Le journaliste américain, Chris Wallace, a interrogé pour Fox News le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, à l’issue de la première rencontre des deux présidents, américain et russe, le 16 juillet 2018 à Helsinki. Cela faisait très longtemps que le président Poutine n’avait pas eu l’occasion de réfuter à l’attention du public américain le matraquage idéologique que diffuse en continu la propagande médiatique du bloc occidentale, contre la Russie et son président. L’intérêt de cette interview est donc importante pour le public Français, qui subi le même matraquage, désireux d’entendre la partie qu’il n’entend jamais et pour avoir une vision alternative de la politique internationale des deux plus grandes puissances nucléaires mondiales. M. Poutine répond sans langue de bois, notamment aux questions sur son sommet avec Donald Trump, la divulgation des courriers électroniques du Parti démocrate et leur éventuelle incidence sur les élections américaines de 2016, les contentieux concernant l’extension de l’OTAN le long des frontières russes, il répond encore, entre autres, sur les accusations contre la Syrie son alliée, sur l’Ukraine et la Crimée et sur la suprématie de la Russie concernant ses nouveaux missiles de longue portée.

Cette traduction écrite c’est faite à partir de la transcription russe du site du Kremlin. Aucune vidéo ni transcription intégrales ne sont parues en français. Ceci est donc une traduction écrite exclusive d’Emilie Defresne pour MPI. Les intertitres en bleus sont de la Traductrice.

  1. Wallace: Monsieur le Président Poutine, merci de votre visite.

Je parlerai des détails du sommet dans un instant, mais parlons de l’image globale. Le président Trump a déclaré lors d’une conférence de presse que notre relation n’a jamais été pire, mais cela a changé il y a quelques heures. Comment la relation entre la Russie et les États-Unis a-t-elle changé en termes d’image globale?

V.Poutine: Vous savez, tout d’abord, probablement, nous devrions être reconnaissants à nos assistants, aux employés qui ont travaillé les uns avec les autres au cours des derniers mois, et pas seulement pendant la préparation de notre réunion aujourd’hui. Je parle du travail de nos services dans divers domaines, extrêmement sensible pour les États-Unis et la Russie. Tout d’abord, c’est la lutte contre le terrorisme.

Nous avons aujourd’hui avec le président Trump noté que le terrorisme est même une menace plus grande qu’il n’y paraît à première vue. Après tout, si, à Dieu ne plaise, des choses horribles se produisent, ils vont arriver à une sorte de moyens de destruction massive, cela peut conduire à des conséquences terribles.

Nos militaires, nos services spéciaux construisent encore des relations sur cet problème pour la direction de nos pays. Un exemple de ceci peut être notre coopération en Syrie, bien que là aussi, nous ayons une compréhension incomplète de ce qui est et comment faire globalement. Néanmoins, la coopération se déroule à la fois au niveau militaire et au niveau des services spéciaux. Cela concerne des questions liées à notre travail de lutte contre le terrorisme dans le sens le plus large du terme.

Puis, en 2021, le Traité START III expire. Que faire avec ceci? J’ai assuré à Monsieur le Président que la Russie était prête à prolonger ce contrat, le prolonger, mais, bien sûr, nous devons parler des détails. Nous avons des questions pour nos partenaires américains. Nous pensons que les États-Unis ne mettent pas pleinement en œuvre ce traité, mais cela fait l’objet de négociations au niveau des experts. Nous avons également parlé du programme nucléaire iranien.

Nous avons parlé de ce que nous pouvons faire et comment nous pouvons le faire pour améliorer la situation en Corée du Nord. J’ai déjà noté, je le répète: je crois que le président Trump a fait beaucoup pour résoudre cette criseMais pour parvenir à la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, il faudra certainement des garanties internationales, et la Russie est prête à contribuer dans la mesure où cela sera nécessaire.

Par conséquent, nous pouvons affirmer que pour toutes ces choses et pour d’autres sujets importants pour nous dans leur ensemble, nous trouvons une compréhension mutuelle. Cela nous donne le droit de dire qu’au cours de notre travail, beaucoup de choses ont changé pour le mieux.

[Traduction exclusive d’Emilie Defresne pour MPI]

  1. Wallace: Considérez-vous ce sommet comme un point de départ, un tournant? Ces dernières années, des efforts ont été faits pour isoler la Russie.

