Des petits Calais, jungles sauvages, amas de détritus, conditions de vie innommables, il y en a dispersés sur tout le territoire européen par l’incurie des bobos socialisants mondialistes qui nous gouvernent. Tension, chaos, sont le lot des villes et campagnes envahies.

A Rome, hier, une vingtaine de jeunes migrants Africains a été expulsé de trois immeubles par les forces de l’ordre. Avec fracas  ! Ces clandestins, totalement en infraction, jeunes et forts, se sont rebellés, se sont couchés par terre et ont bloqué l’avenue Tiburtina, un axe important de la capitale italienne ce qui a généré d’immenses bouchons. Les 20 manifestants ont été identifiés, tandis que 50 autres restaient devant leur squat en refusant de bouger.

Les agents ont essayé de calmer les Africains mais cela n’a pas été facile. Les coups ont fusé. Le dirigeant du service d’ordre a eu le nez cassé ! Une enquête est entrain de déterminer qui est le coupable. Un autre de ces « hôtes » arrivés en Europe sans qu’on les invite, a été arrêté après qu’il a lancé un chariot de courses contre une voiture de la police, tandis qu’un Nigérian de 28 ans a été dénoncé pour menaces et résistance aux forces de l’ordre.

Ces petits Calais, il y en a à la pelle en Europe. La question essentielle est de savoir : quand ils sont expulsés, ces migrants pour la plupart jeunes et bien portant, où vont-ils ?

Certains disparaissent dans la nature. D’autres déplacent leur camps quelques mètres plus loin ou sont relogés sur tout le territoire italien comme la France veut le faire avec ses clandestins de Calais. La seule solution trouvée par les politiciens aux commandes, c’est de déplacer le problème et les noirs problèmes comme des petits pions sur un échiquier fermé. Sans régler aucun des problèmes ! Pour ne pas changer ce sont l’incurie, le laisser-aller, l’imprévoyance et l’imprudence qui caractérisent le mieux ces politiques migratoires funestes et désastreuses qui durent depuis des décennies. Avec l’explosion sociale au bout !

Francesca de Villasmundo

http://roma.corriere.it/notizie/cronaca/16_settembre_27/immigrati-bloccano-via-tiburtina-lo-sgombero-centro-abusivo-013c12ae-848b-11e6-b7a9-74dcfa8f2989.shtml

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. sabinaki says:

    Que du beau monde !
    Ce n’est pas de la charité d’accueillir ces clandestins, c’est du suicide.
    Il faut avoir du bon sens !
    Quand les français ouvriront-ils les yeux .. avant qu’il ne soit trop tard ?
    Que ceux qui nous accusent de manquer à l’hospitalité commencent par en prendre un ou deux chez eux ils pourront ensuite nous faire la leçon.
    Je viens de lire « La bataille de Lépante » de L. de Wohl, qui eut lieu en 1571 sous St Pie V ; c’était autre chose ! Et St Pie V ne confondait pas « charité » avec « connerie »…

    • Bien vu! le loup est déjà dans la bergerie! le devoir d’hospitalité a des limites …il ne faut pas confondre charité avec grand remplacement

      -C’est avec une sainte colère que nous réclamons à la tête de la France des dirigeants qui, comme naguère à Poitiers, allient force et détermination pour stopper une invasion meurtrière.
      – C’est avec une sainte colère que nous réclamons dans nos églises et nos évêchés un clergé qui, comme autrefois à Lépante, forme une armée priante aux côtés de l’armée combattante avec la volonté commune d’empêcher l’invasion.

      “L’amour surnaturel de l’Eglise et l’amour naturel de la patrie procèdent du même et éternel principe. Tous les deux ont Dieu pour auteur et pour cause première, d’où il suit qu’il ne saurait y avoir entre les devoirs qu’ils imposent de répugnance ou de contradiction.” (Léon XIII, Encyclique Sapientiae Christianae

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com