pape_francois_portraitL’abolition de la peine de mort est un des sujets récurrents dans nos sociétés post-modernes nihilistes, avorteuses et mortifères, mais hostiles à la condamnation à la peine capitale des pires criminels de droit commun qui puissent exister. Pour les vaincus des guerres politico-religieuses du XXe et du XXIe siècles, la justice et la bien-pensance internationales ne font pas autant de chichi.

Les militants contre la peine de mort ont un allié capital, c’est le cas de le dire, en la personne du pape François qui régulièrement prêche pour son abolition universelle. Lundi 21 juin 2016, le pontife argentin, dans un élan de commisération pour les criminels et les prisonniers de droit commun, a envoyé un  vidéo-message au Congrès mondial contre la peine de mort, organisé par l’ONG française « Ensemble contre la peine de mort » et la « Coalition mondiale contre la peine de mort », avec le soutien de Ministère des Affaires étrangères de la Norvège, qui se tient à Oslo en Norvège du 21 au 23 juin 2016.

Sans aucun état d’âme ni précaution ni délicatesse, Jorge Maria Bergoglio, du haut de son poste d’autorité si médiatiquement plébiscité, se prononce fermement pour le droit à la vie de tous les criminels, du pédophile-meurtrier au sérail killer, violeur, assassin, au parricide et au terroriste islamique. Il énonce une opinion personnelle, qui n’est pas celle de l’Église catholique, il faut le dire et l’écrire, en soutenant que la condamnation à mort est «inacceptable quelle que soit la gravité du crime commis», car c’est, selon lui, «une offense à l’inviolabilité de la vie et à la dignité de la personne humaine», puisque la peine de mort, affirme-t-il, sans preuves, «contredit les projets de Dieu pour les individus et la société, et sa justice miséricordieuse.« 

L’assassin, le violeur, le pédophile, n’ont-ils pas contredit les projets de Dieu sur les individus et la société ? Où est la dignité humaine, son droit à la vie, chez un pédophile qui torture des enfants ? Pie XII, s’exprimant en 1952, affirmait ceci : « Même quand il s’agit de l’exécution d’un condamné à mort, l’État ne dispose pas du droit de l’individu à la vie. Il est réservé alors aux pouvoirs publics de priver le condamné du bien de la vie en expiation de sa faute, après que, par son crime, il s’est déjà dépossédé de son droit à la vie. »

Et ne peut-on entrevoir, quand on est catholique, la justice miséricordieuse de Dieu dans la peine capitale qui peut aider le criminel à prendre conscience, devant sa propre mort, sa propre souffrance, de la gravité de sa faute afin qu’il en arrive à se repentir et à se réconcilier avec le Dieu de Miséricorde ?

Saint Dysmas, le bon larron crucifié avec Jésus, n’est-il pas le prophète de la peine de mort comme moyen de conversion et source de salut éternel : « Encore, pour nous, c’est justice, dit-il au mauvais larron crucifié avec lui, car nous recevons ce qu’ont mérité nos œuvres ; (…) » Lc 23,41. C’est écrit dans l’Évangile, le livre de Vie ! Et Saint Augustin aura cette phrase si parlante à propos de Saint Dysmas et de sa mort rédemptrice : « Tu voles toute ta vie, et à ta mort, tu voles le ciel ! » Saint Dysmas en ne se révoltant pas contre la peine capitale qu’il subit par justice envers ses victimes, en assumant la responsabilité de ses actes et leurs conséquences, est dans la Vérité. Il sera accueilli, en récompense, directement en Paradis par le Seigneur.

Cependant le pape actuel, tout à son militantisme abolitionniste affirme autoritairement et contrairement à la Tradition et à la doctrine de l’Église, que l’exécution capitale «ne rend pas justice aux victimes, mais attise plutôt la vengeance. » N’est-ce pas plutôt quand la justice n’est pas rendue, que réparation n’est pas faite, que la vengeance s’amplifie et que le cœur des victimes, des proches des victimes, se durcit ? La loi doit servir à apaiser les tensions d’une société, à favoriser une société où les citoyens se sentent protégés par l’État. Où les criminels ont conscience de la porter de leurs actes et des conséquences s’ils sont pris.

La modération des peines des criminels se trouve dans la justice. Il est une justice pour les victimes que l’État, protecteur des citoyens, se doit de ne jamais oublier. D’ailleurs l’Église catholique n’a jamais interdit la peine de mort : « Dans la partie du précepte qui défend le meurtre, il faut d’abord faire remarquer aux Fidèles qu’il y a des meurtres qui ne sont point compris dans cette défense. Ainsi il n’est pas défendu de tuer les bêtes (…)”

« Il est une autre espèce de meurtre qui est également permise, ce sont les homicides ordonnés par les magistrats qui ont droit de vie et de mort pour sévir contre les criminels que les tribunaux condamnent, et pour protéger les innocents. Quand donc ils remplissent leurs fonctions avec équité, non seulement ils ne sont point coupables de meurtre, mais au contraire ils observent très fidèlement la Loi de Dieu qui le défend. Le but de cette Loi est en effet de veiller à la conservation de la vie des hommes, par conséquent les châtiments infligés par les magistrats, qui sont les vengeurs légitimes du crime, ne tendent qu’à mettre notre vie en sûreté, en réprimant l’audace et l’injustice par les supplices. C’est ce qui faisait dire à David (Psal., 100, 8.) : “Dès le matin je songeais à exterminer tous les coupables, pour retrancher de la cité de Dieu les artisans d’iniquité. » Catéchisme du Concile de Trente, Chapitre trente-troisième : du Cinquième commandement.

