Les dernières données sur la croyance en Dieu (celui des chrétiens, donc pas Allah) en Europe est très instructive. La France est le 4e pays le plus athée de l’Union Européenne, derrière la République Tchèque, l’Estonie et la Suède.

Une analyse plus pointue de chaque pays permet de déterminer des tendances. La République Tchèque est logiquement en première position avec 16 %. Ce pays protestant, berceau de l’hérésie de Jean Hus, disposant dans sa ville de Prague de l’une des capitales du talmudisme, n’est guère surprenant à cette place. La République Tchèque a toujours été un pays gangréné par l’apostasie. Seul pays d’Europe de l’Est où des religieuses se sont déshonorées en collaborant avec l’armée rouge pour des tâches immondes, l’ombre méphitique du Golem de Prague plane sur cette nation.

L’Estonie et la Suède, deux autres nations protestantes, sont à la 2e et 3e place avec 18 % de croyants.  Ce sont deux nations riches, dont enferrée dans les croyances matérialistes, d’autant plus que l’Estonie a subi le joug soviétique de 1940 à 1941 et de 1944 à 1991, ayant subi une importante saignée de population (un tiers de la population environ a succombé dans les camps de la mort soviétiques). Quant à la Suède, elle est dans le même cas que les Pays-Bas : nation en voie de décadence totale, malgré des ultimes résistances de plus en plus grandes, dévoiement de la pensée chrétienne vers un ethno-masochisme peccamineux, pays moribond puisque pays à âme morte.

La France est donc 4e avec 27%. Pays de la guerre civile, la France vit depuis 228 ans sous un joug cathophobe qui a délibérément saigné à blanc les provinces catholiques lors de la boucherie de 1914-18 et qui, en 1944, a liquidé un nombre conséquent de catholiques lors de l’épuration gaulchévique et sa centaine de milliers de morts (97.000 à 150.000). La France a cependant été le fer de lance de la révolte des fidèles catholiques contre la soumission des autorités religieuses à Mammon, que ce soit en 1976 avec Mgr Lefebvre ou en 2014 avec La Manif pour Tous.

En 5e position, on trouve le Danemark et les Pays-Bas, deux pays connus par la licence des mœurs y régnant et par leur appartenance au monde protestant. Deux pays qui, étant allé au fond du puit de la déchéance, commencent à remonter lentement sur le plan politique, aidés il faut le dire par l’attitude des colonies de peuplement musulmanes.

A la 7e place ex-aequo, la Slovénie et la Lettonie, avec 32 % de croyants. La Slovénie, plus riche des pays de l’ex-Yougoslavie, tour à tour membre de l’Empire austro-hongrois, du Royaume de Yougoslavie, annexée par l’Allemagne nazie puis incorporé dans la Yougoslavie communiste, a subi les influences étrangères plus souvent mauvaises que bonnes. Quant à la Lettonie, l’autre pays protestant de l’URSS avec l’Estonie, les églises protestantes n’ont pas su comme en Pologne transformer l’essai.

En 9e position, la Finlande, toujours pays protestant avec 33 %. Longtemps pauvre, donc moins infectée que la Suède, la Finlande est également en proie désormais à une prise de conscience identitaire, qui ne se transforme pas une prise de conscience religieuse de par la faute d’une « élite » religieuse aussi vendue au « Prince » de ce monde que ses politiciens.

En 10e position, le plus athée des pays orthodoxes, la Bulgarie avec 36 % seulement de croyants. Ayant payé un lourd tribut à la résistance contre l’envahisseur ottoman et l’oppresseur communiste, l’église orthodoxe n’a pas su obtenir les mêmes positions qu’elle a acquise dans la Russie proche, dans un pays où les communistes sont encore puissants et moins inféodés à l’Union Européenne que les anciennes nomenklaturas d’Europe orientale.