Tentative d’isolation de la Russie

Vladimir Poutine: Vous voyez que ces efforts n’ont pas été couronnés de succès. Et ils ne pouvaient pas l’être, compte tenu de la taille, de l’importance de la Russie dans le monde, y compris dans le domaine de la sécurité mondiale. Et dans l’économie, en gardant à l’esprit, disons, la composante énergétique de l’économie mondiale au minimum.

Il me semble que la compréhension de ce qui nous unit et de ce que nous devons travailler ensemble nous conduit encore à l’idée qu’il est nécessaire d’arrêter de se battre les uns les autres, mais, au contraire, d’unir les efforts pour surmonter les difficultés d’ensemble. la lutte avec des préoccupations communes, pour surmonter ces préoccupations communes. Donc je pense que c’est le début de la route. Et c’est le début. À mon avis, aujourd’hui c’est un bon début.

  1. Wallace: Monsieur le Président, l’un des problèmes qui empêche le progrès est l’accusation de la Russie selon laquelle la Russie a interféré dans les élections aux États-Unis. Vous avez dit à plusieurs reprises et aujourd’hui réitéré que la Russie n’a rien à voir avec cela. Et vous avez parlé de citoyens russes patriotiques.

J’ai une accusation ici vendredi, le conseiller spécial Robert Mueller a dit que 12 officiers du SBU [service de renseignement russe ndlt], et il a parlé de l’unité No. 26165, subdivision No. 74455. Vous souriez, laissez-moi terminer. Ils ont dit que ces unités étaient directement impliquées dans des attaques de piratage sur les ordinateurs du Parti démocrate, ils auraient volé des informations et distribué dans le monde afin de perturber les élections américaines. Puis-je vous demander, Monsieur le Président, de l’examinez?

V.Poutine: Laissez-moi commencer par autre chose pour répondre à votre question. Regardez, tout le monde parle d’une sorte d’ingérence présumée de la Russie dans la campagne électorale, au cours de la campagne électorale. Je l’ai déjà dit en 2016 et j’aimerais le répéter maintenant, et j’aimerais que votre auditoire américain entende ma réponse.

Premièrement, la Russie en tant qu’État n’a jamais interféré dans les affaires intérieures des États-Unis, en particulier lors des élections.

  1. Wallace: Mais c’est une accusation, il y a 12 noms énumérés ici, des unités spécifiques sont mis
  2. es en cause – des unités du SBU, des renseignements militaires russes. Le SBU ne fait pas partie de l’état russe?

Vladimir Poutine: Je vais vous répondre maintenant, soyez patient avec un peu de patience, et vous recevrez une réponse complète. Ingérence dans les affaires intérieures des États-Unis. Pensez-vous vraiment qu’il était possible d’influencer les élections aux États-Unis à partir du territoire de la Fédération de Russie et d’influencer le choix de millions d’Américains? C’est ridicule.

  1. Wallace: Je ne parle pas de savoir s’ils ont influencé ou non, je parle de savoir s’ils ont essayé ou non.

Vladimir Poutine: Je vais maintenant répondre. Après tout, si vous avez de la patience, vous entendrez toute la réponse. C’est le premier point.

Interférences russes dans l’élection américaine ?

Le deuxième point. J’ai parlé en 2016, je veux le répéter maintenant. En fait quel est le discours? Concernant l’ouverture du courrier de l’un des candidats du Parti démocrate. Y a-t-il une sorte de jonglerie avec les faits? C’est une chose extrêmement importante. Je veux que les Américains en entendent parler. Quelqu’un a-t-il falsifié les faits? quelqu’un a-t-il jeté de fausses informations ? – non!

Les hackers, mentionnés tout le temps, (je reviens à ce moment là, ne vous inquiétez pas) ont ouvert le courrier, comme on dit, et il y avait des informations selon lesquelles la manipulation avait lieu au sein du Parti démocrate en faveur de l’un des candidats. C’est tout. Et la direction des organes exécutifs du parti ont démissionné, autant que je m’en souvienne. Autrement dit, ils ont reconnu ce fait. À mon avis, c’est la chose la plus importante. Il est nécessaire d’arrêter la manipulation de l’opinion publique aux États-Unis et de présenter des excuses aux électeurs pour le fait que cela a été fait, et non pour rechercher les auteurs qui auraient mis ce fait en évidence.

