Oui ou non le jihadisme est-il essentiel à l’islam et donc absolument inévitable? Oui ou non le jihadisme contre les mécréants est-il un devoir de la communauté des croyants? Oui ou non le jihadisme est-il un ordre d’Allah et de son messager Mahomet? Oui ou non un musulman a-t-il le droit de s’opposer au principe du jihadisme et continuer à être musulman?

Dans un exposé concis qui va au fond du problème, M. L’abbé Guillaume Gaud, expert en islam, répond à ces questions fondamentales  :

Abbé GaudCe qu’Allah lui-même demande dans le Coran

Le jihad est demandé par Allah :

– comme moyen de conversion : « Que l’inimitié et la haine paraissent constamment entre vous et nous, jusqu’à ce que vous croyiez en Dieu, l’Unique ! » (Coran 60.4) ;
– comme moyen d’affaiblir les sociétés non-musulmanes : « ô vous qui croyez ! combattez les incroyants qui sont près de vous et qu’ils trouvent en vous de la rudesse… » (9.124) ;
– comme moyen de purifier la religion : « combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de subversion et que la religion appartienne à Allah » (2.193) ;
– comme moyen de justifier le massacre de ceux qui ne veulent pas se convertir : « tuez les associateurs partout où vous les trouverez ; capturez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades » (9.5).
– guerre à mener partout où l’association règne : « tuez les associateurs partout où vous les trouverez » (9.5)
– guerre à mener en tous siècles, car c’est une règle immuable : « si les hypocrites, ceux dont le cœur est malade, ceux qui fomentent des troubles à Médine ne se tiennent pas tranquilles, nous te lancerons en campagne contre eux et ils ne resteront plus longtemps dans ton voisinage : maudits en quelque lieu où ils se trouveront, ils seront capturés et tués selon la coutume de Dieu à l’égard de ceux qui vécurent autrefois – tu ne trouveras aucun changement dans la coutume de Dieu » (33.60-2)
– Allah garantit la récompense des combattants et de ce qui les aident : « Ceux qui ont cru, émigré et lutté dans la voie d’Allah, ainsi que ceux qui les ont abrité et secouru, ceux-là sont les vrais croyants. Ils auront un pardon et une attribution honorable » (8.74)
– Allah garantit la punition de ceux qui craignent de faire le jihad : « si vous ne marchez pas au combat, Allah vous châtiera d’un châtiment douloureux » (9.39)
« quiconque tourne le dos en ce jour – à moins de se détacher pour un autre combat, ou de se rallier à une autre troupe – celui-là encourt la colère de Dieu ; son refuge sera la Géhenne : quelle fin détestable ! » (8.16)
– Allah demande de mettre la terreur : « la rétribution de ceux qui font la guerre à Allah et son Prophète, et de ceux qui exercent la violence sur la terre : ils seront tués ou crucifiés, ou leur main droite et leur pied gauche seront coupés, ou bien ils seront expulsés du pays » (5.33)
– Allah est le véritable auteur du jihad (donc pas de scrupule !) : « ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués. Lorsque tu lançais, ce n’est pas toi qui lançais mais c’était Allah qui lançait. Et ce, pour tester les croyants d’un bon test de sa part » (8.17)
– Allah est clair, il n’y a pas  d’autre moyen s’ils ne veulent pas se convertir : « que tu demandes pardon pour eux ou que tu ne le demandes pas, même si tu demandes pardon pour eux soixante-dix fois, Allah ne leur pardonnera jamais. Cela parce qu’ils ont mécru en Allah et en son Prophète. Allah ne dirige pas les gens pervers » (9.80)
– Allah autorise la ruse : « que les croyants ne prennent pas les mécréants pour alliés hors des croyants. Quiconque fait cela n’a rien à attendre d’Allah, à moins que ces gens-là ne constituent un danger pour vous » (3.28)
– Pas de sentiment dans le jihad : « le combat vous est prescrit et vous l’avez en aversion. Il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose et elle est un bien pour vous… Dieu sait, et vous, vous ne savez pas. » (2.216)

Conclusion : Ainsi dans le coran, le jihad est entièrement pris en charge par Allah qui en est l’inspirateur, le soutien, le rémunérateur, et le bénéficiaire.

