La Grèce créanciers réussiront-ils enfin s’accorder, samedi, lors annoncé ultime réunion l’Eurogroupe question ?
Alexis Tsipras a fait appel  à l’arbitrage du peuple face aux pressions humiliantes des banksters de l’UE que sont la Banque Centrale Européenne, la Commission Européenne et le Fond Monétaire International , ce qui coupe l’herbe sous les pieds de ceux-ci, qui se gargarisent de démocratie.

Ce geste éminemment démocratique a provoqué la même réaction des oligarques de l’Union, que le rejet de la constitution européenne par la France et la Hollande, consultées par référendum.

Déclaration d’Alexis Tipras le soir du 26 juin à la télévision d’Etat grecque :

«Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI pour une politique d’extrême austérité. (…) Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J’ai proposé au conseil des ministres l’organisation d’un référendum, et cette proposition a été adoptée à l’unanimité» .

Jacques Sapir analyse les enseignements de la déclaration d’Alexis Tsipras

Il convient de lire attentivement ce texte, qui n’est pas que de circonstances. En effet, on peut retirer de cette courte déclaration trois points importants.

Le premier est que le désaccord entre le gouvernement grec et ses partenaires a été d’emblée politique. La BCE et la Commission Européenne n’ont eu de cesse que de rechercher une capitulation du gouvernement grec, ce que Tsipras appelle «l’humiliation de tout un peuple». Ce que cherche l’Union européenne, par le biais de l’Eurogroupe, c’est de cautériser le précédent ouvert par l’élection de janvier 2015 en Grèce. Il s’agit de faire la démonstration non seulement en Grèce, mais ce qui est en fait bien plus important en Espagne, en Italie et en France, qu’on ne peut «sortir du cadre de l’austérité» tel qu’il a été organisé par les traités comme l’avait affirmé dès l’élection du 25 janvier Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne.

Le deuxième point important de cette déclaration est que, pour la première fois un dirigeant légalement élu et en fonction déclare que les institutions européennes font des propositions qui, dans leur fond comme dans leur forme «violent absolument les acquis européens». C’est une accusation très grave. Elle revient à dire que les institutions européennes qui sont censées être des garants de la démocratie agissent au contraire de celle-ci. Elle revient aussi à dire que ces mêmes institutions, dont la légitimité n’existe que par délégation de la légitimité des Etats membres, ont des comportements qui violent la légitimité et la souveraineté de l’un des dits Etats membres. Cela revient donc à dire que les institutions de l’Union européennes se sont constituées en Tyrannus ab exercitio soit en un pouvoir qui, tout en étant issu de procédures légitimes, se conduit néanmoins en Tyran. Cela revient à contester radicalement toute légitimité aux instances de l’Union européenne.

Le troisième point se déduit des deux premiers. Il est contenu dans la partie du texte qui dit: «Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec». Il place désormais les enjeux non plus au niveau de la dette mais à celui des principes, de la démocratie comme de la souveraineté nationale. Et c’est en cela que l’on peut parler d’un véritable «moment gaullien» chez Alexis Tsipras. Il a osé poser la question de l’austérité et du référendum, et a reçu un soutien unanime, y compris des membres de l’ANEL, le petit parti souverainiste allié à SYRIZA. Il s’est ainsi réellement hissé à la stature d’un dirigeant historique de son pays.

Les réactions des responsables de l’Union européenne ont aussitôt confirmé l’arbitraire de cette union, qui agit en despote à travers des commissions et de hauts commissaires qui n’appuient leur autorité sur aucune légitimité directe et qui sont aujourd’hui des oligarques qui abusent de leurs positions et s’entre-désignant. 

Le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a immédiatement annoncé que les pourparlers étaient rompus. Junker s’est dit trahi par l’annonce de ce référendum qui prend l’Union de court, Angela Merkel et François Hollande y sont allés, eux aussi, de leur mine déconfites et d’appel-avertissements solennels en direction des Grecs pour le cas où ils choisiraient de refuser l’ultimatum de l’Eurogroupe.

