piss-christ-christianophobie-mpi

La photographie blasphématoire « Piss Christ » de l’américain Andres Serrano, a suscité une grande polémique en Italie à l’annonce de son exposition à la Biennale internationale de la Photographie Photolux dans la ville de Lucca.

Après une pétition de plus de 30 mille signatures et les critiques de divers acteurs politiques, les organisateurs ont décidé de retirer « l’œuvre » controversée.

Le travail de Serrano consiste en une photographie d’un petit crucifix immergé dans un récipient rempli de l’urine de l’auteur. Lors de son exposition en France, à Avignon, Civitas avait recueilli près de cent mille signatures au bas d’une pétition réclamant le retrait de cette photographie de l’exposition organisée avec le soutien de la Mairie qui était restée sourde. Plus d’un millier de personnes avaient ensuite manifesté dans les rues d’Avignon, toujours à l’appel de Civitas. Puis des jeunes gens avaient frappé à coup de marteau le plexiglass recouvrant la photographie, créant un séisme parmi l’intelligentsia toujours complaisante à l’égard de l’antichristianisme. La médiatisation internationale de cette mobilisation des catholiques français contre « Piss Christ » n’est pas pour rien dans la décision de la direction de la Biennale internationale de la Photographie Photolux de céder aux pressions des catholiques italiens.

piss-christ-civitas-manifeste-avignon-mpi

L’exposition Photolux, parrainée par le ministère du Patrimoine culturel de l’Italie et prévue du 21 novembre au 13 décembre, voulait inclure la photographie « Piss Christ » de Serrano en illustration de son thème: « Sacré et Profane« .

Fabio Rampelli, député italien pour Fratelli d’Italia-Alianza national, a qualifié l’exposition « d’abominable » et a regretté que le ministère du Patrimoine culturel de l’Italie commandite « une insulte aux sentiments religieux des Italiens« . «Nous sommes dans un Etat laïque, mais le sentiment religieux ne peut être soumis à l’offense« , a déclaré Rampelli.

Le journaliste italien Mario Adinolfi a critiqué pour sa part que soient admis des signes blasphématoires de ce genre, alors que dans une école de Florence récemment on a empêché de présenter aux enfants l’exposition « Beauté divine» pour ne pas «perturber les non-catholiques».

A contrecœur, le président et directeur artistique de Photolux, Enrico Stefanelli, a annoncé le 15 novembre, dans un communiqué, que la photographie blasphématoire « Piss Christ » ne fera pas partie de l’exposition, et qu’il est « conscient que cette photo touche fortement les sentiments de beaucoup de gens et de beaucoup de chrétiens « .

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com