Afficher l'image d'origine

Mgr Charaf, archevêque syriaque orthodoxe, de Mossoul, du Kurdistan et de Kirkouk, expose la situation dans le nord de l’Irak, et invite les chrétiens d’Occident à se réveiller: « N’acceptez pas chez vous les réfugiés qui ont fait de nous des réfugiés ici.«  « Ici », c’est-à-dire dans la partie kurde de l’Irak :

« Tous les chrétiens ont fui la ville [de Mossoul] en 2014 devant les troupes de l’État islamique. Ceux qui sont restés, pour la plupart, les ont accueillis, parfois à bras ouverts. Les arabes musulmans sunnites qui y vivent sont si fanatiques qu’ils pourraient donner des leçons aux Saoudiens ! Ils n’acceptent personne s’il ne partage pas leurs vues. Il faut se rappeler qu’au lendemain du coup d’État militaire avorté de 1959, dont l’épicentre était Mossoul, les chrétiens connurent les pires humiliations*. Dans la ville, livrée aux règlements de compte entre tribus et à l’affirmation d’un islam plus radical face au « péril » laïc, les chrétiens se promenaient avec un torchon sur l’épaule. Il le tendaient à leur concitoyens musulmans qui avaient pris l’habitude de s’essuyer les mains sur leurs vêtements. On n’avait pas beaucoup de respect à l’époque pour les « koufars » comme ils disent (les « mécréants » ou non-musulmans, Nldr). On n’en a pas beaucoup plus aujourd’hui. » confie Mgr Nicodemous Daoud Charaf.

« Jusqu’à l’âge de douze ans, je jouais avec un garçon du voisinage. Je ne savais même pas qu’il était musulman comme il devait se moquer éperdument de savoir que j’étais chrétien. Un jour, son père rentra du pèlerinage à la Mecque et s’en fut fini des jeux. Je n’ai pas le droit de jouer avec un « koufar »  me dit mon camarade… Vous devez comprendre qu’à Mossoul – que l’armée irakienne soutenue par la coalition a tant de peine à reprendre – 800 terroristes de l’Etat islamique ont « convaincu » 50 000 hommes de rejoindre leur rang. Les rejoindre pour se livrer aux pires abominations : jeter à la rue des femmes et des enfants, décapiter, violer, réduire en esclavage. Il fallait que le terreau soit fertile pour les rallier si facilement à leur cause. »

« La politique occidentale est diabolique. Les intérêts des uns et des autres sont si contradictoires que leurs chances de réussite sont faibles. Nous ne demandons que l’application de la loi et le respect de notre dignité. Du temps de Saddam Hussein, la loi s’appliquait. Au Kurdistan irakien majoritairement musulman (où les chrétiens de Mossoul ont trouvé refuge autour d’Erbil, Ndlr), la loi nous protège et elle nous protège même mieux qu’ailleurs en Irak. Nous attendons que des décisions soient prises pour nous assurer la protection internationale et des règles, fixées par l’ONU. »

Mgr Charaf, syriaque orthodoxe, vit aujourd’hui sous la protection des Kurdes ainsi que de nombreux chrétiens de la région de Mossoul. Cela ne signifie pas que les Kurdes ne profitent pas, eux aussi, de la position de faiblesse des chrétiens.

« Nous ne haïssons pas les musulmans. Sous l’empire de la loi, comme ici au Kurdistan, nous pouvons tous cohabiter. Seul l’islam tel que l’applique Daesh est détestable. Faut-il que leur Dieu soit faible et lâche à ce point qu’ils se sentent obliger de le protéger d’une telle manière ? Le nôtre nous protège et Il nous protègera toujours. Comme je dis souvent : Dieu n’a pas besoin des hommes qui se croient les exécuteurs de sa justice, son bras armé. Tu penses qu’un-tel est un mécréant et doit mourir ? Alors que Dieu le tue lui-même ! Nous verrons bien qui expirera le premier.

