Connaissez-vous l’histoire de Georges, un catholique que d’aucun qualifierait de non perplexe (2) ?

« Fin août 1976, Georges assistait à la messe de Lille qui fit connaître au monde entier le combat de Mgr Lefebvre pour la Tradition. Son curé l’avait menacé : « Vous suivez un évêque rebelle qui célèbre une messe interdite ». »

Georgette y était elle aussi. Et elle entendit l’archevêque y prononcer des mots qui résonnent encore à ses oreilles :

« Cette union adultère de l’Église et de la Révolution se concrétise par le dialogue. L’Église, si elle a à dialoguer, c’est pour convertir. Notre-Seigneur a dit : « Allez, enseignez toutes les nations, convertissez-les ». Mais il n’a pas dit : « Dialoguez avec elles pour ne pas les convertir, pour essayer de vous mettre sur le même pied qu’elles ». L’erreur et la vérité ne sont pas compatibles. Si on a de la charité pour les autres – et, comme vient de le rappeler l’Évangile, celui qui a la charité, c’est celui qui sert les autres – si on a de la charité pour les autres, on doit leur donner Notre-Seigneur, leur donner la richesse que l’on a et non pas converser avec eux, dialoguer avec eux sur un pied d’égalité. La vérité et l’erreur ne sont pas sur un pied d’égalité. Ce serait mettre Dieu et le diable sur le même pied, puisque le diable est le père du mensonge, le père de l’erreur. »

Revenons à Georges. « En 1988, il est allé aux sacres épiscopaux à Ecône, et son curé à la messe duquel il avait cessé d’aller, l’a averti : « Vous êtes tous schismatiques, vous et vos évêques ». Lorsqu’il s’est marié à Saint-Nicolas du Chardonnet, son curé l’a assuré qu’il ne l’était pas. Il avait l’habitude de se confesser à un prêtre de cette église, son curé lui disait qu’il ferait aussi bien d’aller voir une assistante sociale, car ce prêtre ne pouvait pas plus qu’elle absoudre les péchés. »

Georgette entendit la même chose, elle suivit le même parcours que Georges et se retrouvèrent compagnons de lutte dans ce formidable combat de la Foi.

Mais dans cette fraternité de combat, apparurent soudain les noirs nuages de la division. On lui rapporta ces éléments étranges :

« En 2007, Georges a appris que la messe tridentine n’avait jamais été abrogée, et que depuis 30 ans il n’assistait pas à une messe interdite. »

Certes, se dit Georgette, le Motu Proprio Summorum Pontificum qui reconnait que l’ancienne messe n’a jamais juridiquement été interdite ne fait que constater le droit…ce qui n’est pas si mal. Mais il ne m’apprend rien. Et même, il me chagrine, car il ne rend pas justice de 50 ans d’interdiction de fait et confirme la liturgie neo-protestante de Paul VI comme forme habituelle, reléguant le rite catholique au rang d’ « extraordinaire » !

Georges : « En 2009, malgré les foudres brandies par son curé, l’évêque qui avait confirmé ses enfants n’était pas excommunié. »

Georges m’inquiète se dit Georgette, car jamais nous n’avions cru à cette faribole d’excommunication. Qui plus est, le décret romain ne dit pas que cette excommunication n’a jamais été valide, bien au contraire, il en réaffirme la validité et dit simplement que « ses effets juridiques sont annulés ». Et Georgette est troublée d’entendre le Supérieur Général de la FSSPX parler de retrait alors qu’il s’agit d’une simple levée, confirmant donc la sanction originelle.

Georges : « En 2015, le prêtre qui reçoit sa confession le fait validement, ce dont il ne doutait pas mais qui devrait rassurer son curé, – peut-être pas au point de venir lui-même à confesse à Saint-Nicolas… Ce mois-ci, il sait que le prêtre qui l’a marié validement, n’a pas l’obligation de le remarier, ce qui permettra certainement à son curé de le féliciter, avec quelques décennies de retard… » »

Georgette continue de se confesser régulièrement à St Nicolas, mais contrairement à Georges, elle se contrefiche des états sentimentaux du curé de ce qui aurait dû être sa paroisse. Elle a appris d’ailleurs que ce dernier ne vit plus seul, qu’il bénit les « unions » homosexuels et organise des cérémonies interreligieuses pour fraterniser avec l’imam local. Il a cependant refusé que Georgette se marie dans son église…

Mais quand Georgette entend Georges lui dire que « ce mois-ci, il sait que le prêtre qui l’a marié validement, n’a pas l’obligation de le remarier », elle se dit que vraiment Georges se moque du monde, car le décret romain dit exactement le contraire. (1)

« Georges n’a jamais été un catholique perplexe. Aujourd’hui il a une certitude : en dépit de toutes les critiques, il a bien fait de suivre Mgr Lefebvre qui a transmis ce qu’il avait lui-même reçu. »

Georgette fut une catholique perplexe : elle lut d’ailleurs à l’époque cette lettre qu’adressa Mgr Lefebvre et qui la confirma dans le combat de la Foi. Aujourd’hui plus que jamais, elle se dit qu’elle a bien fait de suivre Mgr Lefebvre qui a transmis ce qu’il avait lui-même reçu.

Hélas aujourd’hui aussi, elle reste perplexe devant la rhétorique de Georges et de ses amis, et plus que perplexe sur l’attitude du successeur du grand archevêque. Elle n’entend plus les mises en garde comme pouvait les prononcer Mgr Lefebvre, il lui semble bien que le silence s’est imposé comme le plat de lentille pour obtenir tous ces faux avantages que lui vante de façon peu honnête son ancien ami Georges.

