Entre 2000 et 2015, plus de 1,8 million d’articles scientifiques ont été publiés selon le rapport de l’Observatoire des Sciences et Techniques La position scientifique de la France dans le monde 2000-2015. On note un recul de la France mais aussi de plusieurs pays européens face à la montée en puissance des nations émergentes : la France a été dépassée par la Chine en 2003 et par l’Inde en 2014, sa part passant de 5 % à 3,2 %. Si les 40 premiers pays n’ont pas changé en 15 ans, c’est la hiérarchie qui a été bousculée :

Pays en hausse :

  • Chine : de la 8e à la 2e
  • Inde : de la 12e à la 6e
  • Corée du Sud : de la 14e à la 9e
  • Brésil : de la 16e à la 13e
  • Turquie : de la 19e à la 15e
  • Iran : de la 20e à la 16e
  • Belgique : de la 23e à la 22e
  • Danemark : de la 26e à la 23e
  • Tchéquie : de la 33e à la 27e
  • Portugal : de la 35e à la 25e
  • Roumanie : de la 38e à la 31e
  • Malaisie : de la 40e à la 24e

Pays stables :

  • Etats-Unis : restent 1er.
  • Royaume-Uni : reste 3e.
  • Allemagne : reste 4e.
  • Suède : reste 21e.
  • Mexique : reste 28e.
  • Thaïlande : reste 39e.

Pays en baisse :

  • Japon : de la 2e à la 5e
  • France : de la 5e à la 7e
  • Canada : de la 6e à la 10e
  • Italie : de la 7e à la 8e
  • Russie : de la 9e à la 14e
  • Espagne : de la 10e à la 11e
  • Australie : de la 11e à la 12e
  • Pays-Bas : de la 13e à la 17e
  • Suisse : de la 15e à la 20e
  • Taïwan : de la 17e à la 18e
  • Pologne : de la 18e à la 19e
  • Israël : de la 22e à la 26e
  • Finlande : de la 24e à la 33e
  • Autriche : de la 25e à la 29e
  • Grèce : de la 27e à la 30e
  • Singapour : de la 29e à la 32e
  • Norvège : de la 30e à la 34e
  • Nouvelle-Zélande : de la 31e à la 37e
  • Argentine : de la 32e à la 36e
  • Afrique du Sud : de la 34e à la 35e
  • Irlande : de la 36e à la 40e
  • Egypte : de la 37e à la 38e

Si dans toutes les disciplines le nombre de publications a augmenté, la hiérarchie a également changé. La médecine, avec 419.428 publications, est toujours largement en tête comme en 2000, mais la chimie prend la seconde place (elle était 3e en 2000) au détriment de la biologie fondamentale qui rétrograde à la 4e place. 5e en 2000, la science en ingénierie monte donc sur le podium en 2015.

  • Disciplines gagnantes : chimie (de 3e à 2e), science en ingénierie (de 5e à 3e), sciences de l’univers (de 7e à 6e), sciences sociales (de 9e à 7e), informatique (de 11e à 9e).
  • Disciplines stables : médecine (reste 1re).
  • Disciplines perdantes : biologie fondamentale (de 2e à 4e), physique (de 4e à 5e), biologie appliquée/écologie (de 6e à 8e), sciences humaines (de 8e à 10e), mathématiques (de 10e à 11e).

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Daniel PIGNARD says:

    Les publications scientifiques interdites de fait en France :
    Toutes les publications qui attaquent la théorie de l’évolution et il y en a des tonnes.
    (Preuves de terre jeune, preuves des dinosaures contemporains de l’homme, preuves des dinosaures encore vivants de nos jours, preuves de la réalité du déluge, preuve de la stratification simultanée en courant d’eau, preuve de l’accélération de la rotation de la terre au déluge, preuves de la vacuité de la théorie de la relativité, preuve de la terre qui ne tourne pas autour du soleil, etc…

    • Thorium says:

      On parle de publications scientifiques. Pas de publications comiques

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com