Alors que les compromissions et les forfaitures poussent des élus du camp national et des évêques de France à rendre hommage à Simone Veil, nous pensons utile de republier cette vidéo. Alain Escada, président de Civitas, y démontre à quel point avortement et immigration de grand remplacement sont étroitement liés.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

74 commentaires

  1. MA Guillermont says:

    Quelle tristesse que vous soyez aveuglé au point de penser que la mort « légale »des enfants à naître soit une fatalité. ..

    • Et la réponse à ma question est ?

      • Tuustotusegosum says:

        Mais vous connaissez déjà la réponse à votre question!
        Ce que vous ne voulez pas comprendre, aveuglé par votre haine, votre cynisme et votre malfaisance (oui, je lis les articles de MPI et vos commentaires abjects depuis longtemps), c’est le principe et fondement de la vie de tout catholique: connaître, aimer et servir Dieu afin d’assurer le salut de son âme.
        Allez, hop, je vous inscris à une retraite spirituelle selon la méthode St Ignace, quelles sont vos disponibilités, SVP?
        Notre-Dame de la Sainte-Espérance, convertissez-nous!

        • Anastasia says:

          @MCF68

          Vous n’avez rien compris comme a votre habitude.
          L’Etat ( donc tous les Français ) ne sera plus tenu responsable ( devant Dieu) de ces actes graves.
          Que celles qui souhaitent se faire avorter, seront entièrement responsable de leur acte sans avoir a faire supporter aux autres leur fautes.
          Que vous ayez compris ou non, on s’en fiche car vous ne recherchez pas la vérité nous le savons tous ici, Dieu par contre se souviendra de votre mépris et de votre cynisme pour ses lois quand il vous jugera ! et personne ici ne souhaitera être à votre place.

        • pamino says:

          Il est possible que MPI – je ne parle pas de ses chacals pousseurs – vous ait temporairement sanctionné parce que vous ne reconnaissez pas qu’une loi morale qu’on accepte ne peut pas se faire discuter sur la base d’un argument à l’utilité, dans le cas donné « si je ne lui permets pas se faire avorter ici, elle ira simplement ailleurs ». De toute évidence, la plupart des lecteurs assume que vous reconnaissez cette impossibilité en faisant semblant de l’ignorer, ce qui explique (mais ne justifie pas) la violence de certaines de ses réactions.

      • flicflac says:

        1) il faut d’abord accepter un principe que tout catholique accepte : celui de la hiérarchie. Ainsi, un bien supérieur est toujours préférable à un bien inférieur.
        2) préserver et protéger la vie est un bien supérieur. je pense qu’il est facile de l’accepter, cela tombe sous le sens.
        3) pour un catholique, qui accepte la réalité de l’être dès sa conception, protéger la vie de l’enfant est un bien supérieur

        (j’ai été très synthétique)

        a) peut-on accepter qu’il y aurait moins d’avortement si l’état ne légalise pas l’avortement ? (moi je le crois)
        b) peut-on imaginer une aide adaptée à la détresse des femmes voulant avorter. Soutient financier, psychologique,…
        c) sommes-nous vraiment certain que toutes les femmes vivent bien l’avortement ? quel pourcentage ? (internet pullule de vidéo de femmes traumatisées)

        liste de question non exhaustive…

        MCF68, vous ne comprenez pas car vous oubliez, me semble-t-il, qu’un catholique accepte certaines vérités que vous rejetez personnellement. Je n’essaye pas de vous convaincre, je ne vous condamne pas, mais si vous acceptez juste d’écouter la « logique catholique », il est possible d’entendre leur discours. De même que, dans votre logique, je comprends tout à fait votre point de vue.

        BàV

        • pamino says:

          Oui, mais dicit et non facit, puisque il a une madame et quatre enfants. Il s’agit donc tout au plus d’un diable pieux.

      • MA Guillermont says:

        La réponse je vous l’ai déjà donnée , depuis une année .
        J’ai une mémoire d’éléphant …
        De plus vous ne posez pas de question , … vous avez seulement du mal à comprendre …dites-vous …
        Mais le mal , la souffrance , l’immonde découpage et autres aspirations , l’ administration de substances toxiques létales qui le brulent pendant plusieurs heures c’est pour l’embryon et/ou le foetus …pas pour vous … l’avortement par naissance partielle pour préserver la conservation des organes commercialisés c’est sur un bébé vivant plus un foetus … et cela encore ne vous fait pas réagir !
        Quel GENRE d’homme êtes-vous ?
        Vous n’avez plus d’avis à donner , Simone Veil a reconnu en 2007 :  » Il est de plus en plus évident scientifiquement que , dès la conception , il s’agit d’un être vivant « .
        Assaut sein vous êtes , mort violente vous aurez !

        • MA Guillermont says:

          @MCF68 (dont le post a été censuré) Votre cas est désespéré .

          • Anastasia says:

            @MCF68 (dont le post a été censuré) 95% de gouvernement haïssent Dieu …. donc selon vous, nous devrions haire Dieu ? mais alors … vous êtes un vrai mouton parce que vous avez besoin de l’avis de la majorité pour choisir ! un conseil, achetez vous un cerveau avant de nous sortir des bêtises !

            • Anastasia says:

              @MCF68 (dont le post a été censuré) minable cynique !

            • Anastasia says:

              @ mcf68 je dirais juste trop con et insignifiant
              Vous n’avez pas 3 enfants a vous occuper plutot que de venir perdre votre temps ici ?

            • Anastasia says:

              @MCF68 (dont le post a été censuré) Il n’est pas question d’arguments dans la foi mais d’acceptation de la volonté divine mais avec votre QI d’huitre vous ne comprenez rien !

