Face au concert de diabolisation unanime qui accable le président Maduro, une réductio ad hitlerum qui n’est pas sans rappeler la diabolisation d’un Bachar-el-Assad ou d’un Yanoukovitch en Ukraine, il peut être intéressant d’entendre la voix de celui qu’on n’entend jamais :

« Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage »

Sans vouloir exonérer Maduro, n’oublions pas tous les mensonges et les montages qui ont été rependus contre Bachar-el-Assad ou contre les républiques de Donetsk et de Lougansk en Ukraine ou les mises-en-scènes meurtrières de la place Maïdan qui ont conduit au coup d’État ukrainien en 2014, sans compter les printemps arabes et autres soutiens aux islamistes etc.   Depuis que le 17 janvier 1961 le président américain Dwight Eisenhower a dénoncé la dictature du complexe militaro-industriel lors de son  Discours de fin de mandat,  malheureusement sa mise-en-garde n’a pas empêché cette menace de grandir:

« La présence simultanée d’un énorme secteur militaire et d’une vaste industrie de l’armement est un fait nouveau dans notre histoire. Cette combinaison de facteurs a des répercussions — d’ordre politique, économique et même spirituel – perceptibles dans chacune de nos villes, dans les chambres législatives de chacun des États qui constituent notre pays, dans chaque bureau de l’administration fédérale. Certes, cette évolution répond à un besoin impérieux. Mais nous nous devons de comprendre ce qu’elle implique, car ses conséquences sont graves. Notre travail, nos ressources, nos moyens d’existence sont en jeu, et jusqu’à la structure même de notre société.

Nous devons veiller à empêcher le complexe militaro-industriel d’acquérir une influence injustifiée dans les structures gouvernementales, qu’il l’ait ou non consciemment cherchée. Nous nous trouvons devant un risque réel, qui se maintiendra à l’avenir : qu’une concentration désastreuse de pouvoir en des mains dangereuses aille en s’affermissant. Nous devons veiller à ne jamais laisser le poids de cette association de pouvoirs mettre en danger nos libertés ou nos procédures démocratiques.  » (Source)

Sans compter les risques pour la paix dans le monde. Malheureusement ce discours de mise-en-garde a été inefficace à brider la dictature du complexe militaro-industriel américain qui est devenu un État dans l’État américain (l’État profond ou Administration), contre lequel Donald Trump semble impuissant en dépit de ses promesses de campagne et de ses efforts constants. Cette force politco-militaro-industrielle, l’a moult fois prouvé, elle ne recule devant rien et surtout pas devant les conflits et les morts, pour asseoir ses intérêts partout dans le monde. L’Amérique latine étant plus encore qu’ailleurs, considérée comme chasse-gardée par les magnats du pétrole, le Venezuela en particulier dont les ressources énergétiques sont pillées par les consortiums pétroliers apatrides depuis des décennies.

Emilie Defresne   emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

5 commentaires

  1. En fait, c’est un coup des reptiliens alliés aux martiens et aux transsexuels adorateurs du dieu Pan.

    • Luxettenebrae says:

      Vous voulez parler de ceux qui vivent dans la Terre Creuse et qui cherche à nous cacher que la Terre et plate ? (désolée, j’ai pas pu résister…)

      • Oh, il y a des calembredaines bien pire qui ont force de loi…

  2. Luxettenebrae says:

    Sinon, plaisanterie à part, il est clair, qu’il y a un problème de diabolisation de certains régimes avec pour fondement leur caractère dictatorial. La dictature n’est certes pas le meilleur régime au monde, il a beaucoup de défauts comme tous les autres mais de là à utiliser cet argument en occultant certaines informations et la situation sur place pour servir ces intérêt (je pense à l’Irak notamment)…
    Quand je pense au traitement de l’information qu’on a eu au début de la guerre en Syrie…

  3. Paul-Emic says:

    se garder en effet de toute réaction épidermique à chaud

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com