En 11e position, ex-aequo, la Grande-Bretagne et la Belgique avec 37 %.  La Grande-Bretagne a vu l’église anglicane souffrir d’une vague de départ sans précédent suite à son inféodation aux dogmes planétariens sur les questions des mœurs.  L’abandon des classes populaire par un clergé La situation de la Belgique a été en partie similaire à celle de la France quant à l’ineptie du clergé. Clergé gauchisant qui a réussi à braquer la très catholique Flandre en rejetant les partis identitaires

En 14e position, ex-aequo, l’Allemagne et l’Autriche avec 44 %. Les clergés allemands et autrichiens étaient déjà gangrénés par le modernisme depuis le début du XXe siècle (Benoît XV fut élu en lieu et place de Rafael Merry del Val au cri de « plus d’intégriste sur le trône papal » scandé par les évêques allemands et autrichiens). La Bavière constitue encore un bastion de l’Eglise, tout comme le Tyrol de l’autre côté. Les catholiques sont légèrement majoritaires sur les protestants, ces derniers ayant payé au prix fort les massacres ethniques de 1945.

En 16e position, la Hongrie avec 45 %. Autre pays profondément catholique où l’Eglise fut persécutée par les communistes (pour la majorité juifs), c’est aussi un pays où, comme en Pologne, les anciens tortionnaires communistes repeint en rose social-démocrasse et soutenus par Bruxelles et Washington ont été supplantés par une droite de conviction qui rend coup pour coup.

En 17e position, la Lituanie avec 47 %. Celui des pays Baltes qui est le plus fidèle à la foi est aussi le seul des trois qui est catholique.

En 18e position, l’Espagne avec 59 %. Pays profondément catholique, elle l’est encore majoritairement grâce à un clergé qui tient encore la route. Les atrocités communistes ne datent que de 80 ans, la vigilance est encore de mise, le clergé ayant même osé défier le premier ministre israélite Zapatero et le juge Garzon.

En 19e position, la Slovaquie avec 63 %. La partie catholique de la Tchécoslovaquie, seul pays d’Europe dirigé par un ecclésiastique au XXe siècle, a toujours défendu fermement sa foi, la rapprochant plus de Budapest que de Prague. La mutation des communistes locaux en nationaux-communistes est un élément prouvant l’importance de la foi.

En 20e position, la Croatie avec 69 %. Pays catholique rival de la Serbie orthodoxe et de la Bosnie musulmane, elle s’est battue de 1919 à 1939, puis de 1945 à 1993 pour arracher sa liberté. Les catholiques militants ont été le fer de lance de la lutte pour l’indépendance et il en reste encore une combattivité certaine.

En 21e position, ex-aequo le Portugal et l’Irlande avec 70 %. Deux pays assez similaires, qui ont connu une misère propice à l’émigration, où l’Eglise est partie prenante de l’identité nationale, même si l’épiscopat commence à baisser sa garde, l’Europe y veillant…

En 23e position, l’Italie avec 74 %. Pays catholique dont la capitale est le siège papal, la foi y est encore profondément ancrée, l’Eglise y ayant été persécutée il y a près d’un siècle (sous la maison de Savoie, un prêtre en soutane risquait la prison s’il n’était pas « en service »).

En 24e position, ex-aequo la Grèce et la Pologne avec 79 %. La Grèce voit l’église orthodoxe jouer un rôle capital (et que l’Europe voudrait bien voir détruit, d’où son soutien aux opposants en toc de Syriza contre la vraie opposition qu’est l’Aube Dorée). Même chose en Pologne, où l’église catholique – colonne vertébrale du pays – a été le fer de lance de résistance contre les nazis, les communistes et maintenant les européistes.

En 26e position, Chypre avec 88 %. Pays orthodoxe confronté à une occupation-colonisation de la partie septentrionale de l’île, ce qui met les chrétiens dans une position de combat, propice au maintien de la foi.

En 27e position, la Roumanie avec 92 %. Pays d’une grande pauvreté, la Roumanie fait partie du monde orthodoxe. Particulièrement persécutée sous le régime communiste (notamment par les juifs Pauker et Roman) et étant comme en Pologne le socle de la résistance, l’église orthodoxe a encore une influence déterminante pas encore entamée selon l’axiome « plus un pays est pauvre, plus la foi y est intense », l’homme ne pouvant adorer deux dieux en même temps…

Il n’y pas de données ni pour le Luxembourg, dont on sait que le taux de croyance est entre 40 et 49 %, ni pour Malte qui se situe entre 70 et 79 %.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

67 commentaires

  1. balaninu says:

    Si toutes ces données sont exactes, je crois que le Chapelet est de rigueur il n’y a que ce « passeport » pour le Ciel qui sauvera la France de son apostasie.

