« Qui veut tuer son chien dit qu’il a la rage », selon l’adage populaire. Donc, qui veut tuer les billets dit qu’ils sont dissimulés. C’est l’avis du ministre du budget, Michel Sapin: «Je le dis du point de vue français parce que je le vois en France, le billet de 500 euros est plus utilisé pour dissimuler que pour acheter» a-t-il déclaré à l’AFP.

Et les sommes phénoménales qui partent en fumée chaque année au nom des intérêts payés par la France aux banksters, celles-là n’inquiètent pas Michel Sapin, n’est-ce pas ? Pourtant il n’y a pas de plus grand hold-up sur les finances publiques, comme nous le verrons!

La dissimulation, que voilà un bon prétexte pour supprimer la liberté de disposer de son argent en toute liberté, hors des circuits bankstéristes! Décidément les attaques terroristes islamistes sont du pain béni pour les oligarques. On irait jusqu’à se demander s’ils ne les arrangent pas? Car si l’existence des billets est remise en cause s’est au nom de la dissimulation fiscale mais aussi, évidemment, au nom de la lutte contre le terrorisme. On commencera par les billets de 500 euros, puis on passera au porte-monnaie électronique dissimulé dans le téléphone mobile. Le téléphone mobile n’est-il pas appelé à devenir le tout-en-un rêvé de Big brother en attendant qu’il ne soit greffé directement dans votre cerveau? 

On nous dit que l’opinion plongée dans la peur par les attaques islamistes parisiennes, accepte avec joie l’Etat d’urgence qui restreint les libertés et fait emprisonner un général de corps d’armée, interdire les  manifestations contre l’invasion ou supprimer le sapin de Noël de Notre-Dame de Paris, trop emblématique. Bref un Etat d’urgence qui sert l’idéologie mondialiste au pouvoir, bien plus qu’il ne garantit contre l’islamisme alors que les immigrés continuent de rentrer en flot continu dans une Union européenne ouverte aux musulmans, sous prétexte de refuge.

Depuis 2007, l’UE -la France en particulier- ne cesse de renflouer les banques qui ont incité les politiciens grecs à leur emprunter. Des devises qui passent directement des contribuables de l’Union dans les coffres des banksters, sans passer par la case de la Grèce. Prenant pour préjugé que les banques ne doivent pas faire faillite (au nom de quoi?), une loi est passée à Bruxelles exigeant que les pays membres de l’Union avalisent la saisie des dépôts bancaires des particuliers pour renflouer leurs éventuelles banques déficientes, prétextant qu’ainsi les contribuables seraient exonérés dudit renflouement. Comme si les les déposants n’étaient pas aussi des contribuables! Nous avions évoqué  L’ordonnance qui est passée en France où désormais, une banque pour se renflouer pourra ponctionner les comptes de ses clients.

Mais cette atteinte inouïe au droit de propriété des déposants n’est qu’une étape vers le totalitarisme des banquiers. Depuis quelques années ceux-ci et leurs courroies de transmission médiatiques et politiques ne cessent d’évoquer la suppression de la monnaie fiduciaire.

Au départ l’État gérait lui-même ses finances et sa planche à billet au gré de ses intérêts. Puis ce droit régalien (ou souverain) a été transféré aux banques par la Loi de janvier 1973 sur la Banque de France. Cette loi est le fruit des efforts du président Pompidou, du ministre des finances Giscard d’Estaing et du banquier Rothchild…

Dans la loi portant sur la réforme des statuts de la banque de France, nous trouvons en particulier cet article 25 très court, qui bloque toute possibilité d’avance au Trésor :

« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France. » (…)

Autrement dit : auparavant, l’État français avait le droit de battre monnaie, et avec cette nouvelle loi, il perd ce droit qui est du même coup légué aux banques privées, qui en profitent pour s’enrichir aux dépends de l’État en lui prêtant avec intérêt l’argent dont il a besoin.

Cette décision correspond à une privatisation de l’argent et ramène la nation au même rang que n’importe lequel de ses citoyens. (…)

La dette à fin 1979 était de 239 milliards d’euros (*), déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s’établit à 1327 milliards d’euros ! Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros et nous avons payé 1306 milliards d’euros d’intérêts.

