Du 9 au 11 février, la secte rosicrucienne cherchera à étendre son influence en Afrique. Elle envoie pour cela un de ses représentants en Côte d’Ivoire.

C’est un Français, Serge Toussaint, Grand Maître de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix (A.M.O.R.C), qui a prévu de s’installer à l’hôtel palm Club pour tenter de séduire des Africains et rencontrer ceux qui sont déjà tombés dans son escarcelle.

Il faut mettre en garde les Africains et rappeler que l’ordre de la Rose-Croix est une organisation kabbalistique, développée dans des sociétés à caractère mystique dérivant du protestantisme, qui revendiquaient des dépôts initiatiques chez leurs adeptes réunis en petits cénacles de soi-disant « savants », dits Rose-Croix.

L’essence de la pensée rosicrucienne est condensée dans l’affirmation « L’homme est Dieu, fils de Dieu et il n’y a pas d’autre Dieu que l’homme ». Ce n’est qu’une reprise des anciennes hérésies gnostiques des premiers siècles, remaniée successivement par les talmudistes et les kabbalistes.

La secte rosicrucienne contribue à propager le mondialisme synarchique.

En France, le Rapport Parlementaire « Les sectes et l’argent » du 10 juin 1999 a inclus l’AMORC dans sa liste des sectes. La commission parlementaire a considéré que l’AMORC remplissait certains des critères sectaires retenus dans le rapport de 1995, à savoir « la déstabilisation mentale, le caractère exorbitant des exigences financières, la rupture induite avec l’environnement d’origine, les atteintes à l’intégrité physique, l’embrigadement des enfants, le discours plus ou moins anti-social, les troubles à l’ordre public, l’importance des démêlés judiciaires, l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels et les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics ».

Philippe Vuilque, président du groupe d’études sur les sectes à l’Assemblée nationale française, avait déclaré que les membres de l’AMORC « font du lobbying auprès des parlementaires en prétendant que leur présence dans le rapport est une erreur » ; le député ajoutait que « leurs pratiques sont pourtant symptomatiques de dérives sectaires».

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com