L’homo-hérésie gagne toujours plus de terrain dans les esprits des ecclésiastiques conciliaires adeptes du progressisme en marche vers d’utopiques « lendemains qui chantent » autre chose que la gloire de Dieu. Après avoir sapé, depuis Vatican II, le dogme, la liturgie, le code de droit canonique, les sacrements traditionnels afin d’ouvrir l’Église catholique au monde moderne et à son matérialisme consumériste et athée, c’est à sa doctrine morale multi-séculaire, qui a son fondement dans la loi naturelle, que s’attaquent les hiérarques du modernisme. Ils veulent l’harmoniser, l’harmonisation de l’Église avec la société est un des dadas du pape François -, aux déconstructions familiales et sexuelles de Notre Temps post-moderne.

Le cardinal allemand Reinhard Marx, tête de la conférence épiscopale allemande et membre proche du pape François par son appartenance au fameux G9 romain, fait de cette transformation de l’ADN moral de l’Église son combat pastoral. Avec Marx, au nom prédestiné, c’est à une Église Génétiquement Modifiée que nous avons à faire !

Récemment, dans un entretien accordé au Augsberger Algemeine le 19 juillet dernier, il a accusé l’Église catholique de ne pas avoir été en première ligne pour défendre les droits des homosexuels, spécialement de n’avoir rien fait pour que soit abrogée la loi, abolie depuis 1994, qui interdisait les rapports homosexuels. Et il invite donc l’Église a regretté son  inaction en faveur des invertis :

« Nous devons exprimer notre regret de n’avoir rien fait pour nous opposer à la poursuite des homosexuels » déclare-t-il. « La loi n’a été annulée qu’en 1994 et nous ne nous en sommes pas préoccupés (…) L’Église n’a pas exactement été une pionnière » sur le sujet.

Faut-il donc rappeler à ce cardinal infidèle que les rapport homosexuels sont interdits par l’Église catholique qui fonde son enseignement sur de nombreux versets de la Bible, les écrits de saint Paul et la loi naturelle? Pourquoi aurait-elle donc œuvré à abolir une loi qui s’harmonisait avec son enseignement ? Mais les contradictions ne semblent pas effrayer cet ecclésiastique allemand qui veut faire ployer son institution bi-millénaire, qui a pourtant traversé les siècles sans changer sa doctrine immuable sur cette question, à « l’essence de l’esprit moderne« .

Aux catholiques allemands qui s’inquiètent de toutes les dérives, couples à trois, inceste, etc. qu’ouvre la légalisation depuis fin juin du « mariage » homosexuel dans leur pays, il répond que cette légalisation n’est pas une défaite pour l’Église parce que le concept du mariage et de la famille n’est pas une affaire qui concerne uniquement l’Église :

« La position chrétienne est une chose. C’est une autre chose de se demander si l’on peut transformer en lois tous les concepts moraux chrétiens. Celui qui ne comprend pas que l’un ne conduit pas automatiquement à l’autre n’a rien compris à l’essence de la société moderne ».  

« Nous ne voulons simplement pas transformer nos opinions en lois et mesurer ainsi l’influence de l’Église … Nous vivons dans une société ouverte dans laquelle il y a des chrétiens, des juifs, des musulmans, des bouddhistes et des non-croyants. Dans une société laïque, l’État doit adopter des lois valables pour tous ».

Le cardinal Marx se soumet volontairement à la terrible révolution anthropologique qui est en train de se jouer ces dernières décennies partout dans le monde sous la pression du lobby Lgbtqietc. Il en devient même un farouche sectateur au raisonnement aux conséquences incalculables. Si l’on suit sa logique « d’une société ouverte » « laïque » qui « doit adopter des lois valables pour tous« , si un jour l’État décide, sous la pression des lobbies transhumanistes et homosexualistes puissants, d’autoriser le mariage entre espèces, homme-animal, ou entre père-fille, et toutes les combinaisons les plus fantasmatiques sont permises, personne n’aura donc le droit de s’y opposer… Et l’homme sera pire que la bête…

Reinhard Marx apparaît aussi comme un zélé partisan de la sécularisation et de la laïcisation de la société moderne et de l’émancipation de l’État moderne de la sage tutelle de l’Église catholique. En 1925 le pape Pie XI instituait la fête du Christ-Roi par l’encyclique Quas Primas afin de mettre en lumière l’idée que les nations devraient obéir aux lois du Christ. Sa lettre se voulait un rappel de l’enseignement séculaire sur les rapports entre le règne du Christ et le gouvernement des états temporels qui doivent donc s’attacher à promouvoir des lois conformes à la justice divine.