  2. Anastasia says:

    On ne peut que constater les dégâts dans les cerveaux des Français par la sociale démocratie des années 80 90 2000 et le marxisme de l’avant et d’après guerre, une véritable lobotomie des âmes, très frappante en particulier dans le milieu catholique moderniste.

  3. Philibert says:

    L’Italie avec 74%, j’ai du mal à le croire. De même ces 23% pour la France. Les gens se déclarent mais il doit y avoir même pas 10% de ces chiffres-là qui vont aux sacrements. Quant aux Orthodoxes, étant donné qu’ils ne sont pas de l’Eglise, leur pourcentage élevé ne vaut pas grand chose, surtout si un jour ils se retournent comme les Protestants.

    • pamino says:

      « Quant aux Orthodoxes, étant donné qu’ils ne sont pas de l’Eglise, […] »
      Comment ? le mot ‹ église › est un mot grec ! Vous seriez bien content de recevoir les derniers Sacrements d’un prêtre orthodoxe si vous mourriez en Grèce ou en Russie et un prêtre occidental ne pouvait pas être trouvé.

  4. C’est intéressant, mais ne devrais-tu pas préciser ce que le sondage entend au juste par « croyants » ?
    Je suppose qu’il s’agit des gens baptisés qui se disent croyants, ce qui couvrent les pratiquants et les non pratiquants ensemble ? De plus dans « chrétiens », est-ce que les hérétiques sont inclus ?

    Ils faudrait croiser les trois données, si on peut se les procurer : le chiffre des baptisés (catholiques), le chiffre des baptisés qui sont « croyants », et celui des catholiques qui pratiquent (chaque semaine, et non une fois par mois ou moins comme les sondages « officiels » les définissent !).

    Pour rejoindre ce que dit Philibert, je me rappelle avoir lu qu’en 2010 la fraction de catholiques pratiquants réels en France était d’environ 2,8% de la population du territoire.

    • Boutté says:

      Jamais l’élite ne fût nombreuse. C’est presque sa définition .

    • C’est on ne peut plus simple : les croyants sont ceux qui ont répondu « oui » à la question « croyez-vous en Dieu ».

      • Merci cher « Xiep » :-D, donc c’est bien ce qu’on pouvait craindre, en réalité, le pourcentage est moindre…
        Si je remets la papatte sur le sondage dont je parlais plus haut, je te l’envoie par mail.

  5. * qui crouvrE, désolée pour l’orthographe, 6 heures de travail dans les pattes…

    • fatilasa says:

