Le migrant est toujours au centre des préoccupations du pape François qui, pour la bonne cause, est adepte de la novlangue. Cette dernière « part de l’idée, lancée par les structuralistes français, que les mots véhiculent des valeurs et qu’en changeant le sens des mots on réussira à changer la réalité des choses », explique l’essayiste Michel Geoffroy : « La novlangue a donc pour but d’empêcher de penser les choses telles qu’elle sont. Il s’agit d’une désinformation qui a pour finalité de jouer sur les perceptions du sujet qui utilise ces mots. »

Comme on va le voir, le pape argentin sait en user diablement bien :

«Souvent, ce sont les médias eux-mêmes qui utilisent des stéréotypes négatifs en parlant des migrants et des réfugiés. Il suffit de penser à l’emploi incorrect des termes par lesquels ils qualifient les migrants et les réfugiés. Combien de fois entend-on parler de « clandestin » comme synonyme de migrant. Cela n’est pas correct ; c’est une information qui part d’une base erronée et qui incite l’opinion publique à élaborer un jugement négatif. »

a-t-il affirmé péremptoirement, le 28 mars dernier, à la revue du ministère de l’Intérieur italien “Libertà Civili”. Pourtant que le pape le veuille ou non, ceux qu’il ne veut appeler que « migrants ou réfugiés » sont avant tout des clandestins entrés illégalement sur le territoire européen. Il est certain que le mot clandestin exprime l’illégalité de l’arrivée de ces étrangers alors que le mot réfugié, mot bisounours à la mode, favorise l’idée que c’est un impératif moral absolu d’ouvrir les portes à tous ces pauvres gens…

Tout l’entretien est un plaidoyer larmoyant, en novlangue bien entendu, pour l’immigration et l’invasion : devant la faillite de l’intégration et assimilation des générations précédentes, la seule réponse du pape consiste à préconiser toujours le même accueil, les mêmes portes ouvertes, les mêmes ponts à construire. Le rêve d’un monde métisse et fraternel le dispute chez lui à l’illusion d’une immigration porteuse de bienfaits multiples à l’Occident :

«Si elles sont gérées avec humanité, les migrations offrent une opportunité de rencontre et de croissance pour tous, a expliqué le pape argentin. Nous ne devons pas perdre le sens de la responsabilité fraternelle. La défense de l’être humain ne connaît pas de barrières ; nous sommes tous unis pour vouloir garantir une vie digne à chaque homme, chaque femme, chaque enfant, contraint d’abandonner son pays. Aucune différence de croyance ne peut aller contre cette volonté, bien au contraire. C’est précisément dans ces situations que nous prouvons que nous sommes des frères qui, chaque jour, œuvrent à la construction du bien, du même bien. Si la même union était adoptée par les gouvernants des différents pays, alors serait-il sans doute possible d’accomplir des pas plus concrets au niveau global pour les migrants et les réfugiés. »

Afin de montrer à la face du monde à quel point les « migrants » sont sa priorité humanitariste, le pape François confirme sa propre implication dans le nouveau dicastère qu’il a créé pour le « Service du Développement Humain Intégral » :

« Les millions de migrants, de réfugiés, de personnes déplacées et de victimes de la traite d’êtres humains ont besoin d’une attention toute particulière. C’est pourquoi j’ai décidé de m’occuper personnellement d’eux, du moins pendant un certain temps, et j’ai placé cette section sous ma dépendance directe. »

Sur ce sujet des migrants, le pape François, pour mieux relayer ses propos immigrophiles, mélange sans complexe les genres et les différentes immigrations et émigrations qui ont façonné le monde occidental. Il ne fait, par parti pris idéologique, aucune distinction entre l’émigration italienne ou irlandaise dans le Nouveau Monde anglo-saxon ou latinos et l’invasion actuelle du Vieux Continent par des peuples et populations en grande partie professant le credo mahométan universaliste, et de coutumes et mœurs totalement étrangères et inintégrables à la civilisation, à la culture et à la religion chrétienne de l’Europe :

«Je pense que les pays européens, comme bien d’autres pays qui ont fait l’expérience directe de l’immigration comme de l’émigration, doivent savoir tirer profit de leur passé. Comme ce fut difficile, dans la période de l’après-guerre, pour des millions d’Européens, de devoir partir, souvent avec toute leur famille, et de traverser l’océan pour se rendre en Amérique latine ou aux États-Unis !

Cela n’a pas été une expérience facile pour eux non plus. Ils ont souffert d’être considérés comme des étrangers, venus de loin et sans aucune connaissance de la langue locale. Le processus d’intégration n’a pas été facile, mais il a toujours abouti avec succès !

Il est donc important d’être conscient de la contribution qu’apportent les migrants dans le pays où ils arrivent. Les Européens ont beaucoup contribué à la croissance de la société d’outre-océan. L’histoire est la même. L’échange mutuel des cultures et des connaissances est une richesse et, comme telle, elle doit être valorisée. Comme je l’ai dit le 1er novembre, de retour de mon voyage en Suède, nous ne devons pas être effrayés, car l’Europe s’est formée au long d’une intégration continuelle de cultures, de multiples cultures. (…) Quand nous parviendrons à considérer les migrants comme un enrichissement pour notre société, alors nous serons capables de pratiquer l’accueil véritable et nous réussirons à leur donner ce que nous avons jadis reçu. » déclare-t-il.

