Avant l’intervention russe déclenchée le 30 septembre 2015, les différents mouvements islamistes occupaient la majeure partie du territoire syrien.

Les loyalistes ne tenaient plus que l’ouest du pays et les plus grandes villes, mais partiellement pour certaines :  Damas, Homs, Alep et Lattaquié. Les Kurdes avaient, de leur côté, préservé une partie des zones longeant la frontière turque au nord.

Daesh tenait l’est, la vallée de l’Euphrate et une partie du nord; Al-Nosra la province d’Idleb au nord-ouest en concurrence avec des milices turkmènes organisées par Ankara, les FDS (soutenus par les occidentaux) le sud. Une myriade d’autres groupuscules islamistes gravitaient dans ces zones; leurs effectifs étaient variables et poreux d’un mouvement à l’autre. Les règlements de compte étaient quotidiens en fonction de la solde et de perspectives de butin. Une vieille tradition sunnite…

Tous ces mouvements étaient par ailleurs en conflits incessants dans de nombreuses zones urbaines, notamment dans la banlieue de Damas, l’est d’Alep et d’Homs. Des affrontements sanglants les y opposaient régulièrement.

Depuis l’intervention russe et la délivrance d’Alep en décembre 2016, le combat a changé d’âme et la reconquête est lente, complexe, mais régulière.

Aujourd’hui c’est encore Daesh qui occupe les zones les plus importantes à l’est : une partie de Deir ez-Zor, où les combats font rage contre l’armée syrienne, Al Mayadin, un peu plus bas et les territoires frontaliers de l’Irak. L’Etat islamique s’est d’ailleurs renforcé dans cette zone, grâce à des combattants venus d’Irak après leur défaite de Mossoul. A Raqqa, son ex-capitale, le siège mené par les Kurdes (camouflés par les Américains en FDS) progresse lentement. Mais de nombreux combattants de Daesh ont évacué la zone pour rejoindre Deir ez-Zor, et ils ne sont plus que quelques centaines à se battre. L’issue ne fait donc aucun doute.

Le Front al-Nosra (rebaptisé Fatah al-Cham), fait, quant à lui, régner sa tyrannie dans la province d’Idleb, après avoir vaincu les factions rivales. La concentration islamiste est très importante dans cette zone et la reprise de la province, pas encore programmée, risque d’être très difficile.

Les FDS enfin, détiennent plusieurs zones au sud de Damas, le long des frontières jordanienne et israélienne.  L’armée syrienne et le Hezbollah libanais ne parviennent pour l’instant pas à les déloger car l’aviation israélienne intervient régulièrement pour les en empêcher. Les Russes temporisent, protestent, mais, fort sagement, ne veulent pas entrer en conflit direct avec l’Etat hébreu. Ce serait un prétexte trop tentant pour une intervention américaine.

Il est maintenant certain  que Daesh perdra ses derniers territoires. Mais les Syriens n’en auront pas fini pour autant avec eux. En effet, la tactique de Mossoul, très critiquée, notamment par Al Nosra, ne sera pas reproduite à l’infini : perdre des milliers d’hommes dans une bataille perdue d’avance, relève de la stupidité pure et simple.

De nombreux combattants se fondent maintenant dans les villes, attendant le moment propice pour organiser des attentats. Plusieurs dizaines de chiites ont ainsi péri dans des opérations kamikazes à Bagdad, il ya quelques jours.

D’autres rejoignent le vaste désert syrien, se camouflant dans les villages, s’enterrant, près à mener des coups de main audacieux et sanglants. Soixante-dix soldats syriens ont ainsi été tués le 28 septembre, surpris par une attaque éclair, sur la route menant de Palmyre à Deir ez-Zor.

Il faut noter que cette opération a été menée le jour même de la diffusion d’un message du chef de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi. Il est donc toujours vivant et se terre du côté de la frontière irakienne. Il a appelé ses fidèles à poursuivre la lutte contre « les croisés », notamment dans leurs propres pays.

Nous non plus, nous n’en avons pas fini avec le terrorisme islamiste.

Antoine de Lacoste

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Damien says:

    Et 30% du territoire français !

  2. Horace says:

    Qui veut la fin de cette guerre ? Ce chaos(organisé) convient pour divers gouvernements de la régionn et au-delà. C’est clair et cela se traduit par des stratégies bien curieuses. Je vois encore des autocars remplis de combattants terroristes, évacués avec armes et bagages, sous protection US et complices, vers une autre zone de combat alors qu’il aurait fallu les placer dans un vaste camps au milieu des plaines désertiques disponibles.

  3. Dominique Schwander says:

    10 % de la superficie de la Syrie cela correspond 45 % de la superficie de la Suisse. Autrement dit ces soldats sans uniformes musulmans et fanatiques tiennent un fort grand territoire et ne sont pas prêts d’être vaincus, d’autant plus qu’ils s’évaporent, se regroupent ailleurs, recrutent et, comme tous les fervents musulmans jamais ils ne se déclareront vaincus.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com