C’est certainement l’image parfaite du Christ ! Après deux années de travail, l’université et l’Agence hospitalière de Padoue, en Italie, ont réalisé ce qui est actuellement le modèle physique tridimensionnel le plus scientifiquement fidèle de l’image imprimée sur le linceul de Turin.

Le professeur et coordinateur du projet, Giulio Fanti, du département d’Ingénierie industrielle de l’université de Padoue, dans une vidéo de présentation, expose les résultats de l’étude : la statue de 180 cm, réalisée en plâtre par le sculpteur Sergio Rodella, offre l’image d’un homme à l’aspect noble et majestueux, avec un physique long mais robuste.

« La reconstruction tridimensionnelle, explique le professeur, a permis de reconstruire la position du cadavre. Ce dernier n’était pas couché sur le dos, mais à cause de la rigidité cadavérique, il maintenait le buste penché, la tête inclinée vers l’avant et les genoux pliés. La luxation des épaules, déjà étayée depuis longtemps, explique comment il a été possible de réunir, sans les lier, les bras du cadavre afin de couvrir le pubis. »

Les recherches du professeur Giulio Fanti concluent aussi que l’homme du linceul fut durement torturé et que personne au Moyen-Age n’aurait été capable de reproduire une telle image : ce phénomène d’empreinte indélébile est due, souligne-t-il, à une irradiation liée aux champs électriques. Par ailleurs les évidentes distorsions de l’image du linceul ne sont cohérentes, explique-t-il, qu’avec l’enveloppement d’un corps humain, ce qui a été expérimenté avec la réalisation du corps tridimensionnel.

Le professeur Fanti a aussi effectué des datations alternatives par rapport à la datation au carbone 14. Les résultats mécaniques et chimiques, de comparaison avec des fibres de tissus de lins anciens de différentes époques,

« nous ont conduits à dater le Saint-Suaire dans un intervalle de temps de 250 années autour du Ier siècle. Il y aussi une datation numismatique très importante. Les premières frappes de certaines monnaies byzantines du VII siècle ap. J.C. rapportent des détails clairement inspirés de l’image du linceul, (qui à l’époque devait être plus visible), comme, par exemple, les cheveux du Christ plus longs à gauche et la tuméfaction de la joue droite. Les probabilité que ces coïncidences ainsi que d’autres dans l’effigie du Christ soient dues au hasard sont de 7 sur un milliard de milliards. Ces monnaies démontrent donc que le Linceul existait et était déjà vénéré dans les premiers siècles après le Christ. »

La statue de l’image du linceul présentée par le professeur Fanti a été obtenue en utilisant de nouvelles techniques innovantes également par ordinateur, sur la base de mensurations scientifiquement relevées sur le Saint-Suaire, à plus de 90 %.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

Un commentaire

  1. Soupape says:

    Je n’avais pas besoin du Linceul pour croire …

    Mais cette reconstitution … inimaginable il y a un siècle … (en 1918 !)
    guidera certainement ceux qui ont le cœur pur,
    c’est à dire le cœur ouvert à la Vérité … et donc à l’action de l’Esprit de Dieu en nous

    Car les cœurs purs verront Dieu … (6ème béatitude)

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com