      Remarque très judicieuse, chère Mésange.
      L’Eglise catholique hiérarchique se fait forte d’un nombre croissant de baptisés dans le monde. Mais ce ne sont que des apparences car en réalité, il y a de moins en moins de pratique et de vraie foi :
      1. tout le monde sait bien que beaucoup demandent le baptême pour leur petit enfant presque de la même façon qu’ils sollicitent une bénédiction spéciale pour leurs véhicules ou leurs animaux de travail et de compagnie, alors qu’ils ne pratiquent pas du tout, qu’ils n’ont pas conscience des réalités des sacrements et que l’enfant ne sera que sommairement éduqué dans la foi. Dès qu’il atteint l’âge de faire sa « profession de foi », il en fait plutôt une « profession d’athéisme » puisque, presque systématiquement, à l’exemple de ses tuteurs, il ne met plus les pieds à l’Eglise après. Est-ce vraiment la foi en Dieu ?
      2. Le droit canon autorise un prêtre à refuser le baptême s’il est convaincu que l’enfant ne sera pas du tout éduqué dans la foi catholique. Et certains vrais prêtres le font courageusement mais se font traités actuellement de « mauvais employés de commune » par le pape Bergoglio. L’Eglise ne serait-elle donc plus qu’une institution civile comme les communes ? Pourtant, le code de droit canon est clair (can. 851/2° – can. 868/§1/2°). Va-t-on aussi le réformer en conséquence ? Jorge Bergoglio semble ainsi exprimer que le baptême est suffisant pour être sauvé, mais c’est une dérive vers la doctrine protestante de la justification. Or, c’est la foi et ses oeuvres qui sauvent. « Une foi sans œuvre est une foi morte ».
      3. De toute façon, la jeunesse d’aujourd’hui ne reçoit déjà plus d’éducation religieuse correcte, dans la connaissance des commandements, des dogmes, des vertus théologales et cardinales, des péchés capitaux, des dons du St Esprit, de la pratique dominicale (hormis dans certaines rares communautés). Et elle ne peut plus être éduquée que dans l’esprit du faux christianisme et de la fausse Eglise de Bergoglio.
      4. Au concept initial de « croyant pratiquant » est venu s’ajouter celui de « croyant non pratiquant » qui n’est qu’une ineptie, un faux témoignage. Un jour, un citoyen rencontre son curé de paroisse et lui dit : « Vous savez, Monsieur le curé, je ne pratique pas, mais je suis croyant ! ». Le brave prêtre lui répondit : « Je vous comprends, c’est tout à fait comme moi, je suis nudiste mais je ne pratique pas ! ». Un autre prêtre répondait à ce genre de réflexion : « Vous avez juste le même problème que le diable. Lui aussi croit en Dieu mais ne pratique pas du tout non plus comme vous ! ». Confierait-on sa santé à un prétendu médecin qui ne pratique pas du tout ? Aucun des sept sacrements ne confère la foi, c’est l’amour et la foi qui confèrent le besoin des sacrements. Le grand nombre des baptisés catholiques ne pratique plus et donc ne croit plus ou bien croit en n’importe quoi et n’importe comment.
      5. Cet esprit de fond de facilité (foi légère et facile – croix légère et facile : croix de liège dans la vision du troisième secret de Fatima) s’est finalement imposé à la conscience générale, l’a submergée et polluée en suscitant le concept de « pratiquant non croyant » consistant à n’accepter de la morale catholique que ce qui arrange et à rejeter ce qui dérange. C’est le principe de la religion « à la carte », de la miséricorde « à la carte », de l’Eucharistie « à la carte » » que prône Bergoglio plus que jamais par l’application pastorale d’Amoris Laetitia. Une foi submergée par la compromission et dont le Seigneur a dit : « Que ton oui soit oui, que ton non soit non, le reste ne vient que du malin »
      Déjà en 1995, lors d’une interview, l’abbé Pierre faisait une réflexion percutante : « A voir la façon dont les chrétiens se comportent, on se poser la question de savoir s’il y en a qui croient vraiment en Jésus-Christ. Certainement qu’il y en a, mais pas beaucoup ! »
      Déjà, Notre Seigneur Jésus-Christ avait demandé : « Quand le Fils de l’homme reviendra sur la terre, trouvera-t-il encore la foi ? »

      • Un prêtre répondit un jour à une personne qui se disait non pratiquante « Vous avez déjà été amoureux ? Eh bien, imaginez dire « je suis amoureux mais non, vraiment, je ne suis pas intéressé pour visiter l’élue de mon coeur, je la vois une ou deux fois l’an, cela me suffit ».
        Comment jugeriez-vous ce prétendu amour ? »

        J’ai bien aimé cette analogie et je l’ai retenue.

  6. Slovak says:

    En ce qui concerne la Slovaquie, le chiffre est de 80-85% de croyants.
    65% catholiques romains
    7% catholiques grecs
    10% evangeliques
    1% orthodoxes
    1% calvinistes (des Hongrois)

    Et aucune mosquée, nous sommes le seul pays d’Europe

  7. MCF68 says:

    Je ne comprends pas bien le titre. Pourquoi ingrate ? Je ne vois pas bien ce que l’Église a fait de tellement magnifique.