« Réveillez-vous. N’acceptez pas chez vous les réfugiés qui ont fait de nous des réfugiés ici. Le 24 novembre dernier fut consacrée à Londres une nouvelle église syriaque orthodoxe en présence de S.A.R. le prince Charles. Je me suis vu refuser le visa par l’ambassade, de peur que je ne rentre par en Irak. Je suis résident permanent en Australie, j’ai les visas nécessaires à me rendre aux États-Unis, au Canada et même en France. Que serais-je aller faire en Angleterre quand mon peuple est ici et souffre ? » Source: Alteïa

Il existe des musulmans pacifiques qui ne demandent qu’à s’intégrer, mais ainsi que l’exemple donné par Mgr Charaf l’illustre bien, les musulmans pacifiques ne sont jamais totalement intégrés, ils peuvent se radicaliser à tout moment suite à un voyage à la Mecque, par exemple. De même les premiers musulmans qui sont venus en France n’étaient pas agressifs, mais c’est parmi les générations qui les ont suivis que la barbarie islamique est apparue. Le terreau musulman est islamistogène comme l’Histoire et les textes sacrés musulmans le démontrent depuis que cette religion est apparue au VIIè siècle.

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

10 commentaires

  1. Raiford says:

    L’archevêque de Mossoul a parfaitement raison. Les immigrés musulmans n’ont rien à faire en Europe au milieu de populations de traditions chrétiennes; à moins de vouloir créer la guerre civile comme au Moyen Orient.

  2. Franck says:

    L’Islamo-compatibilité de nos élites ou le délire du Soralien « dissident » et sa pensée compliquée (même buts, même censure).

    Cette thèse de non sens n’a pas fini de faire des dégâts.

    Hélas.
    C’en est aujourd’hui quasiment fini, une affaire de 2 ou 3 décennies tout au plus. Après il faudra se résoudre à vivre en dhimmi ou à quitter le pays. Et tout ça, en à peine 50 ans. Ce bref délai dans l’histoire pour transformer un pays de cocagne en un enfer urbain ou règne pour une grande partie des autochtones le désespoir et l’insécurité, montre l’intensité de la subversion et l’extrême degré de trahison de ceux qui se disent en « charge de notre pays ».
    A vue humaine, c’est déjà trop tard…. Il faut même se faire « violence » pour garder l’espoir. Seul le surnaturel et l’attachement particulier du Christ et de Marie à la France nous sauvera,…. doit nous sauver, c’est écrit! Les prophéties de saints et de pape ne manquent pas en ce sens…..
    Il faut mesurer les grâces exceptionnelles reçues par la France tout au long de son histoire et les non moins immenses sacrifices de nos ancêtres, consentis pour conserver envers et contre-tout, même par le martyr, ce lien surnaturel de filiation spirituelle.
    A l’inverse, si l’on ne gardait que les actes de nos dernières générations, la cause serait entendu, tant nous avons été (ceux qui devaient entretenir le dépôt) lâches ou inconscients.

    Mais « les morts gouvernent les vivant ». Entre quatre vint dix et cent générations de Gaulois puis de Français ont donné leur sang pour cette terre et œuvré consciemment ou non, pour la gloire du Christ et de sa civilisation. Ils ont donc été pour beaucoup l’honneur que nous avons perdu.. Sans l’ultime sursaut des « vendéens », les souffrances indicibles de nos pères lors des guerres fratricides européennes, Napoléoniennes, première et deuxième guerre mondiale, que pourrions nous réclamer au christ que notre indifférence et notre parfait égoïsme pour les formidables dons prodigués à la France.

    Par exemple:
    Promenons-nous un temps dans le 19ème siècle Français (et Européen) et constatons la profusion de talents, de créations, d’œuvres musicales, architecturales, picturales, littéraires. Un foisonnement dont on ne saurait faire le tour en toute une vie.
    Or le 19 ème siècle, c’est le terreau, la restauration issue du sacrifice des « vendéens ».C’est l’explosion de génie d’un peuple bridé et persécuté depuis la révolution maçonnique de 1789 qui installa les « marchands » au pouvoir. C’est aussi hélas le dernier éclat spirituel autant que sacré de notre tendre et douce France. Les forces obscures (occultes) ont reculé un temps, pour mieux agir dans l’ombre et en deux coups de guerre mondiale, ont installé définitivement le dernier écheveau de l’esclavage des peuples. Ce pouvoir maléfique, il l’ont installé au cœur de l’héritage chrétien comme une ultime provocation, dans la capitale de la « fille aînée de l’Eglise ».

