seringue

J’aurais pu vous parler de la Grèce et du fait que lors d’un ultime sommet de la dernière chance, on s’achemine vers un nouvel accord tout aussi moisi que les 89 précédents accords qui n’ont jamais été tenus et que cette performance est saluée comme il se doit par les marchés financiers en forte hausse ce soir. Demain, ils pourraient être en forte baisse en fonction des déclarations de la nuit. La réalité ? La Grèce est en faillite, tout simplement.

J’aurais pu vous parler de SFR qui veut racheter Bouygues Telecom ou de tout autre sujet économique, mais finalement, ce qui a retenu mon attention c’est l’histoire de cette gamine, cette jeune Laura âgée de 24 ans.

Elle vit en Belgique et cet été, elle sera euthanasiée parce que vous comprenez, elle « déprime » et qu’elle n’aime pas la vie. Bref, sa souffrance psychique est telle que les médecins vont s’occuper définitivement d’elle.

Un monde à la dérive

Comme citoyen, et tout simplement comme être humain, il est très important de dénoncer les atteintes faites au vivant de façon générale et à la vie sous toutes ses formes.

Je veux bien croire aux souffrances de cette jeune fille.
Je veux bien croire à sa désespérance.
Je veux bien entendre tout ce que vous voulez sauf qu’une commission, fut-elle composée de « professionnels », peut s’octroyer le droit de suicider quelqu’un. Car en fait, dans cette histoire-là, nous sortons évidemment du champ pur de l’euthanasie médicale pour rentrer dans le champ du suicide par tierce personne.

Cette jeune Laura pourrait tout autant se pointer aux États-Unis avec un faux revolver, braquer deux ou trois flics qui ne se poseraient aucune question avant de vider leurs chargeurs. C’est cela que l’on appelle le suicide par personne interposée.

Le suicide assisté

Le suicide assisté c’est donc autre chose que l’euthanasie, et pourtant nous y sommes.

Laura, si malheureuse soit-elle aujourd’hui, aurait peut-être pu trouver le bonheur plus tard ou peut-être pas, mais si Laura est malheureuse c’est à elle qu’il appartient de faire ses propres choix et de les assumer jusqu’au bout. Je vais poser une question. Laura se suiciderait-elle elle-même si elle ne pouvait avoir recours à l’euthanasie ?

Vous découvrirez, pour celles et ceux qui ont le courage de lire cet article, le jeu morbide auquel joue cette jeune femme, en préparant ses obsèques, en allant choisir sa tombe et évidemment en passant du temps avec ses proches…

Trouver cela normal est anormal

Que notre société soit capable d’amener et de cautionner de tels comportements est tout simplement choquant et devrait saisir l’âme de tous les citoyens.

Comment peut-on accepter ce type de dérive ? Comment peut-on en arriver là ?

Il n’y a plus aucune limite morale

On peut évidemment critiquer l’ordre établi, les codes, les us et coutumes ou même les principes moraux d’une société. On peut même souhaiter les faire évoluer vers autre chose.

Pourtant, là encore, je souhaite poser une question et interroger. Une société peut-elle fonctionner sans codes moraux ? Sans codes comportementaux ou sans code de politesse ?

La réponse est évidemment non. N’en déplaise aux tenants du prôôgrèès pour qui tous les codes devraient être abolis, de la même façon qu’un code de la route est indispensable pour éviter un carnage, un code moral est indispensable pour créer un ciment dans une société.

Pourtant, nous devons constater que les uns après les autres les « dogmes » moraux tombent tous, y compris les plus importants comme ceux justement autour de l’idée de vie et de mort.

Je crois profondément au bon sens, à la moralité, à la terre et à la vérité. Je crois en l’amour et au pardon, je crois au bien et au mal, à l’honnêteté, à la rectitude, à la constance, à l’effort, au courage, à la main tendue, à l’altruisme, aux dons, à la générosité. Il s’agit là de valeurs, et si nous oublions ces valeurs, alors il n’y a plus de limite aux comportements déviants qui deviennent la norme.

Loin de moi l’idée de m’ériger en « Père la morale ». De la même façon qu’il faut des lois pour éviter l’anarchie, tout ne peut pas reposer sur les lois et la répression mais également sur la morale. Évidemment, nous sommes tous parfois des délinquants et nous contournons la loi… De la même façon, parfois nous n’appliquons la « morale »… mais peu importe, car un cadre admis par tous existe.

Or ce cadre est, sous vos yeux, en train de totalement exploser et cela va nous poser des problèmes absolument considérables dans les années qui viennent et cela nous en pose d’ailleurs déjà de très nombreux.

Mais tout va bien. Dans notre capacité à prendre tous les sujets à l’envers, nous poursuivons avec un entrain redoublé. Cet été, donc, une jeune femme de 24 ans qui ne connaît encore pas grand-chose de la vie sera suicidée, assassinée avec la complicité de l’ensemble d’un pays, la Belgique, et d’un continent… l’Europe.

Là encore, personne ne se mobilisera pour sauver Laura… Dommage qu’elle ne soit pas une chienne, il y aurait eu au moins une pétition sur Facebook.

