est gentil » et « toutes les religions sont bonnes », qui lui fait office de pensée en matière de doctrine sociale de l’Église.

Le problème de l’invasion migratoire actuelle est un sujet qui peut légitimement inquiéter les Européens. Balayer d’un revers de main ces inquiétudes justifiées comme le fait le pape François, qui se dit attristé de voir que des «communautés catholiques en Europe ne sont pas exemptes de ces réactions de défense et de rejet», est profondément incorrect et méprisant envers ces catholiques préoccupés de leur avenir identitaire et religieux.

« Sans doute, [la] vie chrétienne peut se réaliser même dans le dénuement le plus extrême. Mais, ordinairement, pour se développer, s’épanouir et perdurer, la vie chrétienne a besoin d’un substrat naturel suffisant : des églises de pierre pour accueillir le culte, des livres pour transmettre la foi, des séminaires pour former le clergé. Il n’est donc pas indifférent au chrétien de savoir quelle sera l’évolution de la société dans laquelle il doit vivre sa foi »

rappelait déjà en 2007 dans un dossier consacré à l’immigration, l’abbé Régis de Cacqueray-Valménier, supérieur à l’époque pour la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X du District de France.  

Francesca de Villasmundo  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

31 commentaires

  1. Vent d'Est, Vent d'Ouest says:

    À ma connaissance, ni la Bible, ni les Évangiles n’ont condamné celui qui se réclame d’une identité nationale, bien au contraire. La preuve en est que Yahvé a délivré le peuple hébreux des Égyptiens et permis à celui-ci de rejoindre la Terre Promise en lui permettant ainsi que préserver son identité.
    Il est c… ce pape ou fait-il exprès ou nous prend-il pour des c… ? Les trois hypothèses sont aussi plausibles les unes que les autres et peuvent même être liées les unes aux autres. Il n’arrivera en aucune façon de me culpabiliser, n’étant aucunement à mes yeux le successeur de Saint-Pierre et encore moins l’aide de Jésus-Christ. Sans parler des conditions plutôt floues dans lesquelles il a été nommé à la tête du Vatican et des voix – et non des moindres – enflent à ce sujet…
    S’il y a péché, c’est celui de la dhimmitude et du pouvoir de nuisance vis-à-vis du Chrétien de ce pape Antéchrist dans toute son horreur.

    • Mais au bout d’un moment il faut que ceux pour qui ce pape n’est pas la hauteur en tirent les conséquences. Soient ils font « sécession » et élisent leur propre pape, après tout dans l’histoire il y a en déjà eu plusieurs, soit comme dit l’adage on se soumet ou on se démet.
      Car à toujours critiquer sans oser franchir le Rubicon on finit par légitimer l’autorité en place.

      • Non, on l’a déjà essayé et ça marche mal. C’est lui qui petit à petit franchit le Rubicon. Vous connaissez le proverbe anglais « give him enough rope and he’ll hang himself » ?

        • Alors qu’ils arrêtent de se plaindre. Il y a un moment ou soit on se démet soit on se soumet.

          • Vous posez un faux dilemme et risquez de scandaliser ou de pousser au mal les âmes simples.

            Notre obéissance va au Christ.
            Les clercs, pape en tête, ont délégation pour mener les fidèles au Ciel, selon la volonté de Dieu.

            De tout temps il y a de mauvais clercs qui se rendent indignes de ce mandat.
            La solution n’est alors ni l’obéissance aveugle (lâcheté), ni la mise à bas de la hiérarchie (révolte).

            En l’absence de bons chefs, la solution est dans l’obéissance aux principes que l’Église nous a infailliblement communiqués, en faisant la sourde oreille aux Judas.

      • C’est peut être la bonne solution.Vous avezcertainement raison.
        Déclarer qu’il n’y a pas de pape, que François n’est pas pape, que le siège est vacant, est catastrophique, ça équivaut à dire que l’église est morte ,à déclarer la défaite contre la juiverie et ses idiots utiles francs maçons..
        Déclarer que le concile de Vatican II est nul et non avenu et nommer le vrai pape, fidèle à la tradition pourrait signer la mort de Vatican II, et ses conséquences : la trahison œcuménique, la trahison morale , la trahison de la Vérité, aux quelles ont participé tous les papes depuis Jean XXIII.