Ce que Mahomet applique

Outre les grandes expéditions militaires (L’hégire (sept 622) ; Charte de Yathrib (622) ; Expédition de Badr (624) ; Expédition d’Uhud (625) ; Expédition du Fossé (627) ; Expédition de Hudaybiya (628) ; Expédition de Kaybar (628) ; Prise de la Mecque (630) ; Expédition de Hunayn (630) ; Expéditions hors Arabie), en dix ans, des dizaines d’attaques furent menées par Mahomet pour quatre buts principaux : conquérir le hijaz à la cause d’Allah, rallier les bédouins sous son drapeau, nettoyer les oasis des juifs, et combattre les chrétiens de l’Empire byzantin. C’est dans le cadre de ces batailles qu’il développa sa doctrine de non-confrontation, de ruse (Mahomet dit « la guerre n’est que tromperie » (Bukhari 56.157), de taqqiya, d’amitié feinte (« que les croyants ne prennent pour alliés les infidèles au lieu des croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » (3.28) de tenter de faire reculer l’ennemi en le terrorisant : ainsi Mahomet commandite l’assassinat de poètes (des civils !) qui s’opposaient à lui ; il fait assassiner Ka’b Ibn al-Ashraf, terrorisant ainsi les Banû Nadîr ; ou Abou Rafi’, transpercé d’un coup d’épée dans son sommeil (Bukhari, 64. 16) ; ou Asma bint Marwân, assassinée alors qu’elle dormait avec son bébé ; ou le vieux Abou Afak, lui aussi dans son lit.

Enfin, Mahomet éleva le jihad pour Allah en haut de toute la vie religieuse : «  Dieu saura gré à quiconque partira en guerre en vue de lui plaire et qui n’aura d’autre but en partant que de lui prouver sa foi et d’affirmer qu’il croit en ses envoyés. Il les fera revenir ensuite avec la récompense qu’il aura gagnée ou avec le butin conquis, ou bien il le fera entrer au paradis. Si ce n’était ma compassion pour mon peuple, je ne me tiendrais pas ainsi en arrière des troupes et je voudrais au contraire être tué pour la gloire de Dieu, ressuscité ensuite pour être tué de nouveau, et rappelé à la vie une autre fois pour être tué encore après cela » (hadith sahîh, Bukhari 2.26)

Les interprétations modérées de la jurisprudence (fiqh)

L’application des prescriptions coraniques doit toujours avoir lieu selon une école de jurisprudence (maddhab) ; c’est en conformité avec leur méthode et leur contenu universellement accepté que s’opère l’interprétation des prescriptions coraniques. Cet effort pour appliquer droitement le Coran est appelé ijtihad, et ne peut en aucun lieu être accompli par un individu – quel qu’il soit, imam, shaykh ou simple croyant – indépendamment de ces méthodes. Celui qui veut interpréter le Coran en dehors cette méthodologie, et aboutit ainsi à une conclusion ou une pratique non conforme à la sunna accomplit une innovation illégitime (bida’) qui ne peut être qualifiée de musulmane et ne peut être suivie par aucun croyant. Ainsi le musulman voulant réinterpréter le Coran à la lumière des « valeurs maçonniques de la république », ou à la lumière des « intérets nationaux ou financiers particuliers » (même de l’Arabie saoudite !) est sur la voie de sortie de l’islam.

Parmi les quatre écoles juridiques officielles principales qui gèrent les 90% de l’islam sunnite, la plus radicale est sans doute l’école hanbalite qui fut une école de réaction contre la pénétration de la pensée profane dans l’interprétation du coran. On comprend pourquoi cette école a le vent en poupe en Occident. Plus on cherchera à accomplir une réforme interne (islah) de l’islam par fécondation avec les valeurs républicaines laïques, plus les musulmans iront chercher les méthodes qui ont fait leurs preuves pour protéger leur corpus doctrinal.

Comment le courant des musulmans modérés applique-t-il les textes de l’Islam?