Cette troïka de banksters est en grande partie responsable de la faillite de la Grèce, puisque ce sont les banques avec l’appui de commissaires de l’Union européenne qui ont encouragé les Grecs à s’endetter, leur laissant l’illusion que les crédits seraient illimités. Cette énorme dette n’aura pas apporté d’ investissements vraiment utiles à la Grèce mais plutôt des dépenses somptuaires comme celles des jeux olympiques d’Athènes ou bien des maisons individuelles qui ont endetté leurs propriétaires bien au-delà de leurs possibilités avec des incitations très fortes à une surenchère d’endettement. Et non contents d’avoir entraîné les Grecs, qui jusque-là vivaient heureux avec leurs petits moyens et leur drachme, dans des dépenses surdimensionnées, ces mêmes autorités européennes ont ensuite déchargé les banques de leurs milliards de prêts que la Grèce ne pouvait plus honorer, pour les refiler essentiellement aux Allemands et aux Français… Et après comment s’étonner que la France soit de plus en plus endettée lorsqu’elle soulage les banques de leurs mauvais placements pour les intégrer dans les comptes publics, c’est-à-dire au compte des citoyens français, à raison de 600 à 1000 euros de dette par personne pour la France, suivant les différents calculs.

Nous savions qu’il serait impossible à la Grèce de rembourser la dette qui est à la charge de la France, mais si la Grèce sort de l’euro, le défaut sera officiel est définitif.

Il sera néanmoins fort intéressant, si le référendum fait sortir la Grèce de l’Euro et par conséquent, probablement de l’Union, d’observer comment celle-ci s’en sort et si toutes les Cassandre européïstes qui ne cessent de prédire l’apocalypse dans ce cas, ont bien interprété les augures.

Ce serait un précédent à suivre de prés pour Marine Le Pen, qui prône le retrait de la France de l’Union européenne et le retour au Franc, bien qu’un grand pays comme la France pèse beaucoup plus lourd que la Grèce sur l’échiquier de l’Union et même du monde. Tout est question de courage politique.

Des oligarques pour une tyranie

Les Etats de l’Union n’ont cédé leur souveraineté que parce qu’il s’agit d’un club d’oligarques qui se partagent des prébendes, et c’est l’un de ses plus petits membres et le plus démuni -et justement en raison de cela- qui administre aujourd’hui une magistrale leçon de souveraineté populaire aux autres états-membres, dont la France. A ce sujet Jacques Sapir énumère quelques réalités :

De fait, l’Eurogroupe a donc décidé d’exclure la Grèce de l’Euro. Ceci constitue à l’évidence un abus de pouvoir. Et il faut ici rappeler plusieurs points qui ne sont pas sans conséquences tant juridiquement que politiquement.

1. Aucune procédure permettant d’exclure un pays de l’Union Economique et Monétaire (non réel de la «zone Euro») n’existe actuellement. S’il peut y avoir une séparation, elle ne peut avoir lieu que d’un commun accord et à l’amiable.

2. L’Eurogroupe n’a pas d’existence légale. Ce n’est qu’un «club» qui opère sous couvert de la Commission Européenne et du Conseil européen. Cela signifie que si l’Eurogroupe a commis un acte illégal – et il semble bien qu’il en soit ainsi – la responsabilité en incombe à ces deux institutions. Le gouvernement grec serait donc fondé d’attaquer la Commission et le Conseil à la fois devant la Cour Européenne de Justice mais aussi devant la Cour Internationale siégeant à La Haye. En effet, l’Union européenne est à la base une organisation internationale. On le constate par exemple dans le statut, et les exemptions fiscales, des fonctionnaires européens. Or, la règle dans toute organisation internationale est celle de l’unanimité. Le traité de Lisbonne a bien prévu des mécanismes de majorité qualifiée, mais ces mécanismes ne s’appliquent pas à l’Euro ni aux questions des relations fondamentales entre les Etats.