    • La vierge de Fatima avait prévenu. L’apostasie régnera et ce à partir du sommet de l’église.

    • Michelyne says:

      Ce François serait-il in LOUP dans la Bergerie? Si c’est le cas, qu’attendons-nous pour le sortir? Qu’il ait  »égorgé » tout le troupeau????

  2. Cadoudal says:

    ce qu’on trouve infailliblement chez l ‘intrus François Luther Imbroglio , c’est la volonté de détruire la chrétienté , de livrer à l ‘Islam la chrétienté, de répandre toutes les erreurs nuisibles.

    un démolisseur maçon déguisé en pape .

    • Je n’ai pas de tendances complotistes, mais néanmoins, depuis son élection, j’avoue que je suis très troublé par ses actions et déclarations, qui sont exactement celles qu’on peut attendre d’un maçon faisant tout pour détruire la chrétienté. Manque juste le satanisme de façade, mais il est vrai qu’on ne voie pas tout.
      Évidemment qu’il est bien vu des mondialistes, musulmans, pédérastes et autres dégénérés, puisqu’il agit dans leur sens bien au delà de leurs espérances.

  3. L’épiscopat français depuis des décennies dit que défendre l’identité nationale est un crime. Le pape n’a eu qu’à relire leurs inepties. Quand les salopards s’emparent des postes importants dans une institution, ils finissent toujours par mettre un des leurs à la tête de l’institution.

  4. Ce « pape » est à l’évidence un agent patenté du N.O.M !….
    Peut-être même le futur faux-prophète de l’ Apocalypse ?……

  5. Voilà un « évêque » qui ne porte pas sur lui « l’odeur de ses ouailles.

    Il y a un domaine où il est imbattable : c’est le roi (ou l’empereur) des faux-culs.

  6. Gauthier says:

    VI. L’Église face à la globalisation, la violence en tant que phénomène extrême et l’immigration.

     » La théorie contemporaine de globalisation – imposée silencieusement et propagée rapidement – provoque de forts remous dans l’économie et la société à l’échelle mondiale. La globalisation imposée a généré de nouvelles formes d’exploitation systématique et d’injustice sociale. Elle a planifié l’élimination graduelle des obstacles que représentent les traditions nationales, religieuses, idéologiques ou autres qui s’y opposent. Elle a mené à l’affaiblissement en vue de la déstructuration des acquis sociaux au nom de la reconstruction de l’économie mondiale, censée être nécessaire, creusant davantage le fossé séparant riches et pauvres, dynamitant la cohésion sociale des peuples et ravivant de nouveaux foyers de tensions internationales.
    Face au processus d’homogénéisation réductrice et impersonnelle promu par la globalisation, face aussi aux aberrations de l’ethno phylétisme, l’Église orthodoxe propose de protéger l’identité des peuples et de renforcer le caractère local. Comme modèle alternatif pour l’unité de l’humanité, elle expose son organisation structurée, basée sur l’égalité de valeur des Églises locales. L’Église s’oppose à la menace provocatrice pesant aujourd’hui sur l’individu et les traditions culturelles des peuples que renferme la globalisation ; elle s’oppose aussi au principe selon lequel l’économie possède sa propre loi ou « économisme », c’est-à-dire l’économie émancipée par rapport aux besoins vitaux de l’humain et transformée en but en soi. Elle propose donc une économie durable, fondée sur les principes de l’Évangile. Axée sur la parole du Seigneur : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme vivra » (Lc 4, 4), elle n’associe pas le progrès du genre humain à l’amélioration du seul niveau de vie ou du développement économique au détriment des valeurs spirituelles. »

    http://orthodoxie.com/encyclique-du-saint-et-grand-concile-du-27-juin-2016/

    • Oui, l’Église orthodoxe est souvent digne de son épithète grec ‘droit pensant’, comme le remontre votre contribution bien utile. La latine, donc celle des pays issus de la civilisation gréco-romaine, oublie souvent son élément important grec. Horace dit ‹ Græcia capta ferum victorem cepit et artes | intulit agresti Latio › ‘la Grèce conquise conquit son farouche vainqueur et introduisit les arts dans le Latium rustique’, mais une génération plus tard Juvenal dit à propos des métèques grecs dans la société romaine ‹ Græculus esuriens in cælum, jusseris,  ibit › ‘le petit Grec affamé ira, si tu le lui ordonnes, dans le ciel ›. Le problème n’est pas nouveau et il n’y a pas de solution facile. Κύριε, ἐλέησον.

