Valérie Bugault, docteur en droit, a travaillé comme avocate fiscaliste avant de cesser sa carrière d’avocate pour se consacrer à l’analyse des problématiques de géopolitique économique.

Son livre La nouvelle entreprise est ambitieux : proposer un nouveau modèle d’entreprise commerciale, non capitaliste, devant contribuer  à une rénovation de l’économie plus soucieuse du bien commun.

Il ne suffit pas de dénoncer le système capitaliste ou le système communiste, le système socialiste ou le système ultra-libéral, rappelle Valérie Bugault. Il convient d’apporter des solutions concrètes, politiquement exploitables, dans le sens d’un renouveau civilisationnel. Dès lors, ce livre expose un modèle d’entreprise qui a pour objet de remettre l’entreprise à la place sociétale qui lui revient de droit : celle de faciliter et d’organiser les relations sociales de façon à permettre la création de valeur, que celle-ci soit marchande ou non marchande de nature sociétale. Ainsi comprise, l’entreprise s’apparente au concept monétaire décrit dans Du nouvel esprit des lois et de la monnaie, livre co-écrit par Valérie Bugault et Jean Rémy (éditions Sigest, juin 2017) : il s’agit, dans les deux cas, d’un outil juridique, qui prend la forme d’une « institution », mis au service d’une collectivité déterminée afin de faciliter les échanges et les liens sociaux. Les concepts « d’institution » et de « service rendu à la collectivité » sont des éléments clefs permettant de comprendre, dans une Société politique, quels sont, fondamentalement, les rôles respectifs de « l’entreprise » et de la « monnaie ».

Opposée au projet de domination planétaire, notamment fondé sur les notions d’anonymat et de hiérarchisation des entreprises, Valérie Bugault propose de stopper le plan tracé par l’oligarchie. Comment ? Par une réappropriation juridique, par les Etats, des concepts d’entreprise et de monnaie, les amenant à réintégrer le corps social qu’elles ont, grosso modo depuis la Révolution française, déserté.

L’accaparement du système économique s’est réalisé au moyen de l’appropriation du phénomène monétaire, de l’anonymisation des capitaux par des personnes privées, ainsi que de l’appropriation par ses principaux actionnaires du concept de « société ». Pour Valérie Bugault, c’est une certitude, tout Etat devrait avoir parmi ses priorités de faire disparaître la possibilité juridique de rendre les capitaux anonymes.

La nouvelle entreprise, Valérie Bugault, éditions Sigest, 150 pages, 14,95 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Pierre Mary de Montamat says:

    Très intéressante contribution d’un point de vue économique; je me base bien sûr sur cette présentation, n’ayant pas lu le livre, mais connaissant l’auteure.

    Est-il possible ensuite de passer en mode ‘politique’ après avoir dénoncé le mode ‘économique’? Élargir l’analyse… en la plaçant à son véritable niveau, car la politique est architectonique, elle s’intéresse à l’ensemble des relations entre hommes, dont les relations économiques ne sont qu’une partie..

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com