            • Franck says:

              @mcf68 (dont le post a été censuré) Les actions de vos convictions sont des meurtres, les nôtres sont pacifiques. C’est ce que vous ne supportez pas, c’est pourquoi vous les interdisez toutes. Chez vous, c’est la loi du plus fort, exactement comme votre théorie de l’évolution : c’est le plus fort qui l’emporte.
              Mentalité de barbares qui n’ont malheureusement pas évolué…

              • Pacifique comme vos collègues outre atlantique qui faisaient des cartons sur les médecins qui pratiquaient des avortements ?
                C’est vrai qu’on ne mesure jamais assez le courage qu’il faut pour tirer dans le dos d’un homme désarmé.

                • Vous êtes en train de parler de vous.
                  La paix n’est vraiment qu’un vain mot pour vous.

                  • MA Guillermont says:

                    Le sang des Innocents est sur vous …
                    Tant de sang innocent réclame justice …
                    Lamentations 3:36
                    Jérémie 1o:4
                    Jérémie 22:17
                    Jérémie 29:17

                  • MCF68
                    Vos mains sont couvertes de sang. Vous êtes le lâche complice de millions d’innocentes victimes tuées dès le sein de leur mère. Vous êtes couvert de sang. Vous êtes un abject individu.

              • DUFIT THIERRY says:

                M Franck je vous approuve entièrement. Ce MCF 68 qui fait l’apologie de l’avortement, qui dernièrement niait le génocide accompli par les révolutionnaires n’a rien à faire sur MPI. Il faut définitivement supprimer tous ses commentaires inspirés par Satan.

          • Maizière says:

            MCF68, sans haine aucune et sans vous juger, je vous livre ma réflexion.

            Ce n’est pas parce que « tout le monde le fait » que c’est bien. Vous conviendrez que l’avortement est un mal, un grand mal.Il tue un enfant et le prive de la béatitude éternelle par l’absence de baptême.
            L’avortement a toujours été pratiqué, et sera, malheureusement, toujours pratiqué. C’est un fait.

            Le problème n’est pas d’interdire l’avortement par contrainte physique, le problème est que ces femmes n’entendent que la voix du « monde » qui les invite à se « débarrasser » de leur enfant et puis se désintéresse de leur vie « après », des séquelles psychologiques de l’acte commis.

            Ces pauvres femmes vivent dans une société qui a chassé Dieu sous l’action des sataniques loges maçonniques avec la complicité, la trahison et le silence du clergé dit « catholique », infecté de modernisme, honteux de sa foi, honteux du Christ, au point de se dissimuler sous des vêtements civils dans la rue.

            Bonne journée.

            • pamino says:

              Bien dit.

            • pamino says:

              Il prend soin de ne pas vous attaquer, et que faites-vous ? Laissons les gamines écervelées à part et parlons de femmes pensantes, comme vous dites sous pression. Et moi je dis : sous des pressions épouvantables. Vous parlez comme si toute enceinte était une grande philosophe imperturbable ; moi je dis : aucune enceinte ne l’est, même pas votre supérieur hiérarchique Mme le Professeur de physique.

              • pamino says:

                C’est beaucoup plus compliqué que « à qui la faute ? ». Mais évidemment je suis d’accord pour pouvoir/responsabilité. Le Dr. med. Brandt, condamné et pendu à Nuremberg comme criminel de guerre, a passé sa longue incarcération à écrire un livre qui sans doute aborde toutes ces questions, en particulier celle de la « mort après décision médicale » de nouveau actuelle aux Pays-Bas septentrionaux et protestants. J’aimerais bien le lire, mais suppose qu’il n’a jamais été publié.

          • Cyrano says:

            MAG, ce Minable Chacal Forcené n’admettra jamais que dés qu’un ovule est fécondé il y a vie, donc fatalement que l’avortement est de fait un crime. Il passe son temps à provoquer afin d’avoir l’air d’exister avec ses pseudo-affirmations « scientifiques » toutes plus loufoques les unes que les autres, laissons le dans sa fange…

            • MA Guillermont says:

              Oui Le Sommelier … Merci à vous et à chacun des internautes ici sur ce lien et sur tous les autres articles pro-vie …
              L’avortement n’est pas un choix .
              Que les femmes regrettent ou disent s’en porter mieux , la plupart affirment « de toute façon je n’avais pas le choix  »
              Peur de perdre le compagnon qui n’en veut pas , peur de perdre son travail , peur d’arrêter ses études , peur du rejet du milieu familial , peur du lendemain , peur de ne pas être à la hauteur …
              L’avortement devait nous libérer , c’est devenu une contrainte de plus qui nous oblige à nous haïr et vivre avec cette perte immense de ne pas avoir gardé le petit .
              Tu es enceinte ? Tu ne l’as pas voulu ? C’est un accident ? Tu vas faire comment pour l’élever ? Tu n’as pas de situation ?
              Tout le monde te fait comprendre que tu n’as pas intérêt à le garder .
              Des gens et ils sont nombreux comme MCF 68 sont justes des pourris qui préfèrent abandonner les femmes en détresse en leur ayant donné l’obligation d’avorter …

              • MA Guillermont says:

                @mcf68 (dont le post a été censuré) Vous n’avez pas le droit de décider de l’existence d’un petit être .
                Ni vous ni personne , il est un être en devenir , et nul ne peut s’arroger le droit par confort de lui ôter la vie .

              • MA Guillermont says:

                @mcf68 (dont le post a été censuré) Le vôtre de confort , à vous et tous ceux qui se foutent de leurs coups « à tirer  » et de tous ceux et celles qui méprisent leurs parcours , de leurs histoires , leurs souffrances …

              • Boutté says:

                Non seulement les aider à conserver cet enfant et l’élever eût été plus sain et franchement moral mais cette aide eût coûté à l’Etat beaucoup moins cher que cette tuerie aveugle qui crée un vide ethnique vite comblé par l’immigration de travailleurs à bas coût .