Maintenant à propos de ces choses. J’ai déjà répondu lors de la conférence de presse, je peux le répéter. Maintenant, monsieur Mueller …

  1. C. Wallace: Monsieur le Président, est-ce que je peux parler? Vous dites qu’ils ont volé de l’argent réel, pas de la fausse monnaie. Et vous dites que c’est normal, car ce qu’ils ont pris sur le serveur de John Podesta, c’était un vrai e-mail. Est-ce normal? Et normal de diffuser cette information à l’extérieur et d’interférer ainsi dans l’élection?

Vladimir Poutine: Écoutez-moi. d’après les informations que je connais, il n’y a rien de faux. Là, tout est vrai, et la direction du Parti démocrate l’a reconnu en fait. C’est la première chose. La deuxième. Si vous n’aimez pas ma réponse, alors vous le dites. Je vais juste me taire. Et si vous voulez que les Américains entendent mon opinion, alors soyez patient.

Maintenant, en ce qui concerne les faits spécifiques. Tout d’abord, M. Mueller a accusé une de nos sociétés, qui s’occupe des petites entreprises, en particulier des restaurants. J’ai déjà parlé de ça. Cette société a embauché des avocats américains et protège son nom devant le tribunal américain. Le tribunal américain n’a encore rien trouvé, aucune ingérence de cette société. Le savez-vous ou pas? Laissez des millions d’Américains le savoir. Maintenant, à propos de ces citoyens, qui sont énumérés ici. Nous avons un accord sur l’entraide judiciaire en matière pénale, l’accord de 1999 en vigueur. Cela fonctionne et, incidemment, est efficace. Aujourd’hui, j’ai donné un exemple de ce travail efficace. Pourquoi M. Mueller, ses collègues …

[Traduction exclusive d’Emilie Defresne pour MPI]

  1. Wallace: Je n’essaie pas de vous interrompre.

Vladimir Poutine: Si, Vous le faites.

Pourquoi M. Mueller ne devrait-il pas nous envoyer une demande officielle en vertu de ce traité? De plus, nos enquêteurs russes pourraient, selon cet accord, interroger toutes les personnes que la partie américaine soupçonne d’une manière ou d’une autre. Je l’ai déjà dit. Pourquoi aucune de ces disposition n’a-t-elle été mise en oeuvre jusqu’à présent? Cela me surprend. En notre faveur, personne ne parle officiellement de quoi que ce soit …

  1. Wallace: L’accusation a été portée. Juste une seconde. Je veux poser une question et passer à un autre sujet. Pourquoi pensez-vous que Robert Mueller ait fait cette accusation trois jours avant dque vous rencontriez le président Trump à ce sommet?

Vladimir Poutine: C’est absolument inintéressant pour moi. Ce sont vos jeux politiques internes. Ne mettez pas la relation entre la Russie et les États-Unis en otage à vos luttes politiques internes.

de plus, le fait que cela soit utilisé dans la lutte politique interne est évident pour moi, et cela ne rend pas justice à la démocratie américaine, car il est inacceptable d’utiliser les lois au profit des luttes politiques internes.

Et sur ce fait, je vous l’ai déjà dit. S’il vous plaît, une demande officielle …

  1. Wallace: Pensez-vous que M. Mueller essaie de saboter les relations?

Vladimir Poutine: Je ne veux pas donner de notes à son travail, ce n’est pas mon affaire, laissez le Congrès qui l’a nommé le faire. En passant, la cour doutait que M. Mueller ait été nommé en pleine conformité avec la loi américaine pour le poste qu’il occupe maintenant en tant que représentant spécial.

Cela a été fait, selon le tribunal américain, en violation de la législation américaine actuelle, mais ce n’est pas mon affaire, s’il vous plaît, examinez-le vous-même. En ce qui concerne les suspicions, les faits – il existe une procédure stipulée par l’accord, s’il vous plaît renseignez-vous dans le cadre de ces procédures.

Poutine fait-il chanter Trump ?

  1. Wallace: Puis-je aller plus loin, Monsieur le Président? Je pense que la conférence de presse d’aujourd’hui est quelque peu étrange – selon mon opinion, parce que le président Trump a critiqué les démocrates, a parlé du serveur du Parti démocrate. Il n’a pas parlé de la Russie, il n’a pas parlé du SBU.

