Les Etats-Unis sont plongés dans une tempête à rebondissements.

Après l’affaire de Charlottesville, certains veulent éliminer tous les monuments représentant un confédéré, ce qui constitue une véritable nouvelle déclaration de guerre contre le Sud.

Mais à vouloir faire table rase des souvenirs du passé au nom du politiquement correct imposé par une minorité activiste, personne ne peut dire où cela s’arrêtera.

Ainsi, le pasteur noir James Dukes a demandé au maire de Chicago d’enlever les statues de George Washington et Andrew Jackson des parcs du côté sud de la ville.
Ce pasteur protestant du Liberation Christian Center a évidemment trouvé de nombreux médias complaisants pour relayer ses revendications délirantes. Et dans ses interviews transparaît rapidement sa haine de  » l’Amérique blanche « , car le racisme n’est pas toujours où on le dit.

Le pasteur noir James Dukes veut également remplacer les références à Andrew Jackson au motif qu’il possédait des esclaves. Et le pasteur noir de proposer sans rire d’y substituer la référence au révérend noir Jesse Jackson ou au chanteur noir Michael Jackson.

Il y a quelques jours, lors d’une conférence de presse, le président Donald Trump avait anticipé : « Cette semaine, c’est Robert E. Lee. Je me demande si ce sera au tour de George Washington la semaine prochaine et puis Thomas Jefferson la semaine suivante? Vous savez, vous devez vraiment vous demander, où cela s’arrêtera-t-il?« 

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

9 commentaires

  1. Cadoudal says:

    en Marche vers la guerre civile raciale au Paradis des Francs Maçons;

    lequel a détruit notre empire colonial , celui des Anglais, des Espagnols etc.. au nom de sa « Morale ».

  2. Cyrano says:

    Toujours le même couplet des professionnels de « l’antiracisme », il ne pensent qu’a déverser leur haine sur tous ceux qui ne les adulent pas et ne les reconnaissent pas comme « supérieurs ».
    Quand et ou s’arrêteront ils?
    Les vrais racistes, ce sont bien eux avec leurs revendications délirantes, animés d’une soif inextinguible de suprématie et de haine des « blancs ». Toujours les mêmes activistes qui sous des prétextes fallacieux provoquent et apportent la violence pour ensuite pouvoir mieux se victimiser. Marre de tout leur cinéma, Mr Trump à raison, il y a eu des torts des deux côtés, et j’ajouterai que force est de constater au vu des reportages filmés en direct que les provocations ne sont pas venues des « sudistes esclavagistes » mais bien des racailles d’extrême gauche et autres anarcho-je-ne-sais-quoi qui n’avaient pas à s’immiscer dans la manifestation s’opposant au déboulonnement de la statue de Lee.
    Il est grand temps de remettre les choses en place, comme le fait actuellement courageusement le Président Trump.

  3. Etienne says:

    Qui a laissé les choses se dégrader avant de faire intervenir les forces de police ?
    A qui profite cette affaire ?

  4. Le passé de l’Humanité n’est sans doute pas reluisant. En matière d’esclavage, des Africains noirs vendaient leurs congénères, des blancs l’ont pratiqué… L’esclavage ancestral n’est pas lié à la couleur de la peau, mais à une volonté de puissance et de domination.
    De par la déclaration des Droits de l’Homme, de notre République, notamment, l’esclavage a été dénoncé et a été officiellement interdit, progressivement. Cependant, effacer le passé ne peut que noircir l’avenir.
    Ce dont nous assistons, de nos jours, c’est davantage une volonté d’une nouvelle domination ethnique, économique ou religieuse, qu’à une progression vers l’idéal de respect de soi, des autres et de l’Humanité.
    Détruire les symboles, et, leçons du passé, interdit la possibilité d’un avenir meilleur.
    Le multiculturalisme au sein d’un même pays se révèle, de nos jours, utopie qui conduit au sempiternel affrontement Dominant/dominé, que les malins se complaisent, à confondre avec la lutte contre le racisme.
    Si la France veut préserver son identité et demeurer un phare pour l’Humanité, elle doit veiller au respect de l’esprit de ses aïeux, pour progresser et résister à la volonté de puissances idéologiques ou financières qui cherchent à la soumettre, par tous les moyens, en empêchant, notamment, les Français de penser et d’avoir foi en eux, par … la repentance, la bien pensante qui, paradoxalement, ose interdire la liberté d’expression, et donc, de réflexion …,, le développement démographique, en son sein, d’une population à culture islamique conquérante et rétrograde …
    Il serait temps que la France reconnaisse toute l’importance de son identité, la retrouve et la préserve, … dans l’intérêt commun. http://www.transrealisme.org