Silence avant, pendant et après le Synode sur la famille ; silence sur l’instauration d’un « divorce catholique » lors de la réforme des procédures de nullité de mariage ; silence sur Amoris Laetitia ; silence sur la réhabilitation de Luther et l’accueil solennel de sa statue au Vatican, le 13 octobre dernier. Ce jour-là, toujours au Vatican, « on » marchandait dans la salle d’à côté une éventuelle prélature pour la FSSPX ; « on » se pourfendait même d’un communiqué béat à ce sujet, sans dénoncer nullement ni faire allusion aucune au terrible scandale dont était sali ce jour anniversaire des apparitions de Fatima. Georgette fut contristée qu’en ce jour il n’exista pas de Polyeucte présent au Vatican pour renverser la statue de l’hérésiarque Luther.

Oui, contrairement à Georges, Georgette a des doutes. Elle pense qu’on la trompe. Elle est affligée par les compromissions et les ambiguïtés de toutes ces autorités ecclésiastiques qui appliquent aux différents religieux une rhétorique politicienne.

Georgette pleure de cette course à la « reconnaissance ». Elle qui s’est mariée dans une petite chapelle, elle aurait aimé elle aussi avoir une belle église. Mais elle a refusé qu’un prêtre conciliaire reçoive l’engagement de son amour et de sa fidélité à son époux, ce à quoi dorénavant les actuels dirigeants de la FSSPX laissent la porte ouverte. Elle voulait que ce don qu’elle fit d’elle-même fût fait devant un ministre vraiment catholique, sans recherche de vilains accommodements, sans risque de semer la confusion dans des temps déjà si troublés.

Georgette avait repensé à cette belle figure de Reine, Marie Antoinette, qui quelques instants avant de monter à l’échafaud, avait refusé les offices d’un prêtre jureur qui lui proposait de l’entendre en confession. La reine vraiment catholique avait embrassé la palme du Martyre.

Oui, Georgette est perplexe. Elle souffre dans son âme de chrétienne de tous ces abandons et reniements. Mais elle sait aussi que l’Eglise a les promesses de la Vie.

Christian Lassale et Lina Rançelot

————————————————

(1) Analyse du commentaire « autorisé » de la Maison Générale concernant la lettre de la commission Ecclesia Dei

Le commentaire « autorisé » de la Maison Générale concernant la lettre de la commission Ecclesia Dei afférente aux mariages célébrés dans la FSSPX mérite qu’on s’y arrête un peu.

Le texte fait un parallèle stricte entre la juridiction accordée pour les confessions et celle qui aurait été donnée pour les mariages :

« Le cardinal Müller achève sa lettre en rappelant quelle est l’intention du pape. D’une part il entend enlever « les doutes sur la validité du sacrement de mariage » contracté devant un prêtre de la Fraternité. En recevant la délégation de l’évêque, celui-ci ne peut plus être considéré comme irrégulier lorsqu’il célèbre un mariage. D’autre part le pape entend « faciliter le chemin vers la pleine régularisation institutionnelle ». […] Tout un chacun pourra apprécier l’habileté qui consiste à donner les pouvoirs de confesser ou de recevoir les consentements matrimoniaux, autrement dit de régulariser – au moins ad casum – le ministère de prêtres d’une société ecclésiastique irrégulière.». »

Sauf qu’à aucun moment le texte Romain n’affirme qu’un évêque peut donner délégation de façon habituelle à un prêtre de la FSSPX :

« En cas d’impossibilité ou s’il n’existe pas de prêtre du diocèse qui puisse recevoir le consentement des parties, l’Ordinaire peut concéder directement les facultés nécessaires au prêtre de la Fraternité qui célébrera aussi la Sainte Messe, en lui rappelant qu’il a le devoir de faire parvenir au plus vite à la Curie diocésaine la documentation qui atteste la célébration du Sacrement. »

Le texte romain parle ici uniquement d’un état de nécessité et ne permet donc pas à un évêque de déléguer de façon habituelle un prêtre de la FSSPX. Ce qui veut dire en d’autres termes que Rome affirme officiellement que les mariages célébrés par les prêtres de la FSSPX sans délégation diocésaine (99,99 % des cas) sont invalides. Et c’est pour cette « sollicitude pastorale » que Mgr Fellay a remercié « profondément » le pape ! Le cardinal Muller enlève donc bien les doutes, mais dans le sens contraire de ce que dit la Maison Générale : elle réaffirme l’invalidité des mariages dans le FSSPX.

Mais comme un contresens ne vient jamais seul, le « commentaire autorisé » dit un peu plus loin :

« Et nul doute que, dans l’hypothèse où l’Ordinaire refuserait et de désigner un prêtre délégué, et de « concéder directement les facultés nécessaires au prêtre de la Fraternité », celui-ci célébrerait validement en vertu de cet état de nécessité, tandis que l’évêque s’opposerait manifestement à la volonté du chef de l’Eglise. »

Sait-on seulement lire chez ces « commentateurs autorisés » ? Qui a lu que « dans l’hypothèse où l’Ordinaire refuserait et de désigner un prêtre délégué l’évêque s’opposerait manifestement à la volonté du chef de l’Eglise » puisque précisément le cardinal Muller précise que « l’Ordinaire peut concéder directement les facultés nécessaires au prêtre de la Fraternité » uniquement « en cas d’impossibilité ou s’il n’existe pas de prêtre du diocèse qui puisse recevoir le consentement des parties ».