3. Le coup de force, car il faut l’appeler par son nom, que vient de faire l’Eurogroupe ne concerne pas seulement la Grèce. D’autres pays membres de l’Union européenne, et l’on pense au Royaume-Uni ou à l’Autriche, pourraient eux-aussi attaquer devant la justice tant européenne qu’internationale la décision de fait prise par l’Eurogroupe. En effet, l’Union européenne repose sur des règles de droit qui s’appliquent à tous. Toute décision de violer ces règles contre un pays particulier constitue une menace pour l’ensemble des membres de l’Union européenne.

4.Il faut donc ici être clair. La décision prise par l’Eurogroupe pourrait bien signifier, à terme, la mort de l’Union européenne. Soit les dirigeants européens, mesurant l’abus de pouvoir qui vient d’être commis, se décident à l’annuler soit, s’ils persévèrent dans cette direction ils doivent s’attendre à une insurrection des peuples mais aussi des gouvernants de certains Etats contre l’Union européenne. On voit ainsi mal comment des Etats qui ont juste recouvré leur souveraineté, comme la Hongrie, la République Tchèque ou la Slovaquie, vont accepter de telles pratiques.

Ceci révèle au grand jour la nature fondamentalement antidémocratique des institutions de l’UE et le fait que cette dernière soit en train de se constituer en Tyrannie. Le silence des principaux responsables tant du PS que de l’ex-UMP (rebaptisée «Les Républicains») en dit long sur l’embarras d’une partie de la classe politique française. On le comprend, sans l’excuser.

Ce référendum qui a désagréablement surpris les oligarques qui nous gouvernent, renvoie au référendum sur la Constitution européenne qui en France avait vu le « non » l’emporter en dépit d’une ardente campagne officielle et quasi unanime de la classe politique en faveur du « oui ». Ce non au référendum avait fait capoter le projet de loi de la fédéralisation des pays de la Communauté Européenne. Dés lors les oligarques qui ont confisqué le pouvoir, vont se méfier du peuple et mettre au musée l’idée de tout référendum. Mais ils allaient faire passer subrepticement ce « non » du peuple en « oui » des oligarques par le traité de Lisbonne.

C’est donc une réelle provocation pour ce monde compassé qui évolue entre soi, que la mise devant le fait accompli d’un référendum de la part d’Alexis Tsipras. Le chef politique grec a agi en homme libre d’un peuple souverain, c’est une magistrale gifle aux mondialisme béat de l’Union européenne, qui ne lui sera certainement pas pardonnée… L’adversité pourrait révéler derrière un homme d’extrême gauche immigrationniste un véritable souverainiste prêt à relever le défi de l’avenir de son peuple. La souveraineté se mérite et l’avenir nous en dira davantage.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

14 commentaires

  1. Vieux Jo says:

    Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais : on conseille, on fortement aux particuliers de ne pas faire un crédit dans le seul but de rembourser leurs dettes. Le FMI n’encourage que cette politique. A quand la France de se casser la gueule ?

  2. LANKOUDU says:

    La GRECE , l’ESPAGNE , le PORTUGAL l’ITALIE et ….la FRANCE unis pour sortir du système bancaire escroc de l’UE ???

  3. zézé says:

    Au moins voilà un chef d’état, qui mérite le nom de chef et qui ne baisse pas culotte devant ces tyrans du tout europe.
    Effectivement, plusieurs autres pays risquent fort d’en faire autant pour notre bonheur et honneur.

  4. Il a raison, en plus il utilise le référendum, pas comme en France le « référendum » est devenu qu’un mot vide de sens. Il nous faut ressortir de ce système qui depuis le début n’est qu’uns vaste comédie.

