MARGARET_SANGER-planning-pathé-mpi

C’est une vidéo glaçante qui a été retrouvée parmi les archives cinématographiques Pathé à propos de Margaret Sanger (1879-1966). Rappelons que celle-ci avait promu la contraception et l’avortement dans le but de limiter les populations des noirs en Amérique. Elle avait même soutenu le Klu Kux Klan. Elle est devenue la fondatrice de International Planned Parenthood et du planning familial malgré ses idées profondément racistes. Elle est l’égérie passée du gouvernement Obama. Il a même été créé un Prix Margaret Sanger qui est une consécration de cet eugénisme rappelant « les pages les plus sombres etc. » Le prix a été attribué l’an dernier à Hillary Clinton, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères de l’Amérique, pour la promotion internationale qu’elle fait de l’avortement.

margaret-sanger-kkk-meeting-mpi

Margaret Sanger en son temps, avait proposé que chaque famille demande un « permis d’avoir un enfant » ; lequel aurait été accordé selon la race et les conditions économiques des demandeurs. Sous-entendu : les noirs pauvres n’y auraient pas eu droit.

eugenics-and-birth-control-mpi

Dans cette vidéo de 1947, Margaret prend tranquillement le thé au Dorchester Hôtel, un hôtel cinq étoiles de Miami avec son directeur John Parsons. Elle porte le nom de Slee venant de son deuxième mariage. Elle explique à son interlocuteur que des régions entières ne doivent plus mettre au monde des enfants. Celui-ci suggère alors à tort que les Européens n’aient plus d’enfants pendant dix ans. Elle répond que c’est le Tiers Monde qui doit cesser toute reproduction durant dix ans. Elle défend sa politique de contrôle des naissances. Il lui est demandé si cette suggestion n’est pas irréaliste. Ce à quoi elle répond que cette dernière est pratique, intelligente et humaine. Celui qui pose les questions ajoute alors que dans l’après-guerre au Royaume-Uni, « avoir des enfants est la seule chose qui reste, qui est à la fois non rationnée et non imposée. » Elle répond que c’est une affaire personnelle que les parents doivent décider. Elle ajoute qu’ « il faudrait qu’il n’y ait plus de bébés. » (It should be there are no more babies)

Affirmation curieuse en réalité nihiliste : comment l’Humanité peut-elle survivre en bloquant la croissance démographique et en n’ayant plus d’enfants ? Ce serait sa fin. Telle est la proposition de Margaret Sanger : la disparition de l’Humanité.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Exquisiteur says:

    Dans ce meme blog, un commentaire était  » bientot les mariés homogenre vont demander l’obligation au couple hétéro de payer une taxe de 50 000 euros pour le droit de concevoir un enfant. »
    CECI au nom de l’EGALITE des Droits fiscaux, les « homogenre » devant payer 50 000 euros pour « acheter » un enfant donc il y avait inégalité devant les dépenses sur un droit.

    Bravo la LGBT.

  2. Ian Allan says:

    Je ne suis pas du tout apologiste de cette femme, mais l’article du Dr Dickès exige exceptionellement une rectification et une mise en garde. La rectification:

    Puisque (It should be there are no more babies) n’est pas anglais – du moins, ce n’est pas l’anglais d‘un locuteur maternel, homme ou femme, et il s’agit bien ici d’une locutrice maternelle –, j’ai écouté deux fois le passage. Ce qu’elle dit est : ‹ I believe that there should be no more babies, [… .] › ‘Je crois qu’il ne devrait plus y avoir de bébés, [… .]’. Ma ponctuation chercher à représenter son intonation montante, qui est celle d’une phrase brusquement interrompue à la fin d’une proposition subordonnée qui va avoir une suite dans la même phrase. Exemple inventé pour illustrer : ‹ I believe that there should be no more babies, except in cases where […] › ‘Je crois qu’il ne devrait plus y avoir de bébés, sauf dans des cas où […]’. La mise en garde :

    Il est très facile de truquer les enregistrements sonores et encore plus facile de tromper l’auditeur quand il s’agit comme ici d’un vidéo. Le truquage s’est fait ici en coupant la phrase avant sa fin. Il faudrait donc remonter à l’original avant de diffuser ce vidéo plus largement. Proverbe anglais : ‘He who sups with the devil should use a long spoon’.

  3. Si Margaret Sanger a donné une conférence devant le Klu Klux Klan, il faut signaler qu’elle en a rendu compte en signalant qu’elle n’avait jamais été aussi mal à l’aise dans sa vie.

    Je vous renvoie à ma page facebook pour une appréciation plus nuancée.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com