L’abdication de Benoit XVI ne cesse de susciter des interrogations. Le dernier en date à se poser des questions tout en essayant d’y répondre n’appartient pas au monde vaticanesque mais, et l’intérêt réside dans ce fait, est un spécialiste en études stratégiques qui écrit dans une célèbre et érudite revue italienne de géopolitique, Limes.

Dans un article intitulé « Pourquoi nous avons besoin du Vatican ? » édité dans le numéro 4/2017, l’auteur Germano Dottori étudie l’abdication de Ratzinger sous l’angle des rapports de force entre l’Occident et les deux grands blocs étasunien et russe. Cette analyse géopolitique de la démission de Benoit XVI ne peut que venir appuyer la demande d’enquête demandée à Trump par des journalistes catholiques américains il y a quelques mois.

Le site web Campari et de Maistre en fait une recension intéressante, et éclairante, sous le titre Démission de Benoit. Voici le secret … de Polichinelle que nous vous invitons à lire ci-dessous :

« Nous vous invitons à lire tout l’article qui suit, non pas tant pour prendre acte de «ce qui» est révélé, mais de prendre acte de «qui» avalise ce point de vue.

«Les frictions entre l’Église et les États-Unis n’auraient pas disparu avec la disparition de Jean-Paul II. Elles auraient au contraire eu une suite dans le cours du pontificat du Pape Ratzinger, durant lequel elles n’auraient pas seulement été aiguisées par l’investissement de la part d’Obama et d’Hilary Clinton sur l’Islam politique des Frères Musulmans durant les dits « printemps arables », mais également par la ferme volonté de Benoît XVI de parvenir à une réconciliation politique avec le patriarche de Moscou, qui aurait été, dans ses intentions, le véritable couronnement religieux d’un projet géopolitique d’intégration euro-russe soutenu avec conviction par l’Allemagne et l’Italie de Silvio Berlusconi – mais pas de celle, plus pro-américaine, qui se reconnaissait en Giorgio Napolitano. Comment cela s’est terminé est connu de tous. Le gouvernement italien et la papauté auraient été frappés simultanément par une campagne de scandales, coordonnée, d’une rare violence et sans précédent, à laquelle se seraient associées des manœuvres plus ou moins opaques dans le domaine financier, avec l’effet final de précipiter en Novembre 2011 le retrait de Berlusconi du Palazzo Chigi, et le 10 Février 2013, l’abdication de Ratzinger. Au plus fort de la crise, l’Italie aurait vu progressivement se fermer les portes d’accès aux marchés financiers internationaux, tandis que l’Institut pour les œuvres de religion (IOR) serait coupé temporairement par le circuit Swift (4)».
Note
«(4) L’IOR aurait été exclu du système international des paiements du 1er Janvier au 11 Février 2013 sur la base de l’accusation de contribuer au blanchiment d’argent, avec l’effet d’induire la Deutsche Bank à bloquer le fonctionnement des distributeurs automatiques de billets dans tout le territoire de la Cité du Vatican. La nouvelle a été donnée en Italie par la Repubblica du 3 Janvier 2013, quand Fabio Tonacci publia un article intitulé: « Vatican, stop aux cartes et aux distributeurs automatiques de billets. Les services de paiement suspendus ». Le lendemain de l’annonce de l’abdication du pape Ratzinger, le Saint-Siège obtiendra d’une banque suisse de rétablissement des services interrompus».

Après cette longue citation, désignons-en la source. Maurizio Blondet? Antonio Socci? Les hackers russes? Eh bien non, les données bibliographiques sont les suivantes: « Germano Dottori, Pourquoi nous avons besoin du Vatican » , dans Limes – revue italienne de géopolitique, n° 4/2017 (Avril), pp. 151-158″.

