Voici un court-métrage intitulé « J’avais un rêve », véritable cri de détresse de nos agriculteurs.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,

10 commentaires

  1. Renard066 says:

    Réveil français la république française est en danger et nos valeurs HONTE à HOLLAN et ce gouvernement et les DIKTATS de L’EUROPE . Vivement un très grand changement pour la FRANCE en 2017…………..

  2. En 2017, il ne se passera strictement rien de nouveau. Ce sera toujours là même clique au pouvoir

    ils ont pour cela de gentils candidats bien dociles, idiots utiles du système (Bilderberg, Rotschild) , et ils escroqueront toujours autant le bas peuple

    Pour les agriculteurs, ça ne changera pas non plus: ils sont comme la grenouille dans l’eau tiède avec le principe des subventions
    Ils pourraient affamer un pays entier en quelques jours, mais non, ils sont si bien manipulés par leurs syndicats et les politiques qu’ils continuent à y croire

    Convois de tracteurs, barrages routiers, ronds-points bloqués on décharge les choux fleurs, les patates, on vide les citernes de lait, on met le feux au round Ball de paille et aux vieux pneus, éventuellement on fout le feux à la perception…

    Puis rendez-vous à Matignon, Accords passés par les syndicats,
    C’est pas ce qui était souhaité, mais le conflit ne peut pas durer…

    Enfin tout le monde rentre à la maison, la queue entre les jambes

    Y’a les vaches à traire, le réservoir de gazole du tracteur est à sec, et y’aura les traites du Crédit Patate à rembourser à la fin du mois

    Mais le ministre leur a promis, y’aura des reports d’échéances…

    Ça fait 50 ans que ça dure ce cinoche
    (incendie de la préfecture de Quimper),

    c’est encore et toujours le même refrain , et ils n’ont toujours rien compris au film,

    Et ils continuent toujours à se laisser entuber.

    Le jour où il n’y aura plus rien à bouffer dans aucun supermarché, ou il ne restera plus rien dans les entrepôts et où les gens auront vraiment faim, très faim, ils auront gagné.

    Mais ça, c’est,on en est pas encore à la veille !

    C’est pour quand les prochains convois de John Deere ?

    Cuits, cuits, cuits…

    Elles sont archi-cuites les petites grenouilles dans l’eau tiède !

  3. 1967, l’émeute paysanne

    « C’est la plus grosse manifestation que Quimper ait connue. Aujourd’hui, elle n’a pas d’équivalent. C’est une manif’ dantesque, une manif’ folle.
    Nous sommes le 2 octobre 1967. De Gaulle est au pouvoir. Dans quelques mois, ce sera Mai 68. Ce jour-là, 20 000 personnes font le siège de la capitale.
    La gigantesque émeute paysanne se heurte violemment, très violemment même, à la police. 283 blessés, dont 2 grièvement, sont recensés.
    La préfecture est incendiée. C’est lourd.

    Et depuis ?

  4. Savez-vous ce qu’est une « sous-station électrique « , et à quoi ça sert ?
    C’est commandé par informatique…
    Pas besoin de convois de tracteurs pour bien foutre le bazar…

  5. Depuis les débuts de l’Europe, les agriculteurs sont les marionnettes des politiques. Ces derniers associés aux syndicats associés aux grands groupes financiers. Les politiques ont horreurs des indépendants. Une révolte paysanne, serait salutaire.

  6. Philibert says:

    Rien que dans cette vidéo, ces agriculteurs ne font pas pitié. A croire qu’ils sont handicapés même pour attirer la compassion. Rien qu’en regardant comment c’est meublé, le fait que chaque paysan ait à sa table une bière ouverte est une injure à l’objet du film qui part pourtant d’une très bonne intention.

    Prenez des cours chez les Rroms, les gars, ou chez les gens qui savent vivre loin du monde et qui gardent encore des vieilles affaires tant qu’elles peuvent être portées ou utilisées chez soi. Mais là, quand on voit ce clip, on a juste l’impression que vous vivez mieux que la majorité de la population française et que vous n’êtes pas à plaindre.

    Puis l’acteur (ou l’agriculteur) qui sourit chez le banquier, on a vraiment l’impression qu’il n’a jamais souffert dans sa vie. Il aurait mieux valu qu’il délègue à un SDF à la rigueur. Ils auraient aidés quelqu’un et celui-là aurait été crédible et il aurait porté ce petit film.

    • Pourquoi frimer comme un syndicaliste ou un homme politique ? Devant une caméra, les gens dignes se tiennent convenablement et nettoient leurs vêtements .
      Les paysans ne sont pas des SDF mais ils vivent pauvrement sans vacances et travaillent énormément pour un salaire de misère . Ils survivent en consommant leurs invendus et en économisant sur tout. Mais connaissez vous sur terre un autre métier qui puisse se dire indispensable comme celui d’agriculteur ?