    • Vercin says:

      L’Église était un des piliers des sociétés européennes dont la France , la Fille Aînée !
      L’Église enseignait les vertus nécessaires au Salut Éternel .
      L’Église organisait le repos dominical , les veilles , les 50 fêtes annuelles , les vigiles , l’honneur , l’honneur , les vertus , l’objectif était de dompter la mort et de ne pas s’attacher aux biens terrestres !
      L’homme n’était pas esclave des lois du marché , la législation du travail n’existait pas !
      La cupidité marchande , les lois productivistes étaient inconnues .
      La France est la fille ingrate de l’Église , beaucoup de ses enfants en sont à l’apologie des vices …
      Leurs actions humaines sont guidées par la vanité et l’amour de soi guidée par la mécanique du calcul de l’intérêt !

      • MCF68 says:

        Curieux alors que l’on ait décidé de changer ce monde merveilleux. A mon avis c’est que çà ne devait pas si bien marcher que çà.

        • Vercin says:

          La disqualification radicale de l’Église était nécessaire pour permettre l’hégémonie politique du capitalisme bourgeois .
          La cupidité marchande est devenue vertueuse …

        • Ou plutôt, c’est justement parce que cela marchait bien.
          Le progrès de la Religion n’est pas cumulatif comme celui de la science, il dépend des bonnes volontés, lesquelles évidemment se fondent dans le Plan divin : d’où le terrible revers que nous connaissons. Rappelez-vous que comme ce qui fait notre peine de Catholique fait votre joie d’impie, ce qui plus tard fera notre Joie fera aussi votre peine la plus terrible : ce n’est que justice. D’ici là, riez de nous…

          • MCF68 says:

            Je ne ris ni ne me réjouis. J’analyse, c’est tout. L’Église est dans cette situation à cause de son comportement. Un peu trop de massacres. Et un peu de trop de sang d’innocents. Et celui là ne s’efface pas.

            • Posture artificieuse ! Diriez-vous de même pour la république ou pour la science ? L’Eglise, c’est à la fois la doctrine immuable et la structure humaine. Ainsi, si les fidèles ou la hiérarchie sont responsables du massacre d’innombrables innocents (en cette matière il y aurait nécessité pour vous d’étudier les contextes historiques et non de vous risquer à cette affirmation générale et « un peu trop » vague), alors vous devez convenir avec moi que ceux-là n’ont pas été fidèles. Si les royaumes chrétiens ont commis de lourdes fautes, alors c’est qu’ils n’ont pas été assez chrétiens. Il faut donc réformer et non détruire ou condamner avec confusion. Sauf que je sais pourquoi vous ne le faites pas, et ce n’est pas une question de massacre ou d’autres actions fautives : c’est la doctrine qui ne vous reviens pas.
              On est convaincu de la perfection de la Révélation chrétienne ou on ne l’est pas. A plusieurs reprises je vous ai lu vous réjouir de l’effondrement de l’édifice chrétien (surtout en matière morale), sans lequel, par ailleurs, vous n’existeriez pas, ni même la science telle qu’on la connaît.

              • MCF68 says:

                Concernant les massacres, je fais la part des choses. Quand ils ont massacré les juifs et les musulmans lors de la prise de Jérusalem en 1099, je me dit qu’ils sont dans le courant de leur époque. Les musulmans aussi ont du massacrer tout aussi joyeusement.
                Plus difficile pour de comprendre c’est quand ils se massacrent entre eux (Constantinople (1204).
                Perfection chrétienne tellement évidente qu’elle a abouti a plusieurs schismes.
                Le problème que vous avez peut être du mal à voir c’est qu’elle n’a jamais su se réformer, tant sur le plan scientifique que sur le social, elle a été à la traîne. Et elle l’est encore. Non seulement est est en déclin mais de par sa structure de pensée elle ne pourra pas remonter la pente.
                Si j’ai pu laisser croire ou écrire que je m’en réjouissais alors je vous prie de m’en m’excuser. Mais concernant la science, elle n’a jamais été un facteur de progrès. Affaire Bruno, Galilée, Darwin, Chardin.

                • H. P. says:

                  Mon pauvre monsieur,

                  On voit que vous ne connaissez rien à l’histoire des rapports entre Science et Eglise. Amusez-vous à faire humblement la liste les grands savants catholiques qui ont travaillé en toute harmonie avec la doctrine de l’Eglise et puis vous reviendrez nous voir. Par ailleurs, savez-vous vraiment où était le problème avec Gallilée ? Savez-vous vraiment pourquoi il y a eu des guerres entre chrétiens ? Allez-vous instruire et quand vous aurez vous reviendrez blablater !

