Charlie Hebdo

Renald Luzier, dit Luz, caricaturiste chez Charlie Hebdo, a annoncé qu’il ne dessinerait plus le personnage de Mahomet. « Il ne m’intéresse plus« , précise-t-il laconiquement. Mais il ne dit pas pour autant qu’il cessera ses dessins blasphématoires, surtout s’ils visent le christianisme.

Notons encore que son épouse est Camille Delalande, dite Camille Emmanuelle, journaliste « spécialisée dans les questions de sexualités et de genres » et dans la « culture porn ».

———————————

Affiche JA 2015

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

81 commentaires

  1. aziliz says:

    M. Luz et son canard douteux ne m’intéresse pas de ne m’ont jamais intéressée. Qu’il publie sur Mahomet ou blasphème sur le catholicisme ne fait partie que des ordures qu’ils débitent à longueur de colonnes. Meilleure chose à faire : ne pas en parler et surtout, si on s’est fait « avoir » pas les « je suis charlie » se désinscrire le plus vite possible.

    • FranceLibre says:

      Bien au contraire ! Il faudra l’inonder avec des tweets, du courrier, de méls, de Facebook commentaires, à chaque fois quand il blasphème contre le Christianisme ! C’est pourquoi on est arrivés dans cette situation! Il nous manque terriblement du respect envers nous-mêmes dans notre propre Patrie !

  2. Tchetnik says:

    On a le courage qu’on peut, manifestement. Drôle de « résistant » subventionné.

  3. Elieja says:

    Cela ne doit pas annuler pour autant sa fatwa… non ?

  4. Jaguar says:

    c’est vrai que c’est beaucoup moins dangereux, les chrétiens qui dégomment du gauchiste étant une « ispice » plutôt rare mais un jour qui sait…

    • Elieja says:

      L’occasion fait le larron, D. réserve de bonnes surprises comme il en a le secret…

    • Rare, mais ils existent! L’un deux vient de disparaître il s’appelait: René Resciniti de Says il a exécuté les gauchistes et le porteur de valises Goldman et Curiel.

  5. queniart says:

    Muhammad ne l’intéresse plus parce qu’il a peur de prendre 1 balle dans la tronche,1 bonne branlée de la part de catholiques devrait l’aider a réfléchir a arrêter le Christ

  6. gillic says:

    Sa tête dans un sac poubelle et 30 coups de manche de pioche devraient faire cesser ses insanités contre les chrétiens !

  7. westie51 says:

    « La lâcheté vient le plus souvent d’une incapacité à suspendre le fonctionnement de l’imagination. » (André Maurois)
    Il avait beau parader, gesticuler…. les jours suivants l’assassinat de ses potes, il nous prouve là que c’est un peureux qui n’assume pas.
    Pfff, petit joueur courageux, mais pas téméraire ! Mieux vaut taper sur les cathos, la famille Le Pen… au moins, il ne risque pas sa vie !

  8. LANKOUDU says:

    D’après HOLLANDE et VALLS (et d’autres ) c’est la « liberté d’expression , socialiste ….

  9. sergio says:

    Courageux mais pas téméraire le Luz !…
    Va pouvoir s’ en donner à coeur-joie en tapant sur les chrétiens , histoire de compenser son « manque d’ intérêt » pour Mahomet ….
    Connard méprisable .

  10. Il verra quand il affrontera la justice Divine s’il va encore faire le con son sort sera un aller sans retour en enfer

    • charles martel says:

      évitons de trop parler à la légère de ces choses la..

      Ont ne peut souhaiter à personne, même à son pire ennemi ce que le Christianisme nomme « L’ETERNITÉ MALHEUREUSE »..

      En revanche sur cette terre, et en tant que Chrétiens, nous avons le devoir d’empêcher par tout les moyens possibles que nos semblables esclaves du péché, ne se damne tout en damnant leurs semblables, car ils ne savent pas ce qu’ils font, ni ce qui les attends après la vie d’ici bas.

      Il n’appartient pas aux hommes de condamner leurs semblables à la damnation eternelle, il leurs appartient de s’attaquer d’abord à LA CAUSE de cette damnation.

      Seul la condamnation du LIBÉRALISME (libre pensée) qui depuis la fin du 18éme siècle et au travers d’une multitude d’ideologies, rejette l’autorité morale de l’Eglise sur le pouvoir temporel des princes de ce monde, permettra de sauver nos âmes et celles de nos semblables.

      La libre pensée dont découle le LIBÉRALISME, rend l’homme esclave d’une « liberté » écrasant toute forme de pensée véritablement libre, autrement dit une pensée qui ne rejette dogmatiquement et fanatiquement le POURQUOI transcendant de l’Existence Humaine.

      • Elieja says:

        « Ils ne savent pas ce qu’ils font…  »
        Un peu trop facile.
        Ce blasphémateur aura des comptes à rendre ; s’il choisit la repentance, tout le monde est content et préfère cette option ; D. fera justice.
        Et D. utilise des gens, qu’ils soient hatées, muzzs… pour rétribuer. Les charlots peuvent attester.

        • charles martel says:

          C’est vous qui faites preuve d’un raisonnement un peu trop réducteur et facile..

          Tout comme vous et moi, il aura des comptes à rendre.. la dessus nous sommes d’accord.

          mais en revanche ce n’est pas à vous ni à moi, qu’il appartient de le condamner à « l’éternité malheureuse », car cela est anti-Chrétien.

          Le premier devoir d’un Chrétien est de se reconnaître « Pauvre Pécheur » (autrement dit corruptible).

          Le second devoir d’un Chrétien ici bas, est de protéger l’innocence contre toute forme de barbarie et de corruption, ce qui ne signifie aucunement qu’il doit se substituer à Dieu, en condamnant ceux qu’il combat, à l’éternité malheureuse.

          Même les Croisés qui jadis pratiquaient un Christianisme de combat, ne se seraient jamais permis une chose pareille.

          • Elieja says:

            C’est vous M. Martel qui parlez de l’enfer éternel. Personnellement, je n’y crois pas, c’est une doctrine catholique.

            • charles martel says:

              @Elieja

              Votre opinion personnelle à ce sujet n’a strictement aucune importance, car c’est un sujet qui concerne avant tout la France et les Français.

              Que vous le vouliez ou non, la doctrine Catholique est indissociable de la culture Française, car la France Fille ainée de l’Eglise n’est pas née en 1789.. et le régime républicain cosmopolite n’est pas la France.

              La mission divine de la France fille ainée de l’Eglise, est indissociable de la doctrine Catholique.

          • Jaguar says:

            il ne s’agit pas de les condamner à « l’éternité malheureuse » sinon de les aider le jour venu à l’atteindre rapidement et sans souffrances inutiles…

          • Jaguar says:

            @Marthe chartel
            prenez exemple sur la « méthode Jeanne d’Arc »: avant la bataille, on fait une prière, ensuite on prend une épée bien aiguisée et on découpe l’ennemi en grosses tranches pour bien lui faire comprendre qu’il existe des limites… Cette méthode a fait ses preuves au cours des siècles…

            • charles martel says:

              @jaguar/voltaire

              Vos bouffonneries de libertin pédéraste dont vous nous abreuvez continuellement, n’amusent que vous.

              • Jaguar says:

                « libertin pédéraste » moi…???

                c’est nouveau, on ne me l’avait jamais encore dit ! vous avez autre chose en rayon ?

