Ce film fait mentir la presse mainstream qui prétend que Vladimir Poutine est un tyran « froid et glacial » comme il est de bon ton de l’affirmer et surtout de le faire admettre à l’opinion publique occidentale pour justifier les guerres nécessaires au complexe militaro-industriel américain pour prospérer.

Les quatre heures du film sont un condensé des 20 heures de tournage avec des entrevues qui se sont déroulées de juin 2015 à février 2017. La première partie, particulièrement intéressante, est passée lundi 26 juin au soir. Les deux autres parties sont programmées sur France 3 mercredi et jeudi prochains à 23 heures 30. Autrement il est possible de visionner l’ensemble en « replay » durant une semaine. D‘après Oliver Stone, le livre des entretiens va sortir en France très bientôt.

Vladimir Poutine raconte l’Histoire de la Russie depuis 1917, puis son accession au pouvoir et les coups bas américains que les images ajoutées sur l’interview par le réalisateur illustrent bien, notamment l’encerclement de plus en plus serré de la Russie par l’Otan, ainsi que l’installation des missiles en Union européenne qui pointent sur la Russie. Il évoque la réalité de l’agression de Géorgie contre les troupes russes, l’aide des USA aux terroristes tchétchènes durant les deux guerres de Tchétchénie. Les mensonges permanents de l’Ouest qui se sert des islamistes tout en prétendant les combattre. Il explique en détail comment Snowden (Wikkileaks) a bénéficié du titre de réfugié en Russie au grand dam des Américains. Répondant à une supposition d’Oliver Stone selon laquelle la CIA aurait laissé échapper Snowden pour en embarrasser la Russie, il s’exclame en riant tout en conduisant sa voiture que la supposition du réalisateur serait trop subtile pour la CIA…  Il expose le double-jeu continuel des USA pour déstabiliser la Russie, la guerre en Ukraine tout en précisant que la Russie avait réglé elle-même au FMI les dettes contractées par les ex-républiques soviétiques jusqu’au dernier centime, y compris celles de l’Ukraine qui étaient très élevées. Il précise que les USA ont un endettement équivalent à 100% de leur PIB tandis que la Russie n’a qu’un endettement dérisoire de 12% de son PIB et donne des détails économiques et démographiques concernant la Russie, notamment qu’en Europe la France est le pays qui compte le plus de musulmans avant la Russie. Alors que la Russie compte 146 millions d’habitants. Mais il précise qu’à la différence de la France, les musulmans de Russie sont des Russes d’origine, de civilisation et de culture russes et qu’ils n’ont pas d’autre patrie. Il précise que la reprise de la démographie due à la politique gouvernementale profite à la partie blanche de la Russie. Les ethnies musulmanes forment 15% de la population de la fédération de Russie, mais 6% seulement des Russes s’affirment musulmans. Vladimir Poutine affirme que 4500 russes, principalement Caucasiens, combattent au Moyen-Orient dans les rangs des islamistes.

Bien sûr les questions concernant les homosexuels et le féminisme n’ont pas manqué. les réponses de Vladimir Poutine prouvent que ce pays a conservé ses repères. Bien évidemment des réponses qui ne peuvent pas plaire à la nouvelle « morale » occidentale.

Il parle de la Crimée. Il répond aussi à quelques questions sur sa vie privée sans s’étendre. On le voit aussi dans un match de Hockey, avec des chevaux ou encore en entrainement de judo. Le judo qui, selon lui, est le secret de son équilibre. L’un des entretiens se situe dans une résidence de la présidence russe à 26 kilomètres de Moscou dans laquelle le président dit partager sa semaine avec sa résidence du kremlin. C’est ainsi que le spectateur peut visiter cette superbe résidence avec son imposante chapelle et ses immenses saintes icônes. La place de la foi en Russie a été un peu abordée au cours des entretiens, mais cette visite donne l’importance de celle-ci dans les sphères du pouvoir mieux que n’importe quel discours. Imagine-t-on Macron vivre dans une résidence dans laquelle le catholicisme de la France serait partout et à profusion mis en valeur ? Que Vladimir Poutine y ait établi sa résidence montre l’importance qu’il accorde à l’orthodoxie.