                • MA Guillermont says:

                  @mcf68 (dont le post a été censuré) Vous et TOUS (TES)les autres êtes allés jusqu’à enlever aux associations pro-vie la possibilité d’utiliser les réseaux sociaux en votant la loi du délit d’entrave numérique à l’avortement …définitivement adoptée en 2017
                  Votre slogan est :
                   » Avorte , TUE n’as pas le choix  »
                  Vous n’avez eu de cesse que d’étendre toutes les possibilités d’avorter …jusqu’à abroger le délai de réflexion …
                  Mais nous possédons ce que vous n’avez plus ; le courage , la volonté et l’engagement .

                • MA Guillermont says:

                  A l’attention du passant … nos posts sont en réponse à MCFANTOMAS qui hante MPI …

            • MA Guillermont says:

              Pardon … Cyrano , merci vraiment pour le soutien immense que vous hommes de bien apportez à notre féminité …
              Merci encore à vous Pamino , vous êtes unique …

          • pamino says:

            (Merde, elle parle de VOTRE cas !) Vous ne dites pas quelle est la différence que vous faites entre ce que vous appelez l’embryon et ce que vous appelez le fœtus. Ce dernier mot ‹fetus› – ‹fœ-› est un hyperurbanisme comme la graphie ‹Lefebvre› au lieu de ‹Lefèvre› comme ‹orfèvre›) – est à son origine le participe parfait d’un verbe dont les autres formes ont disparu et qui a aussi donné ‹fecundus›, ‹femina› und ‹felix›. Comme participe il veut dire ‘enceinte’, comme substantif ‘grossesse’ et ‘enfantement’, puis ‘ce qui est enfanté’. Quand même les scientifiques d’aujourd’hui le restreignent à « produit de la conception encore renfermè dans l’utérus, lorsqu’il n’est plus à l’état d’embryon et commence à présenter les caractéres distinctifs de l’espèce » et spécialement : « dans l’espèce humaine, produit de la conception à partir du troisième mois de développement dans l’utérus » (dans les deux cas le Petit Robert), ce n’est pas qu’ils nient que le fétus de moins de trois mois soit un être humain, mais seulement qu’ils ne peuvent pas prouver que c’est un être humain et sont donc obligés de dire « ignoramus ». En bons scientifiques ils n’affirment ni ne nient la proposition : ce que nous définissons comme embryon est un être humain. (Dans le cas d’un fétus, ils sont par contre d’accord que c’est un être humain.) À ce moment-là, le plupart des scientifiques se disent: mais puísque tous les fétus se développent d’embryons, il est certainement possible que les embryons soient des humains, mais je fais cette spéculation uniquement en être humain ; je ne peux pas le prouver, mais tant qu’il n’y a pas de preuve que l’embryon ne soit pas un être humain, il vaut mieux ne pas le détruire. Il y a cependant de mauvais scientifiques qui disent : je ne veux pas admettre que l’embryon PUISSE être un être humain, à moins qu’on ne me le prouve. Cette prise de position est non seulement non-scientifique mais inhumaine. Il faut vivre avec l’idée qu’on n’ait pas le droit de détruire les embryons, parce qu’ils risquent fortement d’être de très petits humains.

        • flicflac says:

          Lorsque vous écrasez un têtard, vous tuez un être vivant qui contient toutes les informations pour devenir grenouille.
          La vie est présente chez le têtard même si son stade de développement n’est pas encore arrivé à celui de grenouille…

          Vous confondez le principe de vie et l’appellation des différents stades de développement…

          Ainsi, embryon, foetus, bébé, enfant, adolescent, adulte, tous contiennent le principe de la vie.

          Sinon, j’ai une question à vous poser, comment l’embryon devient être humain s’il ne contient pas en soi le principe de la vie ?

      • jacques says:

        MFC68 n’a pas été avorté comme tous ceux qui défendent l’avortement.

  2. LapinB says:

    Pas de solution donc pas de problème ?

    Oui la mondialisation permet de faire ailleurs ce qu’on ne peut faire chez soit. Pour le meilleur et pour le pire (tourisme sexuel en Thaïlande par ex.).

  3. Bientot, on le payera tres tres tres cher, Tous les pays du monde qui pratique l’ avortement subira la justice divine !

  4. Boutté says:

    Comme les autres moyens de contraception, l’avortement n’a nullement délivré la femme. Elle a par contre délivré l’homme de toute responsabilité dans la conception . Tout juste éprouve-t’il une jouissance furtive :  » Elle avait qu’à prendre sa pilule ! » . . . et disparait dans la nature, couvert par la loi inique .
    Qui donc a parlé de l’égalité des sexes ?

    • Maria R says:

      Commentaire au combien exact !!! Eh oui, le père, il n’est mentionné nulle part ! Ca n’existe pas ? Pas responsable ?

  5. Cyrano says:

    J’entendais ce matin à la radio le responsable d’une « association » qui se lamentait que beaucoup de jeunes filles copulent sans préservatifs notamment en cette période de vacances et donc de rencontres passagères.
    Elles auront bien entendu recours à l’IVG prônée par le planning familial en cas de grossesse!
    Mais il y a un non dit: Elles tueront une vie, soit, mais y laisseront peut être en contrepartie la leur si avec ces rapports non protégés elles sont contaminées par le SIDA… un début de justice en quelque sorte, et c’est très bien ainsi!

    • Cyrano says:

      @mcf68 (dont le post a été censuré) Réflexion bien digne de votre Micro Cerveau Fielleux, je ne me réjouis pas, mais considère l’équité devant une atrocité.
      En tout état de cause, si elles n’utilisent pas de préservatifs alors qu’elles connaissent parfaitement les risques, qui est blâmable? L’enfant à naître qui n’y est pour rien ou celles qui prennent un risque volontairement?
      Dura lex, Sed lex!

      • @ Cyrano
        Curieux aussi le langage employé. Copuler c’est pour les animaux. Nous nous faisons l’amour.Pour être tout à fait honnête il me semble que le garçon a aussi sa part de responsabilité. Préservatif pour lui, pilule pour elle. Les 2 doivent se protéger.

