Jean-Pierre Maugendre de Terre de missions, émission de TV Libertés, a reçu Mgr Fellay pour parler de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie-X :

« Mgr Fellay est supérieur général depuis 1994 de la Fraternité Saint Pie X fondée par Mgr Lefebvre en 1970. Il expose dans cet entretien la spiritualité propre de la Fraternité Saint Pie X et fait le point sur les relations de la Fraternité avec le Saint-Siège. Suite aux dernières rencontres entre le pape et Mgr Fellay, qui ont débouché sur de nouvelles propositions, il ne semble plus manquer qu’un “tampon” pour conclure un accord. Cet accord est possible, selon le supérieur général, sans attendre que la situation ne soit devenue totalement satisfaisante, à ses yeux, dans l’Eglise. »

En une vingtaine de minutes, Mgr Fellay évoque la situation de l’Église, la crise générale en son sein, les réactions de certains membres de la hiérarchie ecclésiastique face à la confusion actuelle, le pape François, et bien sûr la prélature personnelle qui leur ait proposée.

Mgr Fellay considère que le souci de François en leur donnant le pouvoir de confesser et la possibilité pour les divorcés-remariés de communier procède du même mouvement :

« le souci du Saint Père pour les rejetés de tout bord, les périphéries. »

Quant à la prélature personnelle, il révèle que

« on avance dans la bonne direction. »

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

35 commentaires

  1. Tristesse…Tristesse. La fin de la Frate approche. Et vouambighités verrez comme ce sera beau. De toute façon, il ne pouvait en être autrement, ce mouvement pieux vit une grande ambiguité depuis son origine Il ne reste qu’à savoir comment le monstre avalera le petit poisson. Le grignotera-t-il en petits morceaux ou
    d’une seule bouchée. Le reste n’est que baliverernes .Adieu Frate. Cécilien

  2. ‹ « le soucis du Saint Père pour les rejetés de tout bord, les périphéries. »
    ‹ Quant à la prélature personnelle, il révèle que
    ‹ « on avance dans la bonne direction. » ›
    Le soucis, les saucisses, la lutte finale ; voir
    https://stmarcelinitiative.com/eleison-comments/?lang=fr

    • Je suis soucieux ; je fronce le sourcil ; après tout, il faut cultiver nos saucisses. Je récidíve donc :
      ‹ Mgr Fellay considère que le soucis de François en leur donnant le pouvoir de confesser et la possibilité pour les divorcés-remariés de communier procède du même mouvement : ›
      ‹ « le souci du Saint Père pour les rejetés de tout bord, les périphéries. » ›

      ‹sollicitudinem› ne donne pas *‹soucis›, mais ‹souci› – comme dans la citation dans la citation.

  3. N’est-ce pas le piège suprême pour stériliser une oeuvre de fidélité voulue par le grand missionnaire catholique-romain que fut le Père Lefebvre au Gabon, puis Mgr Lefebvre Archevêque de Dakar , pour promouvoir une certaine orthodoxie et une certaine unité notamment par la transmission certaine de la grâce du St Esprit (Principalement et habituellement véhiculée par les rites sacramentels célébrés dans et exprimant l’orthodoxie de la foi selon l’adage bien connu « Lex Orandi, lex credendi ») ?

    D’autres mouvements traditionalistes, plus faibles, avaient été volontairement pénétrés de l’intérieur pour les dissoudre ou les discréditer…C’est pourquoi, à la fois « pour mieux servir la communion » alors que notre Monastère était ressenti par de nombreux évêques de l’Eglise conciliaire comme favorisant l’ambiguïté depuis que nous reçûmes une bénédiction de Jean-Paul II avec un dialogue qui, pourtant, lui, ne laissait planer aucune ambiguïté et que nous célébrions selon les rites traditionnels qu’ils exécraient le plus souvent en bi-ritualité avec le Rite Syriaque Oriental (Suite à un accord dès 1996 avec le Patriarche Chaldéen dont ce même épiscopat œuvra pour le faire avorter) ,en Juillet 2000, clergé et fidèles réunis décidaient de passer à la Liturgie « mère de toutes les Liturgies »: La liturgie d’Antioche-Jérusalem, de devenir un « Centre de prière pour l’Unité (Unanimité dans le Témoignage Chrétien) des Eglises Apostoliques et, dans la foulée, rejoindre la famille des Eglises Orthodoxes Orientales, lesquelles sont pleinement fidèles à ce qu’il convient d’appeler « La Tradition Apostolique »…