Poutine ironise également sur le peu de profit qu’il aurait eu a tenter de s’immiscer dans les élections américaines puisque de toute façon, quel que soit le président élu et quelles que soient ses promesses de campagne, c’est l’état profond qui dirige la politique extérieure du pays qui ne varie jamais.

Le président Poutine évoque souvent l’Union européenne et même la France et considère qu’au sein de l’OTAN les pays membres sont traités en vassaux. Concernant l’histoire de la Russie, il a toujours été farouchement opposé à l’URSS, symbole du déclin russe à tous les niveaux. Il n’a que peu d’estime pour Gorbatchev (le liquidateur d’une partie des républiques historiquement russes) «Il n’a jamais eu d’idées », dit-il de celui-ci. A propos de la perestroïka de Gorbatchev, il réplique avec une pointe de mépris que Gorbatchev puisait dans « les idées des utopistes socialistes français. Gorbatchev n’avait rien à voir là-dedans. » 

Il précise que le bouclier américain ne protègerait pas le pays en cas de réplique de la Russie, mais estime que cette fausse protection pourrait être un danger pour le monde, car cela donne un sentiment de puissance dangereux aux USA. Il estime qu’en cas de conflit nucléaire les pays disparaîtraient. Il précise que les USA à eux seuls ont un budget militaire 10 fois supérieur à celui de tous les autres pays réunis.

Tout au long de cette première partie Vladimir Poutine manie l’humour. L’une des dernières anecdotes de cette première partie concerne un film que le réalisateur et le président ont visionné en même temps. Oliver Stone lui remet la vidéo à la fin et Poutine part dans son bureau. Mais aussitôt il revient en montrant l’enveloppe vide: « Voilà un cadeau typique des Américains », lance-t-il.

A ne pas manquer les deux prochaines parties mercredi et jeudi prochains!

Oliver Stone est un réalisateur de cinéma, ancien combattant du Vietnam qui depuis milite contre l’impérialisme américain. le film a été amplement critiqué aux USA car Poutine apparaît tel qu’il est ce qui déplait forcément. Actuellement en France, le cinéaste a répondu à de nombreuses interviews dont celle de France3 qui comporte en elle-même un court documentaire est particulièrement intéressante:

INTERVIEW D’OLIVER STONE PAR LE FIGARO

De juillet 2015 à février 2017, le réalisateur de Platoon a rencontré à douze reprises le dirigeant de la Russie. De ses entretiens, il a tiré un portrait de 4 heures de Vladimir Poutine qui apporte un nouvel éclairage sur sa personnalité dont les deux premières parties sont diffusées ce lundi à 20H55 sur France 3.

Jamais Vladimir Poutine n’avait accepté d’être interviewé aussi longtemps par un occidental. Comment l’avez-vous convaincu?

Je travaillais sur le film Snowden qui m’a conduit à plusieurs reprises à Moscou. Lors d’un séjour là-bas, je l’ai rencontré. Quand je lui ai parlé de mon projet, il a accepté assez naturellement. Peut-être parce qu’intellectuellement nos conversations l’intéressaient, qu’il me respectait aussi…

A-t-il mis des conditions à ces entretiens?

Non, le seul contrôle était le mien. Ensuite c’était difficile de savoir ce qu’il pensait. Il a un regard difficile à capter. Mais jamais il ne s’est énervé. Il répondait à la demande. La difficulté était surtout la gestion du temps. Il arrivait toujours en retard… Et puis les caméras ne devaient pas montrer sa calvitie…

Est-ce lui qui choisissait les lieux de rendez-vous?

Oui, on s’agrippait à son emploi du temps. Alors nous l’avons vu dans son bureau, dans sa datcha, à la patinoire… Il est tout de même très occupé. Mais finalement plus facile d’accès que l’occupant de la Maison Blanche! Il conduit sa voiture lui-même, et très vite. Il est libre de décider lui-même du moment où il vous rencontre…

Saviez-vous que vous alliez y retourner si souvent?