Bref, en lisant la dernière sortie du magazine italien qui fait autorité dans le domaine de la géopolitique, un journal auquel est attribué un rôle tel que chaque numéro est présenté, non sans une certaine solennité, par son directeur, à la télévision d’État, nous apprenons les informations suivantes:

1) Le succès politique des Frères musulmans (c’est-à-dire de l’islam fondamentaliste) à la suite des «printemps arabes» n’a pas été, comme beaucoup pourraient le penser, un effet non intentionnel du progressisme stupide d’Obama mais quelque chose de voulu;
2) Benoît XVI a poursuivi avec «une ferme volonté» le plan de réconcilier l’Église catholique avec le Patriarcat de Moscou;
3) Ces deux facteurs ont aiguisé les frictions entre l’Église et les États-Unis, commencées dans la dernière phase du pontificat de saint Jean-Paul II;
4) Le gouvernement Berlusconi soutenait le dessein de Benoît XVI dans une optique pro-russe;
5) Il s’est ainsi aliéné les sympathies des Américains, dont l’homme, en Italie, n’était autre que le Président de la République Giorgio Napolitano;
6) Les campagnes à scandales simultanées subies durant ces années par Berlusconi et le pape Benoît XVI étaient coordonnées entre elles, destinées à frapper deux personnalités qui, dans l’optique des États-Unis, étaient ouvertement trop pro-russes et très peu obéissantes à la Maison Blanche;
7) Cette campagne de dénigrement s’est accompagnée de manœuvres financières opaques à la fois contre l’Italie (vous vous souvenez du « spread »?), et contre le Vatican (confirmant ce qui avait déjà été laissé à entendre par d’autres sources);
8) Tout cela a conduit à la démission de Berlusconi (et jusque là, rien qui ne soit déjà notoire) et aussi, écoutez bien, à celle de Benoît XVI .

Enfin, last but not the least, « Limes » est depuis toujours publié par le même groupe d’édition que « la Repubblica », c’est-à-dire l’organe de presse qui a servi de « lanceur » à cette double campagne de scandales «coordonnée, d’une rare violence et sans précédent».
Bref, eux, ils savent.

Que dire? Nous avons toujours voulu nous tenir à l’écart des polémiques de type «complot» à propos de ce qui est arrivé au cours des derniers moments du pontificat de Ratzinger et les explications complotistes sur sa démission. Nous ferons de même cette fois aussi. Nous nous limitons simplement à signaler ce que rapporte un magazine estimé et influent, qu’on ne peut certes pas accuser de proximité avec la «Kurie conservatrice» ou avec les «quatre chats» traditionalistes. Nous nous permettons de signaler le passage où il est dit: «Comment cela s’est terminé est connu de tous».

Autre chose qu’un «gomblot» (complo, ndlr). Ici, il s’agit d’un secret de Polichinelle … »(Traduction du blog Benoit-et-moi)

De tels articles témoignent que l’abdication de Benoit XVI n’a pas fini de faire parler d’elle, qu’elle continuera à alimenter bien des articles, des hypothèses, des conjonctures. Et qu’elle reste une épée de Damoclès sur le pontificat du pape François…

Francesca de Villasmundo

 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

6 commentaires

  1. Chouanne says:

    Ces sortes de procédures semblent se multiplier et de plus en plus tellement perfectionnées qu’elles semblent incontournables. Si on suit bien, ce qui est arrivé avec la banque du Vatican ressemble beaucoup à ce qui est arrivé en Grèce: le chantage aux banques. Si vous ne faites pas ce qu’on vous demande, on vous coupe le robinet des banques.

    Quant aux pressions par les scandales, ce sont des leviers très pratiques puisque l’opinion publique marche presque à tous les coups, car elle n’a pas de recul et gobe tout.

    Tout ceci ressemble fort à ce qui s’est passé en France avec l’élection de Macron; il suffit d’avoir les médias et les magistrats (ou des magistrats aux postes-clefs) dans la poche…

    TRISTE! On se demande si un jour on pourra y échapper.

    A noter que le point de friction est presque toujours le même: la Russie. Les USA ont un besoin vital d’une guerre froide (ou chaude) avec la Russie pour justifier les conflits qu’ils mènent partout sur le globe pour leurs affaires… C’est donc Mamon qui mène le monde. Mais depuis le Christ on sait qui est le prince de ce monde. Pourtant lamais celui-ci n’a encore été aussi performant.