1327 – 1306 = 21 Milliards d’Euros ! : Si nous avions pu créer notre monnaie — faire exactement ce qu’ont le droit de faire les banques privées —, la dette publique serait quasiment inexistante aujourd’hui. (Source)

Evolution de la dette

On comprend aisément où cela peut conduire lorsque les politiciens sont liés d’une manière ou d’une autre aux banques, comme ce fut le cas de Pompidou, et tout le profit que les banques peuvent tirer de politiciens dévoués à leurs affaires. Il suffit dans ce cas de multiplier les emprunts pour grossir les intérêts versés aux banques, qui pourraient ristourner une infime partie de leurs gains à ceux qui ont signé les emprunts, ou bien d’intéresser un oligarque au capital de la banque etc..

Mais honi soit qui mal y pense! Comment ai-je pu formuler des idées aussi tordues qui jamais ne viendraient à aucun politicien ni aucun banquier! Pourtant il arrive assez couramment, par hasard sans doute, que les banques placent leurs hommes directement à la tête d’États comme ce fut le cas récemment pour la Grèce ou l’Italie et ainsi que c’est toujours le cas pour la Banque Centrale Européenne. 

L’histoire pourrait combler toutes les attentes des adeptes des théories du complot. Où est le pouvoir mondial ? La réponse tient dans un seul nom et lieu : au siège de la banque d’affaire Goldman Sachs. La banque étasunienne a réussi un exploit peu fréquent dans l’histoire politique mondiale : placer ses hommes à la tête de deux gouvernements européens et de la banque qui régit les destins des économies politiques de l’Union Européenne. Mario Draghi, l’actuel président de la Banque Centrale Européenne ; Mario Monti, le président du Conseil Italien qui a remplacé Silvio Berlusconi ; Lucas Papademos, le nouveau Premier ministre grec, tous appartiennent à la galaxie Goldman Sachs. (Source)

Et devinez qui est à la manœuvre pour la suppression du billet de 500 euros ? La BCE avec à sa tête Mario Draghi! Bien qu’il ait affirmé que « Cela n’a rien à voir avec une réduction de la liquidité. » Ah vraiment ? Mais alors pourquoi vouloir également imposer encore des plafonds aux règlements en liquide? Alors qu’en France ces plafonds ne cessent de s’effondrer sur nos libertés? 

En France les paiements en espèces à des commerçants sont limités à 1000 euros depuis 2015, tandis qu’entre particuliers ces paiements ne sont soumis, pour le moment, à aucune limite.

La monnaie en circulation dans la zone euro a dépassé les mille milliards d’euros l’an passé dans la zone euro, dont près de 30% thésaurisés sous la forme de billets de 500 euros, reflet d’une inquiétude quant à la stabilité des banques doublée d’un sentiment d’exaspération face à des taux d’intérêt dérisoires. (Source)

Si les billets de 500 euros étaient supprimés, ceux qui les détiennent seraient forcés de les porter à la banque ne serait-ce que pour les faire remplacer…

Mais revenons aux lois qui privatisent les finances publiques, car la loi de janvier 1973 sur la Banque de France  ne faisait qu’annoncer celle contenue dans le Traité de Maastricht en son article 104. Loi réitérée et confirmée à l’article 123 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

Des lois qui font de l’économie européenne une jungle dans laquelle les banquiers sont rois:

Article 123 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne:

1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. (…)

Si les banksters réussissent à imposer la suppression de la monnaie fiduciaire, plus personne ne pourra s’acheter une baguette de pain sans que Big brother ne sache où quand et comment et d’où provient l’argent du prix d’achat de la baguette. Plus fort, imaginons le despotisme illimité des banksters mondialistes lorsqu’ils leur prendra l’envie de bloquer un ou une série de comptes, alors que l’argent liquide aura été supprimé et qu’il n’existera aucune autre alternative pour régler ne serait-ce, que son pain. 