Il existe de nombreuses théories aux États-Unis sur les raisons pour lesquelles le président Trump ne veut pas vous critiquer. J’aimerais vous poser un certain nombre de questions. Avez-vous de des dossiers sur lui?

[Traduction exclusive d’Emilie Defresne pour MPI]

Par ailleurs: en tant qu’homme politique expérimenté, ancien officier du KGB, vous savez comment utiliser des expressions telles que «fausses nouvelles» et ainsi de suite. Pensez-vous qu’il est facile de travailler avec le président Trump?

Vladimir Poutine: D’abord. Quant à savoir pourquoi nous avons parlé comme des gens intelligents l’un avec l’autre ? Est-ce que cela vous surprend? Vaudrait-il la peine de se rencontrer, d’aller à Helsinki: c’est-à-dire de survoler l’océan, est-ce que je viens ici de Moscou pour que nous nous abusions l’un avec l’autre avec des mots indécents et pour se prendre au collet? Cela ne correspond pas à la pratique diplomatique mondiale.

On n’a alors pas besoin de se  rencontrer si c’est pour s’ abuser les uns les autres et empirer les relations. Nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes rencontrés afin de trouver les moyens d’améliorer nos relations et de ne pas les détruire complètement. C’est la première partie de ma réponse.

La deuxième partie est de savoir si nous avons des preuves compromettantes. Nous n’avons aucune preuve compromettante et cela est impossible. Je ne veux pas offenser M. le Président Trump et j’ai peur de paraître impoli, mais avant qu’il ait annoncé qu’il serait candidat à la présidence, il n’a représenté aucun intérêt pour nous.

C’est un homme riche, mais il y a beaucoup de gens riches aux États-Unis. Il était engagé dans des affaires de construction mobilières, il a organisé des concours de beauté. Personne n’aurait jamais pu imaginer qu’il serait jamais président des États-Unis. Il n’a jamais parlé de ses ambitions politiques. Donc c’est juste un non-sens.

Vous comprenez, comme je l’ai dit lors d’une conférence de presse aujourd’hui, 550 parmi les plus importants hommes d’affaires américains sont arrivés à Saint-Pétersbourg, chacun d’entre eux, probablement, est plus importants que M. Trump. Et pensez-vous que nous [nos services de renseignement] travaillons sur  tout le monde? que nous dirigeons notre service de renseignement à espionner tout le monde, les écouter et lisant leurs courrier électronique, ou quoi?

Premièrement, nous ne le faisons pas, contrairement à vous. Vous, apparemment, vous jugez selon ce que vous faites. Deuxièmement, nous n’avons pas autant d’argent et il n’y a pas de forces ou de moyens pour suivre tout le monde en totalité. Ce n’est pas seulement une partie de nos plans, c’est impossible, et bien sûr nous n’avons rien fait de semblable à Trump.

OTAN

  1. Wallace: J’aimerais vous poser quelques questions spécifiques sur l’OTAN. Si l’OTAN inclut l’Ukraine ou la Géorgie en tant que membre, comment allez-vous réagir?

Vladimir Poutine: La situation à l’OTAN est la suivante. Je sais parfaitement comment fonctionnent les mécanismes de décision. Bien sûr, tout est accepté par consensus, mais avant que des décisions consensuelles soient prises sur le site de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord avec des membres individuels de l’OTAN, il est possible de travailler bilatéralement, ce qui a été fait avec la Pologne et avec la Roumanie. où ont été installés des éléments de la défense antimissile stratégique américaine.

Pour nous, cela représente une menace directe pour notre sécurité. Par conséquent, l’avancement de l’infrastructure de l’OTAN vers nos frontières constituera une menace pour nous, et nous serons évidemment extrêmement négatifs.

  1. Wallace: La deuxième question. Les deux plus grands exercices de l’OTAN Anaconda et Trident Juncture ont lieu. Vous et le président Trump avez discuté de ces enseignements? Par exemple, avec le leader de la Corée du Nord, il a dit qu’il cesserait de participer à des exercices militaires. Vous a-t-il dit que les États-Unis ne participeraient pas à ces deux exercices de l’OTAN?