    A mon sens, il ne peut y avoir de salut pour la France que dans un retour massif au pacte chrétien qui a fondé ce pays. Ce n’est pas du passéisme mais bien au contraire, le vrai sens de l’histoire.

    • Sanfard says:

      « A mon sens, il ne peut y avoir de salut pour la France que dans un retour massif au pacte chrétien qui a fondé ce pays. Ce n’est pas du passéisme mais bien au contraire, le vrai sens de l’histoire. »
      Franck vous avez parfaitement raison, mais il me semble que peu de français sont encore capables « d’entendre » cela….Dieu aura le dernier mot, qu’ils en prennent conscience.

      • hathoriti says:

        Frank et Sanfard, d’accord avec vous. J’ajouterai que le salut de la France passe par le Pacte de Reims. Il ne peut y avoir de salut de la France sans la restauration de la chrétienté. Souvenons-nous de la réponse cinglante du cardinal Pie à Napoléon III :  » le moment n’est pas venu pour Jésus Christ de régner ? Alors, sire, le moment n’est pas venu, pour les gouvernements, de durer. » Et toc ! Seul, nous sauvera le Roi de France, le Très Chrétien, l’Oint du Seigneur, le lieutenant de Dieu, car il sera, en quelque sorte, le bras droit du Christ, vrai Ri de France. Le reste, la république illégitime et sanglante, les présidents et leurs ministres incompétents, tout cela, comme des fumée nauséabondes, sera balayé par l’Histoire.

    • Oui, tout le monde le pressent plus ou moins confusément, le temps de la purification par la persécution approche. La restauration suivra; mais que de souffrances avant.
      Préparons-nous et prions pour que l’épreuve soit la plus courte possible. C’est tout ce qui nous reste à faire.
      2017, l’année décisive ?

    • pamino says:

      Il y a bien des choses vraies dans cette pièce, mais les fondements ne sont pas fermes ; de vraies conclusions peuvent bien être tirées d’observations erronées ou résulter de déductions illégitimes. Je me restreins à quelques observations linguistiques sur « entre quatre vint dix et cent générations de Gaulois puis de Français » :
      Au début, il y avait partout des Gaulois, c’est-à-dire des Celtes. Il n’y en a plus de ces originaux, à ce qu’il me semble, puisque les (Petits-)Bretons sont arrivés beaucoup plus tard de la Grande-Bretagne comme réfugiés de l’invasion germanique de leur île.
      Les Romains ont tout romanisé, et c’est pour cela que l’excellent Musée Gallo-Romain de Lyon s’appelle come il s’appelle. (Je note en passant qu’aucun des très nombreux monuments funéraires y exhibés porte une orthographie du nom de la capitale des Trois Gaules autre que ‹LVGVDVNUM›, donc en quatre syllabes et non pas en trois.) Ensuite, les barbares germaniques sont venus du Nord-Est. Des parleurs des quatre dialectes germaniques dits occidentaux (l’alémannique, le francique, le bavarois, le saxon), ce sont les parleurs du francique, donc les Francs, qui ont envahi la Gaule romanisée. Ce francique est l’une des formes du vieux-haut-allemand, celle de base en linguistique historique étant pourtant l’alémannique ; l‘expression haut-allemand se réfère au fait 1) géographique que les montagnes se trouvent au Sud, en Suisse, en Bavière et dans l’extension orientale de celle-ci qui s’appelle maintenant Austria ‘Meridionalie, pays du vent du Sud’, et au fait 2) qu‘autour du commencement de notre ère les Germains occidentaux du Sud, alors les Allemands proprement dits (alsaciens, badois, suisses, avec les Bavarois, donc les Haut-Allemands pour ainsi dire) ont commencé à changer la prononciation de leur langue. (En ce qui suit je me restreins donc aux expressions usitées, mais malheureusement restées ou selon le cas devenues ambiguës, « haut-allemand » – surtout – et « bas-allemand », que j’emploie ici au sens stricte, donc géographique, bien qu’il s’agisse non pas d’Allemands stricto sensu mais de Francs stricto sensu. Ne me maudissez pas ; je n’y suis pour rien.) La langue que Charlemagne a appris de sa mère un demi-millénaire après le commencement de ce grand changement phonologique était donc un dialecte quelconque de ceux parlés par les Francs, ces germains francs alémannisés, et qui s’appelle en francais « le francique », mais il ne faut pas oublier que cette langue, ou plutôt cette collection de dialectes, n’était pas du latin modifié mais du germanique modifié. Pour le latin et les dialectes qui en résultent, il faut descendre bien plus au Sud que Paris, qui de toute façon n’existait pas encore ; par exemple jusqu’à Lugudunum, capitale des trois Gaules dont parle Jules-César et dont Mgr Barbarin est l’évêque actuel.