Un commentaire autorisé qui s’autorise beaucoup de liberté dans la compréhension de ce qu’il prétend commenter…jusqu’à en dire le contraire.

————————————————

(2) Itinéraire de Georges, un catholique non perplexe

Fin août 1976, Georges assistait à la messe de Lille qui fit connaître au monde entier le combat de Mgr Lefebvre pour la Tradition. Son curé l’avait menacé : « Vous suivez un évêque rebelle qui célèbre une messe interdite ». En 1988, il est allé aux sacres épiscopaux à Ecône, et son curé à la messe duquel il avait cessé d’aller, l’a averti : « Vous êtes tous schismatiques, vous et vos évêques ». Lorsqu’il s’est marié à Saint-Nicolas du Chardonnet, son curé l’a assuré qu’il ne l’était pas. Il avait l’habitude de se confesser à un prêtre de cette église, son curé lui disait qu’il ferait aussi bien d’aller voir une assistante sociale, car ce prêtre ne pouvait pas plus qu’elle absoudre les péchés.

En 2007, Georges a appris que la messe tridentine n’avait jamais été abrogée, et que depuis 30 ans il n’assistait pas à une messe interdite. En 2009, malgré les foudres brandies par son curé, l’évêque qui avait confirmé ses enfants n’était pas excommunié. En 2015, le prêtre qui reçoit sa confession le fait validement, ce dont il ne doutait pas mais qui devrait rassurer son curé, – peut-être pas au point de venir lui-même à confesse à Saint-Nicolas… Ce mois-ci, il sait que le prêtre qui l’a marié validement, n’a pas l’obligation de le remarier, ce qui permettra certainement à son curé de le féliciter, avec quelques décennies de retard…

Georges n’a jamais été un catholique perplexe. Aujourd’hui il a une certitude : en dépit de toutes les critiques, il a bien fait de suivre Mgr Lefebvre qui a transmis ce qu’il avait lui-même reçu.

Abbé Alain Lorans

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

40 commentaires

  1. Chouanne says:

    Très belle illustration de l’état de perplexité dans lequel nous plongent les autorités de la Fraternité -et surtout Mgr Fellay-, avec leur penchant pour les compromissions avec la Rome moderniste, alors qu’elles devraient avoir le regard fixé sur la Rome éternelle.

  2. mouette says:

    Ah bon ? Lassalle, il écrit des trucs comme ça ? ha ha ha !

  3. Lionel says:

    Les “conciliaires” ont basculé dans le protestantisme, ils ne sont donc plus œcuméniques puisqu’ils sont en accord avec leurs partenaires schismatiques et hérétiques. Ils trafiquent les textes, tentent de les mettre en harmonie avec ceux des protestants, excommunient les catholiques authentiques, s’attribuent des mérites et des titres auxquels ils n’ont certainement pas droit, battent la coulpe des autres alors qu’ils ont brisé et divisé sans ménagement l’Église par leurs réformes insensées et ont écarté tout esprit de vraie Charité. Ils ne s’intéressent plus au salut des âmes, fréquentent les loges maçonniques malgré l’interdiction formelle et solennelle promulguée par de nombreux Papes, notamment par Léon XIII dans “Humanum genus”…
    Ce sont des imposteurs et des criminels, qu’ils soient anathèmes et disparaissent à jamais de notre mémoire!

  4. Dered says:

    Lionel absolument !
    A l heure du grand passage , leurs tristes habits d usurpateurs leurs seront retirés il ne restera plus que leurs âmes et c est demain.
    L une des 2 loges édifiée contre l église catholique est protestante comme chacun sait
    Dieu et Satan le combat continu , nous sommes confiants sur son issu l un n a jamais rien construit il ne sait pas créé .
    « Je detruirais toutes tes oeuvres »
    « Combien de temps a tu besoin ? »
    Ect ect
    Dieu nous laisse libre à chaque instant , il nous attend indéfiniment

    Au nom de « la laïcité  » (concept maçonnique) nous voyons fleurir de plus en plus de représentation du démon particulièrement auprès de très jeunes enfants

    Il n y a pas rien

    Bonnes fêtes de Pâques

  5. Emmanuel says:

    Notons d’abord qu’il est bien spécifié que la délégation porte sur le consentement des parties et donc pas sur le célébration de la Sainte Messe.

    Ensuite, le texte romain dit: « En cas d’impossibilité ». Il ne dit PAS « U.n.i.q.u.e.m.e.n.t. en cas d’impossibilité ». En l’espèce, la définition de « impossibilité » n’est pas explicitée et le texte indique qu’il peut aussi s’agir de l’éventualité de l’absence d’un prêtre disponible.

    Enfin, les prêtres diocésains étant déjà tous débordés, bien peu seront-ils pour recevoir le consentement des parties sans parler de leur manque probable d’enthousiasme.

    Ce texte romain, tout mal torché qu’il soit, ne mange pas de pain et est plutôt un petit pas en avant sauf bien entendu pour ceux qui ont décidé de continuer à jouer église de leur côté.

  6. Christian Lassale says:

    « En cas d’impossibilité ou s’il n’existe pas de prêtre du diocèse qui puisse recevoir le consentement des parties » : c’est assez clair, il n’y a pas besoin d’aller chercher d’autres cas que ne laissent pas ouverts le texte romain.