Le nouveau Catéchisme de l’Église catholique affirme pareillement au n° 2266 :

« Préserver le bien commun de la société exige la mise hors d’état de nuire de l’agresseur. A ce titre, l’enseignement traditionnel de l’Église a reconnu le bien-fondé du droit et du devoir de l’autorité publique légitime de sévir par des peines proportionnées à la gravité du délit, sans exclure dans des cas d’une extrême gravité la peine de mort”.

Il est certain cependant que la peine de mort peut-être appliquée de façon totalement arbitraire, injuste et inique dans certains pays dictatoriaux ou mahométans tels l’Arabie Saoudite ou l’Iran où la décapitation, la crucifixion, et autres sévices cruels, exposés dans le Coran, sont administrés tant pour les cas d’abandon de la religion musulmane que d’adultère pour la femme, d’insurrection, d‘assassinat par une femme de son violeur ou la chute d’une grue lors d’un pèlerinage à la Mecque.

Aussi, seule la doctrine de l’Église catholique, en s’appuyant sur les vertus chrétiennes de justice et de miséricorde, consciente de sa mission salvifique auprès des âmes, permet de donner une véritable légitimité intègre à l’institution humaine de la peine de mort, moyen de justice sociale et de rédemption surnaturelle.

Malheureusement, dans son vidéo-message contre la peine de mort, le pape argentin ne s’appuie à aucun moment sur la doctrine immuable de l’Église catholique en la matière mais, sans faire aucune distinction entre les pays soumis la loi coranique et l’admission chrétienne de la peine capitale, exprime son sentiment humanitariste-bobo larmoyant qui est une réelle offense envers les victimes des criminels et une négation de la vraie la miséricorde divine qui ne peut être séparée de Sa Justice infinie.

Francesca de Villasmundo

http://www.news.va/fr/news/pape-la-peine-de-mort-ne-rend-pas-justice-aux-vict

https://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino/pubblico/2016/06/21/0459/01048.html

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. chris83 says:

    Encore une fois François 1er émet un voeu « pieux »: pas de peine de mort pour les pires criminels! et nous comprenons donc pourquoi il aime autant les musulmans… qui eux châtient de peine de mort pour tout et n’importe quoi par exemple les chrétiens… il faudrait quand même qu’il arrive à avoir un discours cohérent.En tant que responsable religieux au plus haut niveau comment eut il affirmer de telles incohérences!?

    • vaxelaire says:

      Oui Chris83,je pense comme vous ,il perd les pédales ,car pour les djihadis ,qui égorges ,violent ,ils ne dit rien ,il faut qu ‘ils prennent sa retraite ,il devient insaisissable

  2. monalisa says:

    je suis vraiment désolés mais je ne suis plus capable de lire votre journal il est présenté avec de si petites lettres que je ne vois rien JE NE PEUX RIEN LIRE POUR VOUS DONNER UN EXEMPLE JE NE PEUX LIRE A DROITE IMMIGRATION IMMIGRÉS ET TOUTE VOTRE PAGE EST SUR UNE LARGEUR DE 10 CM ….

    ALORS SI VOUS POUVEZ FAIRE QUELQUE CHOSE FAITES ..JE NE VOIS RIEN ET CELA NE VIENS PAS DE MOI….

  3. Pierre says:

    Elle est bien rangée en 3 tomes sur une étagère de ma bibliothèque, et il me faudra bien un jour me décider à prendre le temps à la lire en entier, surtout pour arriver à faire la part des choses dans des situations aussi intriguantes.
    Mais cela est-il vraiment nécessaire, la religion catholique ne possède t’elle pas des images très fortes, suffisamment représentatives et qui se suffisent à elle-même pour rappeler aux égarés le droit chemin ?
    De ces images, deux me viennent à l’esprit.
    Saint Michel l’Archange, et Saint Georges.
    L’un comme l’autre terrassent le mal ou le « Dragon ».

    Ils sont à l’image de ces hommes valeureux qui défendent les Chrétiens contre leur ennemi le mal. Et pour cela, s’il le faut, ils tuent cet ennemi.

    Ils sont ces croisés, ces soldats, qui de tout temps se sont battus contre la barbarie, pour défendre les faibles, les femmes et les enfants.

    Et François n’est pas de ceux là.
    Il n’est qu’un froussard , un pleutre, un égaré, si ce n’est un traître.

    Et il est indigne d’être à la tête de l’église catholique qu’il mets en grand danger.