  11. Catherine says:

    Monsieur Jaguar

    Relisez les procès de Sainte Jeanne d’Arc. Elle n’a jamais tué personne avec son épée. Ses hommes d’armes, oui, la guerre, c’est la guerre; mais elle, elle s’est défendue d’avoir tué un quelconque anglais. Sa mission n’était pas de tuer mais de rendre à la France sa place de Fille aînée de l’Eglise .
    Quant aux Luz et compagnie, le seul mal qu’on peut leur souhaiter est de se convertir. Dieu se charge du châtiment.

    • Jaguar says:

      Dame Catherine,
      nous n’avons pas les mêmes sources d’information… mais je m’en remet aux autres intervenants, y a t’il quelqu’un qui aurait un avis sur cette douloureuse question historique ? Jeanne d’arc a t’elle participé aux combats ?

  12. Catherine says:

    Mais il me semble, monsieur Jaguar, qu’on ait déjà eu une petite discussion à ce sujet, à savoir qu’on ne tue personne si l’on n’est pas en légitime défense ou en guerre.
    Je pense qu’on peut laisser ce soin à Dieu qui Lui sait exactement quand et comment chacun doit passer de vie à trépas.
    Il donne à chacun grâces et moyens de Le connaître jusqu’à l’heure fixée par Lui de toute éternité pour le règlement de comptes. A chacun d’en être conscient et de vivre en conséquence.

  13. Catherine says:

    Monsieur Jaguar

    J’ai interrogé big brother. Voici ce que j’ai trouvé.

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/jeanne/ Site que j’ai lu en travers mais vous pouvez y trouver tout le procès de Jeanne d’Arc

    Qu’aimiez-vous mieux, votre bannière ou votre épée?

    JEANNE : J’aimais quarante fois mieux ma bannière que mon épée.

    L’INTERROGATEUR: Qui vous fit faire cette peinture sur la bannière?

    JEANNE : Je vous ai assez dit que je n’ai rien fait que du commandement de Dieu.

    [L’INTERROGATEUR: Qui portait votre bannière?]

    JEANNE: C’est moi-même qui portais ladite bannière quand je chargeais les ennemis, pour éviter de tuer personne. Je n’ai jamais tué un homme.

    L’INTERROGATEUR : Quelle compagnie vous donna votre roi quand il vous mit en oeuvre?

    JEANNE: Il me donna dix ou douze mille hommes.

    Voici un autre site qui répète ce qui est écrit ci-dessus

    https://books.google.fr/books?id=QVXYAAAAQBAJ&pg=PT42&lpg=PT42&dq=proc%C3%A8s+de+jeanne+d%27arc+%C3%A0+propos+de+l%27%C3%A9p%C3%A9e&source=bl&ots=INouWmoCxv&sig=JY0CXRHdkeaGK5zIWSjFmr9CNPo&hl=fr&sa=X&ei=9RBEVYu6Asb1avT5gfgD&ved=0CFoQ6AEwCQ#v=onepage&q=proc%C3%A8s%20de%20jeanne%20d%27arc%20%C3%A0%20propos%20de%20l%27%C3%A9p%C3%A9e&f=false

    • Catherine says:

      désolé d’avoir reproduit mon message ci-dessus que je ne voyais pas après avoir rafraîchis la page plusieurs fois

  14. Jaguar says:

    Catherine,
    merci pour l’information. Je crois, qu’hélas, nous sommes en guerre, impliqués depuis des années dans un combat sans merci ou l’Ennemi nous attaque et détruit chaque jour. Je pense humblement que dans un avenir proche, il nous faudra agir comme le fit Isabelle de Castille (Isabelle la Catholique), et prendre le glaive… Il y a longtemps que nous sommes en légitime défense, je ne crois plus aux mensonges des élections, pensez vous que le FN arrivé au pouvoir avec cette mafia de parasites parvenus qui le dirige changera quelque chose ? Si solution il y a pour la France, cela se fera dans le sang. Je vous dirais également que je n’ai pas vocation à être un saint et beaucoup moins un martyr…

  15. Catherine says:

    Cher Jaguar

    Je partage entièrement votre vision du monde tel qu’on le voit sous nos yeux et effectivement l’avenir ne peut que paraître très sombre. Bain de sang, effectivement,il y aura. On peut même dire, sans aucune erreur, qu’il a déjà commencé, avec les martyrs d’Orient. Bien sûr qu’il faudra prendre le glaive ou toute autre machine de guerre; on attend que le clairon sonne la charge.
    Les élections, voire la démocratie, qui aurait pu être quelque chose de bénéfique si elles avaient été conçues pour le Bien commun et dans l’esprit du Règne de NSJC, s’avèrent être une puissante organisation dévastatrice dans notre pauvre France.
    La guerre ne me fait pas peur, le martyr encore moins; nous serons toujours secourus par la grâce de Dieu que l’on obtiendra par la prière, les sacrifices, les sacrements.
    Il faut avoir vocation à être un saint, c’est notre seule chance. Cette vocation on ne peut la recevoir que dans la sainte Église, une, catholique et apostolique. L’Église vit dans la Tradition, uniquement dans la Tradition qui seule répand sur le monde le bienfait des sacrements.
    Mon cher Jaguar, sainte Jeanne d’Arc avait une phrase merveilleuse: « les hommes d’armes combattront et Dieu donnera la victoire ». Et comme vous l’avez dit vous même un peu plus haut: avec « la « méthode Jeanne d’Arc »: avant la bataille, on fait une prière, ensuite on prend une épée bien aiguisée et on découpe l’ennemi ». Nous sommes avant la bataille. Alors prions, prions sans cesse….
    Monsieur Jaguar, puis je me permettre une petite question personnelle: religieusement parlant, de quel bord êtes-vous?

    • Jaguar says:

      Catherine,
      je suis chrétien, pourquoi, cela ne semble pas évident ?
      Vous me rassurez en me disant que nous sommes « avant la bataille »…

      • Catherine says:

        Chrétien c’est évident oui mais c’est court, ou plutôt c’est vague.

        Quand l’Ennemi nous demandera de renier le christ ou de mourir, voilà la vraie bataille.

        En attendant, tranquille derrière notre ordinateur à refaire le monde par écrit, c’est encore bien peinard….. Évidemment si on veut en démordre, on peut encore prendre les armes en Syrie ou en Libye pour aider nos coreligionnaires.
        Maintenant nous devons prendre des forces spirituelles pour quand nous n’aurons plus d’autres choix que de défendre nos familles contre les barbares.

  16. Jaguar says:

    « En attendant, tranquille derrière notre ordinateur à refaire le monde par écrit, c’est encore bien peinard…. »

    …si vous saviez…

  17. Catherine says:

    Ben oui justement je voudrais bien savoir….

    Que peut-on faire, aujourd’hui, maintenant pour que les choses bougent.

    • Jaguar says:

      Catherine
      tout viendra en son temps, certains hommes sont prêts et guettent le signal… en attendant je vous conseillerais le livre de Leon Degrelle (que j’ai personnellement rencontré), cet ouvrage, « Les âmes qui brûlent » vous donnera une petite idée, religieusement parlant, de quel bord je suis… Leon Degrelle est un homme dont la vie est un exemple de courage, de valeur, d’honneur et de force pour un chrétien qui se respecte. Comment ne pas admirer et respecter l’homme qui commença le combat aux côtés des cristeros mexicains y qui jamais n’a renié sa foi ?
      Que Dieu vous garde.

      • Catherine says:

        Monsieur Jaguar

        Je tâcherai de lire le livre que vous me conseillez. le fait de savoir que l’auteur était au côté des cristeros, même s’il n’était que chrétien, me donne déjà envie de le lire. En effet les cristeros sont nos modèles pour notre avenir très proche.
        Par contre ma position en tant que mère de famille est plus celle que Lars décrit dans le post qui suit que la vôtre plus belliqueuse.

