Les vérités cachées, les secrets et les peurs du pape Luciani, les négociations jamais révélées sur le cas Emanuela Orlandi, les documents réservés sur l’IOR (l’Institut pour les œuvres de religion, la banque du Vatican), les comptes-courants de papes, cardinaux, acteurs fameux et politiciens, la vérité sur la démission de Ratzinger, la bataille souterraine contre les réformes de François, les abus sexuels parmi les enfants de chœur du pape qui vivent au Vatican, la puissance sans mesure du lobby gay : Peccato originale (Péché originel), le dernier livre du journaliste Gianluigi Nuzzi qui sort aujourd’hui 9 novembre 2017 en Italie fait l’effet d’une bombe sur ces différents sujets brûlants.

Une thèse sur la mort du pape Luciani émerge des lignes qui lui sont consacrées. A travers la publication de nouveaux documents réservés de l’IOR, remontant aux années 70, le journaliste fait ressortir clairement le rôle de Mgr Paul Marcinkus, prélat américain à la tête de la banque vaticane, l’IOR, et la volonté de Jean-Paul Ier de « faire le ménage », en nettoyant les hautes sphères de l’Institut. Une tentative de révolutionner la Curie Romaine qui se serait contrée, et se contrerait encore, à un système tentaculaire, occulte, qui implique des hauts prélats du Saint-Siège pour favoriser à travers l’IOR des personnalités politiques, des entrepreneurs, des acteurs, des réalisateurs, des cardinaux, des opérations financières millionnaires et le trafic international de drogue, toutes des activités encore en cours aujourd’hui. Ce vrai lobby financier construit autour de la banque vaticane aurait écrasé chaque tentative de réforme de Jean-Paul Ier, jusqu’à entraîner sa mort en 1978. Gianluigi Nuzzi soutient, grâce à certaines confidences du cardinal Silvio Oddi, proche de Jean-Paul Ier, retranscrites dans le livre, que le décès du pontife, 33 jours après son élection au trône pontifical, a été la conséquence d’une mauvaise santé qui se serait aggravée fortement après la découverte par le pape Luciani de « cette vérité tragique et indicible ».

Le difficile rapport entre Luciani et Marcinkus est souligné dans le livre de Nuzzi qui dévoile les coulisses de la première rencontre entre les deux hommes quand Jean-Paul Ier n’était encore que le patriarche de Venise : « Pensez à gouverner le diocèse, moi je pense à assurer la survie de l’Église » aurait dit Mgr Paul Marcinkus à l’évêque en le congédiant, après que ce dernier était venu lui demander des comptes quant à la cession de parts de la Banque catholique de la Vénétie à la Banque Ambrosienne de Roberto Calvi, sans que les évêques vénitiens n’aient été mis au courant. Roberto Calvi, qu’on surnommait « le banquier de Dieu » ou « le Rotschild Italien », au centre dans les années 80 d’un scandale financier qui lui avait valu une condamnation à quatre ans de prison pour diverses malversations et opérations douteuses liées à la mafia, fut retrouvé pendu sous un pont de la Tamise le 19 juin 1982. La police britannique conclut d’abord au suicide. Mais très vite la thèse de l’assassinat s’est imposée. L’IOR, la banque du Vatican était alors le principal actionnaire du Banco Ambrosiano ! 

Parmi les autres secrets révélés par ce livre-choc, il en est un qui concerne Mère Teresa de Calcutta qui, selon Nuzzi, et d’après les documents bancaires, « avait un compte-courant à l’IOR tellement grand que si elle l’avait fermé l’Institut aurait risqué la faillite ».