Mais l’école juridique la plus modérée et répandue en France, « l’islam officiel », est l’école malikite. Voici donc les extraits de la Rissâla, qui est l’abrégé au renom le plus considérable de la jurisprudence (fiqh) malikite. Son auteur, Al-Qayrawani, surnommé « le petit Mâlik », né en 922 en Tunisie, est un exemple de modération, si bien que son traité devint vite le manuel de base de toute l’école malikite. Voici les extraits du chapitre 30, consacré au jihad :

« le jihad est une obligation (communautaire) dont les uns se chargent, faisant que les autres en sont dispensés. [le jihad ne relève donc pas du radicalisme]

Il est préférable pour nous que les ennemis ne soient pas combattus avant de leur prêcher la religion d’Allah, sauf s’ils prennent l’initiative de nous attaquer. Soit ils adhèrent à l’islam, soit ils s’acquittent de l’impôt de capitation (jizya), sinon ils seront combattus. [il s’agit donc bien d’une guerre pour répandre la religion, contrairement à ce que le pape vient d’affirmer dans son interview]

(…) fuir devant les ennemis fait partie des péchés majeurs, s’ils ne sont pas plus que le double des musulmans. Si leur nombre est plus important, il n’y a pas de mal à cela. [or nous sommes en guerre contre le califat, nous répètent les hommes politiques ; donc les musulmans de France qui soutiennent le califat ne reculeront pas, quoiqu’on fasse]

L’ennemi est combattu, quel que soit l’homme, pieux ou pervers, qui dirige les croyants. Il n’y a pas d’inconvénient à tuer ceux qui auront été fait prisonniers parmi les combattants infidèles, mais on ne tuera personne après avoir donné l’aman. [très important : ceci légitime le soutien du califat par les musulmans, quand bien même ces dirigeants de l’Etat islamique seraient pervers]

On ne trahira aucun engagement qui leur a été donné. On ne tuera ni les femmes, ni les enfants, de même qu’on évitera de tuer les moines et les docteurs de leur religion, sauf s’ils combattent. La femme peut être tuée si elle combat. [l’égorgement du prêtre sort donc des limites du fiqh malikite]

(…) on ne peut partir en guerre sans la permission des parents, sauf si l’ennemi attaque par surprise la ville. Dans ce cas tous les habitants ont l’obligation de le repousser, et on ne demande pas la permission aux parents dans une pareille situation. [à l’heure du mondialisme où les frontières disparaissent, les partisans d’Al Qaida disent qu’il ne s’agit plus de défendre une ville, mais l’ensemble musulman planétaire attaqué ; tandis que les partisans du califat islamique, disent qu’il faut remplacer ‘ville’ par ‘califat’. D’où les départs de musulmans français pour la Syrie

Conclusion

Les français doivent regarder la réalité objectivement, sans l’exagérer ni la dissimuler. Il y a là un problème qui dépasse largement la question de la radicalisation des individus. Un problème dans l’essence-même de l’islam, capable de faire réfléchir les musulmans eux-mêmes ; voilà ce que nous attendons des discours de l’Eglise en pareille circonstance : arrêtez de nous dire « ce n’est pas l’islam, mais l’islamisme », mais dévoilez la vérité qui vous rendra libres, avec courage, bonté et persévérance : le problème est l’islam, le coran, Mahomet, et tout ce qui en découle. Parce que tout cela ne vient pas de Dieu, mais de son Adversaire.

Ô musulmans ! Regardez tout cela en face, et ayez la force d’y réfléchir en toute liberté. Ne comparez pas l’islam à la société occidentale laïque et dépravée d’aujourd’hui : vous compareriez le mal au mal. Mais regardez la vie de Jésus dans l‘Evangile, regardez l’Eglise catholique qu’il a fondée, chez ceux qui restent fidèles à sa Tradition authentique. Vous y trouverez la vraie adoration, fidélité, logique, paix et charité vraie. Je prie de tout cœur pour vous.