Et puisque l’immigration est une chance pour l’Europe selon lui, il ne faut donc pas être étonné qu’il veuille privilégier le regroupement familial, pourtant une des lois les plus mortifères pour l’identité européenne, la survie des peuples et la sécurité des nations du Vieux Continent, et incontestablement une pompe aspirante favorisant le Grand Remplacement:

« La dimension familiale du processus d’intégration ne doit absolument pas être négligée, affirme François. Voilà pourquoi je me sens en devoir de réaffirmer la nécessité de politiques capables de favoriser et de privilégier les regroupements familiaux. »

La pape François s’affiche encore une fois comme un fossoyeur de l’Europe et de ses peuples et un allié des mondialistes tels Soros ou Atalie.  

Francesca de Villasmundo

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Eglise-dans-le-Monde/Linterview-pape-revue-Liberta-civili-sujet-phenomene-migratoire-2017-04-07-1200837924

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

11 commentaires

  1. Gauvain says:

    Ce monsieur Bergoglio fait de l’ingénierie sociale et nous prend pour des imbéciles !
    https://www.youtube.com/watch?v=o8BkzvP19v4

    • Raiford says:

      « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu »

      La réglementation de l’immigration dans un pays appartient à son gouvernement exclusivement.
      Les autorités religieuses n’en ont jamais eu la charge.

      Le Pape s’occupe de ce qui ne le regarde pas.

  2. pamino says:

    Ce sont bien des immigrants, des immigrants clandestins. Le pape suggère que des clandestins ne peuvent pas être des immigrants. Ou bien il ne s’est pas donné la peine de chercher ces mots dans le dictionnaire, ou bien il essaie de faire passer un mensonge pour la vérité. Dans les deux cas il devrait démissionner.

    • Etienne says:

      Encore faudrait-il nous admettre que ce cardinal Bergoglio a été validement désigné.
      A ce sujet, lors de la présentation en 2013, la présence du cardinal Danneels au 2e rang, ce n’était pas un bon signe. Et il a d’autres éléments en faveur du doute là-dessus.

  3. Raiford says:

    Ce message du pape, n’a rien à voir avec la religion du Christ.

  4. Onclin says:

    Citation à mettre dans la bouche de ce pape : « Je suis une autorité sur comment faire penser les gens » or son autorité est au service du dépôt divin, si elle trahit, elle perd tous ses droits à se faire écouter et obéir et si l’autorité elle-même met en péril le dépôt de la foi ou le corrompt il devient un « égout collecteur de toutes les hérésies et obéir à la désobéissance, c’est la pire des rébellions. Se croire saint parce qu’on dit “moi j’obéis !” aux jours où nous vivons, c’est dormir, c’est trahir. Il a toujours fallu être agissant et éclairé pour bien obéir.

  5. LANKOU RU says:

    Ces « clandés » ne font que passer ? Alors qu’ils retournent chez EUX après avoir visité » l’UE . ! Ce pape est vraiment pourri de tenir de tels propos .

  6. hathoriti says:

    Les « migrants » peuvent apporter un enrichissement à notre société ? Ravie de l’apprendre ! Maintenant, que le Bergoglio aille dire ça aux familles des morts du Bataclan, de Nice, Magnanville, Berlin , Londres, etc…Qu’il se penche sur la petite fille de la courageuse Aurélie Châtelain, qui a perdu sa maman, qu’il console madame Cornara et son fils et puis…on reparlera de l’enrichissement apporté par ces clandestins voulant nous imposer leur immonde charia ! C pape est un anti pape ! Et une rectification aux propose de ce type en blanc: les migrants viennent et s’en vont, comme les oiseaux…migrateurs ! Celle lie de l’humanité qui se déverse chez nous, n’ont rien de migrants, ce sont des envahisseurs, pape François ! Ils viennent pour s’installer chez nous, DEFINITIVEMENT, pour nous imposer leur loi, leurs moeurs, leurs coutumes, leur langue et leur divinité ! Vous le comprenez ça, pape François ? Non, évidemment ! Le cher Benoît XVI lui, l’aurait compris…Lui est Pape…pas vous !

  7. SANS SOUCHE says:

    Quoi de plus logique pour une religion catholique qui prône l’amour du prochain, que d’aimer les migrants également…

    Ah peut-être que la religion catholique est une religion de haine, comme l’islamisme radical, comme je l’ai toujours pensé, et en ce sens je comprends que le pape ne puisse vous représenter…

  8. Boutté says:

    Très Saint Père, les Clandestins sont des Migrants Hors-la-Loi . Pas dur à comprendre ! De plus la plupart sont des Déserteurs pour leurs pays et doivent être traités comme tels selon toutes les Lois humaines .

  9. François Maçon ou l’anté-antéchrist.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com