nichi-vendola-gay-bapteme-enfantEn Italie, la pratique de la Gestation pour Autrui est interdite. Soi-disant. Parce que pour détourner cette loi, les hommes politiques italiens eux-mêmes savent le faire. Sans même recevoir un petit coup de règle sur les doigts comme les enfants pas sages d’antan !

Le printemps dernier, c’était l’ancien et ridé gouverneur de la région des Pouilles, Nichi Vendola, homme de gauche, conscience morale des pauvres, des immigrés, des droits des femmes, de la Terre, etc. qui, avec son « compagnon » Ed, beau gosse bien plus jeune, avait commandé un « bébé » à une agence yankee de Californie. Et Tobia est né le 19 février dans une clinique californienne tenue secrète. Fils naturel du partenaire de Vendola, l’ovule est la propriété d’une femme californienne, et l’utérus loué, celui d’une femme indonésienne résidente aux États-Unis. Coût de l’opération : entre 130 et 170 mille euros.

Voilà pour la petite histoire naturelle. On pourrait croire que, étant donné la vie des deux compères, si éloigné des critères moraux de l’Église catholique, ce chérubin de baptême il n’aurait point, en toute logique.

Mais non. En Notre Temps de liberté si beau et compréhensif pour toutes les déviances sexuelles, la notion de péché étant morte et enterrée, vieillerie rétrograde qui gardait les hommes renfermés dans leur peur malsaine, les deux papas de ce bambin qui n’a pas de maman, ont désiré le faire baptiser. En Italie où il vit. Parce que, c’est sûr, ces deux homosexuels pratiquant lui offriront une vie chrétienne, leur amour constant d’invertis témoigne de leur fidélité et de leur conscience morale !

Tobia, le fils de ce célèbre couple gay, a donc été baptisé, en semi-secret là-encore, dans la paroisse de San Michele Arcangelo di Suio Terme, dans la province de Latina par don Natalino Di Rienzo. Avec la bénédiction de l’évêque du lieu, Mgr Luigi Var :

« Je savais tout par avance. Il m’avait été demandé la permission, et je n’ai trouvé rien à redire parce que je suis en phase avec ce que dit le pape François, c’est-à-dire qu’il ne faut pas créer de nouveaux athées. Le Code de Droit Canon, entre autre, de même qu’il prévoit l’accueil pour les divorcés le prévoit aussi pour les situations de ce genre et la première chose à faire c’est de protéger les enfants. (sic) »

Pourtant, dans un long article paru en mai 2015 au sujet de la nouvelle conception du baptême selon François, l’éditorialiste et avocat Christopher A. Ferrara, collaborateur principal du Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, rappelle que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a déclaré en 1980 que :

« le baptême des enfants doit être régi par deux grands principes, dont le second principe est subordonné au premier. » Le premier grand principe, bien sûr, est que : « le Baptême, qui est nécessaire pour le Salut, est le signe et le moyen de l’Amour prévenant de Dieu qui nous libère du péché originel et nous communique une part de la Vie Divine … « 

Mais le deuxième grand principe, qu’apparemment le Pape François semblerait ignorer, est que : « Une assurance doit être donnée que le don ainsi accordé puisse se développer dans une authentique éducation de la foi et de la vie chrétienne afin de satisfaire la véritable signification du sacrement. » En conséquence, « si ces garanties ne sont pas vraiment sérieuses, il peut y avoir des raisons pour retarder le sacrement ; et si elles sont inexistantes de façon certaine le sacrement devrait même être refusé. »

Cette Instruction enseigne en outre : « En fait, l’Église ne peut seulement accéder au désir de ces parents que s’ils donnent l’assurance qu’une fois l’enfant baptisé, il lui sera donné le bénéfice de l’éducation chrétienne requise par le sacrement. L’Église doit avoir un espoir bien fondé que le baptême portera ses fruits. » Si des assurances sincères sont données, alors, bien naturellement, « le prêtre ne peut pas refuser de célébrer le sacrement sans délai … » Mais si, d’autre part, « ces assurances sont insuffisantes, il sera prudent de retarder le baptême. »

Prenez, par exemple, un « couple gay » qui n’a pas l’intention d’élever leur enfant immoralement acquis dans la foi chrétienne, mais plutôt dans leur propre version de celle-ci à savoir le « droit des couples homosexuels » de vivre dans une union adultère sur la base de la pratique de la sodomie, appelez cela un « mariage » et le droit d’adopter des enfants — le tout en violation de l’enseignement infaillible de l’Église sur la foi et la morale. »

Soyons donc sérieux : comment un couple homosexuel qui vit en violation de l’enseignement infaillible de l’Église sur l’homosexualité, pourrait-il élevé chrétiennement un enfant ?