        • On y va says:

          @mcf (avant que son post ne soit censuré)
          Copuler : empr. au lat.class.: copulare
          « Lier , unir ensemble  » , spe en parlant de l’union charnelle
          Pour votre cul (ture) le verbe peut se décliner en se conjugant …
          Un devoir … parfois … aussi .

          • On fait l’amour avec des sentiments. la copulation c’est mécanique.

            • On y va says:

              Et le fruit de l’amour , on le pèle pour en faire une compote qui finit au compost …
              Votre façon de faire l’amour est tragique …pour le fruit de l’innocence .
              Vous copulez , c’est le terme stricto senso …
              Pas d’amour dans ces relations sexuelles …du sexe .

          • « Copuler : empr. au lat.class.: copulare »
            Il ne s’agit pas d’un emprunt, mais d’une « correction » (dite « savante ») de [s’ac]coupler < copulare.
            Dans les registres de naissances, mariages et morts du XVIIIe, qui étaient tenus par l’Église en latin, le verbe est très fréquent :
            copulavi N. et N. ‘je mariai […]
            copulati die X. ‘mariés le jour X’
            etc.

    • @Cyrano
      Si être catholique c’est ce réjouir de la mort de jeunes filles. Alors je suis content de pouvoir dire que je ne suis pas catholique.

      • MA Guillermont says:

        @mcf68( avant que son post ne soit censuré )
        Pouvez – vous développer afin de prouver que le post de Cyrano se réjouit de la mort des jeunes filles ???
        Vous haïssez le titre de catholique , vous ne trompez personne en cherchant délibérément des arguments pour le jeter en pâture …
        Vous êtes un ennemi acharné du bon , de bien , du vrai .

        • Est ce que vous savez lire ? « elles sont contaminées par le SIDA… un début de justice en quelque sorte, et c’est très bien ainsi! »
          Je gage que vous ne savez pas non plus que ce c’est de mourir de cette maladie. Croyez moi çà n’a rien de paisible. J’espère que vous n’y serez jamais confrontée.

  6. cadoudal says:

    triomphe de la décadence de la Mère Veil sur le le passé honni;

    les vieilles valeurs disaient : « tu ne tueras pas « , « tu ne participeras pas à des partouzes ».

    que ce soit la philosophie rationnelle aristotélicienne , ou l’ Évangile.

    depuis la révolution nihiliste nietzschéenne : « jouis sans entrave; tue le fruit de ta débauche »

    l’ avorteuse est un Surhomme qui fait ce qui lui plaît, sans rendre de compte à Dieu , à la cité, à son enfant qu’elle tue.

    le sabre de Mahomet va nettoyer tout çà dans les futurs Bataclans.

  7. flicflac says:

    @MCF68

    a) je peux l’entendre…
    b) ok (je n’ouvre pas la discussion sur la contraception, je vous signifie que dans votre logique je réagirais comme vous, c’est évident)
    c) ok (dois-je comprendre que, parce qu’il n’y a pas de séquelles définitives, cela justifierait un peu plus l’acte en lui-même?)

    MCF68, permettez-moi d’utiliser le système par point numéroté ou lettré encore une fois ; c’est pratique lorsque les arguments s’entremêlent. Peut-être pouvez-vous continuer aussi ?

    Merci de votre honnêteté lorsque vous dites que vous comprenez la logique catholique. Je dois avouer que j’apprécie cette attitude. D’autant que je comprends votre point de vue dans votre logique.

    Concernant les avortements clandestins…
    J’aimerais vous demander de bien vouloir considérer ce qui suit et de le « digérer » à votre aise, si vous me passez l’expression.