    Depuis pourtant, par toutes sortes de moyens, l’Eglise moderne n’a cessé de nous combattre et d’essayer de nous discréditer par toutes sortes de moyens hypocrites et infamants, quoique nous ayons reçu « sub conditione » (Pour établir ici une Eglise locale) tous nos ordres sacrés dans la succession apostolique syriaque par et dans la communion de l’Eglise Syrienne Orthodoxe de l’Inde (Malankare), et cela malgré notre volonté pacifique… « Regardez comme ils s’aiment »…

    Lorsque nous constatons les dernières mesures prises par le pape de Rome François pour mieux « inculturer » la les traductions de la « Nouvelle Liturgie » latine en balayant les efforts de son prédécesseur pour défendre une herméneutique de la continuité et l’idée d’une réforme de la réforme afin qu’elle ne s’inscrive plus en rupture avec toute la Tradition Liturgique de l’Orient et de l’Occident Chrétien, on ne peut que s’inquiéter des conséquences à long terme d’un tel ralliement… En tout cas, personnellement, je m’en inquiète.

    Demain les « Centres de Messes » dits « traditionnels » seront-ils des coquilles vides à l’instar de ces communautés Anglicanes et de certaines communautés Luthériennes?… En effet, je crois que pour célébrer validement et transmettre la grâce du Saint Esprit qui relie le fidèle, membre du Corps Mystique, au Christ-Tête de l’Eglise l’orthodoxie des rites sacramentels est indispensable…

    Qu’apporterait un tel ralliement, sinon de nouvelles divisions ou subdivision?

    Nous avons tous et chacun notre opinion. Pourtant, seul l’accomplissement de la volonté du Seigneur devrait importer. Prions, jeûnons,supplions « que Votre volonté soit faîtes »…

    Il fut un temps où certains orthodoxes (Sous influence) crurent de bonne foi que pour être de meilleurs orthodoxes ils devaient rejoindre la Catholicité romaine. Je crois que dans la confusion régnante, la Providence montre aujourd’hui aux chrétiens de bonne volonté que, pour rester Catholiques, il faut rejoindre l’Orthodoxie,l’authentique Tradition Apostolique.

  4. l’important est de bien comprendre la Crise
    pour faire court la Révolution française a créé artificiellement un continuum de partis qui vont d’un extrême à l’autre. Mais tous s’abreuvent au même et unique principe révolutionnaire. Aujourd’hui encore, vous avez d’un côté l’extrême gauche (cocos de tous bords) et à l’opposé, l’extrême droite; mais tous sans exception je dis bien tous se réclament de la révolution entendez par là la laïcité, la république. Il n’existe pas à proprement parler, d’exception.( FN PCF FDG PS LR…)
    Dans le monde catholique , c’est pareil. Vatican II (la révolution) est la référence à laquelle tous les bords de l’Église se référent: à l’extrême droite vous avez les FSSP ou Christ Roi ou IBP et à l’opposé l’extrême gauche les charismatiques etc. Mais TOUS sans exception acceptent Vatican II (vous ne verrez aucune critique de V2 dans les statuts du Christ Roi même s’ils donnent une « apparence » tradi à leurs structure) TOUS? non sauf la FSSPX car Mgr Lefevbre a construit en dehors de Rome une structure canonique préservée du poison de Vatican 2 et c’est ce qui fait sa spécificité comme sa sainteté.
    Or là catastrophe…. si elle tombe dans les mains de Rome: que restera t’il sur Terre qui soit franchement catholique.????…La Résistance y travaille….
    En tout cas les forces maçonniques et républicaines signent une belle victoire dans le combat qui nous oppose. Car la Tradition va prendre un sacré coup dans la trogne..
    En tout cas je ne voudrais pas être Mgr Fellay le jour où il rendra son âme à Dieu!