Ainsi si les espèces sonnantes et trébuchantes étaient supprimées, la ponction des comptes bancaires ne connaîtrait plus aucune parade, puisqu’il serait impossible de les prévenir en retirant ses avoirs, ou en les transformant en valeurs refuges physiques, par exemple.

Mais, me dira-t-on, il ne s’agit que des billets de 500 euros! Evidemment, mais les prétextes invoqués pour supprimer ce billet, ne peuvent que rendre perplexe quand on remet ce fait dans le contexte des lois depuis celle de 1973 avec leurs flots de restrictions de liberté qui s’accroissent d’autant de moyens de surveillance, d’interdits et d’obligations, alors que dans le même temps la volonté populaire est de plus en plus méprisée. Car il ne s’agit pas de supprimer le billet de 500 euros actuel pour le remplacer par un autre afin de lutter contre la fausse monnaie, mais de le supprimer tout simplement avec les commodités d’épargne qu’il permet dans un minimum de place…

La dématérialisation de l’argent est une idée mondialiste qui fait son chemin depuis les USA, en passant par la Suède, l’Allemagne, la France, le Danemark, etc. Ce genre d’idées mondialistes est à ranger avec  le « mariage » homosexuel ou le gender ou les lois sur les discriminations à géométrie variable, qui sont destinées à se répandre sans limite pour l’esclavage de l’humanité. A moins d’une véritable réaction populaire. Mais comme les choses avancent en douceur sans révéler leur véritable objectif, les gens ne se méfient pas.

La monnaie électronique interdira toute dissidence, tout commerce libre.  C’est la marque de la bête annoncée dans l’Apocalypse de Saint-Jean:

16 Elle fit qu’à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front,
17 et que nul ne pût acheter ou vendre, s’il n’avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom.

Certes, il restera le troc… et peut-être serait-il sain d’en revenir là!

emiliedefresne@medias-presse.info

Lire aussi: 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

11 commentaires

  1. Rémi de Völn says:

    Excellente analyse de Mme Emilie Defresne, tout est dit.
    Il nous faut donc absolument prévoir la résistance aux banksters et à leurs complices politiques: être le plus autonome et le plus résilient possible.
    1/ S’installer à la campagne, grande maison, potager, poulailler, réseau d’amis, artisans, agriculteurs, … avec lesquels on puisse troquer les biens et services;
    2 / Transformer notre épargne fiducière en biens tangibles: maison, terrains, machines, métaux précieux (essentiellement pièces d’or et d’argent, facilement négotiables);
    3 / et, malheureusement, mais Calais est là pour nous instruire, préparer notre défense personnelle et familiale: les soit-disant « forces de l’ordre » ne feront rien pour défendre nos biens, nos femmes, nos filles, …

    • Chouanne says:

      Il faut en effet se préparer dés maintenant pour être complètement prêt si c’est nécessaire. En attendant cela est bon pour la santé, l’épargne et l’amitié. 🙂

    • Jean Monnaie says:

      Il leur faut encore quelques années pour que cela soit au point, le temps que leur antichrist arrive en fait.
      Sur le 1/, leur but est aussi de faire en sorte que plus personne ne puisse être propriétaire en pratique. Ils ne pouvaient pas y aller franchement lors de la DDH en 1789 mais maintenant ils sont en train de faire en sorte que le monde entier se retrouve comme étant une population déplacée.
      Sur le 2/, il faut pas oublier que les Nazis ont fait la chasse aux propriétaires de métaux durant la 2ème GM et qu’ils sont de plus en plus tracés puisqu’on ne peut plus les acheter sans donner son identité, au moins en France.
      Et sur le 3/, leur but est aussi de désarmer toutes les populations et tous les pays (comme la France qui dépend pour certaines munitions désormais des Etats-Unis) car leur but est d’empêcher que les civils puissent se défendre et surtout s’opposer au régime dictatorial qu’ils souhaitent mettre en place. Ils veulent une force de police mondiale. Pour ceux que ça intéresse : http://www.catolicosalerta.com.ar/iglesia-conciliar/gobierno-mundial-documento-vaticano.pdf

  2. En effet , nous sommes proches de ce que décrit l’Apocalypse concernant les temps derniers .

  3. et les valises pleines de billets reçues par nos hommes politiques de tout bords, tu les contrôles comment Sapin…???