    1) « Pas de compassion du clergé ». Vous y allez un peu fort à mon sens. Mais je suis né en 79, je vous laisse le soin de m’éclairer sur ce point d’histoire.
    Par contre, est-ce vraiment tout le clergé ? Généralement, au sein de l’Eglise, je vous demande de me croire, il est parfois préférable de se taire car les médias auraient vite fait de transformer un signe de compassion pour un signe d’approbation. Je vous informe que beaucoup de personnes prient pour ces femmes, je n’ai aucun doute la dessus.
    2) Je perçois votre agacement face aux réactions de ceux qui devraient être les plus dignes représentants du Christ : nos prêtres, évêques,etc. Je ne peux que m’en indigner avec vous. Figurez-vous que j’ai beaucoup de mal avec les agissements de certains.
    3) -L’habit ne fait pas le moine-. Je n’ai pas besoin de vous expliquer. Par contre, je vous demande de bien vouloir considérer le principe pour lui même et non ce que les êtres humains en font ou la manière dont ils s’en servent. Il s’agit du principe énoncé dans mon premier message : un bien supérieur est toujours préférable à un bien inférieur ; la préservation de la vie est un bien hiérarchiquement supérieur.
    4) « Des pécheresses qui devaient être punies ». C’est souvent comme cela que l’on perçoit, à tort, les enseignements de l’Eglise. Je ne peux que vous certifier que l’Eglise condamne les actes et non les personnes. Le terme condamner est utilisé pour signifier une attitude contraire à ce qui est bien, soit une désobéissance contre Dieu : le péché. (je suis dans la logique catholique). Ainsi, l’Eglise énonce qu’elle n’est pas d’accord ; en fait, qu’elle ne donne pas sa bénédiction.
    Je prendrai une analogie qui vaut ce qu’elle vaut : vous interdisez à votre enfant de prendre un bonbon le soir pour préserver ses dents et vous lui expliquez en quoi c’est mal. Vous savez qu’elle connaît l’endroit des bonbons et vous lui laissez la liberté de ses actes ; car il est plus profitable qu’elle comprenne plutôt que de se révolter contre vous par une intransigeance mal proportionnée.
    Cependant, vous ne vous interdisez pas de lui répéter car vous visez le bien de votre fille, même si elle ne comprend pas tout de suite.
    Voilà la véritable mission de l’Eglise, transmettre ce qu’elle a reçu en héritage.
    De plus, l’état à la charge (dans la logique catholique) de préserver le bien, donc de ne pas émettre des lois qui ouvrent à pécher plus facilement.
    Ainsi, on mettra la boîte de bonbons en haut de l’armoire, plutôt que de la laisser sur la table.
    5) Volontairement je me répète ici, ne pas mêler les principes et ce que les gens en font. Sinon nous courons le risque de fermer la discussion car nous avancerons des éléments qui se placent sur des niveaux hiérarchiques différents ou plutôt des niveaux logiques différents.
    6) « Très peu de condamnations morales pour les médecins qui se sont fait tuer par des militants anti avortement. » Je pense que vous attendez toujours des condamnations ‘visibles’ mais l’Eglise condamne le meurtre d’office. Celui qui tue se trouve en état de péché mortel. Ils se mettent eux mêmes en dehors de l’Eglise par leurs agissements.
    7) « Il faut abroger la loi Veil. Pour que l’État ne soit plus complice. En gros qu’elles avortent à l’étranger on s’en fiche. Curieux on veut défendre la vie. Mais pas n’importe ou. »
    D’après la vision que je peux en avoir, vous vous servez d’une affirmation et vous la complétez par votre mode de compréhension. Mais si nous la complétions par le modèle catholique ce serait :
    Il faut abroger la loi Veil. Pour que l’État ne soit plus complice. Car nous sommes Français et que notre devoir de la nation est hiérarchiquement supérieur au devoir des autres peuples. Nous sommes, dans ce cas précis, prisonniers du temps et de la succession des événements. Il en va de même dans la hiérarchisation de nos actions. On dirait volontiers : une chose à la fois. Une foi la loi Veil abrogée, fonder des associations d’aide aux femmes ayant un enfant non désiré, leur donner la possibilité d’accoucher et de prendre en charge leur bébé, remboursement de tous les frais d’hospitalisation durant la grossesse, réinformation sur les relations intimes, …(saint Augustin dirait le commerce entre époux, j’aime bien cette manière chaste de parler).
    Etc, etc…
    Je vous en supplie, ne croyez pas que l’idée est d’imposer une idéologie sans être saisi de compassion et en restant les bras croisés sans ne rien mettre en place. Pouvez-vous me l’accorder ?

    ps : toutes ces femmes ont besoin de beaucoup d’affection pour supporter le poids de leur acte. Je n’ai jamais vu un catholique (pas celui qui porte le nom sans l’être) refuser sa charité à une femme ayant avorté. C’est même tout le contraire !
    ps2 : a) dans vos qques messages que j’ai pu lire en trainant sur les commentaires, j’aperçois plutôt une incompréhension générale de votre part concernant les actes de l’Eglise.
    b) l’Eglise est remplie de personnes humaines, fragiles et faibles, elles aussi !
    c) ne pas confondre, donc, les principes énoncés et leurs mauvaises applications et/ou compréhensions.
    d) se renseigner (mais vraiment !) sur les positions de l’Eglise avant de conclure. Cela permettra, à votre tour, de condamner les actes de certains ecclésiastiques sans rejeter nécessairement le principe. (on ne jette pas le bébé avec l’eau du bain 😉

    Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire.

    BàV

    ps3 : je viens de lire le commentaire d’Anastasia qui justifie l’abrogation de la loi Veil pour que l’Etat ne soit plus responsable. Pardonnez-lui cette parole mal venue et surtout assez fausse au regard de la charité. Votre réponse est piquante mais, pour le coup, pleine de bon sens face à un tel argument.
    Je préciserai, pour Anastasia, que selon toute la charité chrétienne, si nous voyons un état sombrer, c’est d’abord de notre propre faute. Il existe la communion des saints qui révèle la pleine co-responsabilité des hommes face au péché. À méditer longuement, il y a beaucoup de choses à dire la dessus.

    • @ flicflac

      1-Pour ma part je suis né en 70. Je vais vous donner quelques exemples :
      « L’avortement est plus grave que le viol d’enfants par des prêtres. » (Fabio Martínez Castilla) C’est un archevêque je crois.
      « Le viol est moins grave que l’avortement. » (Cardinal Giovanni Battista Re)
      Évidemment je ne vais pas condamner un ensemble pour les propos de quelques-uns. Mais je trouve que çà en dit long dans quelle haute estime certains dans la hiérarchie catholique tiennent les femmes.

      2-C’est tout à votre honneur. J’aime à avoir de l’estime pour mes « adversaires »

      3-Je ne suis pas un spécialiste en théologie. Ce qui va suivre est susceptible de contenir des erreurs. Si il y en a j’espère que vous voudrez bien les corriger.

      Comme je vous l’ai dit je comprends tout à fait la position des catholiques sur l’avortement. La vie est sacrée (Tu ne tueras point). La vie commence à la conception, interrompre cette vie c’est commettre un meurtre. Je synthétise mais globalement je pense que la réflexion est correcte.
      C’est un principe qui ne pas souffrir d’exception, toujours le « Tu ne tueras point » qui a l’avantage de la clarté. Comme il ne peut y avoir d’exceptions un catholique ne peut être pour la peine de mort, comme il ne peut y avoir d’exceptions en cas de viol, si elle tombe enceinte, elle ne peut pas avorter.
      Petite expérience de pensée , imaginons un accouchement qui se passe mal. Le médecin on va dire catholique, n’a que 3 choix.

      Il ne fait rien : La mère et l’enfant meurent
      Il sauve la mère mais doit sacrifier l’enfant
      Il sauve l’enfant mais doit sacrifier la mère

      L’enfant et la mère ont droit à la vie. Comme l’un n’est pas plus important que l’autre que doit t’il faire ? La situation me paraît de prime abord inextricable.