                  • MCF68 says:

                    A mon avis j’en sais plus que vous. Je peux répondre oui à toutes vos questions. Mais il est certain que mes réponses ne rejoindront pas les vôtres. Par contre les miennes sont celles de tous les chercheurs tant en histoire qu’en science.
                    Maintenant si vous vous qu’on compare, je suis prêt.
                    On attaque par Galilée ? Ou vous en rester là. Ce qui ne m’étonnerai guère.

                  • MCF68 says:

                    @HP
                    Quoi… déjà fini..pas eu le cran de relever le gant. Je m’en doutais. J’espère que j’aurai plus de chance la prochaine fois. Avec un adversaire plus à la hauteur que vous.

              • Vous parlez des Hommes d’armes, Chrétiens, non de l’institution Eglise. Les dérives en temps de guerre sont effectivement malheureuses. La perfection de la Révélation chrétienne n’est pas entachée par les schismes, ni même par la dislocation de l’unité qu’on appela jadis la Chrétienté. Bref, être à la traîne sur le plan moral de votre point de vue, c’est plutôt être sur le bon chemin d’après mes convictions. Je pense qu’en n’étant pas Chrétien on ne voit pas le malheur de notre temps par rapport à l’époque où la Religion dominait. Je crois aussi que ce n’est point une excuse, car en lisant certains auteurs au cours de l’histoire, même non Chrétiens, ceux-ci se rendent compte du mal qu’a subit la France et sa société à cause de la débâcle religieuse.
                En temps normal, se marier, fonder une belle et nombreuse famille, éduquer ses enfants selon ses convictions, avoir un travail permettant de subvenir à ses besoins, vivre dans une société conviviale de gens heureux, dans laquelle en général on s’entend avec son voisin, et au sein de laquelle l’amour du pays ne connaît pas la division : tout cela constitue la base. Or, de jour en jour, de telles exigences sont de plus en plus piétinées. Et quand on regarde dans le passé, on peut clairement discerner le fil d’une évolution tout à fait conséquente et qui n’a fait qu’empirer.

                Pour le reste, on en a déjà parlé, inutile de répéter.

                • MCF68 says:

                  Disons que l’institution n’a pas fait grand chose pour intervenir. Alors qu’elle aurait pu. Il y a aussi des auteurs qui y voient plutôt un progrès.
                  Pour le reste, je suis d’accord avec vous. Je suis marié (pas à l’Église il ne faut exagérer non plus). 4 enfants. Un métier bien payé qui me permet de les faire vivre décemment. Et aussi étrange que cela puisse vous paraître, malgré de nombreux voyages j’aime mon pays. Parce que comme disait Grotius “La France, c’est le plus beau royaume après celui du ciel.”

                • La réflexion qu’il fallait faire consiste plutôt à se demander si vous n’êtes pas un cas à part et heureux ? Encore qu’à mon avis, votre relatif bonheur n’est pas un bon présage : peut être que le Bon Dieu, comme Il est juste, vous rend sur terre tout le bien que vous méritez, et qu’après votre mort il faudra satisfaire à l’autre revers de la pièce, vos mauvaises actions, et surtout le fait de n’avoir pas reconnu votre Créateur lorsque vous l’auriez dû !

                  • MCF68 says:

                    Comme disait quelqu’un que j’aimais beaucoup : Le jour du jugement dernier, Dieu comparaîtra devant moi.

                    • Vercin says:

                      Vous l’aimiez mais lui ne vous aimait guère pour vous inculquer une sottise pareille
                      A votre jugement votre âme partira se cacher d’elle – même , trop honteuse des multiples et terribles blessures qu’elle aura sur son parcours terrestre infligée à l’Amour sans limites de Celui qui est venu donner sa vie pour racheter l’humanité.
                      C’est en cela que vous êtes trompé , votre esprit est obscurci par l’illusion satanique que vous avez choisi délibérément en choisissant la voie des jouissances et des satisfactions personnelles .
                      Votre coeur – siège de votre âme – retrouve à votre trépas le plein éveil car votre âme créée par Dieu appartient à Dieu et retourne vers son Créateur sauf que l’âme à la conscience du poids de ses fautes …

                    • MCF68 says:

                      La phrase était de Jean Yanne. Vous pouvez rajouter le manque d’humour a vos nombreuses lacunes.