      • Yseult says:

        Population:

        Vous voulez démontrer que les Français n’ont pas succédé aux Gaulois. Et pourtant si, c’est bien le cas; les Français ont succédé aux Gaulois. Les Gaulois étaient de très loin l’immense majorité de la population même après toutes les invasions et après toutes les alliances et mélanges.
        La seule différence tient au fait que les Romains ont conquis le pouvoir en Gaule et qu’ensuite les Francs ont de nouveau conquis le pouvoir en Gaule. Mais la Gaule est restée la Gaule avec des apports de populations assez peu nombreux et tous blancs.

        La Gaule a changé de nom et est devenue France uniquement parce que les envahisseurs francs ont pris le pouvoir. Cela ne signifie pas qu’ils étaient assez nombreux pour supplanter la population d’origine.

        En fait le pays a changé de nom mais la population n’avait pas beaucoup changé après les invasions romaines et barbares.

        Civilisation:

        Avec l’arrivée des Romains et des barbares il n’y a pas eu supplantation de population, contrairement à ce que nous craignons actuellement, d’où le terme de Grand remplacement. Par contre il y a eu glissement de civilisation (ou culture) tant avec les Romains, qu’avec les Francs. Mais rien de ce qui serait comparable à l’application de la charia en France avec le remplacement de la religion par la religion islamique.

        Car les barbares ont adopté la religion chrétienne qui était déjà implantée dans l’empire romain et qui était arrivée en Gaule presqu’en même temps que les apôtres à Rome avec l’arrivée des compagnons de Jésus: Marie-Madeleine, Saint-Joseph d’Arimatie, etc. qui ont aussitôt entamé l’évangélisation du pays.

  3. Un lecteur anonyme says:

    Il n’est pas rare qu’aux instants les plus critiques , qu’un coup de vent rompt les nuages et laisse voir l’étoile qui guidera le navigateur au port , le Seigneur envoie l’inspiration surnaturelle qui doit faire d’une âme le salut de son peuple .
    Levez donc les yeux , fils bien – aimés, dignes représentants d’une nation qui se glorifie du titre de fille aînée de l’Église , et regardez les grands exemples qui vous ont précédé (…) Vénérez les saints (…) Tombez à genoux devant le Dieu qui vous attend au Tabernacle . Renouvelez votre profession de foi , promettez – lui de nouveau votre fidélité la plus parfaite et soyez sûrs que ce faisant vous répondrez à votre vocation d’hommes , de chrétiens , de français . (…) Et s’il peut sembler un moment que triomphent l’iniquité , le mensonge et la corruption , il vous suffira de faire silence quelques instants et de lever les yeux au Ciel , pour imaginer les légions de Jeanne d’Arc qui reviennent , bannières déployées , pour sauver la patrie et sauver la foi .
    Pie XII
    ( Extrait du radio – message du 25 Juin 1956 )

  4. luciferg says:

    Que l’on envoie ce message à l’Elysée ,aux tenants de la pensée unique,ce qui fait déjà beaucoup de monde . Mais, il ne faut surtout ne pas oublier, de l’envoyer au PAPE ,qui s’est permis, d’ abandonner ses ouailles, au profit des musulmans arrivés clandestinement, sur le continent européen.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com