    • Geneviève says:

      Désolée, mais la FSSPX n’est pas et n’a jamais été la seule a résisté à Vatican II !
      Que faites-vous de tous les prêtres restés fidèles à leur foi qui ont continué à célébrer la sainte messe traditionnelle ? Certains sont encore vivants et j’en connais un à Riddes, à côté d’Écône qui a aidé Mgr Lefebvre et qui plus tard a été persécuté par cette même FSSPX à cause de sa position « Non Una Cum » ! Vous me direz que ce sont des cas isolés. J’en conviens. Mais il y en a d’autres, pour la plupart chassés de la FSSPX à cause de leur impossibilité de citer un pape hérétique au canon de la Messe, qui se sont fondé de nouvelles structures, comme l’Institut Mater Boni Consili ou le CMRI. Mais ceux là on n’en parle jamais, pourtant ce sont les plus fidèles à la tradition de l’Église catholique !

      Et puis de toute façon la FSSPX a déjà donné plus que son bras à Rome. Pour ne brusquer ni ses fidèles ni les catholiques qui leur sont hostiles, Mgr Fellay en entente avec Mgr Pozzo a décidé de procéder au rapprochement par petits pas. Des échanges de services entre les deux structures sont de plus en plus courantes. Des prêtres conciliaires sont admis à la FSSPX sans être réordonnés, malgré l’invalidité des nouveaux sacres. Des célébrations communes entre prêtres conciliaires et prêtres traditionnels. Des prêtres traditionnels qui font des retraites dans les prieurés de la FSSPX. Bref, petit à petit la parfaite confusion s’installe chez les fidèles qui ainsi, ne voyant plus de différences fondamentales, seront prêts à rallier, en tout cas leurs enfants !

      • Charette says:

        (malgré l’invalidité des nouveaux sacres)

        C’est de foi catholique cette affirmation ou du pur subjectivisme !?

        • Le Sommelier says:

          C’ est du pur bon sens très facilement vérifiable : depuis Vatican II , tous les sacrements de l’ Eglise catholique ont été changés par ceux de la secte conciliaire .( la matière, la forme, et l’intention du prêtre validement ordonné.) Pourquoi ? Pour les invalider et donc détruire l’Eglise .
          Monsieur l’ imposteur Bergoguignol est donc un sinistre clown puisqu’ il a été ordonné dans le nouveau rite invalide qui l’a autorisé à profaner l’ autel principal de la basilique Ste Marie Majeure en y déposant un ballon et un ticheurt après avoir béatifié l’ embrasseur de coran , de tarmacs et de citrouilles farcies au maïs, Jean-Pol-Pot .
          Vraiment pas besoin d’ être théologien pour voir que cet Abrutiglio n’ est pas Pape et qu’ il déconsidère et insulte la fonction papale mieux que 1000 Chienlit-Hebdo ne le feront jamais .
          S’ il est pape, alors il est le pape du mépris.

          • Charette says:

            qu’il y est eu changement de la forme , c’est exacte !..
            Toutefois , si la forme essentielle est sauf aucun souci ..
            Parallèlement , vous faite l’impasse sur l’obligation de la Licéité d’un sacrement que l’on doit recevoir ..
            Ainsi , que l’invalidité du sacrement de pénitence distribué a l’IBMC par exemple suite au défaut de Juridiction , et for possible que par exemple a l’IBMC les ordination soit invalides a défaut d’intention Catholique suite a l’obligation d’ adhérer a leurs thèse pas bien catholique ….. en plus d’etre sacrilège !…

            • Le Sommelier says:

              Charettetrol :
              Commencez à écrire en bon français puis à lire les réponses que l’ on vous fait et la discussion pourra continuer .
              Bis repetita :
              C’ est du pur bon sens très facilement vérifiable : depuis Vatican II , tous les sacrements de l’ Eglise catholique ont été changés par ceux de la secte conciliaire .( la matière, la forme, et l’intention du prêtre validement ordonné.) Pourquoi ? Pour les invalider et donc détruire l’Eglise .
              Monsieur l’ imposteur Bergoguignol est donc un sinistre clown puisqu’ il a été ordonné dans le nouveau rite invalide qui l’a autorisé à profaner l’ autel principal de la basilique Ste Marie Majeure en y déposant un ballon et un ticheurt après avoir béatifié l’ embrasseur de coran , de tarmacs et de citrouilles farcies au maïs, Jean-Pol-Pot .
              Vraiment pas besoin d’ être théologien pour voir que cet Abrutiglio n’ est pas Pape et qu’ il déconsidère et insulte la fonction papale mieux que 1000 Chienlit-Hebdo ne le feront jamais .
              S’ il est pape, alors il est le pape du mépris.

              • Charette says:

                T’es un cave, toé !

                Concernent vos sophismes ..

                1) la matière n’a pas changé
                Toujours l’imposition des mains pour l’ordination ect…

                2) bien que la forme de certain sacrement a changé , cela n’invalide nullement un sacrement si la forme radicale requise pour la validité restent sauf !..

                Pour le reste de vos spéculations subjectivistes ………….

                Toutefois , qu’elle est donc la forme radicale essentielle du sacrement de pénitence ?

                Le dit sacrement que les multiples sectes style IBMC ect.; donne invalidement … Cocasse non !??

                • Le Sommelier says:

                  « l’Église n’a le droit de rien innover pour ce qui touche à la substance des sacrements ». St Pie X

                  • Charette says:

                    Visiblement , vous connaissez nullement la signification de cela !…

                    Et encore une fois , visiblement vous connaissez nullement la forme essentielle radicale requise pour la validité de cette dite forme ..

                    Pour vous instruire et moins passer pour une ane ..

                    La voici : Je vous absous .

                    Vous voiliez , la substance essentielle de la forme du sacrement de pénitence n’est pas grand chose !..

                    Alors , lorsque vous savez que au premier temps apostolique on sacré des éveques avec la simple imposition des mains et comme simple forme l’invocation au St Esprit point !..

                • Le Cave,toé says:

                  « l’Église n’a le droit de rien innover pour ce qui touche à la substance des sacrements ». St Pie X

                  • Charette says:

                    La tradouille,
                    L’Église a toujours eu, dans la disposition des sacrements, leur substance étant sauve, le pouvoir de décider ou de modifier ce qu’elle jugeait mieux convenir à l’utilité spirituelle de ceux qui les reçoivent ou au respect des sacrements eux-mêmes, selon la variété des circonstances, des temps et des lieux.
                    (Concile de Trente, VII, canon I )

                    A par cela , sa te fait quoi de demander un sacrement intrinsèquement invalide de tes ministres sacrilèges de la tradouille !?

                • Charette says:

                  L’Église a toujours eu, dans la disposition des sacrements, leur substance étant sauve, le pouvoir de décider ou de modifier ce qu’elle jugeait mieux convenir à l’utilité spirituelle de ceux qui les reçoivent ou au respect des sacrements eux-mêmes, selon la variété des circonstances, des temps et des lieux.
                  (Concile de Trente, VII, canon I )

        • Geneviève says:

          Non ce n’est pas du subjectivisme. Allez consulter le site de Rore Sanctifica, ils vous expliqueront dans le détail tout cela bien mieux que moi-même !

          « Depuis le Concile Vatican II, le bouleversement de la liturgie sacramentelle (en 1968 et 1969) imposé par Giovanni-Baptista Montini (Paul VI) assisté du Lazariste Annibal Bugnini, du Père Lecuyer et du Bénédictin Bernard Botte, dans l’esprit du mouvement Œcuménique de la volonté de rapprochement de la Rome conciliaire avec les ‘communautés ecclésiales séparées’, avec les Protestants, et les Anglicans tout particulièrement, a débouché sur la confusion perverse, et certainement voulue, du rite des ordinations post-conciliaires avec les rites anglicans, déclarés pourtant infailliblement ‘absolument vains et entièrement nuls’ par Léon XIII en 1896.