        Mais je serai très fière de savoir mes fils combattre auprès de ceux qui relèveront la France, car elle se relèvera, j’en ai l’intime conviction.
        Je les y encourage dès maintenant et pourtant ils sont encore très jeunes.

        Et je félicite tous ceux qui sont prêts et qui guettent le signal.

        Sursum corda.

        • Jaguar says:

          Catherine, vous pouvez décharger le livre en pdf…

          • Dorien says:

            Intéressant lapsus…
            Juste pour rire.

          • Catherine says:

            Oui j’ai vu pour le téléchargement, merci, je ne m’en priverai pas. Je réponds en même temps à un peu tous les post ci-dessous.

            J’ai rapidement lu la vie de Degrelle sur Wikipédia ( je sais c’est pas une référence). Ce n’est pas tant son côté SS qui m’a fait tilter, c’est plutôt son côté orgueil, m’as-tu-vu, qui me le rendrait moins sympathique. Mais visiblement le personnage vivait de sa Foi assez profondément et ce côté serait à creuser. J’ai bien peur que de nos jours encore, certains bons catholiques, patriotes, activistes, soient un peu trop imbus de leur personne et oublient de voir que s’ils peuvent faire un tant soit peu de choses, ils le doivent en tout premier lieu à leur Dieu et Sauveur. Ah!!! l’orgueil!!! combien en a-t-il fait déjà tomber??????

            Mais alors ce qui m’étonne encore plus mon cher Jaguar, c’est que chrétien de ce bord, comment pouvez vous oser dire que vous n’avez pas vocation à être saint????? comment le martyr ne vous attire-t-il pas??????La mort vous fait-elle peur?????
            si nous, chrétiens, catholiques, n’avons pas l’intention d’être saints, si nous ne nous exigeons pas la sainteté, qui le deviendra alors??????

            La sanctification, par les moyens à notre portée, prière, sacrifices, sacrements, voilà notre seule force. Et c’est avec cette force là que Dieu nous donnera la victoire, puisque nous sommes du côté qui vaincra.

      • Dorien says:

        « Tout viendra en son temps ». Mais n’est-ce pas l’heure? L’urgence n’est-elle pas là? N’arrivons-nous pas au jour où il faut décider? D’autres pensent qu’il est trop tard, que c’est fichu : ils démissionnent… ne seront pas du combat.
        « Certains hommes sont prêts et guettent le signal… ». Comme j’ l’espère ! Mais à qui pensez-vous?
        Pour Léon Degrelle, là ce qui m’interpelle, et là on peut rejoindre les hommes qui, dites-vous, sont prêts et n’attendent que le signal, c’est moins sa ferveur catholique que son engagement armé, son combat de guerrier.
        Il avait des valeurs fortes, du sang et de l’honneur. Je connais très peu son épisode Cristiada (je ne suis donc pas sur le même plan de curiosité que Catherine quant à vous). Je le connais plus à partir de son anti-bolchevisme (ça je connais : j’ai la même puissante haine pour les communistes) et de son rapprochement avec le fascisme (le vrai : l’italien) et de la Garde de fer en Roumanie. Après, bien sur, il y a son engament allemand (Légion Flandern et la Légion Wallonie).
        Ce serait très intéressant de parler de ça avec vous. Je crois aussi qu’en Belgique dans les années 70 un Front de la jeunesse s’est inspiré de Degrelle, de Rex et de la suite… de ce vrai combattant qu’il fut.

        • Jaguar says:

          Deux hommes méritent une particulière attention, Leon Degrelle et José Antonio Primo de Rivera.

          • Dorien says:

            José Antonio Primo de Rivera : je connais bien moins que Degrelle. Je vais voir ce que je trouve sur lui. Dans un autre commentaire, vous parliez de martyr. N’est-ce pas lui qui a été jugé et condamné à mort pour rébellion militaire par les républicains espagnols, est-ce cela?
            Je serai enchanté d’échanger avec vous là-dessus.
            Cela dit, vous ne me donnez aucun piste concernant les hommes sont prêts et guettent le signal.

            • Jaguar says:

              José Antonio Primo de Rivera, abandonné par Franco, jugé et condamné à mort pour rébellion militaire par les républicains espagnols.

              • Dorien says:

                « abandonné par Franco » : c’est justement ça qui m’intéresse car je ne sais pas grand chose là dessus. Dans mon souvenir, de Rivera, avec sa « Phalange espagnole », était plus près d’un Mussolini, je veux dire plus près du fascisme pur que de ce qui serait le franquisme, non ?
                Il faut que je revois tout ça.
                p.s. : « phalange », ça me plaît bien car ça fait penser aux formations militaires des cités de la Grèce antique.

                • Jaguar says:

                  Franco avait parfaitement compris le « danger » que représentait J.A Primo de Rivera pour son propre pouvoir, le laisser fusiller, permettait l’élimination d’un rival important et d’avoir un martyr utile pour la cause…

                  • Dorien says:

                    Merci. Sur le plan politique, la ligne à tenir, qu’elles étaient leurs différences?

                    • Jaguar says:

                      Franco était plus proche de la CEDA de Gil Robles Confederación Española de Derechas Autónomas (CEDA), cad la droite traditionnelle, que de la Phalange…

                    • Jaguar says:

                      En résumé, Franco était plutot un monarchiste conservateur peu enclin à appliquer les réformes sociales nécéssaires réclamées par la Phalange… Un désaccord profond apparu et Franco n’hésita pas à faire fusiller des phalangistes anciens camarades de combat.

                  • Dorien says:

                    Le formulaire ne me permet pas de répondre à votre commentaire de 23h22.
                    Je chercherai demain des infos sur la CEDA de Gil Robles. Mais je sens déjà, vu que c’est plus « la droite traditionnelle » que j’y trouverai moins qu’à la Phalange.
                    A bientôt j’espère.

      • Lars says:

        Il existe un combat d’une extrême nécessité à mener, celui-là à l’origine de toute action politique, qui a vraiment besoin d’Hommes, de vrais : c’est celui contre le féminisme, et de manière générale pour la Famille et donc pour l’Autorité du Père, laquelle doit être absolue en son domaine.

        Pourquoi celui-ci déterminerait l’action politique ? Parce que pour faire une vraie politique, et probablement la guerre, il faut des Hommes, non des femmes ou des émasculés.
        Or, et cela n’est peut-être pas tant visible pour tous car le ver ronge depuis longtemps le fruit, mais la Famille qui se fonde sur l’Autorité inaliénable du Père est en ruine, la conséquence est que d’Hommes, il n’y en a guère plus assez. L’on me permettra de passer sur ce point, mais la décadence en matière de Foi est son corollaire immédiat.

        Pour redonner goût aux femmes d’imiter avec soin leur modèle de vertus, la très sainte Vierge Marie, et comme elle de pratiquer assidûment la pureté, la réserve et l’humilité, de redevenir (d’ailleurs bon gré, mal gré) l’ombre de leur Epoux, la solution est évidente.
        Les Hommes se débarrasseront ainsi de leur plus grand fléaux, qui n’est non pas une mauvaise politique, mais ces femmes qui de mauvaises épouses deviennent traîtresses, et le bon sens sait qu’un traître cause plus de dégâts que tous les ennemis réunis.

