Suite du long entretien au quotidien italien Il Foglio du cardinal Caffarra, un des signataires des dubia envoyés au pape au sujet d’Amoris laetitia.

Après avoir explicité les raisons de cet envoi dans une première partie, dans un deuxième temps, il a commenté la confusion et le désarroi qu’il perçoit chez les prêtres à cause des ambiguïtés de l’Exhortation bergoglienne, sources de multiples interprétations. Dans une troisième partie ci-dessous, le cardinal Caffarra fait le procès, à juste titre, de la conception moderne du pardon de Dieu et de la conscience qui inspirent le subjectivisme contenu dans Amoris Laetitia. Ainsi que nous l’avons déjà noté, il s’appuie sur l’enseignement conciliaire et post-conciliaire pour défendre l’indissolubilité du mariage et la discipline sacramentelle traditionnelle. Or les erreurs libérales, et apostates, d’Amoris laetitia sont en germe dans l’enseignement moderniste et progressiste du Concile. Par exemple, dans le décret conciliaire Gaudium et Spes qui exalte l’homme : «tout sur terre doit être ordonné à l’homme comme à son centre et à son sommet  ». L’Église y proclame les droits de l’homme et la liberté absolue de l’homme et de sa conscience. Amoris Laetitia pousse ces raisonnements à leur point ultime ! Si l’action de ces quatre cardinaux romains est donc louable, il n’en reste pas moins que si les causes profondes de la confusion ne sont pas discernées, jugées et condamnées, elles produiront à nouveau les mêmes erreurs morales à l’avenir, dans un cercle vicieux sans fin.

Faut-il noter d’ailleurs que depuis un demi-siècle de nombreuses erreurs doctrinales qui favorisent l’hérésie tels les éloges de l’hérétique Luther émis tant par Jean-Paul II que François, et d’actes proprement blasphématoires et apostats telles les réunions œcuméniques d’Assise mises à la mode par le pape polonais et reprises par tous ses successeurs, ont largement relativisé, sapé et miné la doctrine et la morale catholique sans soulever, à part chez quelques irréductibles dinosaures catholiques, de réactions scandalisées au sein des ecclésiastiques conciliaires. Plutôt un silence éloquent…Presque toutes les barrières doctrinales et liturgiques ont ainsi été jetées à bas en 50 ans sous le regard impassible de ces mêmes cardinaux qui aujourd’hui s’émeuvent des dérives morales bergogliennes !

Aujourd’hui, c’est en effet, après que les autres enseignements traditionnels de l’Église ont été détruits,  au tour de l’enseignement moral de l’Église de prendre des coups. François le bouleverse savamment, en s’appuyant, rappelons-le sur le concile Vatican II. Or en attaquant l’indissolubilité du mariage il porte préjudice aussi à l’unité naturelle de la cellule familiale, base première de la société, et ébranle, par ricochet, la loi morale naturelle inscrite en chaque homme. Toute personne saine, croyante ou incroyante, perçoit alors que l’altération de la loi morale naturelle, couplée avec l’érection de la conscience individuelle comme critère suprême du bien et du mal, aura des effets dévastateurs, ravageurs, exterminateurs, sur la société toute entière, les règles morales, la vie sociale, la justice, l’unité familiale… L’Individu-Roi s’érigera en maître absolu du bien et du mal selon son propre plaisir et sans plus aucunes limites naturelles : c’est le retour à la barbarie garanti mais ce sera pire que la barbarie !

Pour que la société moderne ne sombre pas totalement dans cette barbarie anti-civilisationnelle, anti-naturelle et inhumaine qui avance à grands pas, la lutte contre Amoris Laetitia est donc, et avant tout peut-être, une lutte primordiale pour la survie de la loi naturelle mise à mal ouvertement par les idéologies homosexualistes, transhumanistes et gender, mais aussi actuellement par des ecclésiastiques imbus d’esprit du monde. L’enjeu est donc non seulement catholique mais aussi anthropologique ! Le cardinal Caffarra semble bien en être conscient.