      5-D’accord avec vous.

      6-Vous êtes le premier à donner une position claire là-dessus. Je ne vous cache pas que d’autres ont clairement exprimés l’opinion que ces médecins n’avaient que ceux qu’ils méritaient.

      7-Concernant l’aide à apporter aux femmes en détresse je ne peux qu’être d’accord avec vous. Je l’ai déjà dit mais je vous sens réticent. Mais en tant que catholique je comprends votre réticence sur une meilleure information sur les moyens de contraception. Cela mériterait presque un autre débat. Il semble voir une faiblesse dans votre raisonnement. Parce que si au final il n’y pas de contrainte et qu’elles partent avorter à l’étranger parce qu’elles n’auront pas été convaincues quel est l’intérêt d’abroger la loi Veil ?
      J’ai eu l’occasion de l’écrire. Supprimer le délai de réflexion était une idiotie. La loi sur l’entrave à l’IVG en était une autre. On ne combat une idée avec la loi. On la combat avec d’autres idées Si possible meilleures.

      Pour finir J’aimerai souligner, chose rare sur ce forum l’extrême courtoisie de vos propos. Ainsi que leur intelligence. Mon commentaire sera censuré d’ici demain. J’espère que vous aurez le temps de lire. Et l’envie de poursuivre la discussion avec un homme qui n’est pas mauvais. N’en déplaise à certains. Et certaines.

      • On y va says:

        Expliquez aux lecteurs la signification du M du C du F dans le symbolisme gnostique …pour ma part je connais leur sens et leur double sens dans l’alphabet .
        Notre avenir et notre chemin ne sont pas dans la lecture des symboles du démon .

        • @ On y va.
          Vous me faîtes penser à un livre que j’ai lu il y a longtemps. C’était sur le secret des pyramides d’Égypte. Un savant disait qu’en multipliant la hauteur de la pyramide par son périmètre au carré on trouvait la distance terre-soleil. Ou quelque chose comme çà. Jusqu’à qu’un de ces collègues s’étonne qu’il n’est pas trouvé le poids moyen du poisson rouge adulte. A force de manipuler des chiffes ou des symboles on leur fait dire n’importe quoi.

          • On y va says:

            Vous seriez plus avisé de vous tourner vers Moïse qui a combattu les faux – dieux égyptiens et lutté contre les Mages égyptiens par la puissance de Yavhe..
            Toujours disposé à nous diriger ailleurs quand la demande est trop incisive .

            • Tellement incisive que c’est sans doute pour cela que c’est moi que l’on censure et pas vous.

              • On y va says:

                Cela est parfaitement normal , votre unique vocation est de nous induire en erreur utilisant tous les procédés pour tout contester .

      • flicflac says:

        Bonsoir MCF68,
        J’ai pu vous lire ! ouf ! 🙂

        1) notre vue est similaire. Mais si je ne dois tenir compte que de leurs propos (extrait de tout contexte !!!, ce qui est est impossible dans la relativité de la terre) je suis obligé de leur donner raison. Je dois avouer que je désapprouve de telles phrases et surtout à des personnes qui n’ont pas les connaissances suffisantes pour en comprendre la portée. De plus, cela donne l’impression (d’ailleurs c’est ce que vous ressentez) que l’on juge les personnes plus coupables que d’autres alors qu’en réalité, encore une fois, ce sont les actes qui sont condamnés et la gravité de ceux-ci qui sont ordonnés. Mais franchement, on a l’impression qu’ils justifient le viol des enfants par les prêtres car les femmes avortent.
        2) merci.
        3) Enfin quelqu’un qui réfléchit, ça fait du bien. Je complète votre histoire en mentionnant que le médecin n’a pas l’occasion de poser la question à une personne de la famille et que la maman a perdu connaissance ; comme cela, je pense, nous fermons toutes considérations nous éloignant de votre questionnement. J’espère que c’est bien comme cela que je devais vous lire.

        Voici ma réponse :

        a) considérant exactement les termes que vous utilisez, à savoir : « il doit SACRIFIER l’enfant ou il doit SACRIFIER la mère », il ne peut rien faire… En effet, il ne peut commettre de geste pour tuer

        b) cependant, j’ai une version qui me semble plus proche d’une possible réalité (en fait, cela a déjà existé). j’exclus donc que le médecin doive tuer sciemment pour sauver.

        Il ne fait rien : La mère et l’enfant meurent
        Il sauve la mère mais cela implique que l’enfant décède, ne supportant pas l’intervention.
        Il sauve l’enfant mais cela implique que la mère meure d’une hémorragie.

        Dans son cas, je n’hésite pas une seconde, je sauve l’enfant. Nous nous basons sur le principe de hiérarchie, à savoir : la vie du plus faible avant la vie du plus fort.

        c) maintenant, nous savons tous que cela dépend d’énormément de facteurs. Ainsi, le pauvre médecin qui se trompe en voulant sauver la mère est-il coupable ? S’il l’a fait en se mettant face à Dieu en plus ?
        Vous savez, dans notre foi, plus nous sommes convertis et plus nous auront les réponses sur ce qu’il convient de faire au moment de le faire. Voilà ce que nous croyons. Ainsi, à un certain moment, il est bon même pour nous catholiques de faire profil bas, de remettre tout cela dans les mains du bon Dieu, car nous avons nos limites à la compréhension de la Divinité.

        d) j’aimerais encore attirer votre attention sur un point en particulier que vous ne devez pas perdre de vue si vous voulez comprendre la « logique catholique ». Nous sommes de passage sur terre afin de nous permettre d’accéder à la vie éternelle…

        5) ok

        6) Nous sommes tous malades. Ces médecins méritaient que l’on prie pour eux afin d’obtenir leurs conversions. (La suite n’est pas spécialement pour vous ) Ceux qui soutiennent ce que vous m’écrivez oublient sans doute les révélations de notre Dame de Fatima : « beaucoup de personnes sont damnées car peu de personnes prient pour elles ». Cela en dit long sur la co-responsabilité des hommes face au péché. À méditer.

