Image de la manifestation du 24 avril 2015 © NC1ère

Malgré la volonté de la population de rester française, depuis Mitterrand les socialistes œuvrent pour larguer la Nouvelle-Calédonie

Les Calédoniens, Mélanésiens et européens, ont manifesté nombreux pour protester contre les manœuvres souterraines des socialistes pour les larguer avec leur archipel:

8.200 personnes selon les estimations du Haut-Commissariat – plus de 10.000 selon les organisateurs -, ont manifesté  ce vendredi pour refuser le largage de la Nouvelle-Calédonie par les autorités socialistes. Il s’agit d’une très importante mobilisation pour une ville qui ne compte même pas 80 000 habitants. Avec le Grand Nouméa, la population reste inférieure à 100 000 habitants, alors que la population totale de l’archipel est encore loin des 300 000 habitants pour une superficie totale de 20 000 km2.
Un peu d’Histoire
Pour comprendre cette volonté de larguer la Nouvelle-Calédonie de la part des socialistes il faut faire un peu d’Histoire afin de comprendre que le largage de l’archipel est un engagement du Grand-Orient auprès de certaines tribus kanakes (Mélanésiennes). Depuis le premier gouverneur de Nouvelle-Calédonie, sous Napoléeon III, les Francs-maçons se sont installés dans l’archipel: le premier gouverneur, Charles Guillian, était saint-simonien (une secte maçonnique). Dés son installation il a mené une guerre sans merci aux missionnaires, qui sont pourtant à l’origine de la reconnaissance par la France de la Nouvelle-Calédonie. C’est lui qui a installé en grande pompe les premières loges maçonniques pour combattre les catholiques. 
 
Pendant que Claude Bartelone, le président de l’Assemblée nationale, prononçait un discours devant le Congrés de l’archipel, Le Front pour l’Unité (FPU), et l’Union pour la Calédonie dans la France (UCF), l’ont boycotté, préférant rester à la manifestation qui s’est déroulée au centre-ville de Nouméa, près du Congrès et du Haut-Commissariat.
Des Français privés du droit de vote 
 
« Non au largage de la Nouvelle-Calédonie », « Non à la marche vers l’indépendance » ou « Non à l’apartheid électoral », peut-on lire sur les banderoles portées par les manifestants.
 
Ce qui scandalise le plus les néo-calédoniens blancs c’est d’être nés sur l’archipel, être citoyen français, et n’avoir cependant pas le droit de voter pour l’avenir de leur terre natale. La question du droit de vote est en effet une préoccupation majeure chez les manifestants.
 
« Je suis de la cinquième génération ici », commente Steve. « Je pense à toute la génération qui n’a pas pu voter en 1998, qui a plus de dix-huit ans maintenant. Je ne vois pas pourquoi ces gens-là devraient effectuer toutes les démarches qui vont sans doute être très lourdes ».
 
« Je suis là aussi pour dire non à l’indépendance », poursuit-il. « Parce que c’est mon pays et j’en suis fier, et je ne me vois pas vivre ailleurs ». Les « Caldoches », en particuliers, craignent non seulement de ne plus être Français, mais aussi d’être traités comme des citoyens de seconde zone par les kanaks socialistes, ceux, parmi les Mélanésiens, qui sont partisans de l’indépendance.
 
Pour de nombreux participants, cette manifestation ne doit pas rester la dernière et beaucoup se disent prêts à redescendre dans la rue. « Je pense qu’il faut continuer », insiste une autre participante. « Il y a une pétition qui circule sur Internet, il faudrait que tout le monde aille la signer ».
 
Le syndrome de la Constitution européenne
Certains se montrent toutefois un peu plus pessimistes quant aux chances de faire entendre leur voix. « Moi, je ne crois pas grand-chose », commente Guy, un autre manifestant. « Ce sont les députés qui vont voter. Alors, on est là mais je ne sais pas si le nombre de personnes avec un drapeau bleu, blanc, rouge va faire quelque chose ».
 