          Après 37 années de silence des clercs sur cette question gravissime de la validité des consécrations épiscopales selon le Pontificalis Romani promulgué le 18 juin 1968 par Giovanni-Baptista Montini (Paul VI), c’est désormais la Succession Apostolique de rite latin qui semble bientôt irréversiblement compromise dans le monde, l’Eglise Conciliaire ayant ainsi abandonné l’Apostolicité qui constitue, de fide, l’une des quatre marques de la véritable Eglise, fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ.

          Etant donné que cette révolution liturgique inouïe est une révolution purement cléricale qui compromet désormais fondamentalement le Salut des Fidèles, ceux-ci ne peuvent plus laisser aux seuls clercs – qui n’en ont du reste plus l’indépendance – le soin de préciser et de révéler au plus large public les données de cette question fondamentale pour notre Salut, données qui ne restent accessibles qu’à un nombre très restreint de spécialistes, et qui demeurent noyées au milieu d’un écheveau de sophismes de clercs tendancieux. »

          « L’objectif du document “ Rore Sanctifica ”est d’abord de METTRE UN TERME AUX 37 ANNEES DE SILENCE DES CLERCS, AVANT QUE NE RISQUE DE DISPARAÎTRE COMPLETEMENT ET IRREVERSIBLEMENT LA SUCCESSION APOSTOLIQUE DE RITE LATIN, ET D’OBLIGER CES DERNIERS A S’EXPRIMER PUBLIQUEMENT SUR CE SUJET GRAVISSIME, EN DISANT LA VERITE AUX FIDELES. »

          http://www.rore-sanctifica.org/index1.html

          Vous pouvez aussi consulter les écrits de l’Abbé Anthony Cekada qui enseigne la Théologie morale et sacramentelle, le Droit canon et la Liturgie au Séminaire de la Très Sainte-Trinité à Brooksville en Floride. Ordonné par Mgr Lefebvre en 1977 :

          http://www.traditionalmass.org/images/articles/ResumeFrnch3colCorr.pdf

        • Geneviève says:

          Non ce n’est pas du subjectivisme, consulter le site de Rore Sanctifica, vous y trouverez l’analyse en détail :
          « Depuis le Concile Vatican II, le bouleversement de la liturgie sacramentelle (en 1968 et 1969) imposé par Giovanni-Baptista Montini (Paul VI) assisté du Lazariste Annibal Bugnini, du Père Lecuyer et du Bénédictin Bernard Botte, dans l’esprit du mouvement Œcuménique de la volonté de rapprochement de la Rome conciliaire avec les ‘communautés ecclésiales séparées’, avec les Protestants, et les Anglicans tout particulièrement, a débouché sur la confusion perverse, et certainement voulue, du rite des ordinations post-conciliaires avec les rites anglicans, déclarés pourtant infailliblement ‘absolument vains et entièrement nuls’ par Léon XIII en 1896.

          Après 37 années de silence des clercs sur cette question gravissime de la validité des consécrations épiscopales selon le Pontificalis Romani promulgué le 18 juin 1968 par Giovanni-Baptista Montini (Paul VI), c’est désormais la Succession Apostolique de rite latin qui semble bientôt irréversiblement compromise dans le monde, l’Eglise Conciliaire ayant ainsi abandonné l’Apostolicité qui constitue, de fide, l’une des quatre marques de la véritable Eglise, fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ.

          Etant donné que cette révolution liturgique inouïe est une révolution purement cléricale qui compromet désormais fondamentalement le Salut des Fidèles, ceux-ci ne peuvent plus laisser aux seuls clercs – qui n’en ont du reste plus l’indépendance – le soin de préciser et de révéler au plus large public les données de cette question fondamentale pour notre Salut, données qui ne restent accessibles qu’à un nombre très restreint de spécialistes, et qui demeurent noyées au milieu d’un écheveau de sophismes de clercs tendancieux.