Vladimir Poutine: Non, nous n’en avons pas discuté, bien que, bien sûr, cela nous inquiète. Après tout, l’infrastructure de l’OTAN est en pleine expansion, le nombre de troupes de l’OTAN dans les zones où elles ne devraient pas être ont augmenté de 10 000 personnes.

Elles n’auraient pas dû être là conformément au document fondamental qui établit les relations entre la Fédération de Russie et l’OTAN. Ceci, bien sûr, est un facteur déstabilisant. Nous devons en tenir compte dans nos relations. Mais aujourd’hui, le président Trump et moi n’avons pas parlé de cela.

[Traduction exclusive d’Emilie Defresne pour MPI]

Syrie

  1. Wallace: Je voudrais vous interroger sur la participation de la Russie en Syrie. Selon des observateurs indépendants, depuis le déclenchement de la guerre civile en 2011, plus d’un demi million de personnes sont mortes et la Russie a bombardé des civils à Alep et ailleurs.

Vladimir Poutine: Il y a une guerre, et c’est la pire chose qui puisse arriver entre les gens. Bien sûr, les pertes sont inévitables. la question se pose toujours de savoir qui est à blâmer. À mon avis, ce sont les groupes terroristes qui ont déstabilisé la situation dans ce pays qui sont à blâmer. Ce sont l’État islamique, « Jabhat an Nosra » et autres. Eux sont les coupables.

C’est ainsi que l’armée américaine réagit lorsqu’elle frappe des cibles civiles en Afghanistan, en Irak ou dans un autre pays. Et en général, malgré les controverses, c’est vrai.

Quant à la Syrie elle-même. Les avions américains ont porté des coups très sérieux à la ville de Racca. Aujourd’hui, nous avons parlé avec le président de la nécessité de faire des efforts conjoints pour des opérations humanitaires. Je pense que nous pourrons aller dans cette direction. J’aimerais beaucoup que les plans dont nous avons parlé aujourd’hui soient mis en œuvre.

  1. Wallace: La Commission de l’ONU, qui enquête sur la situation en Syrie, je cite, a déclaré: «Il y a eu des attaques ciblées sur la population civile par des pilotes russes qui ont piloté le Su-24 et le Su-25.

Vladimir Poutine: Tout est sujet à vérification et à évaluation.

Mais je veux que vous reveniez à ce que je viens de dire à propos de la ville de Racca. Les avions qui ont attaqué cette ville étaient pilotés par des Américains …

C.Wallace: On ne peut pas parler d’Alep et de la Ghouta?

Vladimir Poutine: Non, nous pouvons parler d’Alep et de la Ghouta, mais parlons de Racca. Ne sortez pas du contexte certains événements pour en oublier d’autres. Voulez-vous?

  1. Wallace: Je ne pense pas qu’il y ait eu un bain de sang à Racca, quand des centaines de milliers de personnes ont été tuées à Alep, dans la Gouta et pendant la guerre civile, un demi-million de personnes, 20 000 enfants ont été tués par le régime Assad, alors qu’il est appuyé par Mocou. Sont-ils des terroristes?

Vladimir Poutine: Vous êtes profondément dans l’erreur, et je suis vraiment désolé que vous ne connaissiez pas la situation réelle en Syrie. Dans la guerre, un grand nombre de civils sont morts. Racca est effacée de la surface de la terre, c’est une ruine continue, qui rappelle Stalingrad de la Seconde Guerre mondiale, et cela ne représente rien de bon, bien sûr. [Racca a été « libérée » des terroristes par les Américains et leurs alliés Ndt]

Je le répète encore une fois, la responsabilité incombe à ceux qui sont guidés par des considérations de nature terroriste et qui utilisent des civils comme otages.

Crimée

  1. Wallace: Au sommet des «sept grands» [G7 ndT], le président Trump a déclaré que la Crimée pourrait bien être russe, car tout le monde parle russe. Vous a-t-il dit que le temps viendra, pas aujourd’hui, mais il viendra un moment où il pourra reconnaître l’annexion de la Crimée par la Russie et lever les sanctions, ou rendre la Russie aux «sept grands», c’est-à-dire au G8; Le G8 a cessé d’exister à cause de l’annexion de la Crimée.