        7) Je vous cite : « Mais en tant que catholique je comprends votre réticence sur une meilleure information sur les moyens de contraception.  »

        Effectivement, vous avez pris en compte ma vue catholique sur les moyens de contraception (je ne peux y adhérer) ; et cela soulève effectivement un autre débat.

        Je vous cite :  » Il semble voir une faiblesse dans votre raisonnement. Parce que si au final il n’y pas de contrainte et qu’elles partent avorter à l’étranger parce qu’elles n’auront pas été convaincues quel est l’intérêt d’abroger la loi Veil ? »

        Abroger la loi Veil, c’est -mettre la boîte de bonbon inaccessible pour le bien de sa fille- (cf mon analogie précédente -la contrainte existe bel et bien mais elle n’est pas et ne sera d’ailleurs jamais absolue-. Je pense que c’est peut-être là où je n’ai pas été assez clair).
        Vous savez, je vais essayer de développer autrement mais toujours dans ma vue catholique, il me semble important de vous le répéter car, sans cela, vous nagerez dans une incompréhension presque haineuse, peut-être, de mes propos.
        Nous savons que les femmes qui avortent font quelque chose de mal et donc qu’elles se font du mal, car elles se coupent de la grâce de Dieu. Donc, nous les savons en état de péché mortel, et donc de mort spirituelle et donc, dans l’absolu, vouées à l’enfer. C’est quelque chose qui pour un catholique génère une souffrance dans le coeur assez palpable et parfois très intense car il est impossible de voire perdre des âmes comme ça sans le moindre mouvement de compassion. En clair, on souffre avec elles de la conséquence de leur choix (je vous demande de me croire). Ainsi, la tendance serait d’empêcher au maximum qu’elles puissent avoir ce choix mais dans le seul but ultime de leur bien à elles.

        Je prends une analogie.

        Je vois qu’un enfant lâche la main de sa maman et traverse la route. Une voiture arrive. Il est en danger. Je saute sur lui pour le retirer en arrière pour le sauver.

        Voilà ce que nous catholiques nous voyons : le danger de la mort spirituelle. Abroger la loi Veil, c’est le retirer en arrière pour le sauver.

        (nb : nous croyons fermement qu’elles peuvent retrouver leur état de grâce, je voulais vous le signifier. Rien n’est jamais perdu pour aucune âme tant qu’elle ne s’est pas présentée à Dieu. C’est pour ça que l’on prie pour les médecins avorteurs, pour les violeurs, pour les voleurs,… en fait, pour les pécheurs car nous voyons ce qu’ils peuvent devenir, bien plus que ce qu’ils sont. Si vous saviez d’où je viens, je vous assure que je ne permettrai jamais que l’on me dise « bien fait pour un tel ». C’est vraiment très mauvais pour le coeur d’un homme de penser cela. Les catholiques se souviendront de l’histoire de la conversion du bon larron, canonisé par le Christ lui-même du haut de la croix. Ils se souviendront également de la phrase du Christ en Marc 2,17 : Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. À méditer.)

        N’hésitez pas si je ne suis pas assez complet dans mon raisonnement.

        Au plaisir de vous lire.

        BàV

        • @flicflac
          Je vais reprendre votre argument : La vie du plus faible avant la vie du plus fort. De mon point de vue vous ne pouvez pas utiliser cette argument. Le droit à la vie est égal pour tous. Si vous décidez que l’un est plus important que l’autre vous introduisez une exception au droit là la vie. Notez que si vous aviez choisi la mère ce serait la même chose. Tu ne tueras point ne souffre pas d’exceptions. C’est là la plus grande faiblesse des opposants à l’avortement. Qui sont t’ils pour décider ? Un peu comme dans « Animal Farm » de Georges Orwell nous avons tous droit à la vie. Mais certains plus que d’autres.
          En fait paradoxalement vous avez donné la bonne réponse. C’est exactement ce qui a été prévu sur le plan juridique lors de la préparation de la loi en 1974. L’IVG n’est ni un moyen de contraception, ni un droit à l’avortement, mais une exception au principe du respect de la vie Basé sur le principe que si un être a le droit de vivre alors causer directement sa mort quand on peut l’éviter n’est pas immoral.
          Être catholique n’exclut évidemment pas de vivre dans le monde réel. Je ne sais pas si a démonstration que l’avortement n’est pas un meurtre vous a convaincu. Mais elle a convaincu plus de 95 % des pays du monde.
          J’aimerai qu’il y ait moins d’avortements. Pour moi le moyen d’ y parvenir serait de développer beaucoup plus les moyens de contraceptions. Bien que je le comprenne, je regrette que vous ne souteniez pas cette démarche. Parce votre solution, l’abrogation de la loi (je ne pense pas que je la verrai de mon vivant (voir le score électoral de Civitas aux dernières législatives)) n’aura jamais lieu. Et que rien ne les empêchera d’aller avorter ailleurs.
          Que faire en attendant ? Pour vous peut être beaucoup prier. Pour moi agir. Ce que je fais à mon humble niveau en soutenant les séances du Planning Familial sur mes méthodes de contraception. En militant auprès de mes collègues de collège pour améliore les cours sur l’éducation sexuelle. Je suis intimement persuadé que la connaissance nous libère. Et qu’avoir des garçons et des filles responsables est encore le meilleur moyen d’éviter le drame de l’avortement en leur permettant de pratiquer une sexualité responsable.

          • flicflac says:

            @mcf68

            c’est dommage, vous avez oublié que je parlais en logique catholique.

            Je n’ai pas utilisé mes arguments pour vous convaincre mais pour vous faire comprendre notre logique. Cela aurait pu être intéressant pour vous comme pour moi.

