Si la France a perdu depuis plusieurs années sa première place en production mondiale de vin, elle reste néanmoins la première exportatrice du monde, avec une telle avance sur la concurrence que les ventes françaises sont équivalentes à 98 % des exportations cumulées du 2e et 3e mondial…

Sur le plan des continents, l’Europe a exporté 70 % du vin vendu dans le monde, contre 9 % pour l’Océanie, 8 % pour l’Amérique du Sud, 6 % pour l’Asie, 5 % pour l’Amérique du Nord et 2 % pour l’Afrique.

La France a vendu plus d’un quart du vin mondial (27 % précisément) avec une somme de 9,1 milliards de $. A ceux qui prétendent que « l’agriculture ne sert à rien », les exportations de vin français équivalent à 19 % du déficit commercial français…  Dernière la France, vient l’Italie avec 6,3 milliards de $, puis l’Espagne avec 3 milliards. Deux autres pays dépassent les 5 % d’exportation mondiale, le Chili (1,9 milliard) et l’Australie (1,7 milliard). Trois autres pays dépassent les 1 milliard d’exportation : les Etats-Unis (1,6), la Nouvelle-Zélande (1,1) et l’Allemagne (1).

Le cas chinois est spécial. 6e productrice mondiale de vin, la Chine n’en exporte que pour 543 millions de $, moins que Hong Kong (669 millions) ou que Singapour (455 millions). J’ai beau scruter Google Map, je ne vois pas l’ombre d’un vignoble à Hong Kong et à Singapour. Hong Kong est bien évidemment exportateur de vin chinois, ce qui doit être aussi le cas de Singapour, tant cette ville est sinisée. En additionnant les trois états, on obtient le chiffre de 1,66 milliard, plus conforme au rang chinois. Quand bien même on enlèverait Singapour, les exportations réelles chinoises seraient encore de 1,21 milliard.

Les autres états exportant plus de 1 % du vin mondial sont – outre ceux précédemment cités – l’Argentine (817 millions), le Portugal (805 millions), le Royaume-Uni (664 millions) et l’Afrique du Sud (662 millions). Les autres pays exportateurs de vin, par ordre décroissant, sont (en millions de $ vendus) : les Pays-Bas (264), l’Autriche (162), la Belgique (152), la Lituanie (132) ; le Danemark (128), la Géorgie (114), la Moldavie (109), la Suisse (103), la Hongrie (87), la Grèce (81), la Lettonie (73), le Canada (68), la Malaisie (61), la Macédoine (53), Israël (40), la Bulgarie (33), la Thaïlande (30), la Suède (29), la Tchéquie (26), le Luxembourg (24), l’Estonie (23), la Roumanie (23) et la Finlande (22).

En ce qui concerne la production, les premières données de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin) annonce un effondrement mondial de la production en 2017, à 2,467 millions de tonnes, soit une baisse de 15 % en 4 ans et le chiffre le plus bas depuis 1964 ! L’Italie est toujours en tête avec 3,93 millions de tonnes (23 % de pertes par rapport à 2016 !), talonnée par la France (3,67 MT, soit 19 % de pertes) et l’Espagne (3,35 MT, -15 %). Les Etats-Unis restent 4e avec 1,39 MT et l’Argentine, portée par un accroissement de la production de 25 %, double la Chine avec 1,18 MT contre 1,14 MT. Le reste des premières places ne change pas : l’Afrique du Sud 7e, le Chili 8e, l’Allemagne 9e et le Portugal 10e. Les deux grands vainqueurs des vendanges 2017 sont la Roumanie, + 64 % – qui reste 12e avec 0,53 MT mais creuse l’écart avec les autres et se rapproche du 11e, la Russie – et le Brésil, + 169 % et une production passant de 0,13 à 0,34 MT, permettant au Brésil de passer de la 19e à la 13e place mondiale. Les autres producteurs significatifs (plus d’un million d’hectolitres, soit 100.000 tonnes, produits) sont, dans l’ordre décroissant, de la 14e à la 22e place : la Hongrie, la Nouvelle-Zélande, la Grèce, la Serbie, l’Autriche, la Moldavie, la Bulgarie et la Géorgie.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com