  5. Tchetnik says:

    L’Islande s’est déjà en bonne partie redressée après avoir envoyé bouler l’Euroland.

  6. Volodymyr Bellovak says:

    Il est surprenant de constater l’engouement que suscite le gauchiste Tsipras chez des patriotes français bien naifs;
    ce monsieur ouvre toutes grandes les portes de son pays, et de l’Europe avec, à l’immigration de masse extra-européenne, et il est donc un des responsables non seulement de l’accroissement de la pauvreté dans son pays mais aussi de l’invasion migratoire des autres pays européen. Que l’état grec retrouve sa souveraineté pour pratiquer cette politique là ne mérite pas des applaudissements.
    D’autre part les responsables de la crise grecque ne sont pas que les banques et la commission européenne mais aussi les irresponsables gouvernements grecs précédents ( longtemps socialistes mais pas seulement ) et donc leurs électeurs. Tout le monde sait que la Grèce ne remboursera jamais ses emprunts et qu’elle est forcée de quitter la zone-euro. L’organisation de ce référendum permet peut-etre tout simplement à Tsipras de sortir la tete haute en donnant l’apparence de respecter sa parole et d’accorder au peuple grec de donner son avis…
    De toute façon une issue heureuse pour les grecs n’ai pas demain…Voilà le résultat dans ce pays des politiques conjuguées socialistes et libérale-capitaliste…

    • François says:

      C’est facile de lancer des anathèmes contre le peuple grec, mais les Français sont-ils responsables des politiques irresponsables de leurs gouvernants successifs sachant combien les votes sont manipulés par la propagande et la peur ?

      Si vous vouliez emprunter 100 000 euros à la banque pour construire une maison et que celle-ci vous dise OK mais à condition que ce soit 200 000! Vous construirez une maison du double de la superficie et avec vous achèterez la piscine, la voiture etc. etc.

      Que faire ? La tentation, plutôt que ne rien avoir, vous empruntez les 200 000. Après tout si la banque estime que vous pourrez rembourser, pourquoi être plus royaliste que le roi ?

      Voilà ce qui s’est passé aux USA, en Espagne et en Grèce. Mais en Grèce, en plus, il a fallu que le pouvoir construise et dépense pour le même motif, avec peut-être en prime des enveloppes, comme cela se pratique hélas partout! Mais surtout, qui s’est enrichis dans cette affaires ? Les commanditaires de l’UE et les banques qui avaient les garanties de l’UE. Autrement, si les banques n’avaient pas eu de garanties, pourquoi les états auraient-ils couvert les dettes grecques ? Et bien sûr en attendant, elles se sont gavées.

      Personne ne se demande pourquoi les responsables des commissions européennes ne sont ni poursuivis, ni même nommés ????

      La France pèse bien plus lourd que la Grèce mais si la Grèce est à 180% de son PIB, à l’allure où la France augmente sa dette (100% actuellement, l’article est sur MPI) elle ne tardera pas à être au même point que la Grèce, sauf que les conséquences seront bien pires, vu l’importance du pays…

      Alors on est mal placé pour faire des leçons aux Grecs, qui n’ont pas plus mal voté que les français, qui ont subi à la puissance maxi la propagande des sirènes de l’UE etc.

      D’ailleurs que les gouvernements grecs soient coupables ou non, ce n’est pas le problème de la France. Mais ce qui est son problème c’est que la France ait été complice et nous ait mis dans les dettes jusqu’au cou !

      Que le courage vienne de gauche ou de droite, en l’occurrence Tsipras a fait preuve de courage contre l’UE et cela s’est excellent. Cela ne veut pas dire que l’ensemble de la politique grecque depuis le VIè s avant JC soit bonne, ni que le parti de Tsipras soit bon en tout etc…

      • Vieux Jo says:

        @ François : vous oubliez que par le passé, la Grèce s’est montré extrêmement imprudente, pour ne pas dire rusée contre les autres pays de la communauté européenne en ne montant pas les impôts et surtout, surtout, on l’oublie un peu trop, c’est que les Grecs étaient, et sont probablement encore, beaucoup plus attirés par le travail au noir.
        Conclusion : lorsque cela s’est su, il n’aurait jamais fallu encourager la Grèce à continuer ainsi en lui accordant des crédits puisque le FMI savait pertinemment qu’elle ne rembourserait jamais.