            Vous m’avez posé un cas particulier de conscience ; celui du médecin se trouvant dans une situation délicate. Dans votre réponse vous confrontez 2 niveaux hiérarchiques différents ; c’est impossible du point de vue logico-formel.

            Ainsi, le principe supérieur est celui-ci :
            préserver et protéger la vie.

            L’inférieur est celui-ci :
            la vie du plus faible avant celle du plus fort

            Je suis déçu de vous voir utiliser le principe inférieur comme si je vous l’avais énoncé comme supérieur.
            Ainsi, dans le cas que vous m’aviez posé, il était impossible de trouver la solution en ne regardant que le principe supérieur. Il fallait regarder le niveau inférieur.
            Les deux principes gardent l’ordre hiérarchique que je vous ai énoncé.

            Je vous cite : « Je vais reprendre votre argument : La vie du plus faible avant la vie du plus fort. De mon point de vue vous ne pouvez pas utiliser cette argument. Le droit à la vie est égal pour tous. »

            C’est dans cette affirmation que vous sous-entendez que -soit je mets les deux principe à un niveau identique ou – soit je mets le principe de ‘la vie du plus faible avant la vie du plus fort’ comme supérieur au ‘droit à la vie’.

            Je vous cite : « Tu ne tueras pas ne souffre pas d’exceptions’.

            Mais je suis d’accord avec vous, entièrement. Mais le médecin ne tue pas sciemment… Je ne vais pas réécrire le récit. Il a l’occasion de sauver une vie et quoiqu’il arrive, l’autre mourra ; non parce que le médecin a choisit sa mort mais parce qu’il a choisi au moins une vie ( et c’est la que nous devons interroger le deuxième principe)

            Je ne réponds pas sur la suite car vous vous basez sur un début erroné en considérant des propos que je n’ai pas tenu, me semble-t-il. Je laisse ma faible maîtrise du langage comme responsable de votre mauvaise compréhension. J’en suis navré.

            Je dois dire que la suite de votre réponse m’est assez illisible car beaucoup de choses sont mises sur le tapis en quelques lignes.

            Néanmoins, je vous cite encore une fois pour essayer de bien me faire comprendre : « L’IVG n’est ni un moyen de contraception, ni un droit à l’avortement, mais une exception au principe du respect de la vie Basé sur le principe que si un être a le droit de vivre alors causer directement sa mort quand on peut l’éviter n’est pas immoral. »

            Ici également, vous supposez que le principe inférieur se place au même niveau que le supérieur. Vous interférez notre histoire du médecin où il est OBLIGÉ de se référer au principe inférieur alors que dans le cas de l’avortement, le problème ne se pose pas car seul le principe supérieur est déjà suffisant pour y répondre.

            Vous pourriez me répondre également que l’embryon n’est pas une vie humaine, mais pour un catholique, justement la vie humaine commence dès la conception. Vous voyez, c’est pour cela que j’insiste sur la  »logique catholique » afin que vous compreniez vraiment le sens de nos propos. Sinon, cet échange n’a pas lieu d’être. Si c’est pour se taper dessus ou pour essayer à tout prix de ramener l’autre à ses idées, je ne vois pas l’intérêt. Par contre, si c’est pour ramener la paix et la décence du langage entre les différents intervenants car nous essayons chacun de comprendre l’autre et surtout, de le respecter, cela revêt une toute autre couleur.

            J’espère ne pas vous avoir pris votre temps « pour rien », du moins j’espère que vous n’en aurez pas le sentiment.

            BàV

          • Le Sommelier says:

            @ MCF68, Maître Cagueur Fientifique, il n’ y a que des vivants morts en esprit pour prétendre qu’ avortement n’ est pas meurtre .

      • point 3: vous oubliez un cas: le médecin sauve la mère et l’enfant.

        • flicflac says:

          Bonsoir toto,

          vous avez raison mais c’est volontaire.

          Si j’ai bien compris mcf68, son questionnement porte sur des situations à l’apparence inextricable quant au choix moral à poser dans certains cas.
          Dans le cas où les deux sont sauvés, aucun choix moral ne se pose.

          BàV

  8. MA Guillermont says:

    L’avortement est le plus grand péché devant Dieu après le péché contre l’Esprit-Saint .
    Le tout-petit est sacrifié sur l’autel de la jouissance , il est l’innocent immolé par les turpitudes des humain(e)s , martyrisé et jeté comme un déchet .
    Le viol est un crime mais de niveau inférieur puisque la femme est violentes mais conserve la vie (malheureusement pas toujours).

    Le Credo de Nicée-Constantinople affirme :

    Je crois en Dieu , le Père Tout-Puissant …

    Jésus Christ , le Fils unique de Dieu , …

    Il est Dieu , né de Dieu , …
    Engendré , non pas créé , de même nature que le Père ; et par Lui tout a été fait.
    Pour nous les hommes et pour notre salut , il descendit du Ciel
    Par l’Esprit-Saint a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme …

    Jésus a pris la condition humaine en prenant forme humaine dans le sein de la Vierge Marie .
    Il est passé par tous les stades du développement humain et sa naissance a donné lieu à la plus grande atrocité de tous les temps , le Massacre des saints Innocents par Hérode qui connaissait la prophétie .
    Nous sommes dans l’accomplissement d’un temps similaire où l’avortement légalisé par les Hérodien(ne)s de notre temps de la fin connaissant les prophéties du Livre de Daniel et de l’Apocalypse de St Jean est le plus grand génocide de tous les temps .
    Il envoie sur les Nations le plus grand châtiment jamais connu à ce jour , Notre Dame de Guadalupe est la messagère la plus fidèle du trésor que porte la femme en devenant écrin de l’enfant à naître .

  9. MA Guillermont says:

    Votre plan est pourri …
    A vous la stratégie de l’échec. ..
    A nous la stratégie de la poussette …

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com