karimov_ufaOn l’imaginait terminer renversé par quelque « révolution des gossypium » ou rattrapé par quelques affaires de corruption. Pourtant, Islam Karimov, inamovible président des destinées ouzbèkes depuis 1989, est mort le plus tranquillement du monde dans son lit le 2 septembre à l’âge de 78 ans, après avoir trop arrosé à la vodka les succès ouzbeks aux Jeux Olympiques de Rio (13 médailles dont 4 en or), ce qui provoqua une hémorragie cérébrale. Karimov était le dernier des vétérans de l’époque soviétique depuis la mort de son voisin turkmène Saparmyrat Nyýazow en 2006.

Né en 1938, placé en orphelinat lors de l’emprisonnement de son père si on en croit sa biographie officielle (qui sera quelque peu trafiquée), il y restera de ses 7 ans à sa majorité pour « indiscipline », ses adversaires politiques l’accusant d’avoir entamé alors une carrière de voleur de pastèques.  Néanmoins, il fit des brillantes études d’ingénieur agronome et adhéra au Parti Communiste en 1964. Il en gravit un à un les échelons : ministre des Finances de la République Socialiste Soviétique d’Ouzbékistan en 1983, il devient vice-premier ministre en 1986 non sans avoir l’année d’avant renié son frère impliqué dans des affaires de corruptions. Il devient premier secrétaire du Parti en 1989 puis Président en 1990.

Lors de l’effondrement de l’URSS, dont il ne voulait pas se séparer, il devient le Président du nouveau pays et fut constamment réélu avec des scores qui fleuraient bon la nostalgie de sa chère URSS : 86 % en 1991, 91,9 % en 2000 (son adversaire ayant même voté pour lui), 88,1 % en 2007 et 90,4 % en 2015. Sa grande réussite fut de s’être allié aux Etats-Unis en 2001, apportant sa contribution à la guerre américaine en Afghanistan, notamment en soutenant son compatriote le général Abdul Rachid Dostom qui a réussi le tour de force de collaborer avec la totalité des parties prenantes en Afghanistan depuis 1975 et dont il fut récompensé en devenant vice-président en 2014… En 2005, sentant que Poutine n’était pas Eltsine, il retourna une nouvelle fois ses alliances, chassa les Américains et s’aligna sur Moscou.

Moscou n’entretient pas de troupes en Ouzbékistan, contrairement au Tadjikistan voisin où la 201e division mécanisée est toujours à Douchambé. Loin des fronts, l’Ouzbékistan n’avait comme troupes soviétiques que la 4e division motorisée de la Garde et la 114e division motorisée, plus la 134e division motorisée (catégorie M, dont utilisée en dernier recours), qui furent les embryons de ce qui sont actuellement les 25e, 37e et les deux autres brigades motorisées (numéros inconnus, l’un porterait éventuellement le n°108) de l’armée ouzbèke. Quand au 387e régiment d’entraînement aéroporté de l’URSS, il est devenu la 17e brigade d’assaut aérien.

Homme impitoyable, Karimov n’avait pas hésité à réprimer à la mitrailleuse lourde une manifestation à Andijan le 13 mai 2005, provoquant officiellement 187 morts, en réalité pas loin de 800, ce qui vaudra à l’Ouzbékistan un embargo sur les armes jusqu’en 2009. Musulman de culture mais laïc dans les faits (il réprima les fondamentalistes musulmans avec une rare violence), héritage soviétique oblige, celui que le peuple appelait affectueusement « bobojon » (papy, dans le sens grand-père) n’avait pas cédé au culte de la personnalité soviétique, mais s’était plutôt forgé une image plus « royale » (l’Ouzbékistan est le berceau du redoutable Tamerlan) d’un homme au-dessus de la mêlée, aux rares interventions, les rendant donc plus importantes. Bien qu’ayant renié sa famille, il saura placer celle qu’il fonda avec l’économiste Tatiana Karimova. Sa fille aînée Gulnora sera ambassadrice à Madrid avant d’être disgraciée, probablement en contrecoup de la saisie des avoirs bancaires ouzbeks à l’étranger (notamment en Suisse) en septembre 2012. Sa fille cadette, Lola, est ambassadrice à l’UNESCO et épouse de l’homme d’affaires Timur Tillyaev, dont la fortune oscille ente 100 et 200 millions de dollars.

Pour le moment, l’intérim est assuré par Shavkat Mirziyoyev, 58 ans, premier ministre depuis 2003 et candidat favori à la succession, s’il parvint à évincer ses deux concurrents, le ministre des Finances Roustam Azimov et le chef des services secrets, le très paranoïaque Roustam Inoyatov , qui pousse la discrétion jusqu’çà ne jamais apparaître sur les photos.

L’enjeu est le contrôle d’un pays riche. L’Ouzbékistan, c’est le 1er  producteur mondial de kaolin, le 4e  toile de jute, le 6e de coton et de soie, le 7e d’uranium, le 10e d’or et le 12e de tomates, plus d’intéressantes réserves de gaz, sans parler évidemment le fait qu’il soit situé au centre de « la route de la Soie » (Samarcande est en Ouzbékistan) et traversé par un réseau de pipeline. Nuls doutes que Moscou surveillera de très près l’évolution de ce pays qui a toujours voulu rester non-aligné, même s’il est membre de l’Organisation de Coopération de Shanghai, sans être pour autant membre de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective, dont il est le maillon manquant dans le système de défense russe en Asie Centrale…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. " Pour le coup " says:

    Quelle symbolique contemporaine , signe de la Divine Providence .
    Islam , mort dans son lit … !
    – A la biographie trafiquée
    – Voleur de pastèques
    – Renié son frère
    – Homme impitoyable
    – Répression à la mitrailleuse lourde d’une manifestation de son peuple
    – Réussi à évincer le ministre des Finances et le très secret chef des services secrets .
    – Renié sa famille
    – Disgracié sa fille aînée
    – Enjeu contrôle pays riche
    – Maillon manquant dans le système de défense russe en Asie Centrale .

    Comprenne qui pourra ou qui voudra …

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com