    Hélas, les prêtres diocésains ne sont pas vraiment débordés…ils ne font déjà plus les enterrements, et les baptêmes se réduisent à peau de chagrin.

    La réalité c’est que le texte de Menzingen est une tromperie, que leur position est contraire à tous les principes qu’ils ont tenus. Cela s’appelle une trahison.

  7. DUFIT THIERRY says:

    Je dois vous dire que je suis surpris par la violence de cet article contre la Fraternité St Pie X. Rome reconnait ce que tout le monde sait depuis 47 ans : les mariages de la Fraternité St Pie X sont valides. Rien de nouveau. Je ne vois pas en quoi cela peut troubler les catholiques.
    Si vous avez attendu aujourd’hui pour vous en apercevoir vous avez 47 ans de retard.
    Aucune « course à la reconnaissance ». Rome a reconnu en 2007 que la Messe traditionnelle n’a jamais été abrogée : tant mieux, au moins des fidèles qui n’osaient pas assister à la Messe traditionnelle de peur de désobéir se sentent enfin libérés. Les excommunications invalides ont été supprimées en 2009 : ce n’est que justice. Au moins les doutes sont levés officiellement. Rome reconnait que les confessions et mariages de la Fraternité St Pie X sont valides après 46 ans de fausses condamnations : tant mieux. On ne va pas rechercher les injustes persécutions pour le plaisir.

    • Maxime Labole says:

      « Rome reconnaît ce que tout le monde sait depuis 47 ans : les mariages de la Fraternité St Pie X sont valides. »

      Vous avez-vu ça où ? Rome dit exactement le contraire. C’est ce qu’explique fort bien l’analyse en fin d’article. Le problème c’est que la Maison Générale prend ses délires pour la réalité. Si Rome reconnaît dorénavant les confessions, ce n’est absolument pas le cas des mariages. C’est écrit en toutes lettres dans la lettre de Rome.

      • Charette says:

        Rome a donné Juridiction a la FSSPX pour que c’est absolution soit valides ..
        Car , pas de sacrement de pénitence valide sans la juridiction soit de l’ordinaire du diocèse soit directement du Pape … c’est la Foi Catholique !…la foi ne change pas en fonction des problèmes humains du moments .

        • DUFIT THIERRY says:

          « Rome a donné Juridiction a la FSSPX pour que c’est absolution soit valides » .M Charrette, avant de faire la leçon aux autres en disant n’importe quoi commencez déjà à apprendre à parler et à écrire en français. Vous faites de monstrueuses fautes d’orthographe. Votre niveau en théologie est égal à votre écriture.

          • Charette says:

            Mais encore théologiquement ?

            Can. 872 Naz
            En dehors du pouvoir d’ordre, pour l’absolution valide des péchés, il faut chez le ministre un pouvoir de juridiction, ordinaire ou délégué, sur le pénitent.

          • Charette says:

            DUFIT THIERRY , allez ouvrir le catéchisme de St Pie X …
            Cela vous saura plus utile que de bien écrire Français ….
            Surtout pour prétende etre catholique intégralement !..

          • Xavier Celtillos says:

            En soi, Charette a raison : il faut la juridiction pour donner des sacrements valides en ce qui concerne le mariage et la pénitence. Et la FSSPX n’a pas de juridiction ordinaire.
            C’est pourquoi cette dernière s’est appuyée avec raison sur la juridction extraordinaire qui vient de l’état de nécessité et qui est fondée par la demande des fidèles. L’état de nécessité ne disparait pas, et la demande des fidèles non plus, donc la juridiction extraordinaire demeure.
            Or, là est le scandale : le fait que Mgr Fellay remercie pour un texte qui dénie à la FSSPX cette juridiction et donc de fait, qui confirme le fait que Rome considère ces mariages fait dans la FSSPX sans juridction ordinaire sont invalides. C’est inadmissible.

            • Charette says:

              Disons Mr Xavier , que Mgr Fellay connait mieux que vous le Saint Magistère et doctrine Catholique immuable !..

              Car , vous reprenez le meme sophisme que Martin Luther a sont époque, a savoir : ( qui est fondée par la demande des fidèles.)

              Voyons ce que Saint François de Sale répondait en sont temps aux protestants :

              St. Francois de Sales, LETTRE OUVERTE AUX PROTESTANTS a écrit:
              Il faut se ranger à l’Ecriture, en laquelle on ne trouvera jamais que les peuples aient pouvoir de se donner des pasteurs et prédicateurs.

              Cela veut dire Xavier , que le peuple (les fidèles) n’a pas le pouvoir de se donner un pasteur ou prédicateur.
              D’ailleurs , cela est rappelé par le Can. 109 .

              Autre difficulté pour Écône …

              Pourquoi Xavier ?

              Ce qu’il ne faut pas oublier dans tout cela est ce que Pie XII enseignait, dans l’encyclique Mystici Corporis (1943) :

              « Si les sacrements de l’Église sont conférés avec un rite extérieur, c’est le Christ lui-même qui produit leurs effets dans les âmes: (H 53)  »  » En raison de la mission juridique avec laquelle le divin Sauveur a envoyé ses apôtres dans le monde entier ( cfr JN, XVII,18;XX,21), c’est Lui qui baptise, enseigne , gouverne, délie, lie offre et sacrifie par son Église  » (H57)

              Il faut don, avoir une mission juridique Xavier , Saint François de Sales, dit qu’à défaut de cette de cette mission ( Juridiction ordinaire ) , il doit y avoir confirmation par des miracles.

