le-monde-grec-époque-classique

Patrice Brun est un historien français, spécialiste de la Grèce antique et de l’épigraphie.

Dire que l’époque classique (500-323 av. J.-C.) est, de toutes les périodes de l’histoire grecque, la plus célèbre, relève de l’euphémisme. La quasi-totalité des grands noms dans des domaines aussi variés que l’action politique, la littérature historique, le théâtre, la philosophie, la sculpture, s’y trouvent concentrés, donnant à ces deux siècles l’indéfectible marque d’un apogée culturel.

Ce livre commence en l’an 500 av. J.-C., avec le déclenchement de la révolte de l’Ionie, considérée comme les prémices des guerres médiques entre Grecs et Perses qui émaillèrent la première moitié du siècle. Il se termine en l’an 323 av. J.-C., année de la mort d’Alexandre et du début immédiat du dépeçage de son immense empire.

Entre-temps, l’auteur nous transporte à la période de l’hégémonie athénienne, nous explique la guerre du Péloponnèse, décrit l’hégémonie de Sparte, l’émergence puis la domination macédonienne. Les modes de vie, les systèmes politiques, les transformations sociales, le rôle de la guerre, les aspects économiques et démographiques, le vaste domaine culturel avec l’art et la philosophie, ainsi que la religion sont examinés avec soin.

Un ouvrage de référence.

Le monde grec à l’époque classique, Patrice Brun, éditions Armand Colin, 297 pages, 29 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. brandenburg says:

    Et Homère avec lequel tous les enfants grecs apprenaient leur langue?Et Hésiode?Et Mycènes?Et la Crète minoènne?Et Troie?Cette vision est donc un peu simpliste et très conformiste

    • pamino says:

      L’auteur se concentre sans doute sur la culture attique, sans laquelle il n’y aurait jamais eu d’État grec ; une autre approche n’est pas imaginable. Homère, c’est comme Shakespeare pour les Anglais, Goethe pour les Allemands et Corneille et Racine pour les Français ; il y a eu une époque où il fallait bien connaître leurs œuvres, suivie d’une époque où on les vénérait sans les bien connaître. Déjà pendant la guerre Péloponnésienne des prisonniers athéniens dans les lithotomies de Syracuse se sont procuré la liberté en récitant des passages non pas d’Eschyle ou même de Sophocle, mais d’Euripide, le dernier des grands tragédiens. Et la langue grecque d’aujourd’hui se base toujours, malgré les siècles de l’occupation turque, sur le dialecte attique qu’on parlait à Athènes, devenue la langue commune utilisée entre autres par les auteurs du Nouveau Testament.

  2. François ALLINE says:

    Quelle belle époque où les féministes ne faisaient pas marcher les hommes au pas de l’oie…

  3. brandenburg, cet ouvrage ne s’intéresse qu’aux dates comprises entre 500 et 323, à l’époque classique donc. Tout ce que tu énonce fais partie de la période précédente à savoir l’époque archaïque.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com