Il y a quelques semaines nous nous interrogions sur le fait de savoir qui entrerait le premier dans Al Bab entre l’armée turque et l’armée syrienne. Un compromis a été trouvé sous le contrôle de la Russie et ce sont donc les Turcs qui ont libéré cette ville de l’Etat islamique(non sans mal d’ailleurs malgré le peu combattants islamistes restés sur place).

L’armée syrienne a dû laisser faire à la demande de Moscou qui ne voulait surtout pas voir les deux armées s’affronter. En revanche, les Syriens se sont positionnés juste au sud de la ville, sur la route de Raqqa, capitale de Daech. Le but est d’empêcher l’armée turque de s’aventurer plus loin en Syrie, ce dont Damas ne veut évidemment pas. La situation est très tendue, d’autant que les Turcs sont accompagnés de rebelles syriens à leur solde. Damas enrage de voir ces islamistes devenus pro turcs par nécessité se pavaner dans les rue d’Al Bab sans pouvoir intervenir.

Mais même si Erdogan exige des Russes de participer à la future bataille de Raqqa, prévue d’ici quelques semaines, son principal souci n’est pas là. En effet, on se rappelle que si l’entrée de l’armée turque en Syrie avait pour prétexte de lutter contre l’Etat islamique, en réalité ce sont surtout les Kurdes qui étaient visés. Ankara ne veut pas d’un territoire autonome kurde dans le nord de la Syrie et a donc installé son armée de la frontière à Al Bab, empêchant ainsi les deux territoires kurdes à l’est et à l’ouest de faire leur jonction.

Le nouvel enjeu crucial pour Erdogan est la ville de Manbij, tenue par les Kurdes et qui se situe à quelques dizaines de kilomètres au nord-est d’Al Bab. Pour éviter un assaut turc qui semblait tenter le sultan d’Ankara, les Kurdes ont solennellement remis une vingtaine de villages à l’armée syrienne tout en conservant le contrôle de Manbij, principale ville de la région.

Il est évident qu’Erdogan ne peut pas donner l’ordre d’attaquer frontalement l’armée syrienne au risque de voir les Russes intervenir directement.

Mais au delà de cet accord kurdo-syrien, qui marque tout de même une évolution intéressante, l’enjeu de Manbij permet aux Américains de revenir au premier plan.

Actif soutien des Kurdes depuis le début du conflit, les Américains leur ont adjoint quelques milliers de rebelles syriens, soi-disant non islamistes, armés et entraînés par eux. Plusieurs dizaines de membres des forces spéciales américaines sont présents depuis des mois dans la région pour accomplir cette tâche. On dit aussi que quelques militaires français sont sur place…

Sous leur contrôle, cette force kurdo-rebelles syriens, appelée FDS (Front Démocratique Syrien, on a le droit de sourire…), progresse au sud vers Raqua que Washington aimerait voir libérer par cette coalition à sa solde, empêchant ainsi Damas de reconquérir son territoire. Pour bien marquer leurs intentions, les Américains viennent d’envoyer 400 hommes supplémentaires à Manbij. Les choses avancent d’ailleurs assez rapidement et la route reliant Raqqa à Deir ez Zor a été coupée, isolant donc la capitale de l’Etat islamique.

Bachar a qualifié ce renforcement des effectifs américains d’invasion (il est vrai que contrairement aux Russes, il ne leur a rien demandé) mais on se doute que Washington n’en a cure.

Pour prévenir tout risque de dérapage, une réunion vient de se tenir à Antalya, en Turquie, réunissant de hauts gradés russes, turcs et américains. Parallèlement Erdogan et Poutine se sont rencontrés et nous verrons probablement dans les prochains jours ce qui a été décidé.

La grande confusion qui règne sur ce front nord permet d’envisager toutes les hypothèses pour la suite des opérations.

Une chose importante semble toutefois se dessiner, c’est que Trump s’intéresse d’avantage à la Syrie qu’Obama et, compte tenu des options américaines habituelles dans cette région , ce n’est pas forcément une bonne nouvelle.

Antoine de Lacoste

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

Un commentaire

  1. « Ankara ne veut pas d’un territoire autonome kurde dans le nord de la Syrie. »

    La Syrie n’en veut pas non plus. La Turquie et la Syrie devraient donc être alliés.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com