Invité de TV Libertés, Gaëtan Dussausaye, 20 ans, actuel directeur du FNJ, a fait une curieuse
prestation qui témoigne du changement de cap du Front National. 
Après avoir considéré que "le Grand Remplacement est un concept racialiste (...) il n'y a pas de 
changement de peuple mais de culture", le responsable national du mouvement de jeunes du Front 
précise que ses "références philosophiques sont Aristote, Marx et Rousseau".
Très bien pour Aristote. Mais Marx et Rousseau comme boussoles du FN...

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. Un extrait de Du contrat social (livre III, chapitre XV) de Jean-Jacques Rousseau définit parfaitement l’oppression tyrannique dont est victime le peuple sous le règne du principe électif :

    « La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale et la volonté ne se représente point : elle est la même, ou elle est autre ; il n’y a point de milieu. Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifié est nulle ; ce n’est point une loi. Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde. »

    « Le peuple ne peut avoir de représentants, parce qu’il est impossible de s’assurer qu’ils ne substitueront point leurs volontés aux siennes, et qu’ils ne forceront point les particuliers d’obéir en son nom à des ordres qu’il n’a ni donné ni voulu donner. »

    Rousseau, Fragments politiques, Du pacte social, 10, t. III, p. 484.

    • Et sur quoi donc se fonde la « souveraineté populaire » ?
      L’homme ne s’étant pas fait lui-même, quelle est sa légitimité à prétendre être son propre maitre ?

    • Serviam says:

      @Eric :

      Bonjour;-)

      Je vous lis déjà depuis quelques semaines, comme d’autres personnes dans leurs commentaires;-), et j’ai décidé ce soir de me permettre une petite réaction, si vous voulez bien;), sur ce thème qui semble vous tenir très à coeur : La démocratie « directe », sans les intermédiaires souvent pourris;) de la république (députés, sénateurs, élus divers et variés quoi;)

      Nous sommes tout-à-fait d’accord sur le fait qu’ils sont de nos jours la plupart du temps bien pourris;)

      Cependant, pensez-vous réellement, qu’un régime à démocratie directe, dans lequel le « peuple », la « masse » (sans connotation forcément systématiquement péjorative;), avec n’importe quel niveau d’instruction, d’expérience, de possession de la vérité aussi quand même!, ferait un régime moral, fidèle au Vrai, au Bien, au Bon, au Beau ?

      L’homme est par nature imparfait. Il est pécheur. Blessé par le péché originel. Plus naturellement incliné vers le mal que vers le bien et l’effort, le sacrifice, la Charité. L’homme, contrairement à ce qu’a dit notre tristement célèbre Rousseau;), ne naît pas bon. Il naît mauvais on peut dire;) – même si pas mal remis en selle par le baptême;) -, et notre société d’aujourd’hui ne fait effectivement que le corrompre davantage. Mais dès la naissance il est imparfait et incliné vers le mal. On le voit tous les jours le péché originel;)

      Ceci est un premier point, mais il y a un second point : Tous les hommes ne sont donc pas égaux en termes de détention de la vérité, et de formation, de capacité. Bref, tout le peuple n’est pas élite bien inspirée et bonne à suivre;) (Surtout quand dans nos références d’aujourd’hui c’est la majorité qui fait la vérité, alors que normalement c’est la vérité qui devrait faire la majorité !)

      Or moi, je suis pour ce que ce soit des élites vraiment inspirées;), formées, expérimentées capables, supérieures, courageuses, authentiquement chrétiennes, qui dirigent, pour le bien de tout le monde.

      Je crois qu’il ne faut pas se faire d’illusions : Le peuple laissé à lui-même sans bonnes élites sera toujours en plus influencé par d’autres élites vraiment tout autres (culture quotidienne, lobbies, tendances, groupes d’intérêts, de tous les côtés…)! Peut-être au début seulement indirectement, et inconsciemment.

      De tout temps ce sont les élites, les gens formés, qui ont influencé et réellement gouverné, pour le bien, ou pour le mal.

      Nous n’avons absolument aucune certitude que le peuple laissé en démocratie directe ferait les bons choix, moraux etc., tout le temps, ou même la plupart du temps ! Regardez les milliers d’aberrations qui sont ultra-majoritaires dans notre pays, dans le peuple, et dans tous les autres pays et peuples! Pays pas ou plus chrétiens…

      La perfection (et donc la légitimité) vient de Celui qui est parfait, d’En-Haut ! Pas d’en bas et de la nature humaine !

      La légitimité de la Perfection de Dieu déléguée aux élites qui en sont dignes.

      La démocratie directe est en cela une « hérésie », en plus d’être une utopie;) Ou alors il faudrait que l’homme ne soit pas pécheur;), et que nous vivions dans une sorte de « société des anges », « angélique »;)

      Ce sont en tout cas mes convictions;) Et merci beaucoup d’avoir pris le temps de les lire;)

      Très bon week-end !

      • Sans nécessairement défendre à tout prix la démocratie directe, il faut quand même signaler des exemples pratiques intéressants comme la Suisse et peut-être surtout le Liechtenstein (où les gens ont voté majoritairement contre l’avortement, notamment).
        Yvan Blot parle en détail de ces cas de figure, vous pourrez trouver des textes et vidéos en cherchant un peu.

  2. garantez says:

    « changement de cap du Front National » … tout de suite les grands mots !

    Autant il serait grandement utile que ce jeune homme bénéficie d’une véritable formation philosophique, autant je ne partage pas ce « battage » fdesouch(iste)-identitaire-Camusien pour exiger que les cadres du FN reprennent leur « formule » qu’ils croient incontournable !

    Encore heureux qu’ils ne se croient pas obligés de s’incliner devant telle ou telle formulation, surtout quand elle véhicule pas mal de fantasmes. Lutte contre l’immigration massive, ça a toujours été ça au FN, et c’est toujours la même chose !

    Changement de mots, c’est plutôt ça qu’on devrait dire au « lobby » fdesouche qui cherche à imposer sa sémantique (avec tout ce qu’il y a derrière).

  3. Samuel D'Assenc says:

    Pourquoi ont-ils changé de directeur au FNJ ? Rochedy me semblait un bon élément. Peut-être trop dans la ligne JMLP…

  4. Vas y ma poule explique à @martial Bild ce qu’est la direction du FNJ …MDR !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com