En effet les Calédoniens ont refusé par référendum le largage de leurs îles sous Mitterrand. Ce qui n’avait pas empêché le ministre de l’Outre-mer de l’époque,  Georges Lemoine, de déclarer: « ce référendum n’est qu’une étape dans la marche de la Nouvelle-Calédonie vers l’indépendance! ». Au lieu de respecter la volonté populaire, l’Etat, avec à sa tête le redoutable haut-commissaire Edgar Pisani, véritable ayatollah, avait accablé les Calédoniens d’une propagande mensongère éhontée, encourageant les mélanésiens socialistes à  persécuter par tous les moyens, les blancs et les Kanaks récalcitrants.
Malgré ce traitement inique, les Calédoniens avaient cependant finalement obtenu un report de leur largage. Le désaveu des socialistes aux élections présidentielles qui ont suivi, allait leur faire gagner du temps. Mais on le voit, alors que la pérennité des socialistes à la tête de la France est fort compromise en 2017, ils s’empressent d’organiser de nouveau le largage de cet archipel qui, en plus d’être français, recèle d’immenses richesses sous-marines et de longues côtes qui permettent à la France d’être une grande puissance maritime.  
De même que la constitution européenne, refusée par les urnes, avait été ensuite avalisée subrepticement par les députés européens, de même, le largage de la nouvelle-Calédonie, refusée par la population sous Mitterrand, risque d’être confiée cette fois-ci à des députés.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

18 commentaires

  1. L’idéologie socialiste est curieuse. Elle ne reconnait pas le droit des français, nés en nouvelle Calédonie, de voter pour l’indépendance, mais a, dans le programme de son leader actuel, pour objectif de permettre aux étrangers de voter ans l’hexagone, aux élections locales. En vertu de l’état de droit, elle reconnait aux islamistes le droit d’assassiner lâchement des Français, avant de les poursuivre. Elle est très attentive au respect des immigrés et prompte à leur donner la nationalité française, mais soutiendrait que les Français installés depuis des générations en Nouvelle Calédonie n’ont pas le droit de voter pour l’avenir de leur pays natal. Elle les considèrerait donc comme ces Pieds noirs qui n’avaient pas à demeurer en Algérie …, alors qu’elle ne s’oppose nullement à l’accroissement du nombre d’Algériens en France … Ces derniers, même nés en France, devraient s’inquiéter s’ils ont l’intention d’y demeurer. Un gouvernement socialiste pourrait, un jour, décréter que n’étant pas originaire de France, ils n’ont plus le droit de voter, les incitant, ainsi à quitter le pays, – à moins que d’ici là, le laxisme angélique irresponsable socialiste, si pétri de l’esprit de repentance et de l’idéal multiculturel, aboutisse à ce que les Musulmans soient devenus majoritaires, – ce qui inciterait les « souchiens », ces méprisables identitaires, à se rebeller, ou à quitter le pays de leurs ancêtres.
    La leçon de toutes ces contradictions est que l’idéologie multi culturaliste mondialiste à laquelle se réclame la gauche, est une utopie, …dangereuse, car source de déchirements et de confrontations. transrealisme.org

  2. Ducrot Benoît says:

    Bonjour, je vis en Nouvelle Calédonie depuis trois ans, je suis un grand fan de Médias Presse Infos, articles bien rédigés, intéressants et sujets biens choisis et pas trop nombreux. Je suis d’autant plus surpris de lire autant de contre-vérités sur le sujet traité ci dessus !! La plus énorme de l’article concerne la soi-disant impossibilité pour les blancs de voter !? La réalité est que les Accords prévoient que seuls les Français Métropolitains arrivés avant 1998 pourront voter, ça fait déjà pas mal de monde. J’espère que vous publierez un rectificatif sinon votre crédibilité va en prendre un sérieux coup…
    Cordialement
    Amitiés Françaises
    Benoît Ducrot

    • Désolé de vous le dire, mais on voit que cela ne fait que 3 ans que vous vivez en Calédonie.

      Vous ne mentionnez que l’interdiction du vote aux blancs… Mais il n’y a que des blancs qui sont interdits de droit de vote justement.

      Et à part ça quoi d’autre ? Vous dites qu’il y a plein de contre-vérités dans cet article, lesquelles SVP?

      • Benoît Ducrot says:

        J’ai relu l’article rapidement et j’en compte six ou sept à vue d’œil, mais je voudrais vous faire une réponse détaillée, il faut que vous me laissiez un peu de temps.
        Cordialement
        Benoît

  3. soupirs says:

    Aurons-nous droit à : « Vive la Nouvelle Calédonie française » et un autre « Je vous ai compris » (à la sauce socialiste) ?

  4. Yves Lignereux says:

    Ce n’est pas nouveau : le vote sur le référendum d’avril 1962 de ratification « par le peuple » des « accords d’Évian » a été interdit aux français d’Algérie, alors qu’il les concernait au premier chef (on a vu la suite).
    Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ? Oui, pour certains, résolument non, pour d’autres…

    • Volff François says:

      Ce droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est une bonne blague servie par les pourris qui disposent des peuples.