Vladimir Poutine: Je veux vous corriger, le rattachement de la Crimée à la Russie n’est pas une annexion, parce que la seule forme de démocratie est la volonté des personnes vivant dans certains territoires. Les gens en Crimée se sont exprimés par référendum et ont voté pour l’indépendance en se joignant à la Fédération de Russie. Si c’est une annexion, alors qu’est-ce que la démocratie? C’est en premier point.

Deuxièmement, nous connaissons la position du président Trump sur le fait que la Crimée fait partie de l’État ukrainien, il me l’a dit aujourd’hui, je lui ai formulé notre position, ce qui est proche de ce que je vous transmets maintenant. Ceci conclut notre discussion sur la Crimée.

  1. Wallace: Eh bien, nous n’avons pas beaucoup de temps de toute façon. Allons plus loin.

[Traduction exclusive d’Emilie Defresne pour MPI]

L’année dernière, le secrétaire américain à la Défense a déclaré que la Russie était la menace la plus sérieuse pour les Etats-Unis et il a ajouté que cette menace était encore plus grande que le terrorisme.

Les missiles russes qui font trembler l’Etat-major US

En mars, vous avez présenté une nouvelle génération de missiles russes,  que vous appelez un missile invincible qui peut contourner toute notre défense antimissile, et  une vidéo montre même comment cette super-fusée survole les États-Unis et descend en Floride. Où se trouve la maison de M. Trump. Ceci est une escalade de la course aux armements, est-ce fait spécifiquement à des fins provocatrices?

V.Poutine: Pour ce qui est du matériel vidéo, elle ne dist pas que ce missile vise le territoire des États-Unis. Regardez de plus près notre vidéo. C’est le premier point.

Le deuxième. Tous nos nouveaux systèmes de percussion sont destinés …

  1. Wallace: Il y avait écrit « Floride ».

Vladimir Poutine: Non, il n’y avait pas écrit « Floride ». Ce n’est pas vrai. Regardez encore et de près. Il n’y a pas écrit « Floride ». Il était clair qu’elle volait de l’autre côté du globe.

  1. Wallace: Cela pourrait se voir sur la carte.

Vladimir Poutine: Non, c’était impossible à voir sur la carte. Regardez attentivement, regardez attentivement, et n’effrayez pas votre population avec des menaces qui n’existent pas. Oui, regardez bien. Voulez-vous que je vous donne cette vidéo?

Maintenant à propos des systèmes de choc. Permettez-moi de vous rappeler qu’ils ne sont pas nés seuls, ils sont nés en réponse à la sortie unilatérale des États-Unis du Traité sur les missiles antibalistiques. Nous avions averti nos partenaires américains dès le début que nous n’étions pas prêts à construire un système de défense antimissile, car nous n’envisagions pas encore son efficacité, et c’était trop cher, mais que nous ferions tout pour surmonter ces difficultés.

Et nous avons écouté la réponse, je l’ai dite plusieurs fois à ce sujet, je la répète pour les téléspectateurs américains: « Le système américain n’est pas dirigé contre vous, mais vous faites ce que vous voulez! Nous partirons du fait que ce n’est pas contre nous. » En 2003 ou 2004, je l’ai publiquement dit à propos de l’un de ces systèmes. Il n’y a pas eu de réaction de nos partenaires américains. Maintenant, nous l’avons créé, et démontré que nous l’avons. Mais nous espérons que cela fera l’objet de négociations et j’espère vivement que, dans le domaine de la stabilité stratégique, nous serons en mesure de trouver des solutions acceptables pour les deux parties, y compris, incidemment, concernant  les missiles à moyenne et courte portée.

  1. Wallace: Le temps est court. J’aimerais vous interroger sur la violation du traité contre les missiles antiballistique, mais je réserve les trois dernières questions sur Vladimir Poutine.

Lorsque vous avez été élu pour la première fois en 2000, vous étiez représenté en tant que réformateur démocratique. Vous avez parlé de la valeur de la culture européenne, et vous n’avez même pas exclu la possibilité [pour la Russie] d’adhérer à l’OTAN. Qu’est-il arrivé?

[Traduction exclusive d’Emilie Defresne pour MPI]

Les contentieux russo-américains

Vladimir Poutine: Tout d’abord, rien n’a changé de mon côté, j’étais ce que je suis, je suis resté comme ça. Je suis devenu président de la Fédération de Russie étant déjà un adulte, comme vous le savez, et à cet âge, les préférences, les paramètres de la vie ne changent pas.