    • henri smeyers says:

      MOnsieur Gouverneur,
      Il me semble que le problème est mal posé. La France est foutue. L’Allemagne est contaminée, la Suède, qui a voulu jour les exemples moraux, ne s’en sort pas, etc. . Restent quelques bastions de réaction immédiate (Hongrie, Pologne, Tchéco-Slovaquie) qui vont s’isoler et seront le refuge des enfants de la pensée conforme et moralisate d’un multiculturalisme islamisant. Il y a aussi des pays comme la Grèce, qui n’ont rien. . . . .comme ressources et projets. Donc pas de fric pour les envahisseurs, et une église orthodoxe religion d’état en plus. On construit encore des églises. . .en béton et aux normes sismiques. Ils ont dégusté pendant 400 ans avec le califat, c’est le meilleur moyen de comprendre.

  5. Daniel Daflon says:

    Decidemment, ces gauchistes ont beaucoup de points communs avec les talibans, à commencer par cette volonté frénétique de tenter de détruire tout élément ou trace du passé qui les dérange. Ce fanatisme destructeur paraît sans limite, mais le passé et l’histoire ne peuvent être changés, même si, parfois, on aimerait pouvoir le faire. Ce n’est pas en occultant des pans entier de l’Histoire et en la réécrivant à notre convenance qu’on peut la changer. Tout cela n’est que mensonge, désinformation et manipulation.
    Les gens honnêtes lutteront de toutes leur force contre de tels agissements.

  6. Gauthier says:

    Pourquoi cette «Compagnie de location de foules» a-t-elle recruté «des activistes politiques» à 25 dollars de l’heure à Charlotte la semaine dernière?

    http://reseauinternational.net/pourquoi-cette-compagnie-de-location-de-foules-a-t-elle-recrute-des-activistes-politiques-a-25-dollars-de-lheure-a-charlotte-la-semaine-derniere/

  7. Debra says:

    Saviez-vous que sur son lit de mort, Thomas Jefferson, celui qui a largement contribué à écrire la constitution des Etats-Unis, document sur lequel sont fondées les institutions américaines politiques, a dit qu’il prévoyait le jour où le pays serait dans le chaos à partir de la question de l’esclavage ?
    D’une certaine façon, ses paroles ont déjà été prophétiques pour la Guerre Civile (nous l’appelons ainsi aux U.S., nous ne l’appelons pas la Guerre de Sécession…), et promettent d’être encore prophétiques pour les U.S., au fur et à mesure que l’Union continue à foutre le camp. (Déjà il y a plus de quinze ans l’état de l’UNION était déplorable, à l’heure actuelle je vous laisse devenir ce qu’il est devenu…)
    Pourquoi la question de l’esclavage est-il si brulant ?
    Entre autres, parce que l’Antiquité greco-romaine pratiquait l’esclavage, et que nos langues actuelles ont des racines qui remontent à cette antiquité.
    La généralisation du culte chrétien a participé à refouler la pratique de l’esclavage… pendant un temps, EN EUROPE, mais avec l’affaiblissement progressif de l’autorité, et de la légitimité de l’Eglise, la question de l’esclavage a fait son retour, sur un autre continent.
    On peut dire d’une certaine façon que le problème de l’esclavage dans l’Antiquité est d’une brulante actualité, si on regarde le statut du travail monnayé de nos jours. QUI EST ESCLAVE ? Suffit-il du versement d’un salaire pour le travail pour ne pas être esclave ?
    Si on songe que les conditions… MATERIELLES de certains esclaves dans l’Antiquité (et peut-être dans certaines contextes du Sud aux U.S….) pouvaient être supérieures à celles de certains travailleurs modernes, quelles conclusions peut-on en tirer ?
    Difficile, difficile…

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com