Abbé Guillaume Gaud, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Source : La Porte Latine du 29 juillet 2016

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

23 commentaires

  1. THIERRY DUFIT says:

    Merci M l’Abbé Guillaume Gaud qui expose les vérités sur l’islam avec tant de clarté. Ah certes ce n’est pas le langage maçonnico-œcuménique du pape et des évêques de France.
    Merci à Media Press Info de diffuser ce texte. Une fois de plus c’est un prêtre de la Fraternité St Pie X qui parle vrai et relève l’honneur de l’Eglise.
    Si seulement ce texte pouvait avoir une large diffusion peut-être qu’enfin les yeux –tout au moins certains – s’ouvriraient !!!

    • Raiford says:

      En résumé :
      – Les musulmans ont tous exactement le même Coran
      – le Coran est un appel à la violence et à la guerre
      Donc il n’y a pas de musulmans modérés, comme on veut nous le faire croire.

  2. Dupond la joie says:

    Il ya des prêtres dans l’extrême droite ?

    • le guerrouet says:

      c’est à cause de son dernier paragraphe que vous dites ça ???

    • Tu portes bien ton pseudo avec cependant une faute de frappe:remplacer la p par un c c’est mieux.
      Peux-tu toi qui sembles éclairé mais surement pas par ton qi nous expliquer ce qu’est l’extrême droite! l’extrême gauche?
      Je tenterais bien de t’expliquer mais je crains que ce soit irreversible: une lie de caniveau on a beau la passer à la javel ça reste une lie

      • Pierre says:

        On comprend pas bien ce que tu écris.

        Je crains que si tu tentais d’expliquer ce qu’est l’extrême droite, on ne comprendrait pas grand chose.

  3. Il n’existe pas en effet , et n’a jamais existé d’ islam « modéré » , sauf dans l’esprit tordu de la caste politico-médiatique islamo-compatible !
    Cette notion est une pure vue de l’esprit , un enfumage , une véritable escroquerie intellectuelle à l’ usage des ignorants .
    Peut-on parler , à la limite , de musulmans « modérés » ( dans leur pratique de cette religion ), parcequ’eux-mêmes largement ignorants des écrits coraniques ou des haddiths , pratiquant une religion culturelle plus que cultuelle …
    Cela était vrai jusqu’à il y a peu , parceque la « ré-islamisation » des musulmans en France et en Europe avance à grands pas et commence à poser un énorme problème .
    Avancer l’ idée ( définitivement absurde ) d’ un islam modéré , c’est comme si l’ on avait parlé d’ un nazisme modéré , dans les années trente ou quarante , ou bien d’ un stalinisme modéré LOL

  4. Quéniart says:

    il n’y a pas de jihad ça c’est de la foutaise exacerbée par les pseudos islamistes de dawla,le jihad c’est l’effort sur soi-même,le jihad guerrier est mort avec la mort du Prophète(saws),le problème ce n’est pas l’islam mais les mabouls qui suivent des faux imams complétement mabouls genre baghdadi le fourbe

    • le guerrouet says:

      ah ah ah !!! t’es un drôle, toi !

    • john azul says:

      Bon, apparemment les mahboul (mabouls) sont nombreux, ils sont légions en islam, tant et si peu, que mohamed lui même, si son existence réelle n’est pas une légende, est un maboule de premiere

      • Pierre says:

        Il y en a toujours moins qu’il y a eu, à l’époque des croisades, de mabouls agissant pour le dieu chrétien.

  5. Elbatlebeur says:

    Bravo et reconnaissance à la fidélité de ce ministre sacré de Notre Seigneur Jésus .
     » On ne tuera ni les femmes , ni les enfants de même qu’on évitera de tuer les moines … (…) »
    Y a t’il beaucoup d’analphabètes au sein de la population musulmane ?

  6. « On ne tuera pas les femmes ni les enfants ….. » ben voyons …
    Pourquoi tuer de futurs esclaves sexuels , négociables à bon prix sur les marchés d’Orient ?….

