Espagne-pro-vie-MPI

Comme d’habitude les médias français politiquement corrects ont menti sur la portée réelle des lois qui vont être adoptées sans coup férir par le parlement espagnol à la suite du projet de loi qui vient d’être adopté par le gouvernement.

En ce qui concerne le projet de loi restreignant drastiquement l’avortement le ministre Albert Ruiz Gallardon, dans une interview au journal ABC du 22 décembre, a fait une série de déclarations. Ceux qui pensent que le Parlement modifiera le projet de loi se trompent. Il a ajouté une phrase que nous espérons comme prophétique : « La ley del aborto situará a España a la vanguardia del siglo XXI ». La loi de l’avortement se situera à l’avant-garde du XXIème siècle. Il a ajouté avec force : « Je suis persuadé que cette initiative aura des prolongements dans d’autres nations de l’Europe ». 

Par-delà les intérêts électoralistes

Gallardon a expliqué que l’abolition de l’avortement était au programme du Parti Populaire en 2011. Jamais le gouvernement n’avait fléchi sur ses intentions. Mais il avait considéré comme prioritaire la situation économique dramatique dans laquelle le pays avait été plongé par les socialistes. De plus il fallait réfléchir. Il a donc fait exactement l’inverse de Hollande avec le «mariage pour tous » (sauf pour lui). Le ministre a constaté que le redressement du pays est actuellement en cours. La loi est « juste, humaniste et progressiste »dans le sens du progrès bien entendu,et ne pouvait être dictée par la perspective électorale de perdre des voix.  

Une opinion favorable

Maintenant comment la loi est-elle reçue ? Trois des principaux journaux quotidiens, La Razon, ABC, La Gaceta à l’unisson ont mis en première page une photo d’un bébé avec ces mots sous-titrés « Tuer redevient un délit en Espagne !»(Matar vuelve a ser delito en España). Quant à l’opinion publique ? La manifestation de protestation devant le Palais de Justice de Madrid s’est résumée à 500 personnes (elmundo.es 20 dec.). Comme par hasard les socialistes français ont voulu jouer la mouche du coche au lieu de regarder la boue qu’ils ont aux pieds : la manifestation qu’ils ont organisée devant l’ambassade d’Espagne n’a rassemblé qu’une centaine de personne malgré le battage médiatique. La presse française une fois de plus a pris sa vessie pour une lanterne. Quand Civitas organise une manif de 10.000 personnes cela fait un entrefilet dans Le Figaro.

En revanche le 29 décembre, des dizaines de milliers d’Espagnols pro-vie se sont rassemblés à Madrid sur la Plaza Colon. Des forêts de drapeaux de toutes les régions… Une gigantesque messe avec un discours tonique de Mgr Rouco Antonio Valera, archevêque de la capitale. L’AFP pour une fois bien intentionnée a lancée la nouvelle… qui bien sûr n’a été relevée par pratiquement aucun de nos médias.

Une loi très restrictive

Quant à la loi elle-même, elle est bien en deçà de celle adoptée en 85 avant les socialistes. Sont exclus des possibilités d’avortement les enfants malformés ou atteints de handicap. L’Espagne a bien compris que l’eugénisme le plus sordide à la Hitler devenait la règle. Ne sera pris en considération que la santé de la mère qui sera appréciée par deux médecins extérieurs à la demanderesse. En réalité la plupart des avortements se font au nom de la santé mentale de la mère… Cette notion va être désormais contestée. De plus le délai d’avortement est réduit de deux mois, passant de 22 semaines de grossesse à 14 semaines etc.

Francisca Garcia de l’Association des cliniques d’avortements accréditées, a déclaré qu’en vertu de la nouvelle législation, 100 000 des 118 000 avortements effectués l’an dernier seraient illégaux. On lui répondra que déjà 92 % des avortements de Malaga se faisaient dans l’illégalité de la loi votée par les socialistes notamment par les avortements tardifs. Cette brave femme va être obligée de fermer son fond de commerce bâti sur le sang des Innocents. 

Le plus beau cadeau de Noël et de fin d’année pour les défenseurs de la vie nous vient d’Espagne. Bienvenido et nos meilleurs vœux à tous les enfants qui devront la vie à la nouvelle loi sur l’avortement.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. FERRARI says:

    A mon humble avis, l’avortement est un crime contre l’être humain.Même au stade embryonnaire, c’est un enfant déjà crée, une vie qui se développe dans le sein de sa mère, en attendant d’avoir le souffle de la vie extérieur. ceci dit, chacun est responsable-coupable de ses actes odieux, sous couvert d’une inique loi imposée à tous, au nom de la liberté et surtout, au nom de la laïcité…

  2. FERRARI says:

    A mon humble avis, l’avortement est un crime contre l’être humain.Même au stade embryonnaire, c’est un enfant déjà crée, une vie qui se développe dans le sein de sa mère, en attendant d’avoir le souffle de la vie extérieur. ceci dit, chacun est responsable-coupable de ses actes odieux, même 2sous couvert d’une inique loi imposée à tous, au nom de la liberté et surtout, au nom de la laïcité…

  3. <<les hommes qui commande, commande, font des lois…mais qui est ceux ou celles qui les acceptent a la fin, se sont les mamans qui ne veulent pas de leurs enfants, c'est la femelle, habillée en homme, qui le veulent, un point est certain. Chaque dame est sujette a rendre en pleine conscience, si elle existe encore, bien sûr, puisque un super Monsieur a voulu l'interdire, la mort a son enfant disant quelle est libre de sa carcasse.
    Si ces lois ont voulaient quelles ne soient pas accepter
    par les mères.
    Mais ceux qui font ces lois, je ne les louent pas, DIEU LE FERA s'il veut, c'est de son ressort.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com