Mais à l’ère de la révolution immorale du pape François, ce ne sont plus les règles immuables de l’Église catholique qui régissent la réception des sacrements, mais une fausse idée de la miséricorde qui a détruit toute notion du péché et fait de l’admission aux sacrements un droit inaliénable de tout un chacun,  « comme si le sacrement était une sorte de droit au lieu d’un don du Sang du Christ » écrit monsieur Ferrara ! Et tant pis pour les sacrilèges commis envers le Christ !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

22 commentaires

  1. Jacquesjacques says:

    Le bébé n’est coupable de rien et nous ne pouvons pas lui refuser le baptême.

    • Xavier Celtillos says:

      Mais ce n’est pas un problème de culpabilité, et personne n’a dit que cet enfant était coupable de quoique ce soit.
      C’est simplement une question de prudence : donner le batpême à un enfant qui sera éduqué de façon contraire à son baptême, c’est en faire un probable apostat.
      Alors que rien n’empêchera cet enfant plus tard, par choix, de demander le batpême.

      • « Alors que rien n’empêchera cet enfant plus tard, par choix, de demander le batpême. »

        Rien, sauf peut-être une mort prématurée.
        Si cet enfant venait à mourir précocément, il serait privé de Salut, puisque comme le rappelle Francesca, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a déclaré en 1980 que « le Baptême, (…) est nécessaire pour le Salut. »
        N’est-ce pas cruel de vouloir priver cet enfant innocent de Salut, uniquement pour avoir le plaisir de faire la nique à ses parents invertis ?

  2. Je suis d’accord, le baptême ne devrait être accordé qu’aux enfants dont les parents apportent l’assurance qu’ils sauront profiter de l’ascendant qu’ils ont sur leur progéniture influençable pour leur laver le cerveau, les endoctriner, et tuer tout leur esprit critique jusqu’à ce qu’ils ne soient plus en mesure de comprendre le monde et de se rendre compte de l’absurdité de leurs croyances.

    Malheureusement, de nos jours, la plupart des enfants baptisés le sont uniquement pour faire plaisir à leur mamie, alors même que leurs parents n’ont aucune intention de leur inculquer quelque croyance moyenâgeuse que ce soit. Quel gâchis !

  3. MAIS,C’EST VOTRE PAPE ! Cécilien

  4. DUFIT THIERRY says:

    Autrefois on baptisait les enfants dès les jours qui suivaient leur naissance car le Baptême est nécessaire au Salut et les enfants qui meurent sans Baptême vont dans les Limbes. Depuis Vatican II tous les prétextes sont bons pour retarder le Baptême ou pour ne pas baptiser du tout. ( « l’enfant choisira sa religion »). On baptisait donc les enfants sans père ou les enfants abandonnés (sans parents ) car le Salut de ces enfants passait avant tout. La doctrine traditionnelle de l’Eglise est très claire Voici un extrait du catéchisme de St Pie X.
    « Quand doit-on porter les enfants à l’Eglise pour les faire baptiser ?
    On doit porter les enfants à l’église pour les faire baptiser le plus tôt possible.
    Pourquoi doit-on mettre tant d’empressement à faire recevoir le baptême aux enfants ?
    On doit mettre tant d’empressement à faire baptiser les enfants parce que, à cause de la fragilité de leur âge, ils sont exposés à bien des dangers de mourir et qu’ils ne peuvent se sauver sans le Baptême.
    Ils pèchent donc les pères et les mères qui par leur négligence laissent mourir leurs enfants sans Baptême, ou même qui le diffèrent simplement ?
    Oui, les pères et les mères qui, par leur négligence, laissent mourir leurs enfants sans Baptême pèchent gravement, parce qu’ils privent leurs enfants de la vie éternelle. Ils pèchent même gravement en différant longtemps le Baptême, parce qu’ils les exposent au danger de mourir sans l’avoir reçu. »
    Il est vrai qu’à l’époque on n’avait pas prévu que la société tomberait dans une telle dépravation. Que faut-il faire pour les enfants d’un couple contre nature né dans des conditions anti naturelle (GPA) ? Je ne connais pas la réponse. Il faudrait interroger un théologien mais évidemment un théologien fidèle à la Tradition.