En revenant sur le problème des paragraphes ambigus d’Amoris Laetitia, il se penche sur le problème des actes intrinsèquement mauvais en eux-mêmes et par eux-mêmes :

« Ici [dans Amoris laetitia], ce qui est en question est ce qu’enseigne Veritatis splendor. Cette encyclique (6 août 1993) est un document hautement doctrinal, dans les intentions du pape « saint » Jean-Paul II, au point que, chose exceptionnelle désormais dans les encycliques, elle est adressée seulement aux évêques en tant que responsables de la foi que l’on doit croire et vivre (cf. n°5). Le pape, à la fin, leur recommande d’être vigilants par rapport aux doctrines condamnées ou enseignées par l’encyclique elle-même. Les unes pour qu’elles ne se diffusent pas dans les communautés chrétiennes, les autres pour qu’elles soient enseignées (cf. n° 116). Un des enseignements fondamentaux du document consiste à dire qu’il existe des actes qui peuvent par eux-mêmes et en eux-mêmes, indépendamment des circonstances dans lesquelles ils sont réalisés et du but que le sujet se propose, être qualifiés de mauvais. Et il ajoute que nier ce fait peut comporter une négation du sens du martyre (cf. n° 90-94). Chaque martyr en effet aurait pu dire : « Mais moi je me trouve dans une circonstance … en de telles situations que l’obligation de professer ma foi ou d’affirmer l’intangibilité d’un bien moral ne m’oblige plus. » Pensons aux difficultés que la femme de Thomas More faisait à son époux déjà condamné en prison : « Tu as des devoirs envers la famille, envers les enfants. » Ce n’est donc pas seulement un discours de foi. Même si j’utilise seulement la droite raison, je vois que nier l’existence d’actes intrinsèquement mauvais, c’est nier qu’il existe une frontière que les puissants de ce monde ne peuvent et ne doivent pas outrepasser. Socrate a été le premier en Occident à comprendre cela. La question est donc grave, et sur cela on ne peut laisser d’incertitudes. C’est pourquoi nous nous sommes permis de demander au pape de clarifier les choses puisqu’il y a des évêques qui semblent nier ce fait en se référant à Amoris laetitia. L’adultère en effet a toujours été considéré un acte intrinsèquement mauvais. Il suffit de lire ce que dit Jésus le concernant, saint Paul et les commandements donnés à Moïse par le Seigneur. »

La confusion consiste aujourd’hui à excuser le péché jusqu’au stade de le  favoriser sous le prétexte que Dieu pardonne tout :

« Ici on fait une grande confusion, explique le cardinal. Tous les péchés et les choix intrinsèquement malhonnêtes peuvent être pardonnés. Donc « intrinsèquement malhonnête » ne signifie pas «impardonnable.» Jésus cependant ne se contente pas de dire à la femme adultère : « Moi-aussi je ne te condamne pas. » Il lui dit aussi : « Va et dorénavant ne pèche plus. » (St Jean 8, 12). Saint Thomas, s’inspirant de saint Augustin, fait un commentaire très beau quand il écrit que «Il aurait pu dire : va et vis comme tu veux, sois certaine de mon pardon. Nonobstant tous tes péchés, je te libère des tourments de l’enfer. Mais le Seigneur qui n’aime pas la faute et ne favorise pas le péché, condamne la faute… en disant : et dorénavant ne pèche plus. On voit ainsi combien le Seigneur apparaît tendre dans sa miséricorde et juste dans sa Vérité. »  Nous sommes vraiment, et ce n’est pas une façon de parler, libres devant le Seigneur. Et donc le Seigneur ne nous jette pas à la figure son pardon. Il doit y avoir un merveilleux et mystérieux mariage entre l’infinie miséricorde de Dieu et la liberté de l’homme, lequel doit se convertir pour être pardonner. »

La confusion qui règne à propos d’Amoris Laetitia dérive également d’une conception moderniste de la conscience individuelle : nombreux sont les pasteurs qui croient que la conscience est une faculté pour décider de façon autonome ce qui est bien ou mal et qu’en dernier recours la parole décisive revient à la conscience de l’individu. Pour le cardinal Caffarra c’est le point le plus important :

« Je retiens que cela soit le point le plus important de tous. C’est le point sur lequel nous nous rencontrons et nous nous affrontons avec la colonne portante de la modernité. » (Traduction de Francesca de Villasmundo)

(En raison de la longueur de l’explication du cardinal Caffarra, la suite sera traduite et publiée demain.)