« Cette théologie de la Royauté du Christ, parfaitement biblique, rappelait dans un ouvrage Mgr Roland Minnerath, approfondissait donc la doctrine philosophique de la soumission des réalités humaines à la « loi éternelle » de Dieu gouvernant l’univers. La société humaine, pas plus que les individus, n’est autonome par rapport à Dieu. »

Voilà une dépendance des lois étatiques envers la « loi éternelle » divine que le cardinal Marx rejette violemment tout comme il rejette l’enseignement morale de l’Église catholique. Il préfère privilégier plutôt, et avec ferveur, l’homo-hérésie si à la mode ces derniers temps dans les caves du Vatican… Homo-hérésie qui dénature l’être humain…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

23 commentaires

  1. DUFIT THIERRY says:

    Tout est dit dans cet article. Il faut bien comprendre que Vatican II ne peut être interprété à la lumière de la Tradition comme on essayait de le faire croire à Mgr Lefebvre. Les artisans de Vatican II le savaient : ce qu’ils faisaient n’’était pas une réforme mais une révolution. Avec des textes hétérodoxes ils ouvraient la voie à la révolution permanente. On ne pouvait tout détruire d’un seul coup. On détruisait d’abord la doctrine, puis la liturgie, maintenant c’est la morale. On en arrive au sommet de l’abomination et à l’apologie du péché d’ignominie. Vatican II contient en germes cette révolution.

    • Il me semble à moi qu’ils ont commencé leur destruction avec la liturgie, pas avec la doctrine. La première messe versus populum à laquelle j’ai assisté (et la première dont j’avais entendu parler) fut lue dans un amphithéâtre de mon université devant une grande assistance pendant la pause de midi.

      • DUFIT THIERRY says:

        Historiquement la nouvelle Messe protestantisée du franc-maçon Bugnini fut imposée violemment et au mépris de toute légalité en 1969. Le concile fut clôturé en 1965. Les textes contraires à la doctrine de l’Eglise comme Dignitatis Humanae, Nostra Aetate, Gaudium et Spes qui allaient déclencher une destruction sans précédent de l’Eglise étaient déjà passés.

  2. balaninu says:

    « la fumée de Satan est entrée au Vatican »….. Paul VI !

    Prions sans relâche ! pour notre pays, pour le monde ! demandons à l’Ange de la Paix d’intercéder ! à St Michel Archange ! et aux Saints et Saintes qui ont fleuri sur notre sol de prier pour la France !

  3. cadoudal says:

    l ‘ouverture au monde de Vatican II , c’est clairement se mettre En Marche vers Sodome, après avoir imposé la messe de Luther .

    du travail de maçons .

    • Aube Nouvelle says:

      Vous avez bien raison !
      D’ailleurs, même Mgr Athanasius Schneider, de l’Eglise catholique romaine, le dit :
      « L’abus de Vatican II conduit à une protestantisation de l’Église. Abandonnez l’expérience malheureuse de « l’herméneutique de la continuité »
      (voir son article traduit en français sur le bloc « dieulenuletmoi » le 22.07.2017)

      Mais, il est trop tard ! La nouvelle messe qu’on est apparemment en train d’élaborer au Vatican consacrera le sommet de l’Eglise « protestantisée » mais sonnera aussi l’heure de sa disparition.

    • Aube Nouvelle says:

      Pour rectification :
      lire le blog : » dieuetmoilenul »

  4. « La légitimation de l’homosexualité n’est certes pas nouvelle : elle existait dans la société grecque et romaine de l’Antiquité où l’homosexualité était encore plus répandue et banalisée que dans les sociétés occidentales modernes et où les dieux en offraient même des exemples. Mais cela n’est pas fait pour rassurer : le mouvement actuel représente un retour au paganisme des sociétés préchrétiennes. D’autres faits en témoignent, promus actuellement par le même courant idéologique, lequel dans certaines de ses composantes, ne cache d’ailleurs pas son hostilité au christianisme et aux religions qui ont comme référence l’anthropologie biblique.  »

    http://orthodoxologie.blogspot.fr/search?q=+homosexualit%C3%A9

  5. « Aux catholiques allemands qui s’inquiètent de toutes les dérives, couples à trois, inceste, etc. qu’ouvre la légalisation depuis fin juin du « mariage » homosexuel dans leur pays, il répond que cette légalisation n’est pas une défaite pour l’Église[ …]. »
    1. Aux dérives mentionnées vient maintenant s’ajouter la pédophilie, incestueuse ou non, qu’il faudrait légaliser ; voir surtout les écrits d’Ariane Bilheran, une vox clamantis in deserto qu’il faut absolument soutenir parce qu’elle se trouve sous attaque violente de ses collègues psy.
    2. La moitié des catholiques allemands ne va plus à la messe.
    3. Le reste tend à regarder cet homme de grand poids comme ayant une sorte d’autorité ; ils ont oublié la situation d’avant les conférences épiscopaux. En particulier ils ont oublié – et depuis très longtemps sont encouragés à oublier – la loi sans nom en vertu de laquelle Marx et les autres évêques perçoivent leurs salaires d’État, et qui entre autres choses fait de l’évêque de Ratisbonne du moment ex officio Primat d’allemagne.
    4. Marx est réputé avoir dépensé pour les rénovations de son palais épiscopal autant d’argent que l’ancien évêque de Limbourg, le bas-Franc te Bartz-van Elst, destitué enfin à raison de ses extravagances. (Ce dernier, der übrigens wie Macron aussieht, vient d’agacer ses collègues en venant aux funérailles du cardinal Meisner dans la cathédrale de Cologne.)