  5. FERRALI says:

    La Nouvelle Calédonie doit rester le porte avions de la France dans le Pacifique.
    La France a beaucoup fait, investi, assuré la sécurité, la santé l’éducation, sans elle, elle n’aura pas les moyens d’assurer le même niveau de vie.
    Il faudrait bon ses garder et avoir au moins la reconnaissance du ventre.
    Ne pas croire les discours démagogiques de ceux qui veulent le pouvoir pour s’enrichir personnellemnt

  6. A toutes fins utiles à propos des restrictions de droit de vote pour les Français en Nouvelle-Calédonie:
    https://www.facebook.com/ACDDVNC

    « Le FLNKS a entamé toute une série de recours tous azimuts pour radier pas moins de 6720 électeurs de la liste électorale spéciale pour les provinciales ! C’est pas rien ! Et en plus cela prend une tournure humainement inacceptable où l’on voit de très vieilles familles calédoniennes enracinées de longues dates dans le pays, obligées de défendre leur droit de vote devant le tribunal ! On attacherait plus l’électeur à la terre mais à des choses inanimées, une feuille d’imposition, à des justificatifs de tous types…comme si sournoisement ces quelques personnes chargée de faire la chasse à l’électeur sur la liste spéciale n’avaient finalement pas connaissance de l’âme du pays, ni même la connaissance des lignées familiales. On en arrive à ces énormités que les enfants du pays seraient chassés du droit de vote ! Et cela est intolérable ! Des listes d’exclus et d’indignes, décidées par quelques uns, mais où est donc le traitement équitable des différentes communautés qui ont participé à la construction du pays et à ce que l’on appelle le destin commun ! »

    Pour ceux qui ne le savent pas, le FLNKS est un parti indépendantiste kanak soutenu par la gauche qui ont multiplié les exactions et la terreur sur le territoire calédonien sous Mitterrand, avec la complicité des forces françaises…

  7. D'Estrètefonds says:

    Cher Ducrot vous n’êtes pas au fait du pb; Actuellement ce qui nous révolte c’est qu’une race (il faut appeler les choses par leur nom) soit dispensé de s’inscrire sur les listes élestorales et les autres (non noirs, c’est à dire jaunes et blancs pour simplifier) doivent faire la formalité. C’est du pur racisme et faire preuve d’un profond mépris pour les premiers considérés par les socialistes comme des sous-hommes incapables d’effectuer une formalité pourtant élémentaire. Le corps électoral est une autre histoire….

  8. c’est a mayotte qu’il faut donner l’indépendance….

    • oh que oui…le plus vite serait le mieux…dehors Mayotte. Devront subir jusqu’au bout toutes ces humiliations toutes ces destructons méthodiques de notre société par ces ennemis de la France que sont les socialiste???Valls, Fabius, Belkacem, Taubira, Pelerin…belle France!!!!!

  9. C’est exactement ça: comme pour les pieds-noirs, les élus communo-socialistes veulent empêcher le peuple blanc de s’exprimer…par contre ils sont prêts a faire voter les étrangers ches nous..un comble! le parti socialiste, c’est le parti de l’anti-France depuis Blum déjà..(et ils veulent faire entrer Jean zay au panthéon au mois de mai)un branleur qui n’a pas tiré un coup de fusil contre les allemands pour son pays …non pardon « pour la France »..car ce n’etait pas son pays….le socialisme = »l’étranger d’abord »…alors n’hésitons pas: « je suis Caldoche » et « le vote pour tous »….

  10. bidoof says:

    que des messages de blancs de droite raciste et n’ayant dans la vie jamais eu que des privilèges et rien d’autres, pro colonialisme et pauvre sous fifre du patriarcat = pathétique

    • François says:

      Il faudrait savoir ? Des blancs privilégiés ou bien des sous-fifres ?

      La haine du blanc que révèle votre commentaire fait de vous un raciste fier de lui, comme tant d’autres personnes de couleur!

      • Le plus triste, le plus comique, ou le plus pathétique, c’est que bidoof, auteur de cette diatribe véritablement raciste et anti française, n’est pas forcément une personne de couleur…

        • Certes! Il y a pire que les racistes ordinaires, ceux qui sont racistes contre leur propre race et il y en a beaucoup parmi les racistes anti-français et anti-blanc…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com