Immigration entry stamp on the inside page of a passport (XL)

Québec – Le gouvernement a annoncé la tenue d’une consultation publique sur la politique d’immigration. Mais il ne s’agit pas d’une consultation populaire permettant aux Québécois de s’exprimer comme cela pourrait se passer en Suisse. Tout se déroule ici en commission parlementaire et se limite à entendre en audience quelques spécialistes de l’immigration triés sur le volet. Après quoi les politiciens s’auto-congratulent et poursuivent leur politique irresponsable d’immigration.
Les Nationalistes du Saguenay tirent la sonnette d’alarme :
 
Dans « Syndicats et immigration, le chapitre interdit », nous avions justement démontré comment ces consultations publiques sont en fait une sinistre farce où les plus grandes puissances financières du Québec, c’est-à-dire les syndicats et les corporations patronales, plaident une hausse du taux d’immigration pour qu’augmente leur nombre de cotisations. Nous citions en exemple le gigantesque poids que représente la CSN dans la balance immigrationiste:

«La CSN, en tant qu’acteur important sur le marché du travail, continue de plaider en faveur de la venue de personnes immigrantes sur le territoire du Québec. L’approche proposée est que la mise en place et le maintien de mesures existantes assurent l’intégration en emploi des personnes issues de l’immigration…»

«…ce syndicat reçoit donc plus ou moins 41,3 millions en cotisations syndicales d’immigrants annuellement. La même année, le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC) injectait 42,3 millions de son budget de dépenses annuelles dans ses services d’intégration.»

Il ne faut pas oublier que le discours du Conseil du patronat (qui prônait dès 2008-2010 un objectif de 60 000) est le même que celui des syndicats, c’est un consensus syndicat/patronat aux audiences sur l’immigration qui vient confirmer, aux quatre ans, les orientations prises par l’Assemblée nationale.
 
En 2011, le MICC consulte également (et hypocritement) des organismes qui dépendent directement de son financement et qui sans grande surprise appuient tous les hausses des taux d’immigration recommandés par la main qui les nourrit. Ces organismes représentent pas moins de 35 % des consultations à l’époque! Autrement dit, le MICC se consulte lui-même.
Bref, aucune voix discordante ou moindrement critique n’est entendue!
Le volume d’immigration augmente, le bilan reste le même
 
Madame Weil se moque de nous lorsqu’elle déclare :

«C’est avec beaucoup de détermination que je me suis engagée dans l’élaboration d’une nouvelle politique en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion qui gouvernera les actions du Québec dans ces domaines au cours des prochaines années.»

La seule différence entre ce document et les précédents, c’est qu’on y sous-entend maintenant que les taux d’immigration devront être de 60 000 par année pour assurer maintenant le renouvellement de la population. En vérité, lorsqu’on compare la projection de 2015 à celles de 2007 et de 2011, on constate que l’immigration des dernières années n’a fait que repousser le problème, tout en l’accentuant.
 
Effectivement, l’immigration n’a fait qu’augmenter la population qu’il faudra renouveler, ce qui explique pourquoi le nombre de 60 000 commence à s’officialiser dans les projections du ministère. En augmentant continuellement le poids démographique du Québec sans miser sur le taux de fécondité des Québécois, nous nous verrons proposés, dans un futur proche, des taux de 70 000, puis de 80 000, ainsi de suite…
 
2011 : «On constate ainsi qu’un niveau d’admissions annuel de 40 000 ne suffirait pas à assurer une croissance de la population au-delà de 2050. Pour sa part, un niveau de 50 000 admissions pourrait mener à une augmentation de la population de 19,2 % en 2056, par rapport à la taille de celle-ci en 2009.»
 
2015 : «Toujours selon les projections de l’Institut de la statistique du Québec, à un seuil de 50 000 personnes immigrantes annuellement, la taille de la population en âge de travailler connaîtrait un recul marqué entre 2017 et 2030 et devrait très peu varier à long terme par rapport à son niveau actuel. Ce n’est qu’à partir d’un niveau de 60 000 personnes immigrantes admises annuellement que le Québec éviterait un recul de sa population en âge de travailler en dessous de son niveau de 2011 avant de croître de manière plus marquée à plus long terme.»
Une seule solution: favoriser la natalité des Québécois de souche
 
Les démographes s’entendent: la seule solution à la décroissance démographique est la stimulation des taux de natalité. Nous avons expliqué comme cela serait facile à mettre en œuvre dans « Pour l’application d’une politique nataliste ».
 
Cette recherche comparaît, entre autres, les profils économiques de la fausse et de la vraie solution au décroissement démographique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le gouvernement et ses maîtres financiers ne veulent rien savoir d’un retour de la famille québécoise.
 
Budget annuel pour l’immigration : 352 000 000$
 
Budget annuel pour la natalité : 61 000 000$
 
Pourquoi les gouvernements qui se succèdent, au Québec, continuent de mettre tous leurs jetons sur cette politique d’immigration massive, sur ce terrible cercle vicieux?
 
Nous y voyons soit des ambitions économiques1 2 3, soit des ambitions génocidaires4 5 6.
Pourrait-il s’agir des deux?
 
 
Références:

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Monsieur T says:

    Et l’avortement…ne pas oublier le militantisme du sinistre démon Morgentaler destructeur de cent mille êtres humains de ses propres mains, enfants remplacés par ceux des marocains et des haïtiens.

  2. Madame Weil Ce nom me semble être un nom Juif – Encore une fois des juifs ou des juives de par la nature de leur religion anti-chrétiens – en charge des politiques d`immigration en terre chrétienne et cela se voit partout en Europe, Canada, USA.

    Multiculturalisme- diversité – immigration massive – des idéologies particulièrement juives – comment se fait-il que de potentiel déloyaux soit en charge de politiques si sensible en nos pays – ce n`est pas normal – on ne laisse pas des gens qui déteste la Croix et le Christ en charge de l`avenir de pays chrétiens.

  3. M.Depauw,
    Petit rectificatif: Nous savons bien qu’en différents milieux (anglos et autres)on aime rapetisser le peuple québecois,mais pour les soins de la vérité,le Québec ne compte pas « six à sept millions«  d’âmes,mais bien
    8 millions,214 mille,six cent soixante douze habitants (
    dernières statistiques « provisoires. Pour le reste,votre article es valable et les Québecois ont perdu leur belle et nobles habitudes des origines de ne pas compter sur l’Immigration pour son avenir. Mais,ici comme ailleurs en occident la femme est sortie de son foyer et n’y revient que sporadiquement,mais pas pour enfanter. Et nos sots gouvernements ne contribuent pas à les encourager de nos jours. On aime mieux importer des souches islamistes par dizaines de milliers pour assurer notre survie. Quelle courte vue. Misère de misère. Cécilien

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com