                    • Vercin says:

                      Vous pouvez rajouter à vos nombreuses vos réponses bis-repetita …
                      La phrase est de moi .

                  • Je parle à un cadavre, ou à une coquille vide. Un monstre d’orgueil vous a dévoré de l’intérieur : il se fait passer pour vous et parle à votre place.
                    Vous êtes intelligent et si sûr, pourtant j’éprouve de la peine à votre égard. Je vous souhaite comme à Saint Paul, de tomber de votre cheval sur le chemin de Damas.

                    • MCF68 says:

                      « Les habitants de la terre se divisent en deux, Ceux qui ont un cerveau, mais pas de religion, Et ceux qui ont une religion, mais pas de cerveau. »
                      (Aboul-Ala al-Maari / 970-1059 / Les Croisades vues par les Arabes)

                  • Vercin says:

                    Vos nombreuses interventions

            • DUFIT THIERRY says:

              Quand je pense aux 200 millions de morts du communisme dont on ne parle jamais, à toutes les atrocités accomplies par les musulmans. MCF 68 vous êtes une ordure.

  8. большойРоссии says:

    On comprend pourquoi Marine Le Pen qui ces temps-ci porte régulièrement une croix lors de ses meetings, hésite diplomatiquement à trop faire référence au christianisme. Il y a beaucoup plus de catholiques aux USA qu’en France surtout avec leurs immigrés d’Amérique latine, presque tous catholiques. Nous nous n’avons presque que des immigrés musulmans ce qui n’arrange pas les affaires.

    De plus la société a été bien oganisée depuis la Révolution pour couper les chrétiens du Jour du Seigneur, avec vitesse exponentielle au XXè siècle et plus encore au XXIè, avec l’ouverture des magasins le dimanche, le sport le dimanche, le travail le dimanche pour beaucoup, etc.

    Il faut dire que le clergé et le pape qui souvent militent contre l’Eglise, n’arrangent pas les affaires non plus.

    Cependant un pays peut très bien vite retrouver la foi pour peu que la religion y soit présentée sous un bon jour et non dénigrée systématiquement comme à présent. Mais le pire de nos ennemis c’est souvent le clergé lui-même.

  9. DUFIT THIERRY says:

    « La France a cependant été le fer de lance de la révolte des fidèles catholiques contre la soumission des autorités religieuses à Mammon, en 1976 avec Mgr Lefebvre ».
    Vous avez raison de le souligner. Au milieu du naufrage généralisé la France peut être fière d’avoir eu pour fils Mgr Lefebvre qui a sauvé l’Eglise et la Sainte Messe. Ce grand missionnaire fut au concile un des fondateurs avec Mgr De Proença Sigaud et Mgr de Castro Mayer du Coetus internationalis Patrum qui combattait le modernisme. Après le concile il fût le seul (avec Mgr de Castro Mayer) à garder la Tradition. Les autres évêques qui au concile défendaient la Tradition ont ensuite abandonné. La fondation de la Fraternité St Pie X a sauvé l’Eglise , le Sacerdoce et la Messe. Mgr Lefebvre n’a jamais plié devant les persécutions des papes conciliaires et des cardinaux modernistes. Et maintenant la Fraternité St Pie X est présente dans le monde entier. Deo gratias.

    • MCF68 says:

      Il paraît qu’il a signé la ratification de Vatican II. A l’insu de son plein gré ont dit certains.

      • Philibert says:

        C’est des rumeurs pour le discréditer. Il a écrit dans un de ses livres ne pas avoir signé Vatican 2 et en effet Mgr Lefebvre a refusé de signer Dignitatis humanae et Gaudium et spes : http://laportelatine.org/publications/entret/1991/mgr_lefebvre_fideliter_janvier_1991.php

          • Philibert says:

            Vous êtes libres de continuer à des sources contaminées et de croire ce que vous voulez croire tout comme moi et d’autres de croire ce que nous croyons.