        Aujourd’hui l’état de nos mœurs est bien lamentable, le féminisme c’est-à-dire la révolte et le désordre est partout répandu. Que l’on ne s’y trompe pas, je ne parle pas du monde mais bien des Chrétiens. Oui, malheureusement cela donne des frayeurs épouvantables, les familles chrétiennes ne se différencient plus tant de celles qui ne le sont pas. Si seulement pouvaient-elles juste concevoir ce que fut la Très-Sainte Famille. Et bien sûr (mais qui s’en aperçoit ?) les prêtres sont pour cette situation les grands responsables ; ils n’ont eu, et toujours, de cesse de saper et d’ingérer dans la Famille, détruisant l’Autorité du Père, le réduisant incapable face à sa femme et ses enfants, celui-ci en se les appropriant sournoisement devenait le véritable maître, et quel funeste maître ! Ah toutes ses misérables séparations/divorces instigués par lui, qu’elles ont fait de mal à la société chrétienne !

        Bref, réaffirmer l’Autorité de l’Epoux-Père sur sa femme et ses enfants, son droit à les enseigner comme il le veut et d’en disposer comme il le souhaite, voilà qui est bien plus pressant que toute autre entreprise. Mais pareillement, je crois bien que sans secours directs du Ciel, cela soit peine perdue…

        • Catherine says:

          Encore d’accord avec vous , Lars.
          Le féminisme; j’avais déjà poster un commentaire sur ma vision du féminisme. Je vous la relivre.

          Si la Femme, consciente de sa dignité de Femme, dignité que lui donne la Maternité, consciente de son vrai rôle auprès de son époux et de ses enfants, ne s’était pas rabaissée, comme elle le fait depuis une centaine d’années, au rang de l’homme, le monde ne serait pas si déchu.

          Mais les hommes qui eux avaient bien conscience de cette suprématie de la Femme, prééminence toute discrète et humble, au lieu de s’élever pour être les dignes exécutants des conseils des Femmes, les ont fait dégringoler dans leur décadence la plus vile.

          Voilà ce qu’est le Féminisme avec un grand F

          • Lars says:

            Chère Dame Catherine,

            Voyez-vous, je désire sincèrement être intransigeant avec les principes que je crois que Dieu m’inspire, mais bien peu comprennent cette intransigeance, que la plupart prend pour de la haine alors que c’est bien tout le contraire. Cependant je ne peux vous ignorer.

            Ainsi, si je me mets à la place de votre Epoux, je ne voudrais point qu’un autre que moi puisse enseigner mon épouse. Je ne connais rien de pire que l’indépendance de la femme (cause de maux innombrables), son bonheur consistant justement dans cette digne et très légitime dépendance vis à vis de son Mari, l’on pourrait dire aussi servitude.

            Voyez Pie XI qui disait : « Nombre d’entre eux poussent l’audace jusqu’à parler d’une indigne servitude d’un des deux époux à l’autre ; ils proclament que tous les droits sont égaux entre époux ; estimant ces droits violés par la « servitude » qu’on vient de dire, ils prêchent orgueilleusement une émancipation de la femme, déjà accomplie ou qui doit l’être. »

            Il se trouve qu’aller sur Internet, c’est sortir de chez soi, car bien qu’en apparence l’on y demeure, en réalité l’on se retrouve sur une place publique : la conversation, la lecture, tout ceci amène à enseigner ou à être enseigné.
            Cela n’est pas anodin, car si l’on ne voit pas forcément l’effet pervers, pour une femme, c’est déjà l’éloignement de sains et saints principes. On me rétorquera que ce n’est pas comme la télévision, que l’on peut s’attacher aux bons enseignements, ne subir qu’une bonne influence pour peu que l’on ait du discernement. Mais ce n’est pas à la femme d’avoir ce discernement, sinon pourquoi aurait-elle besoin d’un Chef ? elle se ferait son propre chef, d’où cette odieuse émancipation.

            Il ne convient pas à une femme de sortir de son foyer seule, c’est-à-dire non accompagnée d’un Homme, si ce n’est pour accomplir une tâche bien précise que lui a assigné son Epoux ou Père (par exemple d’aller au lavoir à l’époque, ou simplement au marché).
            Son devoir, demeurer dans l’ombre de son Epoux, recouvre un sens très profond et applicable à tout instant.
            Par la prière nous demandons à Dieu qu’Il nous révèle Sa Volonté afin d’incliner la nôtre à la sienne. De même, l’épouse s’empresse de connaître la volonté de son Epoux, et ses moindres désirs (c’est-à-dire quant aux choses qui apparaissent les plus insignifiantes), afin de pouvoir toujours conformer ses actes à celle-ci.
            Comment une véritable épouse pourrait agir d’elle-même ? sa qualité même d’épouse l’en empêche, elle ne s’épouse pas elle-même, ainsi elle aura toujours en vue d’abord son Mari.

            J’en viens à corriger le message auquel je réponds.
            Non, la dignité première de la femme n’est pas dans sa maternité (qui n’est que conséquence, mais magnifique conséquence, de la Paternité), mais bien dans son caractère d’épouse. Avant d’être mère, elle est épouse ; elle ne serait point mère si elle n’était pas épouse, c’est-à-dire s’il n’y avait aucun Homme pour susciter cette maternité.

            Le reste est malheureux et me fait penser à un très mauvais livre (Cessez de nous libérer!), puisque vous semblez chercher une quelconque suprématie de la femme. Vous vous trompez, la femme est petite par rapport à l’Homme, je ne lui mets point de majuscule contrairement à celui-ci, elle n’est pas supérieure à l’Homme, mais l’Homme lui est supérieur, et pourtant il n’y a pas de raison de les opposer. Simplement car la femme vient de l’Homme (la Genèse dit qu’elle fut tirée de lui), sa petitesse, sa délicatesse, sa fragilité et sa douceur, c’est cela même qui fait sa beauté au yeux de l’Homme. Comment donc pourrait-elle se « rabaisser » au rang de l’Homme ? cela n’a point de sens.

            Il y a dans ce que vous dites une sorte d’ancêtre du féminisme, et que je combats, qui est une mauvaise compréhension de la place de la femme en rapport à l’Homme. Peut-être que vous ne vous en rendez pas compte car cela ne paraît pas grave bien sûr au vu du féminisme actuel, dont vous êtes très éloignée ; mais en même temps le fruit ne serait pas sans le germe.

            Il faut bien comprendre que la femme considérée dans son individualité n’a pas de sens. Là est votre erreur, qui est que lorsque vous concevez l’idée de la femme, vous ne lui associez pas automatiquement l’Homme à qui elle est rattachée, Père ou Epoux.

            La Paternité est fondamentale, pensez à notre Créateur, qui est notre Père céleste de qui nous tenons tout notre être.
            Pensez aussi très profondément à la très sainte Vierge Marie, qui est le plus parfait exemple de l’épouse. Soumise en toutes choses à son Epoux divin et spirituel, le Saint-Esprit. De même obéissant docilement à son Epoux terrestre Saint Joseph, son Chef, puis à sa mort à Notre-Seigneur Jésus-Christ son propre fils, puis après la Crucifixion à Saint Jean, à qui elle fut confiée.

            Très charitablement,
            Hommages respectueux à votre Epoux, puisse le Bon Dieu le bénir, et tous les siens, particulièrement vous…

            • Catherine says:

              Monsieur Lars

              Votre commentaire peut effectivement donner à réfléchir. Je m’y emploierai et le regarde comme une réponse à plusieurs questions qui me taraudent en ce moment. Je comprends tout à fait votre position de la femme qui se rapproche bien évidemment de notre modèle à toutes, la très sainte Vierge Marie.
              Mais pour ce faire faudrait-il qu’on soit entourée d’Hommes. Or c’est là que le bât blesse. Où sont les Hommes??????