              Est-ce que la FSSPX ou autre organisations ( post concile) ont confirmé leur mission par des miracles physiques comme Notre Seigneur Jésus-Christ !?
              Ni les protestants , ni les calvinistes , ni les schismatiques Orthodoxes , ni la FSSPX , ni les sectes dites Sédévacantistes n’on faits de miracles comme NSJC pour justifier leurs mission extraordinaire !…

              Et de plus Xavier , L’état de nécessité relève de l’équité …
              Au pouvoir législatif se rattache le pouvoir de dispenser des lois ecclésiastiques seulement .

              • Xavier Celtillos says:

                Votre raisonnement est vrai sauf qu’il part d’un postulat faux que même Rome n’a jamais osé soutenir : celui d’accuser la FSSPX de protestantisme (vous dîtes : « Car , vous reprenez le meme sophisme que Martin Luther a sont époque, a savoir : ( qui est fondée par la demande des fidèles.) »)

                Martin Luther voulait au fait une sorte de démocratisation de l’Eglise, ce qu’à enterriné Vatican II. Ce que veulent les catholiques de la FSSPX, c’est conserver la Foi et donc ne pas confier leur âme à des gens qui détruisent la Foi.

                « Suprema lex salus animarum » dit le code. Tout ce qui va contre est caduc, tout ce qui va pour le respecte. Or depuis le concile Vatican II où de façon générale les autorités répandent l’erreur, les fidèle sont dans le droit le plus strict de faire appel à des prêtres catholiques.

                Lors du batpême la liturgie nous fait dire :
                « Que demandez-vous à l’Eglise de Dieu ? La Foi. »

                Ce n’est pas plus compliqué.

                • Charette says:

                  « Que demandez-vous à l’Eglise de Dieu ? La Foi. »

                  Ou est la Sainte Eglise Catholique formellement ?
                  Chez les schismatiques Orthodoxes à Moscou ?
                  A la FSSPX à Econe ou chez les Guérardien l’IBMC à Vérrura ?

                  Parallèlement , Suprema lex salus animarum dit le code , cela est l’équité qui est un jugement fait par une autorité dans une situation donné lequel ne s’applique pas au droit divin & naturel pour les raisons évidentes susmentionnées.

                  Ainsi , comment une loi divine de NSJC peut aller contre le salut ???? la mission ( Juridiction ) de l’autorité est une loi divine de Jésus-Christ !..

                  « Et comment seront-ils prédicateurs s’ils ne sont point envoyés ? » (St Paul aux romains.)

                  Qui t’envoie? Es-tu envoyé de Dieu, ou t’envoies-tu toi-même?” (Saint Robert Bellarmin)

                  Mirari Vos LETTRE ENCYCLIQUE DE N. S. P. LE PAPE GRÉGOIRE XVI

                  Mais que les auteurs de semblables manœuvres sachent et retiennent qu’au seul Pontife Romain, d’après le témoignage de saint Léon « a été confié la dispensation des Canons », que lui seul, et non pas un simple particulier, a le pouvoir de prononcer « sur les règles sanctionnées par les Pères », et qu’ainsi, comme le dit saint Gélase, « c’est à lui de balancer entre eux les divers décrets des Canons, et de limiter les ordonnances de ses prédécesseurs, de manière à relâcher quelque chose de leur rigueur et à les modifier après mûr examen, selon que le demande la nécessité des temps, pour les nouveaux besoins des églises » (S. Gelasius PP. in Ep. ad Episcop. Lucaniæ).

                  Bref , vous etre dans un certain subjectivisme hétérodoxe Xavier …

                  • Xavier Celtillos says:

                    Le subjectivisme commence quand on fait fi du réel. Et le réel c’est que cette Eglise conciliaire arrache la Foi aux gens et mène à l’apostasie des nations. C’est un constat.

                    Que ce constat plaise ou pas, qu’il remette en cause tel ou tel élément de théologie, peut-être. Mais les faits sont là, ils sont têtus.

                    Il ne faut pas chercher à tout expliquer intellectuellement, un peu d’humilité devant le mystère de l’Eglise ne fait pas de mal.

                    Certes non, une loi divine de NSJC peut aller contre le salut » », mas ce nouveau code est une loi issue de l’orgueil des hommes d’Eglise qui se substitue au Magistère.

                    • Charette says:

                      ( Certes non, une loi divine de NSJC peut aller contre le salut » )

                      Ainsi , j’espère que vous comprenez dans qu’elle situation se trouve les Lefebvristes !?
                      Pas mieux dans l’absolu que les Conciliaires au point de vue prévarication de la Foi Catholique et de la loi divine de NSJC !…

                      Bien que , les Lefebvriste est autres organisations on un apparences tradit …

                • Charette says:

                  THEOLOGIE DOGMATIQUE ou EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE, PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET . 1857

                  ages 568
                  Mais pour continuer la chaine ,qui remonte jusqu’aux apôtres , il ne suffit pas d’avoir le pouvoir d’ordre , il faut de plus le pouvoir de juridiction , il faut avoir été institué évêque d’un siège selon les règles canoniques .

                  • Maxime Labole says:

                    Comme Donald Sanborn par exemple ? Ou Guérard des Lauriers ? A moins que vous ne soyez comme ces sédévacs qui ne pratiquent plus du tout la religion et ne reçoivent plus aucun sacrement sous prétexte que plus personne n’a la juridiction !