Un autre chapitre traite du cas d’Emanuela Orlandi. La disparition mystérieuse de cette citoyenne du Vatican, âgée de 15 ans, tient en haleine l’Italie depuis trois décennies car elle implique l’État du Vatican, l’État Italien, l’Institut pour les œuvres de religion, -encore lui-, la Banda della Magliana (association criminelle mafieuse italienne), il Banco Ambrosiano, -encore lui-, et les services secrets de différents pays. En mai 2012, le père Gabriele Amorth affirma qu’Emanuela Orlandi avait été enlevée par un membre de la police du Vatican pour des orgies sexuelles, puis assassinée. Le journaliste italien avance que des négociations entre le Saint-Siège et le parquet de Rome ont eu lieu pour clore l’affaire ce qui laisse supposer que quelqu’un, au sein de la Cité vaticane, est au courant. Rapt ? Meurtre ? Si la jeune fille est désormais « au ciel » comme l’a affirmé dans une récente déclaration le pape François, ce n’est donc pas un enlèvement mais un homicide… Si certains membres du Vatican ont des responsabilités dans cette disparitions lesquelles sont-elles ? Quelle fut l’action du boss de la Magliana, Enrico «Renatino» De Pedis, assassiné en 1990 et suspecté d’avoir eu un rôle central dans la disparition de la jeune fille et de Roberto Calvi, -encore lui ? Étrangement la tombe de De Pedis se trouve dans les souterrains de la basilique Saint Apollinaire, ce qui a généré une véritable « tension mass-médiatique » qui a embarrassé le Vatican. Cette sépulture, normalement réservée aux souverains pontifes, aux cardinaux et aux évêques diocésains émérites, aurait été autorisée après une donation de 500 millions de lire…

Et puis il y a les pages qui soulèveront le plus de polémiques car dédiées, documents à l’appui, aux scandales sexuels et au lobby gay qui conditionne lourdement les décisions du Vatican, entre violences et pressions perpétrées dans les sacrés palais : sur la gay party à base de cocaïne du 28 juin dernier dans un appartement du Palais du SaintOffice à laquelle participait Monsignore Luigi Capozzi qui, complètement « shooté », a été arrêté par les gendarmes du Vatican venus interrompre cette orgie homosexuelle ; sur les confidences de Elmar Theodor Mäder, l’ex-commandant des Gardes Suisses : « Il existe au Vatican un lobby gay tellement puissant qu’il en est dangereux pour la sécurité du pontife » ; sur les déclarations du pape François : « Au Vatican il existe un lobby gay. » ; sur les révélations d’abus sexuels sur des enfants de chœur du pape au pré-séminaire du Palais San Carlo au Vatican faites par un Polonais, Kamil Tadeusz Jarzembowski, qui à l’époque des faits, entre 2009 et 2014 était mineur et compagnon de chambre d’un garçon abusé comme lui. Sa lettre de dénonciation auprès de la Congrégation pour la Doctrine de la foi est en copie dans le livre avec la réponse du dicastère : « après une lecture attentive de la lettre reçue il n’est pas ressorti de faits délictueux rentrant dans la sphère des délits réservés à ce dicastère. » La Congrégation rassurait cependant Jarzembowski que le pape François serait mis au courant de l’affaire.

Ce livre retrace « les dessous » d’un bloc de pouvoir criminel, homosexuel, financier, aux multiples ramifications, qui continue d’agir impuni, plus fort que les papes et qui aurait contraint Benoît XVI à la démission et ouvert la voie à François…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

14 commentaires

  1. Cadoudal says:

    çà sent pas vraiment la rose au Vatican , qui a bien réussi son aggiornamento vers la pègre.

    Al Capone va passer pour un enfant de chœur à coté de certains cardinaux.

    • « Ah, si le peuple n’avait qu’une tête » disait Caligula.
      « Le Peuple » Catholique, 1,3 milliard de personnes…
      n’a qu’une seule tête.

  2. « Ce livre retrace « les dessous » d’un bloc de pouvoir criminel, homosexuel, financier, aux multiples ramifications, qui continue d’agir impuni, plus fort que les papes et qui aurait contraint Benoît XVI à la démission et ouvert la voie à François… »
    Le livre dit-il avec quels moyens ce bloc aurait contraint Benoît XVI à sa démission ? Quels furent-ils ?