        • Vieux Jo says:

          Et Tsipras sait ce qu’il fait : il va attendre d’être expulsé de l’Europe pour accepter la main tendue de la Russie. C’est bien pour cela que la communauté européenne se bat comme un beau diable dans un bénitier, c’est pour l’empêcher de rejoindre en quelque sorte, la Russie qui elle se sort de tous ses problèmes sans difficultés, et sait contourner adroitement les sanctions infligées par les USA mais uniquement contre l’Europe, pas pour eux qui continuent leurs affaires avec les Russes. Qui souffre le plus de ces sanctions si ce n’est la France ? Attendez encore quelques mois et vous allez voir le déficit grandiose que nous allons subir.

          • zézé says:

            Ce qui est monstrueux c’est que nos dirigeants Allemagne en tête, espèrent bien que la Grèce ne sortira pas de l’Euro/Europe, car ils se doutent bien que la Grèce se tournera vers la Russie et ça, ça les em*****, car d’après J.M. Vernochet (sur ce même site) ayant la même culture (religieuse) il se pourrait bien qu’à la sortie de l’Europe, la Grèce qui a été reçue par M. Poutine, fasse la nique à ceux qui l’ont méprisée. Bien sûr, ils ont vécu bien au-dessus de leurs moyens et en premier les armateurs qui gagnent des millions et qui ne paient pas d’impôts… mais le jeu en vaut la chandelle !

            • Vieux Jo says:

              @ zézé : Il y a plus d’un an maintenant qu’un Grec au gouvernement (je ne me rappelle plus son nom) est allé s’entretenir avec Vladimir Poutine. Tsipras c’est il y a quelques semaines. Il y a longtemps que les dés sont jetés. Mais l’Europe veut faire plonger la Russie pour faire plaisir aux USA, donc ce qui se passe avec la Grèce aujourd’hui n’est qu’une étape menée par V. Poutine pour faire exploser cette Europe, et dans un deuxième temps faire comprendre aux Français en particulier qu’ils vont dans le mur en s’accrochant d’une part à l’Allemagne et d’autre part aux USA. L’Allemagne est depuis longtemps le partenaire privilégié des USA, elle fait leur jeu car elle a tout à y gagner.

              • zézé says:

                Merci « encore » Vieux Jo pour ce nouvel éclairage et confirmé, car depuis je suis allée sur un autre site, qui confirme donc ce que vous avez écrit.

  7. charles martel says:

    Une seule solution pour la Grèce :

    Tourner le dos à l’Europe bolchevique des « commissaires du peuple » non élus de Bruxelles, et alliance politique et économique avec la Russie de Poutine.

    De toute façon la Nation Grecque tout comme l’ensemble des Nations Européennes n’ont strictement aucun interêt à rester dans ce cheval de troie des faucons de washington, qu’est l’Europe de Bruxelles, mais tout interêt à en sortir à la moindre occasion et par n’importe quel moyen, car il en va de l’existence même de ces Nations.

    Nations qui lorsqu’elles sont véritablement souveraines, sont autant de boucliers et de remparts protégeant les peuples contre leurs pires prédateurs !

    • croisé says:

      Ce n’est pas du tout ce qui se dessine en ce moment. Malgré le maintien du référendum, Tsipras à l’air de vouloir rester dans l’UE, puisqu’il avoue se servir du référendum pour négocier la dette de la grèce.

      C’est un mélanchon grec, il ne faut peut-être pas trop espérer de son courage ni de sa volonté souverainiste.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com