  4. Pierre says:

    Voilà bien longtemps, la télévision française diffusait une série télévisée « Thibault ou les croisades « .
    Cette série est visible sur YouTube, elle semble manquer cruellement à la culture du pape François

  5. DUFIT THIERRY says:

    Ne comptez surtout pas sur le pape François pour rappeler la doctrine immuable de l’Eglise. On pourrait résumer la pensée du pape ainsi : condamnation de la peine de mort et réclamation de son abolition mais silence sur l’avortement qui tue des millions d’êtres innocents. On pourrait rappeler au pape l’enseignement de St Thomas d’Aquin : « Comme certains font peu de cas des peines infligées par Dieu parce que s’attachant aux choses sensibles, ils n’ont souci que de ce qu’ils voient, la divine providence a voulu qu’il y eût sur le terre des hommes qui, au moyen de punitions présentes et sensibles, contraignissent les autres à observer la justice .Et il est évident que ceux-là ne pèchent pas lorsqu’ils punissent les méchants. Personne ne pèche en accomplissant la justice. Or il est juste que les méchants soient punis, parce que, comme nous l’avons prouvé, le châtiment fait rentrer la faute dans l’ordre. Donc les juges ne pèchent pas en punissant les méchants.
    Plus encore, le bien n’a aucun besoin du mal, au contraire. Donc ce qui est nécessaire à la conservation du bien ne peut être mauvais en soi. Or il est nécessaire, pour conserver la concorde parmi les hommes, d’infliger des châtiments aux méchants. Donc il n’est pas mauvais en soi de punir les méchants. Le bien commun est meilleur que le bien particulier de l’individu. Donc il faut sacrifier le bien particulier pour conserver le bien commun. Or, la vie de quelques individus dangereux s’oppose à ce bien commun qu’est la concorde de la société humaine. Donc on doit soustraire par la mort ces hommes de la société humaine. De même que le médecin, dans une opération, recherche la santé, qui consiste dans l’harmonie bien réglée des humeurs, ainsi le chef de cité, par son action, recherche la paix qui consiste dans l’harmonie bien réglée des citoyens. Or le médecin fait une chose bonne et utile en coupant le membre gangrené si celui-ci menace de corruption le reste du corps. Donc le chef de la cité est juste et exempt de péché, lorsqu’il met à mort des hommes dangereux, pour que la paix de la cité ne soit pas troublée. » Saint Thomas d’Aquin – Mais pour le pape François St Thomas d’Aquin est démodé et bon à jeter à la poubelle.

  6. Guillaume says:

    Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 2266:
    “Préserver le bien commun de la société exige la mise hors d’état de nuire de l’agresseur. A ce titre, l’enseignement traditionnel de l’Eglise a reconnu le bien-fondé du droit et du devoir de l’autorité publique légitime de sévir par des peines proportionnées à la gravité du délit, sans exclure dans des cas d’une extrême gravité la peine de mort”.

    PS Dehors le clown !

  7. Guy de la Croix says:

    Il est constant de constater que ce Bergoglio n’est pas le pape et que le conclave qui l’a élu est invalide pour cause du complot de St Gal en Suisse qui a précédé l’élection de Benoit XVI , mais a avorté mais réussi à le forcer ce dernier à la démission pour mettre en place cet hérétique et apostat dont il est urgent de réclamer la démission.

  8. Sanfard says:

    François est un grand orgueilleux qui se place au dessus de Dieu. On ne doit pas lui obéir, c’est un traitre à l’Eglise du Christ. Jusqu’où ira-t-il ?

    • chris83 says:

      Sanfard je pense aussi que ce pape n’est pas dans la ligne de L’EGLISE du CHRIST c’est un « politique » il est orgueilleux comme vous le dites, il est méprisants à l’égard des chrétiens européens, c’est tout à fait inadmissible quand on pense que ce conclave a chassé un excellent Pape Benoît XVI qui avait une FOI extrêmement humble et pourtant quel grand Pape! Maintenant qu’allons nous devenir??? la question se pose car il n’y a jamais eu de Pape exclu de son « siège »… en fait ce pape est le pape des médias, des musulmans, des assassins tout en oubliant son « troupeau » ce qui est pourtant son but.

  9. Il est dans sa ligne de conduite. Amalgame des religions, « qui suis je pour juger », pas de jugement, donc pas de condamnation.
    Taubira en blanc pontifical.

  10. Jean Monnaie says:

    Je crois avoir compris ce que veut dire le Pape. En fait, je suis tout à fait d’accord avec lui. Il ne faut plus permettre la peine de mort en effet, il suffit de garantir que le condamné reste enfermé ad vitam et qu’il ne soit plus nourri. C’est plus noble et cela ressemble davantage à ce que l’église a pratiqué par le passé interdisant la torture avec le sang mais permettant ce qu’on appelle aujourd’hui le « water-boarding ».

  11. Maître Cube says:

    Je me demande où trouver l’un de ces rétroviseurs de pied utilisés par les adjudants écossais pour vérifier que leurs troupiers n’ont pas eu l’audace de mettre un slip.

    J’aimerai vérifier si le pape est circoncis.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com