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Que de mots, que de mots…inutiles. Alors que la Vérité est beaucoup
    plus simple et lumineuse.
    Allez lire les références de l’Évangile que je vous ai proposées hier et donnez-m’en des commentaires après réflexion…Cécilien

  2. Que de mots, que de mots…inutiles. Alors que la Vérité évangéliques que est beaucoup plus simple et lumineuse. Allez lire et méditez les références évangéliques que je vous ai données hier et donnez
    m’en des commentaires. Cécilien

  3. « L’Église y proclame [dans Gaudium et spes] les droits de l’homme et la liberté absolue de l’homme et de sa conscience [… ;] si les causes profondes de la confusion ne sont pas discernées, jugées et condamnées, elles produiront à nouveau les mêmes erreurs morales à l’avenir, dans un cercle vicieux sans fin. »
    Mon avis personnel est que cette proclamation est de loin la plus dangereuse qui soit sortie du Concile (son dernier jour, le 7 décembre 1965, et – uniquement ! – sans préparation d’avant-concile). Malgré mon excellente éducation catholique – j’ai fait l’école primaire, le lycée et mes deux premières années d’études encore sous Pie XII – elle m’a permis, puis encouragé, de dévier très loin du droit chemin, auquel je ne suis pleinement revenu que des décennies plus tard ; si le cercle n’est pas resté en permanence un vicieux, c’est sans doute dû à ceux, dans ce monde comme dans l’autre, qui priaient pour moi.
    « Presque toutes les barrières doctrinales et liturgiques ont ainsi été jetées à bas en 50 ans ces mêmes cardinaux qui aujourd’hui s’émeuvent des dérives morales bergogliennes » ; non, pour la plupart ils n’étaient pas encore des cardinaux, et pour le reste c’était encore absolument impensable de prendre position contre le pape.
    « L’Individu-Roi s’érigera en maître absolu du bien et du mal selon son propre plaisir et sans plus aucunes limites naturelles : c’est le retour à la barbarie garanti mais ce sera pire que la barbarie ! » Oui, pire que la barbarie, c’est très justement dit ; le barbare peut ne pas apprécier très bien ce qu’il fait. Mais le cercle vicieux ne sera pas sans fin. Une expression allemande me donne de l’espoir : besser ein Ende mit Schrecken, als Schrecken ohne Ende ; c’est la première fois que j’en dérive du réconfort : ‘Plutôt une fin épouvantable qu’une épouvante sans fin’. Et après, le cercle parfait ; car lorsque le divin Enfant paraît, le cercle vicieux se dissipe à grands cris. On en entend actuellement. Mais c’est loin d’être fini.
    Un grand merci de vous être donné tant de peine, Francesca, pour interprêter et diffuser les paroles de ce grand cardinal.

  4. Correction: l’expression allemande est symmétrique comme dans ma traduction, j’ai oublié l’article : ‹Besser ein Ende mit Schrecken, als ein Schrecken ohne Ende.›

  5. patrick says:

    J’ai toujours beaucoup de difficultés à comprendre ces pseudo intellectuelles dit représentants du Christ étant capables et osent avancer ce que Dieu pardonne ou pas, et là je pense que ces individus se prennent pour Dieu et osent dire ce que Dieu en fait doit faire selon eux. Nous sommes en fait en plein blasphème et dans une impureté lamentable qui ne peut conduire l’humanité que vers le gouffre de l’enfer. Nos représentants religieux me semblent avoir totalement perdu la tête dans l’orgueil les a enfoui dans des travers monstrueux qui les empêchent de simplement comprendre les propos simple du Christ afin qu’ils soient compréhensibles par le plus grand nombre. Mais à vouloir trop se triturer les méninges on finit en fait par comprendre ce qu’on a envie de comprendre dans sa perversité nous éloignant ainsi de CHRIST et de DIEU.
    Le pape et ses confrères ne seraient ils pas devenus les nouveaux marchands du temple avec tous les travers que cela amène.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com