              Pour ce qui est d’internet, je pense que notre gouvernement va s’employer avec rigueur à ce que plus personne de sensé ne puisse s’y rendre. Ça règlera le problème.

              Je prierai pour vous en remerciement de ce message que vous m’avez adressé.

              • Lars says:

                Dame Catherine, je vous remercie de vos bonnes prières, je suis sûr qu’elles me seront secourables.

                Je vous l’indique en passant : Ne dites pas « Monsieur Lars », mais « Sieur Lars ». En effet, je ne suis pas votre « sieur » ; non, votre Sieur, et même votre Seigneur, c’est votre Epoux, ou Père avant le Mariage.

                Qu’il y ait des Hommes, c’est sûr, en revanche qu’ils agissent comme tels, beaucoup moins. Mais cela, ne vous concerne pas tant. Ou plutôt, tout ce dont vous devez vous soucier, ce sont de vos Hommes, c’est-à-dire de votre Père, ou de votre Epoux et de vos fils. En cela, et peu importe le genre de problème, vous connaissez sûrement le remède : c’est la prière.
                Concentrez-vous sur votre devoir d’état (celui d’une épouse et d’une mère, d’après vos commentaires), le reste n’est pas de votre ressort.

                J’aimerais avertir votre Chef.
                La FSSPX bien qu’elle paraît insoupçonnable en face de ladite Eglise d’après Vatican d’eux, est en réalité une œuvre criminelle sous certains aspects. L’un primordial, est le nombre de séparations et de sabotages de Mariages dont elle est responsable. Il existe un tribunal ou « rote » qui agit exprès dans ce but.
                La confession des femmes est une autre atteinte à la Famille, car oui, soit c’est l’Epoux-Père le Chef, soit c’est le prêtre ; il ne peut y avoir qu’une Autorité légitime.
                Or l’épouse, si elle doit confesser ses fautes (cela signifie bien les dire, les avouer), c’est à son Mari qui a la charge de son Âme qu’elle doit le faire, c’est lui que cela concerne ; et bien sûr aussi à Dieu.

                Personnellement, je ne fais pas confiance au prêtres de nos jours. La Vierge Marie a annoncé à la Salette qu’ils étaient devenus des cloaques d’impureté, cela se vérifie depuis longtemps maintenant, oui, cette crise dans le clergé, et plus tard étendue aux fidèles, ne date pas d’aujourd’hui.

                Mon conseil pour un Chef de Famille serait de porter intérêt à ce site qui développe toute une saine doctrine, appuyée sur la Bible, les saints auteurs, et la Tradition chrétienne, quant à la Famille et à l’Autorité de son Chef : http://restaurationdelafamille.blogspot.fr/

                Après, aux Hommes de bonne volonté la bonne volonté, et à Dieu la Justice !

                • Catherine says:

                  Monsieur Lars
                  On est quand même au XXIième siècle et on peut accepter une certaine évolution de la langue si cela ne transgresse pas les Commandements.

                  Vous avez dit plus haut que vous étiez intransigeant, je vous trouverais dans votre dernier commentaire excessif. Je comprends vos doutes quant à la FSSPX, nulle société créée et composée d’hommes n’est parfaite. Mais de là à dire que tous les prêtres sont corrompus et que les femmes n’ont même plus droit au sacrement de pénitence, je crois que votre jugement va bien au-delà de vos capacités de juger…..

                  Je suis bien consciente que je dois m’occuper de mes hommes et je compte bien en faire des Hommes mais pas sans le secours des sacrements que seuls les prêtres peuvent nous donner.
                  Je suis catholique et non pas juge ecclésiastique pour interpréter la crise de l’Église selon vos vues.
                  Maintenant pour poursuivre le raisonnement de votre commentaire précédent, que pensez vous des femmes debout au pied de la croix? Il y en avait 4, selon les évangiles pour un seul apôtre.

                • Lars says:

                  Dame Catherine,

                  L’évolution de la langue n’est pas un processus automatique, c’est l’Académie qui, en la corrigeant, devait faire évoluer, ou plutôt faire progresser, légiférer, contenir la langue française. Sinon, et c’est ce qu’il se passe, nous perdrions nos repères. Pour ma part je relève une erreur flagrante quant au sens d’un mot ; le mot lui-même contient des racines avec des significations précises. Je trouve dommage que le mot « monsieur » ait pris un sens si général en supplantant le mot « sieur », cela ne me semble pas bien justifié. Mais passons, mon avis importe peu.

                  Je pense que si vous voyez de l’excès dans mes dires, c’est vous-même qui l’y mettez. Pour deux raisons.
                  La première est que vous ignorez sûrement certains actes, certains faits, et qui n’entrent donc pas en compte dans votre appréciation du sujet ; voilà pourquoi celle-ci diffère de la mienne.
                  La deuxième est que vous vous méprenez. Ce n’est pas moi qui ai traité les prêtres de cloaques d’impureté, mais bien la Vierge Marie, et en cela je ne me fais que le misérable écho. De plus, je n’ai jamais prétendu enlever aux femmes le Sacrement de Pénitence.
                  Je feindrais bien de vous poser une question. Depuis quand applique t-on ce Sacrement, sous cette forme, dans l’Eglise ? Je ne crois pas que ce soit depuis les premiers Chrétiens. Ce que je veux dire, ce n’est pas que je sois contre le fait que l’Eglise catholique par le biais de ses prêtres ordonne et améliore ses institutions pour le bien de ses fidèles. Mais si cela va à l’encontre de ceux-ci, c’est autre chose. La confession des femmes en fait partie. En revanche, il me paraît salutaire que l’on force un peu les Hommes à se confier à quelqu’un de sûr en particulier et qui aiderait par ses conseils : tout le travail du prêtre.
                  Le Sacrement de Pénitence est à part, à distinguer de la confession bien que celle-ci en soit inséparable, seul Dieu l’accorde, mais le prêtre peut se faire l’intermédiaire en certaines occasions. La preuve est que si vous faites une confession sacrilège et que votre confesseur vous accorde toute de même ladite absolution, vous n’êtes pas absous pour autant ; bien sûr, l’on ne trompe pas la Justice divine.
                  Reprenons donc, si les premiers Chrétiens, ou même le solitaire sur une île déserte, demandaient à Dieu le pardon, ils ne le seraient pas parce qu’il n’y aurait aucun prêtre afin de les absoudre de leurs péchés ? Ce serait vraiment étrange et irait contre la Bonté même de Dieu, convenons-en.

                  De même, un prêtre ne saurait me dire : qui, où, quand et comment a t-on institué le Sacrement de Mariage.
                  Pourtant, ils osent prétendre en avoir la possession, et donc le pouvoir de légiférer et d’y attenter. Moi, en toute sûreté je peux répondre que c’est Dieu le Père, en l’Eden, au commencement du monde, et par la réunion d’Eve à Adam, qui institua se merveilleux et saint Sacrement. Ainsi ce n’est pas le prêtre qui marie (d’ailleurs, et pareillement, quand fut débuté ce genre de cérémonial ? bien tard dans l’Eglise), mais bien l’Homme par sa demande à sa future et tendre épouse, qui se fait ainsi opérateur.

                  Mais du reste, je ne veux pas poursuivre plus loin la conversation ; comprenez que ce n’est point mon rôle. Les questions que vous avez à poser, posez les à votre Mari. C’est à lui de vous répondre et de vous enseigner, ou s’il le souhaite, de se renseigner auprès d’un de ses Frères, dans le large sens du terme.