  3. A part le résumé ci-dessus, je ne connais pas le livre mais souhaite le lire en français. J’observe que les paroles du Credo, répétées dans le monde entier est un mensonge, encore un …. « Eglise, apostolique, une et sainte » …. n’est qu’une tromperie qui a trahi le Christ.

    • MA Guillermont says:

      Vous êtes non – catholique , Horace et vous pensez comme Luther .
      Le Credo est véritable profession de Foi du Catholique sincère et véritable .
      Nos rangs sont garnis de catholiques , tièdes , mous , libéraux , abandonnés au syncrétisme religieux …qui peut-être pensent comme vous !
      Votre manière de comprendre le Credo est bien celle de celui qui proteste comme nombre de catholiques le récitent sans vraiment y croire !
      A vous d’écrire votre credo relativiste .

  4. Où acheter ce livre…en français ?
    Merci pour votre réponse

    • Paul-Emic says:

      s’il vient de sortir en Italie je pense qu’il va encore falloir quelques mois, voire quelques années avant d’en avoir des versions en anglais ou en français.

  5. Les turpitudes inerentes aux habitants de la cité vaticane ( pas tous heureusement ) étaient déjà décrite par le romancier Roger Pierfitte. et qui fit scandale en son temps.Il m’apparait que ce qui était un roman à mon sens etait en fait un reportage . Pas tres encourageant tout ça et discrédite un peu plus l’eglise catholique.

  6. Paul-Emic says:

    Après cela, l’Église en tant qu’appareil, administration, hiérarchie même, est morte, compte tenu du mode de renouvellement des Papes qui est la cooptation. Subsistera toujours une assemblée des fidèles mais je ne vois pas comment les fidèles pourraient reprendre la main. C’est l’inconvénient d’un système centralisé qui ne peut perdurer que par la vertu de ses clercs. Si le Pape lui-même est un pervers, ce n’est pas véritablement dramatique, à sa mort le nouveau remettra de l’ordre, il y a plusieurs exemples historiques, mais si la majorité des Cardinaux sont des pervers, que faire ?

  7. anne collay says:

    Le jésuite Malachi Martin avait dénoncé tout cela dans ses nombreux livres. Je viens de terminer le passionnant « Au nom de Dieu » de David Yallop, qui relate la véritable histoire de Jean Paul I. Cet homme de Dieu a bien été assassiné par le clan des banquiers de Dieu; Calvi, Sindona, marcinkus et leurs amis de la curie romaine. Je recommande ce livre; fruit d’une miniutieuse enquête de plusieurs années que l’auteur a mené en interrogeant tous les témoins – jusqu’aux deux embaumeurs du pape défunt – On y découvre tous les rouages des implications mafieuses autour du trésor de St Pierre.
    Quant au pape actuel, étant l’homme le mieux informé du monde. Il faut arrêter de lui donner l’excuse d’être argentin.

  8. anne collay says:

    Après information, ce journaliste a écrit un livre sur le pape François intitulé  » Un pape en danger » donc n’attendons pas qu’il dénonce la vérité sur le remplacement de Benoit 16.

  9. MissMarple says:

    De toute manière, nous assistons à la fin de la mondialisation la pensée unique gauchisante va céder la place à une vision multipolaire L’ Église Catholique perdra son siège central du Vatican et va se morceller sur chaque continent pour devenir des eglises catholiques locales et régionales Du coup, les évêques dans leur diocèse ( ou ce qui le remplacera) auront un rôle prédominant et la pratique religieuse se fera selon les coutumes et traditions locales L’ Église de la Tradition aura son rôle à jouer Quand à Bergoglio , lui même sait qu’ il ne va pas rester …enfin qu’ importe …Nous allons revivre comme nos ancêtres les premiers chrétiens, clandestinement peut être, en résistance….

Laisser un commentaire

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com