  2. Horace says:

    Très bonne analyse. Maintenant je comprends. Mais pourquoi les USA, refusent toute approche avec Moscou ? Quant aux banques, depuis que nous avons abandonné nos monnaies nationales pour confier nos richesses aux banques supra-nationales, il devient facile pour ces « administrateurs mondialistes » de fermer les robinets sous divers prétextes politiques. Y a t-il un échappatoire, une porte de sortie quelque part ? Alain Besançon, dans son livre Le Malheur du Siècle, parlant du nazisme et du communisme : « C’est ainsi que plusieurs martyrs de ces régimes ont envisagé l’action d’un ordre suprahumain, « angélique », capable d’exercer un pouvoir direct. Un pouvoir qui ne passerait pas vraiment par la médiation de la volonté mauvaise des hommes, mais qui les agirait à leur insu de telle sorte qu’ils ne sachent point ou confusément ce qu’ils faisaient. Qui endormirait le sens commun et la conscience morale et transformerait l’homme, soumis à une sorte d’enchantement, en une marionnette dont il tiendrait les fils. Dans cette intuition, le tyran ultime n’est ni Hitler, ni Staline, ni Mao, mais le Prince de ce monde en personne ». De cela, Dostoïevski et d’autres penseurs en avaient eu le pressentiment et l’intuition. Pour eux c’était une action du « diable ». Hélas nous y sommes.

  3. boticea says:

    Le diable ne peut trouver sa force que dans ses adorateurs. Personnellement j’en connais beaucoup, j’en croise tous les jours, si je sors de chez moi, et parfois même quand je me rase le matin.
    Il est très difficile d’échapper à son emprise à notre époque. Les progrès technologiques sont essentiellement développés dans le but de réaliser nos moindres désirs, poussé par un harcèlement publicitaire de tous les instants, et de tous les médias.
    Il faut consommer tout et surtout n’importe quoi pourvu que ce soit toxique, car c’est tellement mieux si c’est sophistiqué et pourquoi pas transgressif contre les lois primordiales de la nature.
    Le désir du réel ou du virtuel est la préoccupation unique du barbare, bien sûr au nom de la liberté ou de n’importe quelle utopie nouvelle il y a là de quoi nourrir la bête inlassablement.

    Heureux les simples d’esprit, le royaume de cieux leur appartient.

    • Efgy says:

      Le diable ne peut faire que ce que Dieu lui permet de faire.
      Il faut donc se poser la bonne question : pourquoi Dieu lui permet-il autant de choses de nos jours ?…

  4. Etienne says:

    Ces pressions politiques pour évincer ou désigner un pape ne sont pas nouvelles : c’est même pour essayer d’avoir des désignations libres qu’on a inventé le Conclave (réunion « sous clé »).

    La nouveauté viendrait des mobiles actuels ?
    La famille de pensées « Obama-Clinton » veut disqualifier tout rapprochement (économique, politique, religieux) vers Moscou, pour conserver son hégémonie, ça c’est un vieux remake de remakes.
    Quand elle prône le rapprochement avec les protestantismes nordiques et anglo-saxons, ça c’est son actualisation.
    Et quand on voit le pape (?) actuel porter (par exemple) Luther aux nues, on ne peut que craindre qu’il soit à la botte de la dite famille de pensée ; et même douter de la validité de sa désignation.

    En effet, deux indices s’ajoutent à ce qui précède.
    – La « mafia » dite Saint-Gall – dont le cardinal Danneels s’est vanté, goguenard, d’avoir été membre – qui se réunissait – contre la règle, hors des périodes des Conclaves – pour définir et promouvoir un bon pape selon leurs vues.
    – Cette rumeur – lors du dernier Conclave – d’un lot de votes non détruits entre deux tours de scrutin. Si cette omission stupide a bien eu lieu, alors, un bourrage d’urne a pu se produire.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com