                  Tout de même, pour votre interrogation finale, sachez que je ne prétends pas juger les moindres faits et gestes de personnes, avec toutes les circonstances que l’on ignore potentiellement. Soit les principes, très généraux, que j’énonce (mais que je n’ai pas inventé) sont vrais, et il faut faire de son mieux pour les appliquer dans toutes les situations auxquelles nous serions confrontées. Soit ils sont faux, et il faut exposer les vrais afin de démonter l’imposture.

                  Je ne dis pas que c’est facile de conformer sa vie à la Vérité. Il y a un proverbe qui dit que même les Saints pèchent au moins sept fois par jour…
                  J’essaies d’imiter au mieux Notre-Seigneur Jésus-Christ et la Vierge Marie aussi, dans certains aspects. En effet, nos Âmes ne sont-elles pas les épouses de Dieu. Cette analogie m’a toujours confirmé dans mes principes. Nos Âmes ne sont qu’à Dieu, de même que l’épouse pour son Mari ; ceux qui détourneraient les épouses de cette voie sont semblables aux démons qui nous éloignent de Dieu. L’enseignement (direct ou non) qui ne vient pas de Dieu ne peut que travailler contre Lui. Etc.

                  Faites donc de votre mieux, vous n’avez qu’un Chef et il faut lui obéir, car Dieu l’a voulu ainsi.
                  Pour nous Hommes, c’est moins évident ; comme le dit Saint Paul, notre Chef, Jésus-Christ, Dieu, à qui nous devons obéir absolument ne se manifeste pas aussi clairement que L’Homme pour la femme, dans la vie de tous les jours.
                  Mais si l’on sait écouter, l’on sera toujours bien inspiré.

                  Que le Bon Dieu bénisse votre Epoux, lui et tous les siens, particulièrement vous.

                  • Catherine says:

                    Et si mon mari me commandait de commettre un crime. Devrais-je lui obéir?
                    Je pense qu’en obéissant d’abord et surtout à notre chef suprême, Notre Seigneur Jésus Christ, on est plus sûr de se sauver.

                    Ceci dit tout en respectant la soumission de la femme à son époux. Mais nous n’avons pas la même vision de la soumission. Je trouve que la vôtre ressemble plutôt à celle de Michel Houellebecq.

                    Bon, trêve de polémique stérile, sachez, Monsieur Lars, que je ne vous oublierai pas dans mes prières et j’espère bien qu’un jour on pourra remettre toutes ces questions sur le tapis à la Lumière de la Vérité.
                    Par contre votre intervention dans ma vie saura porter ses fruits. Je vous demande humblement beaucoup de prières pour moi qui en ai beaucoup besoin.
                    Je vous salue.

      • marc.sorede says:

        Bon, en même temps le Léon D. vouait une admiration sans borne à Hitler, qui le lui rendait bien (« si j’avais eu un fils… » lui disait-il)…
        Courage physique…mais dans la SS.wallonie..Oh on peut admirer le soldat (mais en même temps…histoire écrite par lui même… Il s’en est tiré…là où tous ses potes sont tombés…le chef est sauf…l’honneur je sais pas trop…
        Ça l’a pas empêché par la suite de fanfaronner avec de beaux uniformes de colonel SS dans l’Espagne d’après guerre..
        Ça sent plutôt le soufre…
        Alors pour un chrétien fervent, il peut repasser, Adolf vomissant d’ailleurs notre religion…
        Les âmes qui brûlent ? Bonne image… Où est il votre Léon? En enfer?
        Sinon, comme auteur spirituel, y’a franchement mieux..

        • Jaguar says:

          votre com prouve que vous ne connaissez ni l’homme ni le sujet, alors…

          • marc.sorede says:

            Un catho nazi…cherchez l’erreur.
            Tout ce que j’ai dit est rigoureusement exact…l’admiration vouée à l’homme sûrement passablement mytho ne doit pas occulter le reste…

          • marc sorede says:

            alors le sujet: son bouquin « les âmes qui brûlent »…je l’ai en main: 2 brefs chapitres, les 12 et 13, avec des considérations sur le calvaire…très belles en soi, je vous l’accorde sans problème. le reste? de l’humain, rien que de l’humain. oh, intéressant et plein de force, mais ça ne fait pas de vous un auteur catholique. et la photo de l’auteur en page 4 de couverture? toujours avec sa croix de fer (la nazie) autour du cou…bon…

            • Jaguar says:

              Prophétie politique de Léon Degrelle

              « Où se trouve la solution? Eh bien, je vais vous surprendre, au risque de déchaîner contre moi la colère de nouveaux ennemis: j’attends beaucoup du peuple russe. Il représente une force encore saine et il ne supportera pas éternellement son régime de bureaucrates gâteux dont l’échec est total dans tous les domaines.

              J’espère qu’un jour un jeune Bonaparte sortira de l’Armée rouge comme aurait pu le faire Toukhatchevski en 1938, et qu’il rompra avec le fatras idéologique débile qui étouffe la plus grande nation blanche qui soit encore décidée à agir sur l’histoire.

              Là où Napoléon et Hitler ont échoué, c’est peut-être le fils de l’un de nos adversaires du Caucase et de Tcherkassy qui réussira en rassemblant autour de la Russie, guérie du virus communiste, tous les peuples européens pour entraîner le monde dans une nouvelle marche en avant. »

              Léon Degrelle – Interview recueillie par Jean Kapel et publiée dans la revue «Histoire magazine», N° 19, septembre 1981.

              • Dorein says:

                C’est comme cette histoire du gars qui regarde le doigt au lieu de regarder ce qu’il montre…

                Si vous permettez…
                Degrelle, l’épervier.
                L’éloquence, la force persuasive, une volonté de fer.
                Ses dons de tribun et de meneurs d’hommes.
                « Si vous n’êtes pas absolument sûr que vous posséder en vous ces formes énormes et mystérieuses qui font qu’on prend les gens, c’est même inutile de commencer. Et puis il faut une force physique terrible […] Un conquérant de peuple doit être un enchanteur, il faut enchanter les foules comme on enchante une femme. Quand je me trouvais en face d’une foule, je la possédais, comme on possède un être cher, un être beau, c’est exactement du même orgasme. […] J’ai là en face une foule immense […], il y a là une masse immense, toute noire, des jeunes, des vieux, des ouvriers, des paysans, des riches, et je me mettais en plein vol comme un épervier, je faisais mes tours au-dessus d’elle […] et puis tout d’un coup je plongeais : j’avais la bête. »

                Degrelle, le cœur, la flamme
                « Ce qui m’a passionné c’est la masse ouvrière. Parce que pour moi, être un chef de peuple, PEUPLE, ce mot magnifique, PEUPLE, ça ne veut pas dire être chef d’une administration, d’un réseau politique, ça veut dire être le conducteur de millions d’êtres humains qui ont un cœur, qui ont des passions, qui ont des besoins et à qui il faut donner le bonheur. Ce peuple, personne à ce moment-là ne le possédait, ni les socialistes ni surtout les anti-socialistes. Les socialistes avaient perdu le contact avec le peuple. Si la grande bagarre des fascismes est arrivée c’est parce que les peuples étaient complètement dégoûtés d’un socialisme qui leur avait été bienfaisants mais qui était devenu une machine bourgeoise sans cœur, sans flamme. Ces masses étaient à prendre. Comment les prendre? C’est d’aller où ils vont. »

                Ces deux passages sont recopiés (par moi, alors excusez si j’ai fait quelques fautes d’orthographe), recopiés d’un documentaire en deux parties.
                « Leon Degrelle, autoportrait d’un fasciste » de Hagal Rune.
                1ere partie :
                https://www.youtube.com/watch?v=T0QYzV5Jygs
                2 eme partie :
                https://www.youtube.com/watch?v=09pkBEZwrLo

                Les deux passages sont à 17’27 » et à 19’47 » de la première partie.