En fait, je pensais en avoir terminé à mon troisième voyage. Et puis après l’élection de Donald Trump qui a surpris tout le monde y compris Vladimir Poutine je pense, j’y suis retourné une 4e fois. C’était intéressant d’avoir son avis.

Vous choisissez vous-même la voix qui double Poutine (Laurent Stocker, en France). Pourquoi teniez-vous à ce détail?

Souvent, pour montrer qu’un homme est dur et coriace, on le double avec une voix forte. Mais Poutine parle de façon très claire, posée, raisonnable. Jamais, il n’élève la voix et je veux que dans le doublage, ce ton soit restitué.

Certains vous reprochent d’avoir été trop consensuel avec lui…

J’ai été respectueux, comme on l’est avec tout chef d’État. Mais ceux qui connaissent mes films savent que je ne suis pas un obséquieux. Je suis un démocrate et le pouvoir ne m’intimide pas.

Quelle idée en avez-vous aujourd’hui?

Je pense qu’on a réussi à apporter un éclairage nouveau sur l’individu. Ce n’est pas un Staline contemporain et son gouvernement n’est pas fondé sur la terreur. C’est quelqu’un qui connaît très bien les intérêts russes et veut les défendre. Mais il est prêt à négocier aussi.

Pensez-vous qu’il se représentera aux élections?

Regardez le quatrième épisode quand je lui pose la question. Et ne vous arrêtez pas aux mots. Personnellement, j’ai eu l’impression qu’il se représenterait. Mais ce ne sera pas facile pour lui. Maintenant, si vous commencez à vous mêler de leurs affaires à ce moment-là, méfiez-vous, les Russes n’aiment pas qu’on les pousse dans les orties. Ils n’aiment pas qu’on veuille leur imposer des valeurs, qu’elles soient américaines ou françaises.

Que pensez-vous de notre nouveau président?

Emmanuel Macron semble indépendant, mais je n’en sais rien. Je me réjouis déjà qu’il ait accueilli Vladimir Poutine. J’espère que la France va retrouver sa propre souveraineté

Quelles conclusions tirez-vous de ces entretiens?

Comme l’Histoire l’a prouvée souvent, avec les Russes on arrive à ses fins en leur faisant confiance. Churchill le disait déjà.

Le documentaire a été diffusé aux États-Unis. Quelles ont été les réactions?

la plupart des critiques viennent de ceux qui n’ont pas vu le film. Ça facilite le travail… Mais il a aussi été vendu à la Russie qui est en train de le diffuser et à pratiquement tous les pays du monde. Sauf l’Argentine… pour le moment.

Quel en était le budget?

4,8 millions de dollars.

Et pourriez-vous en faire un film?

Ce n’est pas la peine, puisque j’ai déjà la réalité! Et puis j’ai 70 ans, je ne pense pas au prochain sujet. Il n’y a rien sur quoi je me suis engagé. Je suis surtout très préoccupé par les États-Unis. De leurs intentions contre l’Iran. Ce qui devrait tous nous préoccuper . Et Donald Trump n’est pas en position de décider. Comme ne l’étaient pas ses prédécesseurs.

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

15 commentaires

  1. pamino says:

    Excellent compte-rendu, et pour une fois sans fautes grammaticales ! Merci !

  2. Etienne says:

    Selon les USA, le gouvernement syrien prépare une « nouvelle attaque chimique », et ils menacent d’une punition.
    C’est parfaitement « téléphoné », aussi crédible que les armes de destruction massive de l’Irak.
    Mais le nain de jardin qui se pavane à Paris a déjà annoncé qu’il contribuerait à la punition.

  3. patrick says:

    En fait, et c’est une chose acquise depuis longtemps, le problème n’est pas la Russie mais bien les américains. Quand un pays met en place un chef d’état et que celui ci ne sert pratiquement à rien ou si peu servant surtout à faire diversion alors il n’y a plus de question à se poser, le problème c’est bien l’Amérique et tous ces lobbystes qui parasitent ce pays et qui devraient être totalement anéantis jusqu’au dernier ainsi Trump deviendrait le véritable chef de l’état américain. Pour l’heure ce n’est qu’une marionnette…

    • Franck says:

      Plusieurs pays clé de la vieille Europe n’ont-ils pas subi tour à tour, à la suite d’une révolution ou d’une guerre ou de quelques basses manœuvres, la mise en place progressive d’un pouvoir profond illégitime.
      Son travail s’effectue selon un agenda souvent fort éloigné de l’intérêt des peuples dont il a le contrôle.
      Angleterre (Cromwell), France (révolution Française) etc..etc.., je vous laisse continuer la liste.

