Amada-Rosa-Perez-priant

Sous le slogan « Chaque vie est importante », une manifestation de masse sera organisée le 22 novembre en Espagne. Cette manifestation bénéficie du soutien de nombreuses personnalités pro-vie de par le monde. Parmi elles, le mannequin Amada Rosa Pérez.

Amada-rosa-perez-mannequin

Amada Rosa Pérez était au début des années 2000 l’une des femmes les plus prisées par les agences de mode, avant de disparaître de la scène publique en 2005. Elle avait connu un grave problème de santé qui pouvait paralyser une partie de son visage et qui lui a fait perdre 40 pour cent de son audition à l’oreille gauche. Mais cette épreuve l’a rapprochée de Dieu.

En 2010, Amada Rosa Pérez faisait à nouveau les manchettes des médias hispaniques, mais cette fois en partageant le récit de sa conversion.

« Maintenant, je vis dans la paix, je profite de chaque instant que Dieu me donne. Je vais à la messe, je prie le chapelet tous les jours, ainsi que la Miséricorde Divine ». 

«Je me confesse souvent ». 

Amada-Rosa-Perez-chapelet

Amada a redécouvert la véritable vie de famille, soutenue par la Foi, et reste en relation étroite avec une communauté religieuse en Colombie.

«Être un modèle signifie être une référence, quelqu’un dont les croyances sont dignes d’être imitées, et je suis fatiguée d’avoir été un modèle de superficialité. Je suis lassée d’un monde de mensonges, d’apparences, de fausseté, d’hypocrisie et de tromperie, une société pleine d’anti-valeurs qui exalte la violence, l’adultère, la drogue, l’alcool, les conflits, et un monde qui vénère la richesse, le plaisir, l’immoralité sexuelle et la fraude. » 

« Je veux désormais être un modèle qui favorise la vraie dignité de la femme et pas son utilisation à des fins commerciales».

Depuis la Colombie, Amada Rosa Perez, a aussi confessé qu’elle avait subi un avortement suivi du syndrome post-avortement. Dans son témoignage, le modèle raconte: « A cette époque où j’étais enceinte, j’aurais souhaité trouver l’aide de quelqu’un, quelqu’un qui m’aurait dit quelque chose de positif et de beau, comme qu’être maman ce n’est pas mal. »

Le syndrome post-avortement est une réalité pour toutes les femmes qui ont avorté. Parmi les manifestations de ce syndrome : la culpabilité, la tristesse, le désespoir, le pessimisme, les cauchemars, la perte de concentration et de motivation, des pleurs sans raison apparente, la perte d’énergie, les nausées. Il peut également conduire à l’anorexie, l’alcoolisme, le rejet de tout ce qui implique un engagement ou la froideur émotionnelle.

Le mannequin explique qu’elle a avorté parce que dans son entourage elle ne rencontrait que des réactions lui disant qu’il fallait privilégier sa carrière. Elle avoue qu’elle a eu peur, qu’elle ne l’a pas dit à ses parents et a décidé de se débarrasser de son bébé.

Dans ce contexte, elle apporte son entier soutien à la manifestation du 22 novembre. « Chaque vie compte » et cette manifestation défendra, outre la vie des bébés non nés, la protection des femmes enceintes qui ont besoin d’un environnement social favorable, où la maternité est défendue avec des mesures concrètes de soutien à la femme enceinte pour qu’elle ne soit pas condamnée à l’avortement.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Sur les syndromes post-avortement, 2 livres écrits par le Dr Philippe de Cathelineau font référence, en France :
    – Les lendemains douloureux de l’avortement, éditions CLD, paru en 2003 (plus de 10 ans déjà !) ;
    – et Naître ou ne pas être, éditions Saint-Léger, paru en 2012.
    Il est temps de s’informer, si on veut lutter contre l’horreur de l’avortement, aider les femmes en détresse, prévenir ce fléau dont toute la famille (la fratrie notamment !) pâtit lourdement, et qui empoisonne la société tout entière…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com