    • ‹der übrigens wie Macron aussieht› « qui d’ailleurs ressemble à Macron » – je demande pardon de ce lapsus.

      • Le Sommelier says:

        Merci bien ! Effectivement, maintenant je comprends mieux ! ou presque ! j’ avais quand même deviné que ça n’ avait pas de lien avec les hiéroglyphes micmacs .
        Quand vous écrivez « qui d’ailleurs ressemble à Macron » , voulez-vous suggérer que sa femme ( ou son mec ? ) aurait 24 ans de plus que lui ?

  6. Montcerisier says:

    Faites votre repentance si vous le souhaitez, c’est une erreur . Ne m’y mêlez pas et pourtant je suis aussi croyant que vous.
    Y en a marre . Par contre repentez vous pour les prêtres pedophiles c’est une nécessité absolue .
    Par votre tolérance vous avez participé à la « démolition » de notre eglise ..

  7. Paul-Emic says:

    ce type qu’on n’a plus à nommer cardinal est un profond pervers et un taré complet

  8. « Dans une société laïque, l’État doit adopter des lois valables pour tous ». (Marx)
    Donc y compris ceux qui agissent en vertu de leur croyance en un Dieu qui les somme à égorger les cardinaux qui, invités à se convertir, refusent, même poliment.

  9. Mad-Max says:

    Le Cardinal Marc doit reapprendre les 10 Commandements donnés par Dieu !
    Un démon ni plus ni moins de plus , acharné à détruire l’Église de Notre Seigneur …
    Mais que peut-on faire pour les faire taire avant de les chasser avec nos sandales ?

  10. Sancenay says:

    Il reste malheureusement que cela ressemble plus à de la collaboration que de la soumission.

  11. champar says:

    Il pédale dans la choucroute le gros pépère bien gras !
    Décidément les allemands qui s’appellent Marx sont des oiseaux de mauvais augure.

    • L’autre etait juif et fils d’avocat, donc bon bourgeois. Sa maison natale à Trêves, de nos jours naturellement devenue musée marxiste, se trouve dans la grand-rue qui descend au pont romain sur la Moselle, encore en usage, plus spécifiquement dans la petite partie d’elle où sont permis les sex-shops de cette autrefois archicatholique ville, jusqu’en 1803 siège d’office du troisième des trois archevêques princes-électeurs spirituels du Saint-Empire Romain. (Depuis un bon moment, toutefois, les électeurs de Trêves résidaient en aval à Coblence et quelquefois, plus prudemment, même en face dans la forteresse d’Ehrenbreitstein qui surplombe l’autre rive du Rhin.)

  12. Qui est Dieu ? Ce que Dieu est, nul ne sait. IL est ce que nul être ne peut éprouver tant que nous ne sommes pas devenus ce qu’IL est. Le Christ n’a pas fondé d’Eglise ni imposé de dogmes. Tout va vers sa mort et retourne à son origine quoi que l’on fasse. Nous y sommes.

    • Paul-Emic says:

      Je ne suis pas du tout d’accord avec vous

    • MA Guillermont says:

      Je vous donne rendez – vous à Lalouvesc en Ardèche , dans les pas de St François – Régis pendant 3 jours du 28 au 31 Juillet …

      « En vous en retournant , quand vous n’étiez plus qu’à une demi – heure de Corps , votre père vous donna un morceau de pain en vous disant :  » Tiens mon petit , mange encore du pain cette année , car je ne sais pas qui va en manger l’an qui vient si le blé continue comme ça ! »

      Et bien , mes enfants , vous le fera passer à tout mon peuple !
      Allons , mes enfants , faites – le bien passer à tout mon peuple .

      Venez demander au Marcheur de Dieu … qui a parcouru montagnes et vallées pour enseigner les Mystères de la Religion …

  13. Aube Nouvelle says:

    Un autre article en rapport :
    « Le cardinal Schönborn – Le sophiste en Chef »
    Reformulation du 6ème commandement :
    « Tu feras de ton mieux pour ne pas commettre l’adultère »
    Publié par Christopher A. FERRARA – « Fatima Network Perspectives » – 25.07.2017
    (traduction en français sur le blog »dieuetmoilenul »)

    Un article qui tire, sans retenue ni détours, la conclusion qui s’impose autant à la foi qu’à la raison :
    « Ce sophiste est la voix morale de l’actuel pontificat. Si cette situation n’est pas apocalyptique, alors les mots ont perdu de leur sens. Nous ne pouvons qu’attendre, avec crainte et tremblement, la résolution dramatique par Dieu d’une crise que l’Église n’avait jamais vue auparavant dans laquelle même les fondements de la loi morale sont maintenant attaqués aux sommets mêmes de l’Église. »

    Bientôt, il n’y aura plus besoin de le cacher, ni de le dire, ni de le croire, tellement il n’y aura plus qu’à le voir.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com