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

Source : http://www.lecontrarien.com/2015/06/23

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

9 commentaires

  1. zézé says:

    La première chose qui me vient c’est : pauvre fille !!!!
    En deuxième et je dirai à la suite : PRIONS, pour cette malheureuse !
    Et enfin pourquoi « oblige-t-elle » une tierce personne à faire ce geste ?
    N’a pas d’papa, n’a pas d’maman ? personne ? pas d’ami(e), pas de boulot ? pas d’argent ? infirme ? à la rue ?
    Non : à mon avis des parents, ami(e)s, boulot, argent et belle de surcroît…. non mais malheureuse ……

  2. René Albert says:

    En effet, prions pour cette jeune fille.
    Prions Padre Pio d’intercéder pour elle.
    Padre Pio connaît notre misère humaine et il comprend notre monde.
    Ayons la foi. Elle soulève les montagnes. A Dieu, rien n’est impossible.
    Pour la plus grande gloire de Dieu.
    Merci mon Dieu. Merci Padre Pio.
    « Priez, priez toujours » nous a dit Notre-Dame au Cœur d’Or.

  3. Régis says:

    Mais pourquoi ne pas faire cette pétition sur Facebook? ou via CitizenGo ou autre plate-forme?
    Par exemple:
    Parce que nous défendons la vie comme ce qu’il y a de plus précieux au monde, parce qu’il existe les moyens d’aider moralement et spirituellement cette jeune femme, parce que nous savons qu’aucune situation de détresse n’est une impasse conduisant à la mort; nous nous opposons à cette complicité au suicide, et demandons l’abrogation de l’arsenal juridique le permettant…
    Qui peut faire cela?

    • MarieChristine says:

      Et si elle tombait amoureuse ? Si subitement elle était aimée, réellement, d’une façon qui lui redonne confiance en elle et dans la vie ? A 24 ans, on peut encore tout espérer. Même plus tard.
      Et lui a-t-on dit un jour qu’il y a un Dieu qui l’aime, qui a donné sa vie pour elle, qu’il y a aussi une Mère qui n’est qu’amour et compassion ?
      Quelle bien triste maladie que la dépression, mais il s’y ajoute peut-être l’atmosphère ambiante qui pousse à la mort des enfants à naître, à la mort provoquée de personnes qui ne demandent pas à mourir, ça devient une mode, une nouveauté morbide qui risque d’intéresser. Ce sont nos sociétés qui sont malades, très gravement, devenant incapables de protéger et supporter les plus faibles. On se débarrasse, mais surtout on joue aux apprentis sorciers qui se veulent maîtres de la vie et de la mort.
      Ce serait beaucoup plus beau de se battre pour la vie (la vraie vie, naturelle, pas celle qui s’achète et se vend) plutôt que pour la mort.
      Allons-nous nous tourner enfin vers Celui qui est Vie au lieu de nous faire complices de la culture de mort ?

      • Nathalie Lévis, Qc says:

        Il est là, le problème. Le monde se laisse séduire par l’esprit de Mort au point où il se détourne de la vie et de Celui qui donne la Vie éternelle: Jésus-Christ. Mais ce nom est en horreur pour ceux qui sont tombés sous le charme du prince des Ténèbres. Aucune pétition, aucune loi de l’homme ne peut vaincre sa puissance. Seul le Fils de Dieu en a le pouvoir.

  4. tit'pom' says:

    C’est un appel au secours de la part de Laura, pas un désir d’en finir…qui lui écrira? qui lui dira qu’elle est unique au monde et aimable, au sens propre du terme? Comment la rejoindre, outre la prière? Comment concrètement lui prouver qu’elle a du prix aux yeux de Dieu et des chretiens?

    • MarieChristine says:

      J’acquiesce totalement à ce que vous dites, tit’pom, avec votre nom sympathique.
      A une époque, je me détestais, je me culpabilisais de beaucoup de choses et j’avais comme un dégoût de ma personne.
      Un jour, j’ai dit dans un groupe à un prêtre : « Je suis une horreur ». tous ont fait un « Oh » désapprobateur. Et le prêtre m’a dit que nous sommes – et que je suis moi-même – un cadeau que Dieu se fait… avec un ruban autour !
      A partir de ce moment, j’ai changé de regard sur moi-même, j’ai essayé de me voir comme notre Père nous voit, avec son Amour infini, sa Miséricorde, surtout comme créature qu’Il a voulue à son Image et à sa Ressemblance.
      Je n’ai pas une naissance glorieuse ni une vie faite d’actions extxaordinaires, mais Lui m’a créée de son Souffle, avec son infinie Tendresse, la création se continue toujours, nous ne sommes pas achevés ici-bas,et si nous sommes dans l’imperfection, si nous ne connaissons pas le bonheur que nous voudrions, nous pouvons nous réjouir de toute la perspective de Joie qui commence déjà, si nous acceptons de vivre dans sa Compagnie et de recevoir ses grâces.
      Ce serait dommage pour cette jeune personne, et ça l’est pour tout le monde, à tout âge, de décider d’arrêter par nous-mêmes le travail d’enfantement magnifique dont nous sommes les bénéficiaires.

  5. Vieux Jo says:

    Une autre confusion ici : il faut respecter chaque personne dans ses opinions. Que devient alors la non-assistance à personne en danger ? Un amalgame effrayant.

  6. Françoise says:

    La dépression, ça se soigne !!!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com