Dans mon ouvrage L’Ultime transgression, j’expliquais le système Argus II permettant aux aveugles de voir les formes qui les entouraient. Comme me disait le Dr Dor quasiment aveugle m’expliquait « Vous savez Jean-Pierre, entre ne rien voir et voir un peu, il y a une différence énorme ». Le matériel qui a été mis aux Etats-Unis est le suivant. La personne atteinte de cécité a des lunettes munies d’une minuscule caméra. Celle-ci filme et les images sont numérisées dans un petit ordinateur qui se tient au niveau de la ceinture. Puis elles sont renvoyées vers des micro-processeurs qui ont été disposées au  niveau de la rétine. Ceux-ci transmettent le message vers le nerf optique qui est relié au cerveau et plus précisément au lobe occipital où se situe le centre de la vision.  Le trajet étant complexe le résultat est finalement assez moyen. Toutefois la Sécurité Sociale a donné son aval pour la prise en charge de 36 patients atteints d’atteinte grave de la rétine.

Or l’Université de Californie à Los Angeles a mis au point un système du nom d’Orion 1. Le principe est sensiblement le même en partie. Des images sont recueillies par une minuscule caméra dont les images sont numérisées et renvoyées vers un petit ordinateur qui se met dans la poche. Celui-ci transforme les images en signaux électriques qui sont transférés sans fil vers un récepteur  implanté à l’intérieur et à l’arrière du crâne ; celui-ci dispose d’électrodes qui vont stimuler le centre de la vision situé dans le lobe occipital. Rappelons que les implants cérébraux se posent très facilement en faisant un trou très étroit au niveau des fosses nasales ou du fond de la bouche. 40.000 de ces dispositifs ont déjà été implantés en France dans l’indication de Maladie de Parkinson, dépressions sévère etc.  Les résultats sont extraordinaires. En pratique ce système permet de shunter la rétine quand elle est détruite. C’est  donc une arme dite de « seconde intention ». Le résultat est semble-t-il meilleur que dans le système Argus II notamment au niveau de la vision des couleurs.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Question technique à M. J-P Dickès:
    y a-t-il possibilité de placer la micro-caméra sur un français « plouk-sans-dents-péquenod », et d’envoyer le signal numérisé dans le cerveau d’un politichien?

  2. Jean-Pierre Dickes says:

    Oui. Cela est théoriquement possible. Si on stimule les noyaux gris centraux des Parkinsoniens, le centre de la vue, il est évident qu’il est possible d’agir sur le système nerveux central.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com