          C’est pourquoi, 37 ans après la promulgation de Pontificalis Romani à Rome, le 18 juin 1968 en la fête de Saint Ephrem de Syrie (IVème siècle), nous n’avons eu de cesse d’étudier les origines et la validité du rite de consécration épiscopale. Par ce nouveau rite, depuis bientôt quatre décennies sont, dans le silence des clercs et à l’insu des fidèles, détruits à la fois l’épiscopat catholique et la Succession apostolique de rite latin. »

          « L’objectif du document “ Rore Sanctifica ”est d’abord de METTRE UN TERME AUX 37 ANNEES DE SILENCE DES CLERCS, AVANT QUE NE RISQUE DE DISPARAÎTRE COMPLETEMENT ET IRREVERSIBLEMENT LA SUCCESSION APOSTOLIQUE DE RITE LATIN, ET D’OBLIGER CES DERNIERS A S’EXPRIMER PUBLIQUEMENT SUR CE SUJET GRAVISSIME, EN DISANT LA VERITE AUX FIDELES. »

          http://www.rore-sanctifica.org/pourquoi-rore.html

          ou les écrits de l’Abbé Anthony Cekada, ordonné prêtre par Mgr Lefebvre en 1977 :

          http://www.traditionalmass.org/images/articles/ResumeFrnch3colCorr.pdf

          • Charette says:

            Je connais l’animal en question !..

            Pour commencer il fait un erreur sur la forme essentielle du sacrement de pénitence … Cela en dit long sur le reste non !?

            • Geneviève says:

              Je ne savais pas qu’il y avait des animaux qui s’occupaient de théologie !

              Cela montre votre suffisance !

              • Charette says:

                En parlent de suffisance ..

                Dit moi la forme essentielle ( requise pour sa validité radicale ) du sacrement de pénitence ???

                Bizarrement , c’est meme gens style Mr Cekada & Co ne trouvent rien a redire sur l’invalidité intrinsèque du sacrement de pénitence qu’il distribuent a des pauvres fidèles perdus par absence de Juridiction , Bizarre non !???

        • Geneviève says:

          Désolée, je ne peux vous répondre, car mes commentaires ne passent pas, mais je peux vous assurer qu’il n’y a rien de subjectif là dedans ! Consulter le site de Rore Sanctifica, tout y est analysé en détail !

          • Charette says:

            Je connais Rore Sanctifica …
            Par exemple qu’elle est la forme essentielle du sacrement de pénitence ?

            • Geneviève says:

              Vous changez de sujet !

              • Charette says:

                Non , justement car pour commencer il ne connait meme pas la forme essentielle du sacrement de pénitence et il voudrait nous expliquer que la forme essentielle est absente du Rite de 1968 !….

          • Charette says:

            Vous pouvez pas réponde a cette simple question , toutefois vous pouvez savoir si la dite étude est objectif et a bien ton compris ou non ect….. c’est plus un paradoxe votre affirmation , mais un oxymore …..

            Lorsque vous étudiez l’histoire ecclésiale et que vous constatez que les premier éveques des temps Apostolique était sacrés simplement avec l’imposition des mains et comme seul forme l’invocation au Saint Esprit Point ….. Plus tard cela n’était plus avec l’imposition des mains &c.. Bref , le Monsieur en question tente d’une façon ou d’une autre a justifier sont existence sacrilège et illicite !…

      • j’entends structure
        je ne parle pas des cas particuliers
        sinon je ne comprends pas la réponse à mon mot
        udp

        • Geneviève says:

          Je les ai cité les structures : l’Institut Mater Boni Consili ou le CMRI, ou même La Société de Saint Pie V.
          Ce que je veux dire, c’est que la FSSPX n’est plus depuis longtemps la seule société qui défend la tradition catholique à l’extérieur de la secte conciliaire. Et que secondement, même ici sur ce site, on fait comme si ces catholiques fidèles n’existaient pas !

          • Charette says:

            Cette structure est sacrilège , et défend surtout sont affaire religion/commerciale en plus detre hypocrite et de faire semblent de ne pas voir l’invalidité intrinsèque du sacrement de pénitence qu’elle distribue et de facto le sacrilège des messes ( a supputer que leurs ordinations soit valides ? )

    • Charette says:

      dehors de Rome une structure canonique .