    • Les limbes ont été( fermées) il y a quelque années faute de clients)…. Sans rire l,Église a cancellée les Limbes en disant qu_ils n’existent pas..

  5. l ‘enfant devait être baptisé , il le fut , c ‘est bien , il n ‘est pour rien , et qui sait , peut être sera t ‘il élevé dans la religion , qu’ en savons nous , aujourd ‘ hui les enfants reçoivent le baptème dans des familles composées , mais c ‘est uniquement pour la tradition ………………………..et surtout l ‘occasion de faire la fête , alors lesquels bébés dans ces 2 cas sont « dans le bon droit  » , pour moi les deux , eux , sont innocents

  6. Quelle honte, certes les gens sont libres et je respecte ce fait, mais ne venez pas me dire qu’une telle chose soit admissible. Je sais, aujourd’hui, nous ne savons plus ce qui bien et ce qui est mal, le monde marche sur la tête. Les religieux font n’importe quoi, pourvu que leur business fonctionne tout en gardant un visage potable devant le peuple. L’hypocrisie est l’emblème des religieux comme pour nos politiques.

    • Bjr à vous que pensez vous d la Miséricorde Divine ???

    • DUFIT THIERRY says:

      Bien sûr il ne s’agit pas d’approuver les mœurs contre nature ni les propos scandaleux du pape sur ce sujet. La morale de l’Eglise ne peut changer. Mais à toutes les époques il y a eu des enfants illégitimes (nés de père inconnu, hors mariage, adultérins, abandonnés à leur naissance…) et l’Eglise n’a jamais refusé de baptiser ces enfants car encore une fois le Baptême est nécessaire au Salut. Dans le cas d’un couple contre nature ayant eu un enfant par GPA que doit-on faire ? J’aimerais vraiment avoir l’avis d’un théologien traditionnel.

  7. Que se passe t’il le pape chante a Lucifer???il est perdu ou quoi,Voir lien(le pape chante a Lucifer)serait- ce notre nouveau dieu,?

  8. Murielle Noric says:

    Puisqu’il faut baptiser le plus tot possible un enfant pour eviter qu’il ne se retrouve dans les limbes, il suffit que les parents, en cas de danger de mort, baptisent eux memes leur enfant « au nom du Pere, du Fils et du Saint-Esprit » selon la formule consacree, comme le font beaucoup d’infirmieres dans les centres pediatriques. Donc, cet enfant, peut tres bien attendre l age de « raison » pour decider de choisir sa religion.

  9. DUFIT THIERRY says:

    Oui il est vrai que le Baptême est un Sacrement tellement important sans lequel on ne peut se sauver que l’Eglise a permis que tout laïc peut baptiser en cas d’urgence. Mais uniquement en cas d’URGENCE. Maintenant quand vous dites que l’enfant doit choisir sa religion je dis Attention !!! Vu l’Islam conquérant qui envahit l’Europe si l’enfant choisit l’Islam c’est le condamner à la damnation et en plus favoriser l’islamisation de l’Europe. Il faut éduquer les enfants dans la Foi Catholique dès leur plus jeune âge.

    • « Il faut éduquer les enfants dans la Foi Catholique dès leur plus jeune âge. »

      Laissez donc les enfants tranquilles, ils ne vous ont rien fait.

  10. mouette says:

    Un prêtre qui baptise doit s’assurer que les parents de l’enfant s’engagent à le faire instruire du catéchisme.
    Dans ce cas … hum !
    Ca serre le coeur, c’est certain, dans tous les cas de figure …

  11. Anne Lys says:

    Les péchés des parents, ou, en l’occurrence, des « parents », ne sont pas une raison valable pour refuser le baptême à un enfant.
    Toutefois, les parents ou les personnes qui ont la charge de l’enfant doivent s’engager à l’élever dans la foi catholique. Des personnes dans la situation des deux homosexuels qui ont fabriqué ce petit enfant peuvent-ils prendre cet engagement et le tenir ? Peuvent-elles éviter que leur exemple et le milieu dans lequel ils feront vivre cet enfant ne permettent pas à celui-ci de grandir dans la foi ?

  12. authier says:

    Il n’est pas bon que l’Église refuse le sacrement du baptême. Un enfant n’est pas responsable du péché de ses parents.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com