                Le deuxième passage est d’une actualité qui m’émeut presque quand j’écoute Degrelle le dire. Et je pense aux hommes qui attendant, ces hommes dont a parlé hit Jaguar.

                Pour autres infos :
                Dregelle a été formé chez les Jésuites. Il fut un jeune homme… moderne. A 20 ans, il va parler dans les grands collèges catholiques. Il remporta un franc succès. On l’appelait le beau Léon. Il se forme alors des milliers de disciples, des milliers de jeunes garçons, et de jeunes filles. On a perlé à l’époque de sex-appeal…

                • Dorien says:

                  Pardon, il faut lire :
                  on a parlé de rex-appeal…
                  Maudit correcteur d’orthographe, lui non plus ne connait pas Léon Degrelle. MDR

                  • Jaguar says:

                    Il y avait chez Leon Degrelle une fermeté, une conviction, une Foi que peu d’hommes possèdent, hurler sans cesse « nazi » derrière des hommes de cette « trempe » sans admettre le moindre examen objectif des faits, ce n’est pas de l’Histoire sinon de l’Hystérie…

                    • Dorien says:

                      C’est plus simple, comme vous dites, d’hurler « nazi » et de ne rien « vouloir voir et reprendre de ces hommes comme Degrelle (d’ainsi les jeter dans les poubelles de l’Histoire pour ne surtout pas s’interroger). C’est pour ça que j’ai pensé à mettre les url du documentaire sur lui.
                      Après, les œillères de que veulent voir advenir un monde d’ordre et d’autorité, mais n’accordent rien à des hommes comme Degrelle, et bien, ils font le jeu de ceux qui nous gouvernent, ces socialistes ou droite UMP… Ils commentent, et puis c’est tout.
                      Que ceux qui veulent savoir qui était Degrelle aillent regarder le documentaire.
                      Merci Jaguar.

  18. Lars says:

    Le plus important vraiment est le souci des Âmes, or à l’heure actuelle, celui ne passe pas par un combat politique mais bien spirituel. C’est difficile de le reconnaître, mais nuls seront les efforts politiques sans l’intervention de Dieu, pire encore, ceux-ci nous détourneront de l’essentiel.
    Nous avons un devoir de reconnaître cette impasse, de prendre tous les moyens spirituels possibles afin de nous protéger nous-mêmes et nos proches, puis de subir patiemment, car la vie du Chrétien a toujours été semée de souffrances, son véritable combat est dans la lutte contre les forces invisibles. Notre-Seigneur Jésus-Christ attend de nous que nous demeurions debout, Lui-même a réclamé la vengeance, Lui-même s’occupera de nous rendre justice !

    Tout cela ne veut pas dire que le Chrétien ne doit pas prendre les armes quand il le faut. Pour protéger les siens, pour la Foi plus encore. En revanche, il n’a pas le droit à l’illusion, de penser qu’il pourrait élever un géant aux pieds d’argile, une autorité sans principes. Ce qu’il manque aux Chrétiens, c’est bien des principes solides, une doctrine nette et irréfutable, une foi ardente et exemplaire, en un mot ce qui fonde l’unité et la conversion d’une multitude.

    Mais tout cela, ces principes, cette doctrine, ils ne manquent pas vraiment, ils ont déjà été. Non, ce qu’il manque réellement, c’est des hommes qui en sont animés et qui en vivent !
    Eh bien, au vu de la situation, il vaut mieux préserver le peu qui nous reste de nourriture, et même insister sur la qualité, afin que le moment venu celle-ci soit le germe d’une renaissance plénière. A l’instar de la multiplication des pains, laissons à Notre-Seigneur le soin de la quantité, Il saura rassasier ses fidèles.

    • Catherine says:

      Lars

      Ce sont donc bien mes convictions en effet, que je transmets du mieux que je peux à mes enfants, en espérant qu’ils les transmettront eux-mêmes à leurs enfants, ou qu’ils en meurent si Dieu leur demande le martyr, ce dont ils sont évidemment bien conscients…..

      Et pour les autres, ma Foi, qu’ils ouvrent les yeux, qu’ils voient et qu’ils croient. C’est tout ce qu’on peut leur souhaiter.

  19. Jaguar says:

    Merci Dorien , le fait qu’il reste des personnes comme vous prouve que tout n’est pas perdu, pour votre question sur « Certains hommes sont prêts et guettent le signal… », je vous dirais qu’il est un peu difficile de traiter ce sujet sur internet dans un site certainement surveillé 24/24 mais sachez qu’il existe des hommes prêts moralement et matériellement qui attendent « dans l’hombre » le moment venu et que ce moment est peut-être proche, beaucoup de signaux sont « au rouge vif » (un krach obligataire est probablement en cours, le plus gros krach obligataire de tous les temps ??) et nous savons tous les conséquences que cela va provoquer… Mais patience, Foi et courage, Dieu tiendra la lampe allumée et nous guidera, l’avenir nous appartient…

    • Catherine says:

      Chers Jaguar, Dorien, lars, Marc Sorede,

      Oui merci d’être là les gars. Effectivement ça fait plaisir de savoir qu’il y a encore des Hommes sur terre. Vous n’êtes plus qu’une poignée, les gars…. Alors attention, votre Force ne vient pas de vous, messieurs, votre force doit reposer sur Dieu. Oui, vous êtes les gars qui combattront mais vous n’aurez la victoire que si vous la demandez à Dieu. Ne l’oubliez pas!!!

      J’ai discuté avec une amie belge de monsieur Léon Degrelle qui avait eu des contacts assez étroits avec sa famille. Elle m’a affirmé que ses contacts avec Hitler et autres « mal vus » étaient bien motivés par l’interruption de la progression du bolchévisme en Europe. Par contre ses prises de position par rapport à certains évêques de Belgique lui ont fait beaucoup de tort et c’étaient bien des oppositions de caractère, des batailles d’hommes. Il était peut-être bien bon catholique, mais ses erreurs jusqu’à la fin de sa vie (mariage avec une divorcée, même incinération), ont fait que son action n’a eu qu’une portée très médiocre sur son pays. La Belgique, de nos jours, est encore plus pourrie que la France. A peine 15 ans après sa mort, il ne reste plus rien de son combat.
      Il lui manquait vraiment une dimension surnaturelle.
      Alors les gars, ne faites pas la même erreur. Voyez le putch d’Alger, les coups d’état ratés, les assassinats qui ne mènent à rien. Il faut se servir des erreurs de l’Histoire pour ne pas les répéter.
      Il faut, Messieurs, que la volonté divine guide vos gestes…. Sainte Jeanne d’Arc doit être votre modèle, plus que Léon Degrelle….

