Le 29 septembre 1238, après 18 mois de siège, les musulmans qui occupaient Valence capitulèrent devant le roi Jacques Ier d’Aragon, dit le Conquérant.

Le 9 octobre suivant, le roi fit procéder à la consécration de la grande mosquée qui avait été construite sur l’ancienne cathédrale wisigothique, qui fut ainsi rendue au culte catholique et dédiée à la Vierge Marie.

C’est en souvenir de cette journée du 9 octobre que se célèbre chaque année la fête aux « gloires valenciennes » (las Glorias valencianas). Un Te Deum y est chanté dans la cathédrale mais, depuis trois ans, les autorités municipales laïcistes – une alliance de l’extrême gauche, des socialistes et des indépendantistes catalans – se refusent d’y assister et même d’entrer dans la cathédrale : célébrer la libération de la ville de la domination musulmane, qui plus est dans une cathédrale, les insupporte…

Le cardinal Antonio Cañizares, archevêque de Valence, a présidé cette cérémonie et a précisé dans son homélie : « Nous célébrons avec une immense joie le rétablissement de la foi catholique à Valence, qui avait été éliminée de l’espace public sous la domination de l’envahisseur musulman ».

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

3 commentaires

  1. « Le cardinal […] a précisé dans son homélie […] »
    Je contribue l’information, qui pour certains sera choquante, que le remplacement de ‹sermon/prône› par ‹homilie› est une des principales petites machinations des « ajourneurs ». Ce remplacement lui aussi est stupide:
    lat. ‹sermo› est l’équivalent exact de gr. ‹ὁμιλία›. Les deux signifient ‘façon de parler, dialecte, langue de tous les jours’  et ‘causerie‘; à l’église, on interrompt le déroulement de la liturgie un instant pour parler aux ‘circonstants’, c’est-à-dire au peuple, dans une forme qui pour eux sera immédiatement compréhensible. Μιλῶ, dépourvu de sa voyelle initiale aspirée classique (et avec cette voyelle, mais désormais sans aspiration, moderne haut style), signifie, en grec moderne, simplement ‘je parle’, ‘je dis’.

  2. DUFIT THIERRY says:

    Au moins il faut reconnaitre que le cardinal Canizares tient un langage catholique et non œcuménique. Rien à voir avec les énormes hérésies de Jean-Paul II disant que chrétiens et musulmans ont le même dieu.

  3. Toujours les mêmes qui ne souffrent pas la religion catholique mais qui acceptent l’islame et la synagogue .Leur histoire c’est les loges et les guerres de religions et bien sur la révolution française et plus près de nous la guerre d’Espagne ou ils purent s’exprimer largement comme l’on sait .

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com