  7. Cela se saurait depuis des lustres s’il existait un Islam « modéré ».
    Dans l’Islam il n’y a rien de modéré. L’Islam semble ou feint être modéré lorsqU’il sent face à lui une FORCE. Et les Musulmans sont les meilleurs acteurs de l’univers pour feindre. Salamalec??apprenez ce terme. Le Musulman est capable de vous faire un grand sourire, de vous caresser dans le sens du poil et sitôt le dos tourné il vous égorge.
    Vous les lecteurs vous êtes parfaitement au fait que la France, puisque c’est jusqu’à présent notre pays, n’a AUCUN musulman modéré. Vous en avez eu et vous aurez encore des preuves.
    Lorsqu’une racaille agresse ou détruit tout symbole de la raie publique AUCUN MUSULMAN ne se manifeste.
    Lorsqu’une racaille décède après un délit comme ce fut le cas récemment avec le Taoré » des marches blanches (sic) s’organisent.
    Vous faut-il encore des preuves?
    Pendant que le Musulman intégriste égorge une victime, le musulman modéré tient les jambes de la victime.
    Il n’y a pas au monde une religion plus pernicieuse que l’Islam; depuis la nuit des temps l’Islam n’a fait que détruire JAMAIS construire.

    • Pierre says:

      Ah vraiment ?

      Certains allemands disaient à peu près la même chose des juifs dans les années 30.

  8. Exact Moktar , cette pseudo-religion n’est qu’une secte pernicieuse qui a « réussi » et qui verse des fleuves de sang depuis 14 siècles , pour satisfaire ce faux dieu sanguinaire , résurgence du Moloch antique . Vulgaire copié-collé du judaïsme ancien et d’un christianisme dévoyé , mâtinée de grossier paganisme , cette secte n’ a d’égal en cruauté que le nazisme et le communisme réuni !

  9. Émilie : vous dites « […] donc les musulmans de France qui soutiennent le califat ne reculeront pas, quoiqu’on fasse] »
    et puis vous continuez à citer votre source :
    « L’ennemi est combattu, quel que soit l’homme, pieux ou pervers, qui dirige les croyants. »
    Comment arrivez-vous à ne pas voir la reproche muette que fait son « quel que soit l’homme » à votre « quoiqu’on fasse » ? ‹Quoique› est toute une autre histoire : « quoiqu’on fasse tout pour les faire reculer », par exemple. À propos : écririez-vous aussi « bienqu’on fasse tout […] ? Il faut quelquefois distinguer très clairement.
    En lire plus sur – non, plutôt dans un manuel de grammaire. Vous faites cette erreur de façon répétée, quoi que je vous dise. Théologiquement parlant, vous êtes sur ce chapitre dans un état d’ignorantia invincibilis.

    • Emilie Defresne says:

      Apprenez à lire! C’est M. l’abbé Gaud qui écrit, pas moi. Je n’ai fait qu’une courte introduction et j’ai coupé le texte par un seul gros titre. C’est pourtant assez clair!

      Plutôt que chercher la petite bête, instruisez-vous sur le fond du texte.

      Et puis pensez à corriger vos propres fautes dans vos commentaires qui ne sont pourtant pas longs…

  10. Pierre says:

    Ce monsieur sait-il que les terroriste ne lisent pas le Coran ?

    A propos de l’attentat de Nice par exemple :
    « Mohamed Lahouaiej Bouhlel ne fréquentait jamais la petite mosquée en contre-bas de la cité périphérique du nord de Nice où il vivait avec son épouse avant leur séparation et il buvait des bières, selon les dires de plusieurs membres assidus de « l’Association cultuelle de Nice Nord ».

    « Il n’est pas soumis à Dieu, je ne l’ai jamais vu à la mosquée », déclare un gardien d’immeuble de ce quartier, attablé au restaurant attenant à la salle de prière. A ses côtés, trois musulmans pratiquants aux longues barbes, rivés à une chaîne d’information en continu, confirment. C’est aussi ce qu’a raconté l’un de ses amis, selon lequel il « se foutait de la religion ». Source : Le Monde.

    Malgré cela, l’idée de ce monsieur c’est donc : « montrer au peuple français que le problème c’est le coran. Alors remplaçons le coran par des bibles ».

    Diagnostic de merde. Solution inéficasses.
    Les terroristes ne lisent déjà pas le Coran. Vous pensez qu’ils vont lire la bible ?

    • Raiford says:

      C’est un peu trop facile de classer les terroristes en prétendant qu’ils n’ont pas lu le Coran.
      La transmission du Coran se fait beaucoup plus par oral que par la lecture, vu le nombre d’illétrés en Orient.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com