gender-MPI

Le blog «  le 27esimaora » du « Corriere della Sera », prévoit la tendance de la mode des prochains mois. Ce sera le style neutre, la soi-disant « fusion entre les sexes » ou « fusion des genres ». Le chroniqueur de mode nous explique que les femmes porteront l’hiver prochain des « manteaux masculins et virils ». Tandis que l’homme séduira avec des matières et des détails jusqu’ici considérés comme purement féminins. Même avis pour Isabel Marant, créatrice parisienne pour H&M, géant suédois du prêt-à-porter : les femmes porteront cet hiver des « manteaux à la garçonne ». Les coupes de cheveux pour femmes seront aussi «garçonnes ».

Les mannequins donnent le (mauvais) exemple. Casey Legler, ancienne championne de natation reconvertie dans le mannequinat, cultive le look androgyne, cheveux courts, tempes rasées, bras musclés et mâchoire carrée. Vogue Paris aime beaucoup la faire poser en vêtements masculins. Saskia de Brauw, autre mannequin androgyne, avait été mise en scène en costume masculin par David Bowie, chanteur… androgyne, dans son dernier clip « The Stars Are Out Tonight ». Rien n’est le fruit du hasard. Et le magazine homosexuel Têtu avait publié il y a quelque temps une couverture illustrée d’une photo de Mylène Farmer travestie en homme avec ce titre : « oui à l’ambiguité ».

Tout est pensé dans le moindre détail. Wildfang, le premier e-shop spécialement destiné aux androgynes, vient d’ouvrir. La tendance s’affiche aussi en slogan sur les tee-shirts de la griffe « les Filles à papa » avec « Tomboy » en toutes lettres. Grâce au film de Céline Sciamma sorti en 2011, l’expression anglaise a désormais remplacé le « garçon manqué » français, porteur d’une connotation trop péjorative pour notre époque. Ces dernières années, la mode s’est entichée de plusieurs mannequins transgenres : Lea T, chez Givenchy, depuis opérée pour « changer de genre », et Andrej Pejic, jeune éphèbe aux cheveux blonds, qui défile régulièrement en vêtements féminins pour Jean Paul Gaultier. Et chez l’esthéticienne, la mode est aux sourcils épais, des « sourcils masculins ». La consigne : éviter le look glamour.

La tendance « Tomboy » est en vogue, et brise les codes. L’androgynie réside davantage dans l’attitude que dans un look particulier. L’exemple de « Tomboy » en 2013, c’est Cara Delevingne. Le mannequin britannique de 17 ans. « Outre son visage, elle se tient comme un mec », écrit une chroniqueuse de mode. 

Pour le sociologue Arnaud Alessandrin, l’émergence des tatouages « agenrés » (mixtes), beaucoup vus ces dernières années, participe du même esprit. Ces images sont symptomatiques d’une mouvance queer ou transgenre.

Les défilés parisiens, qui donnent le tempo de l’hiver prochain, ont quasi tous mis les mannequins androgynes à l’honneur, que ce soit chez Kenzo, Stella McCartney, Isabel Marant, Chloé, Rochas ou Dries Van Noten.

L’idéologie du genre peut compter sur le monde de la mode pour participer à la subversion des esprits.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Mais nous pouvons compter sur une entreprise familiale qui s’étoffe… Magellys !

    Le bon goût et l’élégance classique pour toute la famille !
    Vêtement, accessoires, et bien d’autres idées originales !
    Je vous laisse découvrir ici : http://www.magellys.com/78-prestige

  2. G. Clooney says:

    Evolution dramatique que l’on pouvait malheureusement prévoir depuis la mise au « goût » du jour à grand renfort de marketing pervers du concept maintenant donc dépassé du « métrosexuel ».

    « Dis-moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es » disait l’inégalable Totor… pas pour nous rassurer sur la société contemporaine…

  3. Bertrand LE PATRE says:

    Depuis plus de 80 ans on nous conditionne petit à petit: les successeurs de Georges Sand on préparé nos grands parents et parents: apres la guerre de 40 l’égalité reductrice des sexes par le vote, etc, par ex.1949 le modele de la femme communiste chinoise: pantalon et cheveux courts, repris par nos religieues defroquées de l’apres concile VaticanII et la conscience BOBO des années 80: regardez dans nos milieux…cheveux courts pour les femmes: nous y sommes depuis longtemps…Des genders contre les genders? reformons nous avant de réformer les autres; Primo où sont les hommes qui s’habilleront autrement qu’en pantalon mode moulant, en tenues d’hommes (qu’est-ce?) et qui diront ensuite à leur femme: laisse pousser tes cheveux et habille toi en femme pudique et élégante. Avec le peu de courage masculin catho le gender a encor de beaux jours devant lui, hélas.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com