      Comme dans la nature le problème ne réside pas forcément dans le parasitisme lui même mais dans sa nature éventuellement prédatrice.

  4. horace says:

    C’est bien çà, le problème c’est les amerloques. Fauteurs de guerres, de révolutions, fournisseurs d’armes nucléaires et autres joyeusetés dans le monde, souffrant de paranoïa aiguë. On ne sait rien faire avec de tels personnages, cachés dans les couloirs du Pentagone, du FBI, de la NASA et Cia.

  5. Georges Dubuis says:

    Nous vivons un temps biblique, le monde, comme la mer s’ouvre en 2 : CINÉMA , complètement à l’ouest sociétal vs RIGUEUR du cadre de la Nation.

  6. Assurément nous devons beaucoup à Poutine et surtout que la guerre n’ait pas dégénérée.
    Mais quelqu’un d’autre sait bien l’exprimer, alors je vous le met ce-dessous :

    « On peut faire confiance à la délégation Russe menée par Poutine pour affirmer la Loi Juste. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/poser-les-actes-du-changement/

    C’est tout son État-major qui est soudé d’un bloc derrière Poutine dans l’unité et la solidarité.
    « Oui, les USA et consorts poussent à la guerre. Mais Poutine a tout prévu. On ne s’engage pas à faire front sans un plan. Et Poutine n’est pas seul. C’est tout son État-major qui est soudé d’un bloc derrière lui. C’est sa force. Nous avons là les Alliances qui se dessinent pour le futur, non seulement politique, mais des Peuples, des cultures : dans l’unité et la solidarité au-delà de toute considération religieuse. C’est la porte ouverte à l’allègement de tout pouvoir religieux concret au profit de la qualité et de la liberté du Cœur. Vous avez là l’indice, la voie ouverte, tracée pour le futur. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/le-plan-au-14-12-2015/

    « Le Président Poutine et son Gouvernement ont mis toutes les cartes de leur côté pour la Victoire Russe : la Juste Loi est en place, montrée à tous, imposée dans les documents officiels et la Russie n’entre dans aucune concession. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/lobligation-de-lutter-pour-la-juste-loi/

  7. « Poutine a mené sa stratégie avec brio, longuement mûri les tenants et les aboutissants de chaque situation, de chaque acte. C’est le Maître de la Stratégie Russe. La Victoire est dans les faits. Les USA n’ont pas le choix, mais feront tout pour empêcher la victoire d’aller à son triomphe. Ce sont donc les alliances avec Poutine qui sont prioritaires. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/la-victoire-de-poutine/
    « Le maître Poutine.
    Oui, le Président de la Russie Vladimir Poutine a joué une carta maîtresse : la grande leçon au monde se poursuit selon le Respect de la Loi et des Conventions de Genève.
    Nous sommes dans l’application de la Loi Juste et rien ne retiendra le Plan de Paix.
    Mais chaque Nation, chaque homme détient le pouvoir de décision et c’est ce qui fait le libre-arbitre que Nous ne pouvons outrepasser : guerre ou paix.
    La Russie a agi de main de Maître, sachant construire pas à pas, de solides alliances : elle est aujourd’hui reconnue par tous. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/russie-triomphe-de-la-loi-juste-le-futur-de-afrique-la-mission-de-la-france/

  8. Encore quelques phrases parce-qu’elles me paraissent vraiment justes et on y apprend le rôle de l’ONU à Genève:

    « Poutine donne une leçon au monde, ….
    C’est un grand moment dans l’histoire de l’ONU qui n’en avait pas connu depuis longtemps. Poutine annonce le Respect de la Loi et la défense de l’ONU. Il ouvre la porte au Renouveau de l’ONU à Genève. »
    La France doit prendre exemple sur la Syrie. La France doit participer à la Paix définitive.
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/la-victoire-de-la-syrie1/