                    • Charette says:

                      Le Guérardisme n’est qu’une secte !…

                      THÉOLOGIE MORALE A L’USAGE DES CURÉS ET DES CONFESSEURS, PAR Mgr THOMAS M. J. GOUSSET, 1845

                      Chapitre IX : Des devoirs du Confesseur au sujet de l’Absolution

                      531. Nous l’avons dit : le prêtre n’est pas le maitre des sacrements , il ne peut en disposer à volonté .Ministre et mandataire de Jésus-Christ , dispensateur de ses dons , il ne peut lier & délier qu’en suivant l’ordre établi de Dieu , qu’en observant les règles de l’Eglise ,
                      fidèle interprète de l’Ecriture et de la tradition .

                      Qu’elle Foi avez-vous ????
                      C’est l’ordre établi par les Guérardiens que vous suivez ???

                • pamino says:

                  « Martin Luther voulait au fait une sorte de démocratisation de l’Eglise, ce qu’à enterriné Vatican. »
                  O felicem culpam orthographicam !

              • John Bourde says:

                On n’a pas encore vu le corps de Mgr Lefebvre pour voir s’il n’est pas corrompu, mais il se pourrait bien que le miracle soit déjà là.

                • Charette says:

                  Saint François de Sales, lettre ouverte aux protestants a écrit:
                  Jamais personne ne fut envoyé extraordinairement qui ne prit cette lettre de créance de la divine Majesté. Moïse fut envoyé immédiatement de Dieu pour gouverner le peuple d’Israël ; il voulut savoir le nom de qui l’envoyait, et quand il eut appris ce nom admirable de Dieu, il demanda des marques et patentes de sa commission …

                  Saint François de Sales, lettre ouverte aux protestants a écrit:
                  Qui sera donc si osé que de se vanter de mission extraordinaire, sans produire quand et quand des miracles, il mérite d’être tenu pour imposteur : or est-il que ni vos premiers ni derniers ministres n’ont fait aucun miracle : ils n’ont donc point de mission extraordinaire. Passons outre

                  • Maxime Labole says:

                    N’importe quoi…vous mélangez tous et sortez les citations de leur contexte. Depuis quand tous les saints se doivent-ils de faire des miracles.

                    Au fait, ils font des miracles les sédévac ?

                    • Charette says:

                      Si une personne ou un clerc quelconque , style Mgr Lefebvre ou Mgr Thuc affirme avoir une mission extraordinaire pour sauver l’église ou pour s’affranchir des lois et constitutions divines de la Ste Eglse Catholique , il doit impérativement prouver sa mission extraordinaire !…

                      A défaut de preuve , c’est un imposteur !…

                  • John Bourde says:

                    Pas compris. Mais un miracle est déjà visible de tous : la Tradition a été sauvée et n’a pas disparu comme elle aurait dû avec Vatican 2. Il suffit de se rendre dans n’importe quelle librairie qui se prétend catholique pour voir que les seuls livres de la Tradition sont ceux faits par Mgr Lefebvre.

                    Maintenant, il est tout à fait possible de suivre intégralement Vatican 2 sans la Tradition, mais c’est là où on se demande où sont les miracles…

                    Où sont également les grands Saints qui dominaient la vie religieuse dans le monde comme Saint Jean Vianney et tant d’autres. Il n’y a plus de Saint admirable depuis Padre Pio à qui on puisse reconnaître 5 miracles, c’est à dire le nombre minimal de miracle auparavant requis. C’est très parlant.

          • Lionel says:

            Il faut un pouvoir délivré par l’Ordinaire.
            Je me souviens que lors d’un pèlerinage à Fatima le prêtre animateur avait sollicité, à chaque étape, le pouvoir de confesser.
            Ce n’était d’ailleurs qu’une formalité.

  8. DUFIT THIERRY says:

    « Cela ne veut pas dire que l’état de grave nécessité a cessé, mais que les autorités de l’Eglise ne refusent plus à la Tradition quelques moyens de se développer. La messe d’avant le Concile a été reconnue en 2007 comme n’ayant jamais été abrogée. Les injustes censures qui pesaient sur les évêques de la Fraternité ont été levées en 2009. La non reconnaissance du ministère valide de ses prêtres dans le sacrement de pénitence a cessé en 2015. L’irrégularité présumée du prêtre de la Fraternité, témoin autorisé pour le sacrement de mariage, est désormais levée, pour le bien des époux. Pour autant, de même que le sacrement de pénitence n’était pas conféré de manière invalide par les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X avant 2015, de même les mariages célébrés par eux, sans délégation officielle de l’évêque du lieu ou du curé de la paroisse, ne l’étaient pas davantage. »
    « Cet état de grave nécessité dans l’Eglise n’a pas disparu. Il ne s’agit pas d’en nier la terrible réalité.
    En effet, depuis le concile Vatican II et surtout le nouveau Code de droit canonique de 1983, la fin primaire du mariage, qui est la procréation et l’éducation des enfants, est rabaissée par rapport au soutien mutuel des époux, dans une conception personnaliste de la dignité de l’amour qui estompe le primat du bien commun de cette société qu’est la famille.
    Le récent Synode sur la famille est une autre et triste illustration de la permanence de cet état de nécessité. Ainsi des scandaleuses déclarations de prélats et de dignitaires ecclésiastiques à propos des concubins et des homosexuels, qui voudraient faire croire que ces unions contiennent des « valeurs positives », et qu’elles seraient même conciliables avec la sainteté du mariage. » Extraits de l’analyse par la Fraternité St Pie X de la lettre de Rome.
    La Fraternité St Pie X ne renie rien de ce qu’elle a fait depuis 47 ans : ni pour le Sacrement de Pénitence ni pour les mariages. Les modernistes ou les ultra intégristes peuvent raconter ce qu’ils veulent : la Fraternité St Pie X continuera comme auparavant sans changer quoi que ce soit.