      Pour 5 ans et que pour un séminaire seulement .
      Ainsi la structure depuis est canonique au vue des chapelles monté dans le monde et surtout depuis 1988 le sacre schismatique .

      • Aux yeux de la discipline de l’Eglise de Rome la structure de la Fraternité, en son origine était canonique, dûment autorisée par l’évêque du Diocèse de Sion.

        Ce n’est qu’en 1976 que les évêques de France pour éviter que les séminaristes ne se dirigent vers ce séminaire parfaitement « canonique », obtinrent de Paul VI la « suspens a divinis » de l’archevêque Lefebvre et de tous les prêtres qu’il ordonnerait.

        A propos de cette suspension, Jean Guiton obtint du pape cet aveu :
        -« Nous avons été trompé ».
        Malheureusement, le pape n’eut pas le courage d’en tirer les conséquences…

        Il est vrai que d’autres structures que la fraternité existent dont la validité ne saurait être mise en doute si l’on respect l’orthodoxie de la foi telle que définie (Par l’Eglise alors indivise) lors de la crise donatiste.

        Par ailleurs, à mon sens, il est vraiment regrettable de constater le manque de courtoisie de certains intervenants dans les échanges qu’ont entre les uns et les autres a sujet de ce ralliement.

        N’est-il pas possible d’entendre concourir au bien commun en partageant ses opinions sans se blesser inutilement les uns les autres?

        Il me semble que la passion l’emporte sur l’amour de la vérité et le respect d’autrui car, si le devoir de correction fraternel nous impose de dire la vérité, selon l’adage augustinien, nous le devons faire dans la charité. « Caritas veritatis in necessitas caritatis »

        • Charette says:

          Vous confondez les choses , les statuts de la FSSPX était seulement pour 5 ans de façon expérimentale et uniquement pour la formation de séminariste … Arrivé a l’expiration du délai cela n’a pas été renouvelé par l’éveque du Diocèse .

          Mgr Lefebvre ne pouvait pas passer outre , car il n’avait plus de Diocèse lui-meme et n’était plus la puissance ecclésiastique .
          ( Ordre & Juridiction )

          5 l. De la puissante ecclésiastique.
          Cette puissance est double. Il y a celle de l’ordre,
          et il y a celle de la juridiction. La puissance de l’ordre regarde proprement la consécration du corps de Jésus-Christ dans la très sainte Eucharistie. Et la puissance de la juridiction regarde uniquement son corps mystique, de sorte que c’est par elle que les
          pasteurs ont droit de gouverner et de régler les fidèles
          pour les conduire à la vie éternelle.

          Les deux sont institués par NSJC …

        • Charette says:

          STATUTS DE LA FRATERNlTE DES APOTRES DE JESUS ET MARIE
          OU (SELON LE TITRE PUBLIC)
          DE LA FRATERNITE SACERDOTALE SAINT PIE X

          Statuts approuvés par un décret de l’Evêque de Fribourg le 1er novembre 1970, loués par une lettre de la Sacrée Congrégation du Clergé en date du 18 février 1971. (Version de Noël 1976, augmentée par le Chapitre Général de septembre 1982)

          IV – DE DIVERSIS MODIS INHAERENDI SODALITIO

          1. La Fraternité, en ses débuts, dépendra de l’évêque du lieu qui l’a érigée en « pieuse union » et en a agréé les statuts, en conformité avec les prescriptions du droit canon.
          2. En conséquence, tant que la Fraternité est de statut diocésain, les membres qui se destinent au sacerdoce devront avant l’engagement définitif être incardinés dans un diocèse, à moins qu’un indult spécial accordé par la S. Congrégation des religieux les autorise à être incardinés dans la Fraternité. Dès que la Fraternité aura des maisons dans divers diocèses, elle fera les démarches nécessaires pour devenir de droit pontifical.

          • Le Sommelier says:

            @ Bourriquette en charette de facto !

            « l’Église n’a le droit de rien innover pour ce qui touche à la substance des sacrements ». St Pie X

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com