  7. Anastasia says:

    Cet imbroglio n’est clairement pas catholique ! Ce type de déclaration insensée aura le mérite d’ouvrir les yeux de certains !

  8. A propos d’identité, »ouvrir grandes les portes » n’a rien de Français ! Commençons par écrire nôtre langue

    • Je ne sais pas pourquoi, puisqu’on dit « les portes sont grand ouvertes » et « Attollite portas, principes, vestras, et elevamini, portae aeternales, et introibit Rex gloriae », même si dans le second cas elles seront grand hissées (question de technique).

  9. Comme je l’ai déjà fait remarquer l’évêque de Rome a bien été élu par ses paires qui devaient bien le connaître puisqu’ils l’ont élu .Donc ne soyez pas surpris par l’acceptation de tout le clergé des directives papales .Une seule chose à faire fuire ce clergé et se rapprocher d’urgence des traditionalistes .

    • Le fait d’avoir voté pour lui ne présuppose pas l’avoir bien connu. Il a été parachuté par un groupe de cardinaux qui savaient bien ce qu’ils faisaient ; à un certain point les autres, fatigués, auront décidé de voter pour lui aussi. Cf. ‹sed, ut plerumque fit, major pars meliorem vicit› ‘mais, comme cela se fait pour la plupart, le plus grand parti vainquit le meilleur’ (Tite-Live). De toute façon, les tradionnalistes ne vont pas disparaître, Dieu merci.

  10. On n’aurait jamais du le laisser immigrer au Vatican.

  11. Cadoudal says:

    en revanche, Luther Imbroglio trouve très bien qu’Israël fasse la chasse aux migrants qui s’ aventurent en Terre Sainte;

    , qu’il refuse absolument de métisser la race élue avec les races impures.;

  12. @Ole
    Le martyre et l’inaction si cela vous convient….
    Il n’y a que deux attitudes : se résigner ou se révolter. Toutes deux exigent la même liberté et la même lucidité. Malheureusement, nos révoltés sont encore et toujours beaucoup trop résignés, et nos résignés beaucoup trop révoltés.”

    • La FSSPX, pour prendre seulement le plus vénérable exemplaire de la résistance sans résignation et sans révolte, n’a pas été martyrisée, ni n’est-elle inactive ; elle veille et prie, pour qu’elle n’entre pas dans la tentation ; elle est libre et lucide ; et elle n’est pas seule.

      • La Fraternité Saint pie X, sans Monseigneur Lefèvre, qui cherche par tous les moyens à se rapprocher de Rome se conduit aujourd’hui par rapport à l’Union Sacerdotale Marcel Lefèvre , exactement comme s’est conduite Rome vis à vis d’elle même dans les années 70 80.
        Tous les prêtres de la fraternités Saint Pie X sont signalés à Rome par celle ci et ils n’ont pas le droit de célébrer les mariages.
        La fraternité Saint pie X, libre ???
        Monseigneur a accepté « librement  » de la soumettre.
        Son discours contre Rome est une comédie de façade.

  13. Je n’ai pas lu tout l’article parce que ça me rend malade, mais j’ai repéré ceci : «témoigner concrètement de la foi chrétienne dans la charité et dans le profond respect pour les autres expressions religieuses»
    Ce qui revient à dire que catholicisme, Islam, protestantisme bouddhisme… ne sont que des expressions religieuses différentes , donc des expressions différentes de la religion commun unique.
    L’église officielle n’est donc plus catholique, elle n’est plus qu’une expression spécifique de la religion unique.
    Il faut vite renommer le vrai pape de l’église réelle catholique et traditionnelle.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com