  7. Je ne suis pas du tout d’accord avec le commentaire précédent.

    Les agriculteurs qui ont fait ce reportage ont beaucoup de mérite. Ils ont pris sur leur temps libre, qui leur est bien rare, pour produire un documentaire qui sommes toutes est très très bien fait. Je n’aurai pas fait aussi bien

    Montrer des vêtements miteux ?
    Les agriculteurs ne sont pas des mendiants.
    Vous n’y songez quand même pas, ils ne sont déjà pas fiers pour certains de devoir porter des vêtements rapieces en semaine, ne leur demandez pas l’impossible.

    Un paysan est fier, et il a bien raison.
    Quand il va au bourg, en ville, ou même à la Manif, il est toujours habillé propre.
    Et même le tracteur sera nettoyé et briqué avant d’aller à la manif (comme on allait à la foire)
    Il y a certes de la bouse dans l’étable, mais il y a les bottes pour cela. Et les bottes ne rentrent pas dans la maison, et ça ne date pas d’aujourd’hui.

    La discussion entre le père et son fils est tout à fait significative de la situation.
    L’exploitation appartient à la famille depuis des générations, ce sont les aïeux qui ont bâti, génération après génération.
    Il y a donc un patrimoine réel , qui donc, de plus, a une importante valeur sentimentale.

    Par ailleurs les agriculteurs sont des investisseurs, ils font construire des bâtiments, les équipent, achètent tracteurs et machines, renouvellent leurs cheptels avec des bêtes de qualité.
    Ils font travailler les usines, les entreprises, les artisans, les laiteries, toute la chaîne de l’industrie agro-alimentaire.

    Ils vont de l’avant, et continuent, coûte que coûte, « contre vents et marées  »
    Ils courent, du matin jusqu’au soir, avant le lever du soleil, et après la tombée de la nuit.
    Ça passe ou ça casse.

    Mais l’épée de Damocles reste au-dessus de leur tête, et peut tomber à tout moment
    Du jour au lendemain, pour eux tout peut basculer. Décision du banquier, huissiers… Et tout s’arrête

    Certes, ce n’est pas là le ferme des Milles vaches, ni celle des Milles veaux, car c’est tout justement ce vers quoi ils ne souhaitent pas aller.
    Mais ces exploitations ci produisent aussi de la qualité, entretiennent un patrimoine rural et le préservent, font que la France a gardé son charme et ne ressemble ni aux plaines de Pologne, ni au Middle-West américain
    Nos usines ont disparu les unes après les autres, notre artisanat aussi.
    Que nous restera t’il si nos agriculteurs disparaissent ?
    Nos yeux pour pleurer

    • Philibert says:

      Ce que je dis n’est pas contradictoire avec ce que vous indiquez. Au contraire même, nos agriculteurs disparaitront si la population ne comprend pas ce qu’il se passe parce que les gens s’arrêtent aux détails visuels qui sont ici clinquants et parasitent l’idée centrale du discours tenu.

      Je suis petit-fils, neveu et mari d’agriculteur et il faut montrer la réalité de ceux qui souffrent et les vêtements rapiécés tel que cela existe, plutôt que nous montrer des beaux meubles, une maison avec une belle déco, des agriculteurs qui consomment et qui ne donnent pas envie de les plaindre. Il y a urgence justement quand on voit ce qu’il se passe en Pologne ou en Ukraine après la Roumanie où les oligarques européens ont acheté les terrains une bouchée de pain avec la création de l’UE pour casser notre pays. D’un côté, ils nous mettent en concurrence avec des terres qu’ils ont achetés quand elles ne valaient rien et de l’autre ils visent à racheter nos terres en nous amenant à la faillite. Les paysans d’aujourd’hui ne comprennent pas l’ampleur de la menace malheureusement et comme le disait quelqu’un cela passe par leurs syndicats et les politiques. Mais bientôt, ils vont redécouvrir comme tous les Français que l’état ne peut pas remplacer Dieu…

      Et bien évidemment, si la France n’a plus l’agriculture, notre pays peut être soumis comme tous les autres et c’est tout à fait ce qu’ils recherchent : aligner les grandes puissances comme la France et les Etats-Unis sur les pays du tiers-monde en ne leur permettant plus de garder leurs avantages compétitifs. C’est ainsi qu’on a vu le dollar s’effondrer et tomber à parité quasiment avec l’euro pour que les deux monnaies puissent être fusionnées, mais cela ne va pas s’arrêter là car ils sont en train de nous emmener au plus petit standard équivalent aux pays les plus modestes en faisant en sorte que nos monnaies tout comme nos terres ne valent plus rien. Je reproche juste à ces agriculteurs de parler de (ou ne pas comprendre) cette dévaluation violente à laquelle ils font face en surévaluant leur patrimoine dans l’oeil de ceux qui regardent.

      Mais vous écrivez joliment et cela serait intéressant dans un contexte moins préoccupant.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com