Maître Pascal Junod, avocat au barreau de Genève, bien connu en France, nous donne une courte analyse des bienfaits du système fédéral suisse qu’il faut se garder de confondre avec ce que l’on appelle ailleurs le fédéralisme.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. M. Junod met en évidence que la démocratie directe rend les citoyens soucieux de l’intérêt général, tandis que le gouvernement représentatif les rend individualistes.

  2. Il y a, d’une part, le système des votations, il y a, de l’autre, une formation étatique ancienne, à l’origine une confédération de trois cantons au sein de l’Empire Romain Germanique. Quand il s’est avéré que l’Empereur du Saint Empire est devenu un Habsbourg, la famille ennemie jurée pour les Suisses, les trois cantons d’origine, auxquels se sont ralliés onze autres, ont pris leur indépendance à l’égard de l’Empereur. Petit à petit, la confédération helvétique s’est muée en une fédération, et par ailleurs les cantons qui étaient des baillages sont devenus des cantons pleinement sujets, et les cantons alliés, des cantons pleinement incorporés par adhésion.
    Les lignes de partage sont tantôt linguistiques – entre romans et alémaniques -, tantôt religieux – entre catholiques et protestants – tantôt territoriales – entres villes et campagnes. Quand ils doivent voter selon le système des votations, les Suisses regardent d’abord l’intérêt commun, avant les éventuels bénéfices propres. Ils ont une préoccupation communautaire.
    La démocratie à la Suisse peut-elle être un modèle pour l’Europe? Si la tendance d’une démocratie plus directe va plus dans le sens communautaire – tenir compte de l’intérêt commun -, alors oui, elle peut assurément constituer un modèle. Encore faut-il que pour les affaires européennes, le vote se fasse par tous les Européens les mêmes jours. H.V.

  3. Boutté says:

    Erreur majeure ! La Suisse n’est pas une Fédération mais une Confédération, ce qui est tout différent et qui la sauve !

    • Si nous disons parfois à propos de la Suisse « confédération helvétique » en raison de son histoire, ses institutions s’apparentent à celles d’États fédéraux. H.V.

      • Boutté says:

        Vous me l’apprenez et je vais faire l’étude de leur
        constitution. En tout cas je souhaite pour l’Europe
        dont il faut bien dire qu’elle est faite de bric et de broc que l’on reprenne son montage sur cette formule confédérale, mettant en commun ce qui doit servir à l’ensemble et conservant les différences qui font le charme de ce continent comme Provinces diverses font le charme de nôtre pays .

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com