            Dans tous les cas, et même s’il avait signé, cela ne changerait rien à l’affaire puisqu’il a fondé sa Fraternité qui a sauvé la Tradition quand même, – ce qui a demandé un courage inouïe puisqu’il a poussé cela jusqu’à sacrer 4 évêques et encourir l’excommunication – ; et au pire du pire, cela démontrerait seulement combien bien plus encore que ce que tous imaginaient, les libéraux auraient oeuvré de manière encore plus retors lors de son Concile pour que même les théologiens les plus aguerris puissent se faire avoir par divers stratagèmes comparables aux techniques commerciales du « pied dans la porte » pour faire signer n’importe quoi à n’importe qui.

            Mais jusqu’à preuve du contraire et donc de sa signature, je suis d’avis qu’il faut persister à faire confiance à Mgr Lefebvre qui a fait une oeuvre miraculeuse jusqu’à présent tandis que les références que vous nous donnez sont des branches coupées desquels même les feuilles n’y poussent plus.

            • MCF68 says:

              Et de 2 : « Il résulte de ces faits irrécusables que Mgr Lefebvre, comme Mgr de Castro Mayer, après avoir voté jusqu’au bout contre la liberté religieuse, signa finalement la promulgation de la déclaration Dignitatis humanæ ». In Marcel Lefebvre, une vie, Bernard Tissier de Mallerais, Clovis, 2002

              • Philibert says:

                « Il +paraît+ qu’il a signé la ratification de Vatican II.  »
                MCF68

                Tout le reste n’est que du blahblah.

                • MCF68 says:

                  C’est très courant ces gens qui se disent contre et finalement signent pour dire oui. Ils évaluent mal la longueur de la laisse. Tout simplement.

              • DUFIT THIERRY says:

                La vérité est que Mgr Lefebvre a signé les textes du concile à l’exception de Gaudium et spes et Dignitatis Humanae. Il a signé son acte de présence mais pas ces deux textes. Mais en tant que président du Coetus Internationalis Patrum –qui regroupa plusieurs centaines d’évêques- il défendit au concile la Tradition contre le libéralisme et le modernisme. Après le concile il fonda la Fraternité St Pie X et on connait la suite. Mgr de Castro-Mayer garda la Tradition dans son diocèse de Campos. Mais il est vrai que Mgr de Proença Sigaud qui était beaucoup plus traditionaliste que Mgr Lefebvre au concile ne persévéra pas ensuite. Voir le livre Les vota préconciliaires des dirigeants du Coetus Internationalis Patrum de Philippe Roy-Lysencourt.

  10. pamino says:

    « Dieu (celui des chrétiens, donc pas Allah) ».
    Si. Les catholiques arabophones disent ‹Allah›, puisque c’est leur mot pour Dieu. « Si tacuisses, philosophus mansisses. »

  11. pamino says:

    « l’Empire austro-hongrois »
    Non, il faut « l’Empire d’Autriche et le Royaume de Hongrie » :
    k. u. k. = kaiserlich und königlich ‘impérial et royal’ : depuis 1867 afférant à l’Empire d’Autriche et au royaume de Hongrie pris ensemble, dont d’abord François-Josèphe Ier et après lui Charles Ier furent l’empereur (d’Autriche), respectivement le roi (de Hongrie) ;
    k. k. = kaiserlich-königlich ‘imperial-royal’ : afférant au seul empire d’Autriche, qui comportait toutefois des royaumes dont l’archiduc d’Autriche (jusqu’en 1804), respectivement l’empereur d’Autriche (depuis 1804), était le roi et dont le plus important fut la Bohême.
    Exemples de l’usage :
    Die k. k. Gesellschaft der Musikfreunde ‘la Société I.-R. des Amis de la Musique’, donc de l[a grande ]’Autriche seule ;
    Das k. u. k. Heer ‘l’Armée I. et R.’ (donc de l[a grande ]’Autriche et la Hongrie ensemble).

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com