Mais nous sommes obligés de réagir à tout ce qui se passe autour de nous. Premièrement, l’expansion de l’OTAN à l’Est en deux vagues. Lorsque l’Union Soviétique a quitté l’Allemagne, on nous a dit que les Russes devraient savoir une chose: il n’y aura pas d’expansion vers l’Est de l’OTAN au-delà des frontières de l’Allemagne.

Deux vagues se sont cependant produites, malgré nos objections fondamentales, mais vous vous moquiez de nos objections. Nous avons demandé de ne pas nous retirer du Traité antimissile balistique – non, les États-Unis sont quand même sorties unilatéralement. Malgré notre suggestion de ne pas le faire, de travailler ensemble, tout cela a été rejeté. Il y a d’autres exemples.

Par exemple, les événements en Yougoslavie. Vous savez que le président Eltsine s’est catégoriquement opposé aux opérations militaires qui n’étaient pas autorisées par le Conseil de sécurité des Nations Unies qui est la seule façon d’utiliser légalement les forces armées. Personne ne nous a écouté.

Il y a eu d’autres exemples qui ont aggravé notre relation. Disons, la diffusion de la législation américaine en dehors des frontières nationales américaines, diverses sanctions et ainsi de suite.

Vous m’avez posé des questions sur la Crimée, sur l’Ukraine. Ce n’est pas nous qui avons organisé un coup d’État militaire et un changement de pouvoir armé en violation de la constitution de l’Ukraine, n’avons-nous pas distribué des provisions aux insurgés? Oui, nous comprenons qu’il existe des processus complexes, mais pas la manière dont ils sont traités. Et où? Juste à nos frontières.

Donc, rien ne m’est arrivé. Qu’est-ce qui vous est arrivé à vous, j’aimerais le savoir.

Les prétendus crimes de Poutine

  1. Wallace: Vous avez dit que rien ne vous est arrivé. Je ne vous le demande pas d’un point de vue international, mais d’un point de vue interne russe, pourquoi tant de gens qui s’opposent à Vladimir Poutine ont été soudainement tués?

Sergei Skripal, un ancien agent de renseignement et agent double, a été victime d’une attaque de gaz neurotoxique, un opposant est également mort près du Kremlin, Anna Politkovskaya a été tuée. Pourquoi tant d’opposants politiques de Vladimir Poutine sont-ils exposés à de telles attaques?

Vladimir Poutine: Tout d’abord, nous avons tous beaucoup d’opposants politiques. Et le président Trump a de nombreux opposants politiques. Prenez n’importe quelle personne qui s’occupe des affaires d’Etat …

  1. Wallace: Mais ils sont vivants.

Vladimir Poutine: Pas toujours. Vous n’avez pas tué de Présidents, n’est-ce pas? Avez-vous oublié ce sujet? Kennedy où a-t-il été tué ? aux États-Unis ou en Russie? Qu’est-il arrivé à Martin Luther King? Que se passe-t-il généralement lors des affrontements entre la police et les membres de la société civile, disons, les organisations ethniques noires? Cela vous arrive-t-il de l’extérieur ou bien est-ce à vous ? Cela vous arrive. Certes, vous avez beaucoup de problèmes.

Et existe-t-il en Russie des manifestations délictueuses? oui, malheureusement, c’est ainsi. La Russie est encore largement dans la refondation de son État. Et il y a beaucoup, malheureusement, de manifestations de ce genre. Nous luttons avec cela et traduisons en justice les personnes qui en sont responsables.

Mauvaise foi occidentale

Vous avez dit à propos des  (?) [Скрипалей = littéralement: « violons »… Il s’agit de l’affaire Skripal. Ndt). Nous aimerions recevoir au moins quelques documents sur ce sujet, au moins quelques documents. Après tout, personne ne dit rien. Tout comme dans le cas de nous accuser d’interférer dans les processus politiques aux États-Unis. Après tout, pas un seul document n’a été fourni.

Maintenant, nous apprenons que deux autres personnes ont souffert de ce soi-disant gaz toxique chimique, qui est appelé « Novitchok ». Mais je n’ai jamais entendu parler de ce nom. De quel genre de gens viennent-ils, pourquoi ont-ils été atteints?