    • Charette says:

      Si les l’excommunication des évêques de l’organisation privée de Fraternité on bien été levées ..
      Cela ne change pas le fait que c’est dites personnes n’ont pas de Diocèse et ne sont pas dans la hiérarchie d’institution divine de la Ste Eglise …

      avant 2015 , le sacrement de pénitence était intrinsèquement invalide par défaut de Juridiction ..
      C’est la foi catholique , un Dogme meme !..

      Pas de sacrement de pénitence valide sans juridiction !…

      • durrieu says:

        Alors là Charette, arrêtez vos commentaires, nous n’avons pas changé de religion depuis nos parents grand-parents et arrière grand parents,etc… on ne peut pas renier l’enseignement du Christ et les sacrements Qu’Il a institué la veille de sa Passion.
        Ce modernisme couvait poussé par ……………Quand une personne vit, sur Paris Match, la messe face aux soldats, pendant la guerre de 1940, cette personne a dit que çà y était, le poison était entré dans l’Eglise Catholique, d’ailleurs Sa Sainteté le Pape PIE Pie XII refusa d’ouvrir un concile, pour les causes qu’il avait vu en rêve. On dit que JP II refusait d’entretenir la tombe de ce Saint Pape; Enfin charrette, je vous invite à acheter le livre de Marie Carré « E S 1025 ou les mémoires d’un anti-apôtre, paru en 1970, mais connu aux années 1982 par sa parution gratuite sur internet. Et réfléchissait avant de dire n’importe quoi. Ceux qui ont trahi le Christ et son enseignement, sont les modernistes amis du Mal; Et comme votre cathéchisme est pauvre, je vous dirai que lorsque Jésus-Christ se fit baptiser sur les bords du Jourdain, par Saint Jean Baptiste, il devint donc catholique et IL ABOLIT de religion juive. Cherchez et vous trouverez la vérité. Bonnes études. Gabrielle

    • Xavier Celtillos says:

      Désolé Duffit, mais quand on remercie le pape pour un texte qui nous explique que les mariages dans le FSSPX sont invalides, et que dans le même temps on se tait sur tout les scandales, il y a tout de même un léger problème de fond…

      • pamino says:

        Celui qui commence à renier se tairait bien sur les scandales, mais se taire sur les scandales n’implique pas ipso facto qu’on a commencé à renier. Toutefois, je suis obligé de dire que le gouvernement de la FSSPX peut rappeler à certains celui de la Turquie actuelle.

      • DUFIT THIERRY says:

        Non Monsieur vous mentez dans le but de démolir la Fraternité St Pie X que vous haïssez.
        Voici des extraits du texte de la déclaration officielle de la Fraternité St Pie X.
        « Pour autant, de même que le sacrement de pénitence n’était pas conféré de manière invalide par les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X avant 2015, de même les mariages célébrés par eux, sans délégation officielle de l’évêque du lieu ou du curé de la paroisse, ne l’étaient pas davantage.
        Le droit de l’Eglise prévoit en effet que, pour être valide, le mariage doit être célébré devant le curé de la paroisse ou son délégué, et devant au moins deux témoins (Code de 1917, canon 1094 ; Code de 1983, canon 1108). Or les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X ne sont pas curés de paroisse. C’est la raison pour laquelle certains voudraient soutenir que, en l’absence de délégation, un prêtre de cette société ecclésiastique ne peut pas recevoir les consentements. Un tel mariage serait invalide par défaut de forme canonique.
        Toutefois, le même droit de l’Eglise prévoit (Code de 1917, canon 1098 ; Code de 1983, canon 1116) la situation extraordinaire suivante : « S’il n’est pas possible d’avoir ou d’aller trouver sans grave inconvénient un assistant compétent selon le droit ». Si l’on prévoit que cette situation dure au moins un mois, alors l’Eglise déclare valide le mariage célébré devant les seuls témoins. Si un prêtre non délégué peut être présent, il doit être appelé pour recevoir les consentements. Cette législation est une simple application des principes fondamentaux du droit : La loi suprême est le salut des âmes, et Les sacrements sont pour les hommes bien disposés.
        Et si d’aventure un soupçon de doute subsistait sur cette situation extraordinaire, il faudrait répondre qu’en cas de doute, l’Eglise supplée la juridiction (Code de 1917, canon 209 ; Code de 1983, canon 144). Tout doute étant levé, les mariages célébrés dans la Fraternité Saint-Pie X, même sans délégation, ont été certainement valides, au regard de l’état de nécessité.
        L’état de nécessité demeure
        Cet état de grave nécessité dans l’Eglise n’a pas disparu. Il ne s’agit pas d’en nier la terrible réalité.
        En effet, depuis le concile Vatican II et surtout le nouveau Code de droit canonique de 1983, la fin primaire du mariage, qui est la procréation et l’éducation des enfants, est rabaissée par rapport au soutien mutuel des époux, dans une conception personnaliste de la dignité de l’amour qui estompe le primat du bien commun de cette société qu’est la famille.
        Le récent Synode sur la famille est une autre et triste illustration de la permanence de cet état de nécessité. Ainsi des scandaleuses déclarations de prélats et de dignitaires ecclésiastiques à propos des concubins et des homosexuels, qui voudraient faire croire que ces unions contiennent des « valeurs positives », et qu’elles seraient même conciliables avec la sainteté du mariage.
        Enfin, certaines affirmations de l’Exhortation apostolique Amoris lætitia à propos des divorcés « remariés », qui pourraient s’approcher des sacrements de pénitence et d’Eucharistie tout en vivant maritalement, demeurent des pierres d’achoppement pour la conscience catholique.
        Pour toutes ces raisons, les fidèles se trouvent dans une situation de nécessité qui leur permet de recourir aux prêtres de la Tradition. En vertu de la législation de l’Eglise, leur mariage est certainement valide. Qu’aujourd’hui le pape demande aux évêques de faciliter ce recours à la juridiction ordinaire, en assurant la régularité du témoin autorisé qu’est le prêtre recevant le consentement des époux, ne fait pas cesser cet état objectif de crise de l’Eglise. »
        Avant de pousser des hurlements haineux disant que la Fraternité St Pie X a trahi vous auriez dû publier ce texte.