    « La Victoire est dans les faits. Poutine a mené sa stratégie avec brio, longuement mûri les tenants et les aboutissants de chaque situation, de chaque acte. C’est le Maître de la Stratégie Russe. Les USA n’ont pas le choix, mais feront tout pour empêcher la victoire d’aller à son triomphe. Ce sont donc les alliances avec Poutine qui sont prioritaires. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/la-victoire-de-poutine/

  9. Drieularochelle says:

    Dommage pour ceux qui ont manqué ces deux premières heures de diffusion, les deux prochaines ne dureront qu’une heure chacune. On doit pouvoir les visionner en « replay » sur le site de France 3.

  10. Extrait : « USA pratiquant la contrainte » : « Si c’est le cas c’est une politique erronée
    parce qu’elle n’envisage pas les relations avec la Russie dans une perspective d’avenir.
    Les gens qui pensent ainsi ne se projettent pas dans les 25 à 50 prochaines années.
    Si ils le faisaient ils envisageraient leur relation avec la Russie sous un angle très différent
    et ils n’essayeraient pas de faire de la Russie leur vassal »
    « La chose la plus importante en Russie c’est son peuple, sa conscience collective, sa façon d’être.
    Et ce peuple ne peut pas exister sans la souveraineté de son état.
    C’est cela que nos partenaires doivent prendre en compte pour construire avec nous des relations justes et durables plutôt que d’employer la menace nucléaire. Ainsi nous n’aurions plus à dépenser autant pour la défense. » Poutine.

    • Drieularochelle says:

      Quelle bonheur pour un peuple d’avoir un président qui dit des choses aussi belles et fondamentales que celles-là: « « La chose la plus importante en Russie c’est son peuple, sa conscience collective, sa façon d’être.
      Et ce peuple ne peut pas exister sans la souveraineté de son état.
      C’est cela que nos partenaires doivent prendre en compte pour construire avec nous des relations justes et durables plutôt que d’employer la menace nucléaire. Ainsi nous n’aurions plus à dépenser autant pour la défense. » Poutine.

  11. mc gyver says:

    Russie , endettement:12% du PIB ! France, endettement 100% du PIB ! pour un pays soi-disant retardé et aux abois ,suite aux honteuses « brimades » commerciales, il se porte mieux que la « France » donneuse de leçons . Voila un vrai chef d’Etat, qui se soucie de la protection de son peuple, n’acceptant pas….lui toute la « misère » du monde.

  12. Le problème n’est pas les U.S. en soi, le problème, c’est qu’à l’origine de l’état américain, a présidé une croisade pour trouver un nouveau Jérusalem, et fonder une nation dans le but de réaliser un nouveau Jérusalem. Cela tend à donner une arrogance sans borne, à la longue, et l’histoire, même biblique ne va pas à l’encontre de ce constat.
    Les U.S. ont représenté une terre promise pour des générations de migrants européens blancs, et le poids de cette mémoire continue à peser sur nous, en France, d’ailleurs, où nous embrassons jusqu’à l’écoeurement la culture américaine à l’heure actuelle comme incarnation de… « laliberté », « leprogrès », et « laréussite ».
    Excellent compte rendu.
    Un petit regret qu’Oliver Stone a dévoilé un aspect de Poutine que celui-ci aurait bien caché.. comme quoi, même avec les meilleures intentions, les Américains restent, et resteront… des Américains…

    • blague à part says:

      USA Une nouvelle Jérusalem ? Un espoir pour des milliers de Migrants ? Mais tout cela à quel prix? La population autochtone a été exterminée dans d’affreux massacres. Comment se réclamer de la Bible dans de telles conditions ? C’est normal que cet Etat fondé sur le crime de masse ne continue de prospérer que sur le crime de masse en suscitant des guerres partout dans le monde pour que de gros capitalistes s’enrichissent toujours davantage.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com