En ce 25 décembre 2016, fête de la Nativité, tant lors de son homélie à la messe du minuit que dans son message Urbi et Orbi, le pape François a évoqué Dieu fait homme comme « le pouvoir de l’amour, le pouvoir du service qui instaure dans le monde le règne de Dieu, règne de justice et de paix. »

Dans ce sermon aux accents sincères de gratitude envers l’Enfant Jésus né dans la pauvreté de la crèche, « dans l’Enfant qui nous est donné l’amour de Dieu pour nous se fait concret », la venue de Jésus-Christ sur la terre devient le symbole pour le pape régnant de l’accueil envers les exclus dont le Seigneur fut un exemple avec ses parents : 

« Laissons-nous interpeller par l’Enfant dans la mangeoire, mais laissons-nous interpeller aussi par des enfants qui, aujourd’hui, ne sont pas couchés dans un berceau et caressés par la tendresse d’une mère et d’un père, mais qui gisent dans les sordides “mangeoires de la dignité” : dans le refuge souterrain pour échapper aux bombardements, sur les trottoirs d’une grande ville, au fond d’une embarcation surchargée de migrants. » a-t-il clamé à minuit.  « Jésus est né dans le refus de certains et dans l’indifférence de la plupart. Aujourd’hui aussi il peut y avoir la même indifférence (…) quand nous nous donnons du mal pour les cadeaux et restons insensibles à celui qui est exclus. »

Bien que le pape évoque également le choix par Dieu de venir dans le monde dans la petitesse et la pauvreté qui s’expriment par la naissance dans une grotte nue, son message s’inscrit, comme il en a l’habitude, dans une mentalité naturaliste. Le prisme de sa lecture du mystère de la Nativité est économique. Ce ne sont pas des vertus surnaturelles de pauvreté et d’humilité qu’il parle mais de la condition de pauvre par rapport à la richesse matérielle, du petit par rapport à l’homme de pouvoir, du dépouillement matériel par rapport aux biens consommables…

Si le pape rappelle aussi que la venue de Jésus-Christ dans le monde est incontestablement le signe de l’amour de Dieu pour l’humanité, « ainsi, en Jésus, nous goûterons le véritable esprit de Noël : la beauté d’être aimés de Dieu », il n’a pas tenu à rappeler que cette naissance mystérieuse s’insère avant tout dans le grand mystère de la Rédemption. Réparer les péchés des hommes qui offensent le Créateur, telle est dans la grande mission que le Fils de Dieu est venue accomplir en s’incarnant. François, à la suite des papes conciliaires qui l’ont précédé, évacue de ce mystère de Noël la dimension réparatrice et propitiatoire de l’Incarnation qui n’a plus comme rôle que de révéler à l’humanité l’amour que Dieu à pour elle. L’Homme devient le centre du mystère et de l’univers !

Encore un sermon pontifical où on discerne, sous les paroles tendres et affectueuses envers l’Enfant-Dieu et l’appel à la pauvreté matérielle, cet anthropocentrisme qui infeste les esprits de la hiérarchie catholique depuis le funeste concile Vatican II.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

33 commentaires

  1. C’est sur que vous qui êtes né avec un cuillère en argent dans la main, éduquée par des prêtres, vous ne connaissez pas vraiment la galère…

  2. Vous avez raison de remarquer l’anthropocentrisme de bergoglio,
    car la Rédemption est évidemment liée à l’Incarnation. .

    … ‘ le pape François a évoqué Dieu fait homme comme
    ‘ « le pouvoir de l’amour,
    ‘  » le pouvoir du service qui instaure dans le monde le règne de Dieu,
    ‘  » règne de justice et de paix. »

    Ces phrases sont très ambigües, et ne sont pas inspirées,
    mais viennent de bergoglio,
    qui nous apporte son salut à la place de celui de Dieu.

    En réalité, le Royaume de Dieu n’est PAS de ce monde.
    En effet, chaque fois qu’à la suite d’un miracle,
    les gens voulaient se saisir de Jésus pour le faire Roi
    (car Israël était occupé par les Romains),
    Jésus s’échappait !

    Oh, bien sûr, la présence chrétienne peut améliorer ce monde !
    Mais améliorer le monde (avec l’aide de Dieu, nous en savons qqchose !)
    n’équivaut pas à éliminer le Mal.

    Il est impossible à l’Homme de faire un paradis Terrestre.

    Tous les politiques essayent de nous faire croire le contraire.
    Tous nient le Péché Originel (et les péchés qui ont suivis),
    Mais tous prétendent avoir le remède miracle pour le vaincre !
    « Votez pour moi ! » ; « Mais non, pour moi ! » ;
    « Avec moi, ce sera le paradis ! » ; « Allons donc ! le paradis, c’est moi ! », etc …

    Or, chaque fois que l’Homme veut faire un paradis,
    il fait un Totalitarisme étouffant.

    En mettant les choses au mieux,
    bergoglio est inapte à exercer sa fonction, et doit démissionner.

    • C’est un saint homme. Le paradis peut être sur Terre mais il faudrait revenir à un système communautariste où tout le monde a une mentalité de gosse.

      • N’étant ni croyant, ni chrétien, ni catholique, vous tenez néanmoins à canoniser ici notre pape actuel.
        Vous vous mêlez, cher petit marquis, de ce qui ne vous concerne pas.

        • trop-bon says:

          Bien dit , mais ce petit marquis …de Sade version Eliott épouse parfaitement la doctrine anti christique du Faux-prophète argentin qui a usurpé la Chaire de St Pierre …

          • Bonjour trop-bon.