        • Charette says:

          Mon pauvre DUFIT , vous confondez la validité simple du mariage ( Naturel ) et la validité solennel du mariage !…

          Encore une fois DUFIT : l’état de nécessité. est décrété par l’autorité …
          Cela n’est pas a la libre initiative subjectiviste de la moindre personne .. sans autorité dans la Ste Eglise Catholique …
          Parallèlement , l’état de nécessité suppose que le recourt au Saint Siège l’unique juge souverain ne soit pas possible physiquement !…

          Est-ce le cas ?

          • Maxime Labole says:

            « l’état de nécessité. est décrété par l’autorité … » –> absolument pas ! C’est un contresens total.
            « l’état de nécessité suppose que le recourt au Saint Siège l’unique juge souverain ne soit pas possible physiquement » –> pire aujourd’hui, le recours au St Siège n’est plus possible moralement, car son accupant détruit l’Eglise.

            Arrêtez donc avec votre prose sédévac : vous vous drapez de citations pour mieux vous cacher afin de tenir une position contraire à l’existance de l’Eglise. Votre obsession unique est de dire que « le pape est pas pape ». On connait…

            • Charette says:

              ( Arrêtez donc avec votre prose sédévac )

              Avez-vous un vrai argument ? Car cela est juste un jugement téméraire , soit un péché !..

              Toutefois , voici le St Magistère dans l’hypothèse que sa vous branche encore ?

              Mirari Vos LETTRE ENCYCLIQUE DE N. S. P. LE PAPE GRÉGOIRE XVI

              Mais que les auteurs de semblables manœuvres sachent et retiennent qu’au seul Pontife Romain, d’après le témoignage de saint Léon « a été confié la dispensation des Canons », que lui seul, et non pas un simple particulier, a le pouvoir de prononcer « sur les règles sanctionnées par les Pères », et qu’ainsi, comme le dit saint Gélase, « c’est à lui de balancer entre eux les divers décrets des Canons, et de limiter les ordonnances de ses prédécesseurs, de manière à relâcher quelque chose de leur rigueur et à les modifier après mûr examen, selon que le demande la nécessité des temps, pour les nouveaux besoins des églises » (S. Gelasius PP. in Ep. ad Episcop. Lucaniæ).

              • John Bourde says:

                Dites nous juste, Charette, où vous allez à la Messe : église conciliaire, église traditionnelle, chez Ricossa, chez les Lefebvriste, ou à la FSSP ?

        • Xavier Celtillos says:

          Pouvez-vous éviter, Duffit, de faire des jugements téméraires à chaque fois qu’une personne vous contredit. Vous m’accusez de mentir et de haïr la FSSPX…si vous me connaissiez, vous sauriez à quel point votre accusation est grotesque. Mais bon.

          Venons-en sur le fond, même si vous le maitrisez mal. Un conseil : formez-vous un peu avant de discuter de sujets que vous ne maitrisez pas ; concernant la juridiction, dans les échanges que vous avez eus, vous dites bien des bêtises…

          Bien sûr que Menzingen dans son commentaire dit que ses mariages sont valides et continuent de l’être : ils ne peuvent pas dire le contraire ! Mais ce que je dis, c’est que Menzingen a remercié le pape pour un texte qui dit que les mariages de la FSSPX sont invalides.

          Cela crée nécessairement une ambiguïté et constitue le signe d’un glissement dangereux dont l’objectif est de trouver un accommodement avec des gens qui détruisent l’Eglise.

          • durrieu says:

            oh cela devient la guerre, alors que je croyais à de sages entretien. Celui qui a mis le feu aux poudres, c’est bien Jean-Paul II, en déclarant excommunier les prêtres de la Fraternité, alors que Paul VI, (celui qui a dit  » je crois que les fumées de satan sont entrées dans l’Eglise) avait accepté la Fraternité en tant qu’ Association Alors, eh bien DIEU SOIT Loué, car il y aurait eu beaucoup de morts sans sacrements, beaucoup de Messes Illicites (rappellons-nous, dans le Jour du Seigneur, les danseuses en tutu , faisant le tour de l’autel, un pied sur l’autel, que de scandales). Pour ma part, je n’ai jamais lu que la Fraternité reconnaissait leurs mariages illicites. Je vous engage à vous abonner à la Porte Latine, et vous aurez tout les écrits. Pour le moment, vu l’état mental et fantaisiste de François, il vaut mieux attendre la suite qu’il va donner. Gabrielle.Au revoir.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com