  4. Théophile says:

    Très bon article,c’est exactement ce qui se prépare:l’esclavage de l’antichrist…Temps terrible,mais le Christ le terrassera au bout de 3ans et demi ,de son règne,et il sera précipité au fond de l’enfer!

  5. Voyons les choses surnaturellement, comme le saint Curé d’Ars, qui disait qu’il « connaissait deux moyens de devenir pauvre, c’était de travailler le dimanche et de posséder le bien d’autrui. »
    Et en revanche, il avait répondu à quelqu’un qui lui demandait son « secret pour avoir de l’argent » : « Mon secret est de tout donner; donnez tout et vous aurez de l’argent! ». Sur quoi l’autre avait répondu : « Je ne me fie guère »…

    Mais on ne peut servir Dieu et l’argent. Donc, Dieu nous donne l’occasion de sauver nos âmes!

    • C’est juste, il faut toujours avoir un regard chrétien sur les choses et sur l’argent. Mais tandis qu’un prêtre ou un organisme militant peut compter sur le soutien financier de ses fidèles, un père de famille doit gérer ses biens « en bon père de famille » selon la formule consacrée, parce qu’il ne peut pas faire appel à des fidèles, à la rigueur à sa famille et à ses amis, mais au bout de la chaine, tant du côté des fidèles que du côté des amis, il faut quand même des gens qui ont su gérer leurs ressources, en bons chrétien naturellement, mais concrètement néanmoins.

      D’autre part « tout donner » ce n’est pas « tout perdre » au profit des banquiers ou autres exploiteurs.

      Un regard surnaturel n’est pas un regard de rêveur coupé des réalités. Le saint curé d’Ars était logé et nourri, quoique pauvrement selon sa volonté, et il n’avait pas la responsabilité d’une famille à élever.

      • J’ajoute qu’à l’époque du curé d’Ars, les finances étaient ancrées sur l’étalon-or. En gros de 1814 à 1914, la valeur de la monnaie n’a pratiquement pas variée. la monnaie était en or et en argent et valait son poids de métal…

        Nous sommes dans des époques qui n’ont plus rien en commun. Nous sommes cul par-dessus tête en comparaison.

  6. Jean Monnaie says:

    Comme toujours, dans ce genre de cas, ils font tourner la machine médiatique à tout crin et c’est pas seulement le billet de 500 euros mais aussi celui de 100 dollars : http://time.com/money/4226174/kill-100-dollar-bill-500-euro-phase-out/

    C’est comme le mariage pour tous (hier en France, aujourd’hui en Italie), progressivement tous les pays passent les mêmes lois, le même travail d’accompagnement du public est fait pour que tous acceptent et à la même période. Ce qui signifie que l’oligarchie maçonnique contrôle très bien l’ensemble des pays où ils font passer les mêmes lois, et que donc certains qu’on ne croirait pas soumis le sont en réalité probablement, comme l’Equateur par exemple.

  7. François says:

    C’est bien cela: la simultanéité des changements, tous dans le même sens, obéissant à un même mot d’ordre.
    Et aussi la progression simultanée de ces changements dans les différents pays.

    C’est comme un jeu de dominos. Il suffit d’imposer un changement dans un pays pour qu’ensuite en chœur les médias justifie d’en faire autant dans un autre pays, du fait que cela s’est déjà fait dans le pays voisin…

    La terre se rétrécie, mais pas pour tout le monde de la même façon.

    Il y a la classe des oligarques hors-sol, toujours en l’air d’un jet privé à l’autre, qui imposent leurs diktats, et les autres qui se croient obligés de parcourir le monde en voyages organisés et à crédit, pour avoir l’air à la page… Pendant qu’ils prennent l’air intelligent ils ne réfléchissent pas et ne s’organisent pas pour résister aux diktats de ceux qu’ils croient imiter.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com