            Merci pour votre appréciation positive.
            Le problème de notre marquis, c’est qu’il est trop nombriliste pour capter que… ses avis, on s’en contrecoccyballogargarise.

            Bonne fin d’année.

            • trop-bon says:

              EXCELLENTISSIME.
              Quel don qu’est l’esprit de répartie que l’Esprit du Bien vous insuffle !
              Joie et persévérance à nous tous .
              Puisse la Sainte Trinité nous donner de bien vivre et de bien mourir .

              • Eliott says:

                Un répartie bien petite, hélas : des progrès à faire. Merci pour vos mots « joie » et « persévérance » . on ne se débarasse pas de moi comme ça. 😉 Vivons bien et mourons bien aussi, dans la vie que l’on a choisie.

            • Eliott says:

              Le plus nombriliste, ce doit être vous autres puisque vous vous concentrez sur votre petite tradition et ne voulez pas vous ouvrir à la modernité.

          • Eliott says:

            J’ai un titre, moi ! C’est vous qui me le donnez, en plus. Le pape François évolue et ne reste pas dans une doctrine traditionnelle : contrairement à d’autres, il a compris que pour faire venir des fidèles, il faut une Église plus… Rock ‘n’ Roll et en phase au maximum avec les fidèles de l’an 2000.

            • trop-bon says:

              Il faut bien définir à qui sont-ils fidèles …
              …Pour faire venir les courtisans de satan dans une fausse Église .

              Anobli je suis , et je porte le titre de Chevalier avec une particule , une vraie …en toute humilité pour l’Armée du Christ , Notre Seigneur et Maître .
              Revenez à Dieu , revenez au Christ , Eliott …
              La vie sur terre n’est pas un jeu , notre âme est le butin de la Guerre .
              Lire Jérémie 45.5

              • Eliott says:

                Ils sont fidèles à la personne que vous nommez par « Dieu ». Mais la société évolue, donc Dieu doit aussi évoluer, l’Église aussi. Comme il est atemporel, il est à la fois ancien et contemporain, contrairement à d’autre.
                Se dire chevalier de Dieu est bien beau, encore faut-il dire de quelle époque : êtes-vous un chevalier Moyenâgeux ou un chevalier Moderne ? Je ne reviens vers personne, je suis agnostique : je veux bien croire qu’il y ait des puissances supérieures, mais peut importe leur nom.
                La vie sur Terre n’est pas un jeu ? Bah quand est ce que vous vous amusez alors ? Autant profiter dans la vie comme dans la mort.

                Tiens, j’ai une question pour vous : voulez-vous être immortel dans la vie ou dans la mort ? J’aimerais bien connaître votre réponse parce que je trouve très bête de vouloir être immortel sur Terre alors qu’il suffit d’aller sous Terre pour devenir immortel : on devient immortel quand on meurt, après tout.

                • Catherine says:

                  Monsieur Eliott,

                  Si Dieu évolue, Il n’est plus Dieu, car Dieu, c’est l’Être.

                  • Malheureusement pour lui, nous évoluons. L’être évolue, Dieu doit s’adapter s’il veux encore avoir des fidèles, madame.

        • Eliott says:

          Je ne suis pas croyant mais je suis un chrétien catholique car baptisé comme tel… Et c’est tout. Aussi, je ne suis pas marquis, et je me mêle de ce qui m’intéresse.

          • Catherine says:

            Monsieur Eliott,
            Vous êtes paradoxal: Agnostique et catholique; non croyant et chrétien (qui croit en Jésus-Christ);il y a incompatibilité de mots.
            Vous en devenez moins crédible et c’est tant mieux.

            • Les mots, peuvent êtres incompatibles, mais je m’explique : j’ai été baptisé dans une église catholique, donc je suis chrétien catholique ; mais si je suis baptisé, je ne suis ni croyant en Dieu ni pratiquant de sa religion, c’est cela que je veux dire.

              Baptisé, oui ; chrétien, non.
              Non croyant, oui, mais en Dieu sous toutes ses identités ; agnostique, oui : il y a des puissances supérieures dans l’univers.

    • OUI – c’est un jésuite

      • Oui, c’est vrai. 🙂 Ils n’avaient pas étés dissout pendant quelques temps ?

    • pamino says:

      Être hérétique et être pape ne sont pas compatibles. Cette vérité est sur le point d’être démontrée.

  3. «lors de son homélie […] Dans ce sermon »
    Aussi bien ὁμιλία que ‹sermo› – celui-ci dans une acceptation plutôt post-classique – veulent dire ‘manière de parler’, et de là ‘petit discours informel’. Mais puisque ‹homilia› (transcription latine) a été utilisé exprès et exclusivement par les innovateurs modernes pour signifier quelque chose autre que le prône traditionnel, puis-je plaider pour un retour décidé à ‹sermon› / ‹sermon› / ‹Predigt› au lieu de cette innovation des novateurs, de ces ‹res novas moventíum› (lat. classique ‘révolutionnaires’), masquée en « retour aux sources », de ‘homélie’ (de surcroît, fausse transcription du grec) / homily / Homilie ?

  4. « Réparer les péchés des hommes qui offensent le Créateur »

    Jésus n’est pas un mécanicien ou un carrossier ; Il est le Fils bien-aimé de Dieu et Son oeuvre est une nouvelle création.

    Réparer, c’est humain ; créer c’est divin.

  5. Charles Nedjar says:

    merci de cette analyse qui met en lumière le manque de profondeur du message, ce n’est pas toujours facile à faire car le pape actuel a vraiment une parole captivante

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com