  1. Wallace: Ils ont pris une bouteille qui a été utilisée pour attaquer les Скрипалей (violons ?- Il s’agit de l’affaire Skripal Ndt). Puis-je poser une dernière question ?

Vladimir Poutine: Non, traitons de cela. Quelle bouteille? Qui l’a récupérée? Où l’a-t-il eu? Où est la composition chimique? Mais, peut-être y a-t-il d’autres raisons pour lesquelles ces gens ont été intoxiqués? Peut-être que ses raisons sont à l’intérieur du Royaume-Uni? Avec cela, personne ne veut réfléchir correctement. Ce ne sont que des accusations sans fondement. Pourquoi? Pourquoi détériorer nos relations? Nous voulons les édifier correctement avec le Royaume-Uni.

  1. Wallace: Enfin, l’une des raisons pour lesquelles vous avez accepté cette interview est que les gens aux États-Unis et dans l’Ouest vous comprennent mieux. On vous appelle souvent une personne puissante: un autocrate, un homme qui est un symbole de la force de la Russie. Ces caractéristiques sont-elles correctes?

Vladimir Poutine: Je ne prétends pas être un symbole de la Russie. Mais du point de vue de la loi actuelle, le drapeau, l’hymne et l’institution du pouvoir présidentiel sont dans une certaine mesure des symboles du pays, et pas seulement de la Russie, mais de n’importe quel autre pays.

J’espère que mon travail reflète également ce que fait la Russie, ce qui la préoccupe et ce qu’elle est prête à faire pour normaliser nos relations avec tous les pays, y compris, bien entendu, avec un pays aussi important que les États-Unis d’Amérique.

Le résultat des sanctions

J’ai déjà parlé de l’économie. Regardez, j’ai donné ces exemples à M. Trump. Maintenant, sur notre marché, les Européens vendent pour 100 milliards de dollars de marchandises par an, plus 50 milliards de services de vente supplémentaires. La Chine vend des biens sur notre marché d’environ 57 milliards de dollars. Savez-vous la part des États-Unis ?  12 milliards de dollars et seulement 5 milliards de dollars de services.

C’est le résultat de votre politique, y compris des sanctions. Qui en a besoin? Ils ont sorti leurs grandes entreprises de notre marché. Ils sont partis et ont cédé la place aux concurrents, y compris dans les grands projets dans lesquels ils étaient extrêmement intéressés, dans lesquels ils avaient investi de l’argent – certains ont même perdu de l’argent. Pourquoi?

Nous sommes intéressés à développer des relations dans le domaine de la sécurité, de la stabilité stratégique, de la résolution des crises, de la lutte contre le terrorisme, dans le domaine économique. J’espère qu’aujourd’hui, que le président Trump et moi avons fait au moins le premier pas dans cette direction.

  1. Wallace: Monsieur le Président, merci de nous avoir parlé.

Traduction Emilie Defresne  à partir  de la transcription russe du site du Kremlin.   Cette traduction peut être reprise à condition que les sources et le nom de la traductrice soient correctement mentionnés.

Version intégrale américaine de cette interview par Fox news :

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

3 commentaires

  1. Avant devant un tribunal en France il fallait jurer de dire la vérité,n=, toute la vérité. A présent les prévenus ont LE DROIT de mentir. On ne peut plus le leur reprocher. C’est ce que dénonce Poutine.aux USA. Ce qui compte c’est que Hillary Clinton organisait des mensonges pour tenter de tromper les électeurs. Alors que la Justice américaine, au lieu de poursuivre les auteurs de la tromperie, poursuit ceux qui ont démasqué la tromperie. C’est l’inversion des valeurs. Le Menteur, Satan, est aux commandes en Occident.

  2. Ce Wallace est une salope
    Poutine l’a remis à sa place:
    « Vous, apparemment, vous jugez selon ce que vous faites. »

    • blague à part says:

      Il me semble dans le contexte de l’interview que ce « vous » concerne les Américains en général. Mais ailleurs Poutine l’a bien remis à sa place, Wallace, quand il l’empêchait de rappeler au peuple américain que la justice américaine poursuit, non pas les coupables mais ceux qui ont dénoncé les coupables.
      Trump doit être content de la prestation de Poutine qui a bien remis les choses à l’endroit, puisqu’il a invité Poutine à Washington.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com