      • Jaguar says:

        Catherine,
        en son temps, le charismatique Léon Degrelle remplissait les palais des sports d’Anvers et de Bruxelles lors de ses meetings, mais comme aujourd’hui le camp « antifasciste libéral & démocratique » attaquait avec une violence inouïe tout individu défendant une doctrine nationaliste ou réactionnaire en le confondant publiquement (par calcul électoraliste) à un pro-allemand. Cette propagande réussit fort bien en Belgique et les espérances politiques de Degrelle s’évaporèrent brutalement, au profit de politiciens corrompus et magouilleurs, (comme les notres). Degrelle avait laissé passer sa chance quelques mois auparavant quand il pouvait encore compter sur un nombre relativement important de généraux et d’officiers dans une conquête moins « démocratique » du pouvoir.
        Il s’en mordit les doigts, le temps de la paix et de sa propre sécurité était bel et bien achevé!
        La guerre déclarée, le 10 mai 1940, des soldats français vinrent le rafler au mépris de son immunité et de son statut de député et il fut déporté en France avec ses camarades, beaucoup furent torturés et fusillés le 20 mai.
        Léon Degrelle lui-même dut subir les pires outrages, torturé, battu, des coups innombrables lui coûtèrent douze dents, et ces « démocrates » entre autres sévices lui urinèrent dans la bouche fermement maintenue ouverte par ses tortionnaires…
        A ce sujet Léon Degrelle n’a jamais essayé de se venger, en 1941 il en avait la possibilité mais il se contenta de porter plainte et de faire condamner 3 des ordures responsables à des peines de prison, beaucoup à sa place auraient réagi « autrement » je vous l’assure… Tout cela prouve sa grandeur d’âme et sa noblesse.
        Catherine, rassurez moi, l’incinération fait de nous de mauvais chrétiens ??
        Jeanne d’Arc est une sainte et un modèle mais je puis vous assurer que le portrait de Léon Degrelle restera encore longtemps présent chez moi…

        • Catherine says:

          Mon cher Jaguar

          C’est bien intéressant de discuter avec vous.

          Encore une fois vous utilisez ce mot trop vague de Chrétien dans « mauvais chrétien ». Les protestants sont chrétiens, les orthodoxes sont chrétiens. Ils ne sont pas catholiques.
          Je suis donc allée chercher sur Google la position de l’Église catholique et voici ce que j’ai trouvé. L’Église Catholique a toujours condamné l’incinération jusqu’en 1963 où les autorités romaines l’ont tolérée mais déconseillée. Cette décision du concile Vatican II ou de ses suites font parties de ces nombreuses réformes modernistes qui ont plongé les catholiques dans un flou plus que douteux et qui au lieu d’éclairer les esprits de façon sûre, les laissent décider de ce qui est bon ou mauvais: relativisme désastreux.
          Voici un lien qui donne une idée précise de la doctrine de l’Église universelle.
          http://laportelatine.org/publications/lectures/jailupourvous/incineration/incineration.php
          Comme ça en sus, vous saurez quelle catholique je suis.
          En tout cas pour ce qui concerne un mariage avec un(e) divorcé(e) l’Église est encore ferme dans ses positions: c’est un péché d’adultère. Pas encore pour longtemps, je sais, notre pape François va continuer de plonger l’église conciliaire encore un peu plus bas dans le gouffre sans fond où elle descend de plus en plus vite. Mais la doctrine Catholique de l’Église, une, sainte, catholique et apostolique restera ferme dans son enseignement et déclarera toujours que le mariage entre divorcé est peccamineux.
          Donc pour en revenir à notre Léon Degrelle,dont la grandeur d’âme et la noblesse ne sont plus à prouver, je persiste à dire qu’il lui manquait une dimension spirituelle et surnaturelle qui lui aurait permis de réaliser de grandes choses qui auraient duré (je pense entre autre à la création d’une Europe non asservie aux USA par exemple). Vous comprenez, Monsieur Jaguar?
          En fait l’Ennemi à abattre ce ne sont pas nos guignols de gouvernants, ni même les djihadistes,ni les femens ou autres Homos, non l’Ennemi à abattre c’est le système, c’est la franc-maçonnerie, c’est le sionisme. Et le chef de ce système, c’est Satan. Alors comment s’y prendre? En soumettant notre volonté à la Volonté de Dieu, en obtenant de Dieu les grâces et la Force pour mener à Bien des actions mûrement réfléchies car oui Dieu se sert des hommes pour accomplir sa Volonté sur terre et Il a besoin d’âmes généreuses. Ces grâces s’obtiennent par une prière continuelle, des sacrifices toujours plus nombreux, et la réception fréquente et quasi quotidienne des sacrements. Je ne saurais trop vous recommander les retraites de saint Ignace de Loyola, puissant générateur de grâces.
          Voilà ma vision des choses . Car entraîner la France dans un chaos sans restaurer le Règne de Notre Seigneur Jésus Christ, on peut laisser les gouvernements se charger de cette besogne, ils s’en sortent parfaitement.
          Je ne sais si je suis bien placée pour vous parler de la sorte, monsieur Jaguar, pardonnez mon audace.

          • Catherine says:

            encore une petite remarque. Monsieur Zemmour remplit lui aussi des salles combles qui viennent l’écouter…. Mais aura-t-il le courage d’aller jusqu’au bout de son raisonnement et de dire que la seule solution à essayer, c’est le règne social de NSJC?

    • Dorien says:

      Rien n’est jamais perdu. Au contraire de tant d’autres dans notre pays, je ne suis pas un défaitiste ou, pire, un découragé. J’ai la passion et l’envie. Ce n’est pas que je sois un optimiste borné mais la désespérance n’est pas mon truc. Il faut être positif. La force est comme la joie. Il faut les deux. Même si par ces temps je ne vois à l’horizon aucun combattant digne de nos héritages. Je garde une sorte d’espérance (j’ai dû naître avec car je l’ai toujours eu). Et rester les bras croisés est aussi quelque chose que je ne sais pas faire. Je suis Français, je suis Européen, je suis d’un peuple, j’ai une histoire, des ancêtres ; je suis d’une culture, d’une civilisation. Je suis fier de mon sang et de mes héritages. Ils sont ma force. Jadis, naguère, des hommes sont morts pour que je vive ici chez moi, chez nous. Ils sont ma mémoire, ma force, ma joie.
      S’il est difficile de traiter un certain sujet ici, on peut peut-être voir comment se contacter autrement. Moi, j’en serais heureux. Un gars qui trouve un truc comme « dans l’hombre » ne peut pas être complétement inintéressant ! La stimulation, et encore plus l’émulation. Et puis moi, si on sait m’emporter, me prendre là où j’attends d’être utile… Un échange constructif permet toujours au minimum de s’améliorer soi-même et de donner à l’autre, de progresser, ou simplement se faire un nouveau Kamerad. Comme dirait l’autre : je suis « open ».
      Dites-moi, quel genre de krach voyez-vous venir?
      Ouais, ce serait sympa et stimulant de poursuivre cet échange en liberté.

  20. Jaguar says:

    Dorien,
    Pour un contact, je vais voir comment on pourrait procéder, avez vous une idée…?
    Pour la question du (possible) krach, allez jeter un coup d’oeil sur la page suivante http://www.lecontrarien.com/

    • Dorien says:

      Jaguar,
      A part l’idée d’une connaissance commune dont on aurait chacun l’@ (genre un blog qu’on lirait tous les deux), non, je ne vois pas. Mais je n’abandonne pas l’idée d’échanger avec vous. Autrefois je lisais le blog « Au milieu des ruines » d’un certain Ivane, mais même si j’ai encore son @, depuis qu’il a « privatisé » l’accès à son blog, je ne le lis plus et je n’ai pas discuté avec lui depuis des années.
      J’y réfléchis.
      Pour le lien sur la question du krach, j’ai regardé mais j’avoue que l’économie, les histoires de placement, c’est pas ma tasse de thé. Je le lirais sérieusement ce soir.
      Moi je serais plus dans l’esprit « Casapound », dans cette volonté sociale et culturelle d’intervenir sur le réel pour…
      Vous avez dit quoi l’autre fois? L’avenir est devant nous, c’est ça. Et les jeunes sont là aussi. Nous avons quelque chose à faire. Oui, alors en avant. Je vous salue comme il se doit…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com